Contre le surendettement, vous reprendrez bien un peu de dette ?

Ces derniers temps, les imbécillités collectives fleurissent, comme prétendre soigner une crise de surendettement en rajoutant encore de la dette.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Too much money by The People Speak(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contre le surendettement, vous reprendrez bien un peu de dette ?

Publié le 22 juillet 2018
- A +

Par Simone Wapler.

10 ans après la crise financière mondiale, les folies collectives se multiplient comme les dettes et le crédit.

« La folie est quelque chose de rare chez l’individu ; elle est la règle pour les groupes, les partis, les peuples, les époques. » Nietzsche

Les socialistes et les économistes ont souvent une caractéristique commune : comme ils pensent « collectif », ils en arrivent à défendre des choses absurdes à l’échelon individuel.

En France, la limitation de la durée du travail à 35 h partait de la folie du « partage du travail ». Mais si vous dites « si je travaille moins, tout le monde sera plus riche » vous passez pour un crétin.

Ces derniers temps, les imbécillités collectives poussent comme des champignons à la fin de l’été : prétendre soigner une crise de surendettement en rajoutant encore de la dette, la « guerre des monnaies », la « guerre commerciale »

Cette semaine, l’Institute of International Finance publiait son dernier bilan, le Global Debt Monitor.

  • La dette mondiale atteint 247 000 Md$ au premier trimestre 2018.
  • La dette mondiale a augmenté de 8 000 Md$ sur 12 mois.
  • La dette des entreprises et des ménages atteint un niveau record dans les pays développés.


Sachant que la population mondiale est de 7,55 milliards d’individus, cela fait 32 715 $ de dette par individu (hommes, femmes, enfants et vieillards).

Mais près de 800 millions d’individus vivent avec moins de 1,9 $ par jour (seuil d’extrême pauvreté) et la population active dans le monde est de 3,27 milliards d’individus. Le vrai chiffre serait en réalité 75 535 $ par individu actif.

La folie collective aboutit à des situations inhumaines

Cela vous prouve que la situation est difficilement surmontable. En réalité, elle est inhumaine.

Récemment, les gens se préoccupent un peu plus de la dette, mais les mêmes aiment toujours bien le crédit, en oubliant que c’est la même chose.

Quand est-ce qu’une dette (ou un crédit) est une bonne chose, ou au contraire un boulet ?

N’importe quel individu sait faire la différence. Si j’ai contracté un prêt pour acquérir quelque chose qui me rapporte plus que les intérêts de mon emprunt et qui me laissera à l’échéance un capital identique à celui que j’ai emprunté, ma dette est une bonne chose. Dans le cas contraire, c’est un boulet.

N’importe qui comprend aussi que c’est dangereux d’emprunter dans une monnaie dont on ne tire pas de revenus. Si j’emprunte en francs suisses mais que les revenus que je tire de mon placement sont en euros, je suis à la merci d’une augmentation du franc suisse par rapport à l’euro. Mais visiblement, une sorte de folie collective a saisi les élus municipaux français qui ont contracté ce type d’emprunts toxiques auprès de Dexia alors qu’ils ne l’auraient probablement pas fait à titre personnel.

La Chine aussi semble avoir sombré dans la folie collective.

Elle a emprunté pour 1 850 Md$ en monnaie étrangère dont plus de la moitié en dollar.

Et dans le même temps, le dollar se renforce par rapport au yuan. La Chine se retrouvera-t-elle comme les misérables collectivités territoriales françaises qui avaient emprunté en franc suisse ?

« Pffff, me direz-vous cher lecteur dont j’admire la sagacité, mais ce n’est pas grave vu que la Chine exporte beaucoup, notamment vers les États-Unis et l’Europe. Elle a des revenus en dollars et en euros ».

Vous oubliez une autre folie collective : la « guerre commerciale ». Selon cette imbécillité, si vous faites payer plus cher à votre population ce qu’elle souhaite acheter à l’étranger, vous la protégez.

Or, les Américains ont décidé d’embrasser cette folie collective pour se protéger, vérifiant le principe d’Einstein selon lequel « la définition de la folie, c’est de refaire toujours la même chose, et d’attendre des résultats différents. »

Donc les Chinois pourraient moins exporter et avoir moins de revenus en dollars pour rembourser leurs emprunts contractés en dollar.

Et vous savez quoi ? À titre individuel, les gens n’aiment pas qu’on ne les rembourse pas et ceux qui sont acculés financièrement deviennent méchants.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Le surendettement est le moyen le plus efficace de faire semblant de réformer sans réduire les prétentions de ceux qui prétendent avoir des droits acquis; plus particulièrement, de ceux qui font semblant de travailler…. ils sont légion!

