La faillite sans gloire d’Obamacare

À peine mis en place, Obamacare est au bord du gouffre avec une explosion des primes d'assurance. La surprise n'est pas de voir Obamacare échouer, mais de le voir échouer si vite.

Par Stéphane Montabert.

Que de chemin parcouru depuis la laborieuse introduction de l’assurance santé « universelle » signée par Obama en 2010 !

Il n’est pas question ici de revenir sur les innombrables péripéties qui émaillèrent sa mise en place : la question de sa conformité avec la Constitution américaine, son incroyable complexité, les pannes informatiques liées à son lancement, son peu de succès auprès des catégories qu’elle était censée aider, et ainsi de suite — il y aurait de quoi écrire plusieurs ouvrages. Il s’agit simplement de témoigner de la trajectoire du programme, présageant de son effondrement prochain sous sa forme actuelle.

Et n’allez pas croire qu’il s’agisse d’une n-ième promesse de campagne d’un candidat à l’élection présidentielle. Sur ce sujet précis il importe peu que le prochain président soit Hillary Clinton ou Donald Trump ; Obamacare semble surtout condamnée à s’effondrer sous son propre poids.

Comment en est-on arrivé là ? Pour simplifier, Obamacare est un mécanisme de redistribution étatique permettant à des gens d’accéder à une assurance maladie alors qu’ils n’en auraient, théoriquement, pas les moyens. Pour parvenir à cet objectif, Obamacare prévoit d’équilibrer les « bons risques » avec les « mauvais risques », arrosant le tout d’une bonne louche d’argent des contribuables pour inciter davantage de gens à participer à cette redistribution.

Sur le papier on aurait pu croire que le système puisse au moins faire illusion quelques temps, mais ce n’est pas le cas. Seulement 11 millions de personnes achetèrent une assurance au travers de ce mécanisme en 2016, alors que les projections officielles tablaient sur 21 millions — simplement parce que les jeunes, les « bons risques » censés équilibrer le système, ne furent pas au rendez-vous. Comment les impliquer alors qu’ils choisissent simplement de ne payer aucune assurance, s’estimant en bonne santé et capable de couvrir leurs frais ? Pour eux, difficile de trouver un système plus avantageux que l’absence de primes !

Résultat ? Les primes prennent l’ascenseur, comme le montre ce tableau des hausses de l’année 2016 :

Hausse des primes d'assurance avec Obamacare (Business Insider)
Hausse des primes d’assurance avec Obamacare (Business Insider)

Les entreprises sont, elles aussi, impliquées puisqu’à partir d’une certaine taille elles doivent souscrire à un programme Obamacare pour leurs employés ou faire face à des pénalités. Face à l’augmentation des coûts de la « santé abordable », nombre d’entre elles préfèrent payer les amendes. L’Obamacare se transforme peu à peu en une simple taxe sans plus de rapport avec la santé.

Selon The Hill, le prochain Président américain pourrait avoir à faire face à un effondrement de l’Obamacare dès sa prise de fonction en janvier :

[Larry Lewitt, de la Kaiser Family Foundation] et d’autres experts avertissent que si les chiffres d’adhésion ne s’améliorent pas cette année, d’autres assureurs pourraient jeter l’éponge. Cela provoquerait un impact majeur sur le marché, menant à une augmentation des primes et à encore plus de gens incapables de participer.

Cette année déjà, de nombreux assureurs annoncent des hausses substantielles des primes dans l’espoir de s’y retrouver face à la récente augmentation des coûts de la santé. La hausse de prime moyenne pour l’an prochain est d’environ 9%, selon une analyse de 17 grandes villes effectuées par la Kaiser Family Foundation. Mais certaines hausses sont bien plus élevées : Blue Cross Blue Shield a annoncé des augmentations de respectivement 40% en Alabama et 60% au Texas.

On pourrait naturellement en vouloir aux méchants assureurs qui ne cherchent bien sûr qu’à gagner de l’argent, mais ce serait bien mal comprendre le problème. Légalement obligées d’accepter toutes les demandes en participant au programme, plusieurs sociétés perdirent des centaines de millions de dollars avec Obamacare. Pour de simples raisons de survie économique, elles choisissent désormais de renoncer à couvrir certains États, voire de se retirer de ce marché. L’offre se réduit donc comme peau de chagrin, ainsi que l’espoir d’une concurrence amenant « plus de choix, plus de compétition et, dans de nombreux cas, de meilleurs prix » comme l’annonçait le Président Obama.

Obamacare sera définitivement enterrée lorsque plus aucune société d’assurance ne voudra y prendre part, ou lorsque les primes seront si élevées qu’elles dépasseront le tarif d’une assurance-santé habituelle. On se dirige rapidement vers les deux.

On ne sera pas surpris d’apprendre qu’Hillary Clinton prévoit de renforcer le système en le modifiant en profondeur avec encore davantage de subventions pour les gens pour lesquels il devient progressivement inabordable, et un système de remboursement direct pour les premiers milliers de dollars de santé dépensés par les familles sous Obamacare, conséquence des carences des plans premier prix auxquels elles souscrivent. Donald Trump, de son côté, prévoit simplement de mettre un terme à un système fondamentalement intenable.

La surprise n’est pas de voir Obamacare échouer, mais de le voir échouer si vite.