Réussite économique : et si l’on s’inspirait de Singapour ?

Discipline, esprit de compétition, méritocratie : ces qualités peuvent paraître surannées à beaucoup mais ce sont celles que pointe dans son dernier ouvrage Rik Ghesquiere pour expliquer la réussite de Singapour.

Par Thierry Godefridi.

A la fin de l’année dernière, Contrepoints avait jugé de circonstance de republier pendant la période des fêtes des articles parus dans l’année qui projetaient un regard optimiste sur le monde. Mon article, s’inspirant des travaux de Max Roser sur l’évolution des conditions d’existence de l’ensemble des êtres humains de la planète pendant les 200 dernières années, répondait de fait par l’affirmative à la question de savoir si le monde allait mieux (voir : « Ce dont les médias ne parlent pas »).

C’est, en quelque sorte, la même démarche positive qu’a suivie Rik Ghesquiere dans « Ochtendrood in avondland » : plutôt que de se complaire en jérémiades sur tout ce qui ne va pas, pourquoi ne pas s’inspirer de ce qui marche ? A fortiori si, comme l’auteur, on l’a personnellement vécu de l’intérieur.

Après des études à l’Université de Leuven (Louvain en français), Rik Ghesquiere obtint un doctorat en économie à l’Université de Yale et se fit engager par le Fond monétaire international où, pendant 28 ans, il mena une carrière d’expert spécialisé dans le redressement économique de pays confrontés à des problèmes d’endettement. Ensuite, il s’intéressa pendant une dizaine d’années à l’économie de Singapour où il fut professeur invité de l’École Lee Kuan Yew de politique générale de l’Université nationale (NUS).

Dans « Ochtendrood in avondland » (littéralement : Une aube rougeoyante au pays du couchant), Rik Ghesquiere se demande si la Flandre, la Région flamande qui aspire à plus d’autonomie au sein (ou non) de la Belgique, peut tirer des enseignements de la réussite économique de Singapour pour assurer son propre essor et la prospérité de sa population.

L’auteur – et il n’est certes pas le seul ! – attribue une part essentielle du formidable développement de Singapour à l’exceptionnelle personnalité de son ancien Premier-ministre Lee Kuan Yew, un juriste, mais il s’empresse d’ajouter que ce dernier n’agissait pas seul. Son bras droit, le Docteur Goh Keng Swee, une fois l’exclusion de Singapour hors de la Fédération malaise consommée, fut l’architecte de la fabuleuse croissance économique de la cité-État insulaire, croissance à laquelle il accorda la priorité absolue et dont nul autre objectif ne pouvait, selon lui, détourner son pays.

Les Flamands, rappelle Rik Ghesquiere, sont connus pour être des travailleurs et des épargnants. À Singapour, l’on épargne toutefois encore beaucoup plus : de 2010 à 2014, le pourcentage d’épargne s’éleva en moyenne à 53% du PIB, laissant ainsi à la disposition de l’État des moyens considérables pour investir dans de nouvelles infrastructures et dans le soutien à l’économie domestique. Épargner et investir, remarque l’auteur, contribuent plus à la croissance économique que la consommation.

Quelle est la part de la nature et de la culture dans cette prédisposition pour l’épargne ? Le débat est ouvert. Toujours est-il que les citoyens ne sont pas les seuls à épargner à Singapour. Les entreprises et l’État font de même, les premières afin de se moderniser et d’améliorer leur productivité, le second afin de garder des finances publiques saines. Qu’il suffise de noter que les dépenses publiques n’ont représenté, de 2011 à 2015, que 16% du PIB de Singapour (5,6 millions d’habitants) alors qu’elles atteignirent 52% du PIB de la Belgique (11,35 millions d’habitants dont 6,5 millions dans la Région flamande). La différence réside, explique Rik Ghesquiere, dans le choix radicalement différent que les deux États ont posé en matière de sécurité sociale, un secteur en grande partie privé à Singapour.

Il va sans dire qu’à Singapour, le personnel politique et les fonctionnaires sont peu nombreux. Ces derniers sont fort bien payés (de manière à attirer des talents et à décourager toute corruption car cette dernière entraînerait pour ceux qui s’en rendraient coupables la perte de leurs fonctions et de leurs avantages dont une retraite confortable) et ils sont évalués sur base de leurs performances.

Discipline, esprit de compétition, méritocratie : ces qualités peuvent paraître surannées à beaucoup, mais que l’on y réfléchisse, ne sont-elles pas précisément, fait remarquer Rik Ghesquiere, celles qui caractérisent, dans le sport, les équipes qui gagnent ? Et que l’on ne s’y trompe pas : quand, en 1959, la Grande-Bretagne dota Singapour d’une constitution propre et que Lee Kuan Yew devint Premier ministre, le chômage y était fort répandu. À peine 12 ans plus tard, y régnait le plein-emploi et la main d’oeuvre y était devenue rare. D’emblée, Singapour entendit se développer dans le délai le plus court possible.

La République de Singapour est-elle unique en son genre ? Son modèle est-il transposable à la Flandre, la Région flamande de la Belgique, voire à la Belgique elle-même, ou à tout autre pays d’Europe ? Ce sera le thème d’un second article consacré à cet éminent ouvrage de l’économiste belge Rik Ghesquiere, « Ochtendrood in avondland », dont le seul défaut, pour ceux qui ne parlent pas la langue, est qu’il n’ait été publié uniquement – jusqu’à présent – qu’en néerlandais. Gageons que l’auteur y remédiera.

Cet article a été publié une première fois le 4 février 2018

Sur le web