  • Il y a des dettes saines et des dettes malsaines. Une dette saine est une dette contractée pour investir dans l’outil de production et donc si le choix d’investissement est judicieux cela permet d’augmenter la production. Au niveau mondial la situation n’est donc pas si mauvaise puisque le taux d’accroissement de la dette est du même ordre que le taux d’accroissement de la production. Ce n’est évidemment pas le cas pour la France depuis pas mal d’années.

    • Une dette est une forme de capital (vu des financiers), car cela permet de se refiler les « entreprises » (entre autres) endettées entre financiers. C’est une forme de rente qu’on se refile. Un droit de tondre les moutons endettés qui ne peuvent que bêler, et se faire tondre…

  • Un vieil aphorisme entendu dans mon entourage:
    ‘ Non seulement il ne te rembourse pas l’argent qu’il te doit, mais en plus il te reproche de le lui avoir prêté ‘

  • Signaler un problème n’est pas le résoudre !
    On n’éteint pas un incendie en criant au feu !
    Comment réduire le crédit sans risquer une récession ?
    Voila la question !
    Et justement, Trump n’a peut-être pas tort ? En augmentant les taxes douanières il peut faire prendre conscience du danger aux chinois.

    • @ Gérard 27
      Et surtout aux Américains qui payeront plus pour acheter ce qui n’est pas américain! La conscience des Chinois n’est sans doute pas son but premier!

    • « Comment réduire le crédit sans risquer une récession ? »

      C’est tout simplement impossible … L’encours de credit (bon ou mauvais) agit comme une planche a billet , gonflant le prix des actifs, poussant la conso par une illusion de richesse, et donc aidant des entreprise zombies a survivre …
      C’est sois la guerre civile (particulierement dans nos pays tres divises) sois la continuation de la fuite en avant.

  • Les deux tiers des 2000milliards d’euros que doit la France sont détenus par des acteurs étrangers, pour moitié hors de la zone euro.
    progression de 110 milliards d’euros depuis un an.
    donc 60 % de la dette française est détenu hors de l’Europe, donc sur des marchés internationaux.c’ est la part la plus vulnérable aux aléas de la conjoncture et à l’affolement de la sphère financière.
    avec un risque , celui de l’augmentation des taux qui alourdirait le montant de la dette.

  • Dommage d’étayer le document avec une phrase d’Einstein… qui n’est pas de lui… grand classique… https://interestingengineering.com/13-inspiring-einstein-quotes-never-actually-said-by-einstein

  • Excellent titre et bel article

    L’affaire DEXIA est passée aux oubliettes pour beaucoup et pourtant …
    Cela démontrait une fois de plus l’incompétence et l’irresponsabilité des pouvoirs locaux !

    J’ai vu dernièrement que le gouvernement souhaitait financer le manque à gagner de la taxe d’habitation par la dette, vous avez bien lu par la DETTE !

    • @ Dror45-G
      Je me souviens parfaitement bien d’un reportage télé d’un maire français, communiste (mais ils ne furent vraiment pas les seuls, loin de là!) qui reconnaissait ne pas pouvoir calculer ce que coûterait le prêt accordé par l’ancien Crédit Municipal ou successeur, car les intérêts dépendaient, entre autres, du taux de change d’une monnaie étrangère: donc on se bande les yeux et on signe! Débile! Hallucinant! À quoi servent les couches du mille-feuille, en France, si personne ne bloque ce jeu de hasard? À rien?

  • Je croyais que la Chine était la première détentrice de dette américaine ?
    Est-ce qu’on sait combien par rapport à sa dette en $ ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Surendettement 2021
0
Sauvegarder cet article

Un article de Finfrog.

Avec la crise économique engendrée par la crise sanitaire, les analystes prévoyaient une augmentation des situations de surendettement en France. Pour l'instant, ce n'est pas le cas et les chiffres sont en baisse par rapport à 2019.

Une situation de surendettement est définie par l'impossibilité de faire face à l'ensemble de ses dettes. Parmi les solutions à envisager, il est possible de contacter la commission de surendettement des particuliers pour effectuer une procédure de surendettement.

Voici ... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

On pourrait penser que la crise aurait accentué le surendettement des ménages français. Il n’en est pourtant rien puisque les commissions de surendettement ont vu leur activité baisser d’un quart en 2020. Alors que la dette publique gonfle dangereusement, la dette des ménages surendettés diminue de 1,3 milliard d’euros.

La crise du coronavirus qui frappe les économies depuis plus d’un an maintenant engendre des situations parfois catastrophiques. Nombre d’e... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Chevallier.

Les grandes banques européennes ont accordé trop de crédits à leurs clients par rapport à leurs capitaux propres. À partir de là, trop d’argent se trouve en circulation dans les pays où elles opèrent.

Ainsi par exemple, le total des capitaux propres des quatre grandes banques françaises était de 115 milliards d'euros à la fin de l’année 2018, derniers chiffres publiés.

Normalement, c’est-à-dire en respectant un leverage au maximum de 10, elles n’auraient dû avoir au maximum que 10 fois plus de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles