Chine : le crédit est l’opium de la mondialisation

Quel impact de la dégradation de la note de crédit de la Chine par Moody’s sur votre épargne ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Opium By: UnklNik - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chine : le crédit est l’opium de la mondialisation

Publié le 1 juin 2017
- A +

Par Simone Wapler.

L’événement important qui occupait les grands médias la semaine dernière était le G7 et les arguties sur le climat. Mais l’événement intéressant fut la dégradation de la note de crédit de la Chine par Moody’s.

La Chine devient l’acteur mondial pro-commerce, établit ses routes et ses partenariats comme autrefois l’Angleterre toute puissante puis les États-Unis.

Pour tenir ses partenaires, la Chine utilise un opium bien spécial : le crédit. Elle construit des infrastructures qui lui serviront en prêtant ou en troquant infrastructures contre des concessions de long terme. J’ai récemment pu concrètement voir ces réalisations au Costa Rica et au Nicaragua (ouvrages d’art et laiteries) ou encore au Congo (routes, nouveau port minéralier).

Bien sûr, il ne s’agit pas vraiment de libre échange mais de contrats publics, et ce n’est pas parce qu’on vous doit de l’argent que vous êtes riche…

Dans le même temps, le système financier chinois est vérolé jusqu’à la moelle et même l’agence de notation s’en est émue le 24 mai.

  • Fin 2016, le crédit total (public et privé) correspond à 260% du PIB chinois (contre 160% en 2008).
  • La dette des entreprises atteint 18 000 Mds$.
  • La dette des « collectivités territoriales » atteint 9 000 Mds$.
  • Le shadow banking – dont les créances pèsent presque 90% du PIB – abrite désormais les emprunteurs les plus véreux.

Prêts risqués, comptabilité bidonnée, corruption : tous les bons ingrédients d’une grande crise financière sont là. La Banque centrale prête désormais directement aux banques, le taux interbancaire (taux auquel les banques se prêtent entre elles) se renchérissant. Ceci indique que les banques se méfient les unes des autres : c’est en général un signe précurseur de crise bancaire.

Comme l’Occident, la Chine a un système monétaire dans lequel crédit et monnaie sont une seule et même chose. Ces montagnes de dettes ne sont pas garanties par des actifs réels et ne valent quelque chose que parce qu’on escompte des profits futurs. Or voilà que la croissance ralentit.

Dans le cas de la Chine, il est très difficile de localiser une bulle précise, plus dangereuse qu’une autre. Absolument tout se fait à crédit. L’immobilier, les infrastructures, la spéculation financière, la consommation… Les Chinois achètent appartements et voitures à crédit.

Le yuan n’est plus ce qu’il était

Le yuan n’est plus une monnaie adossée à d’énormes réserves de dollars. C’est une monnaie adossée à des perspectives de profits futurs de la part d’entreprises à la comptabilité très incertaine.

Mais la Chine a un atout sur l’Occident : les taux d’intérêt y sont encore élevés. Le taux directeur de la banque centrale, inchangé depuis octobre 2015, est à 4,35% et le taux de l’emprunt d’État à 10 ans est à 3,67%. Il existe donc une marge de manœuvre de ce côté.

Ensuite, selon Gavekal, alors même qu’en 2009 toutes les importations et les exportations chinoises étaient soldées en dollars, aujourd’hui près de 40% le sont en yuans. La Chine prête de l’argent à ses partenaires commerciaux qui vont acheter du yuan et commercer en yuan. Ce qui nous ramène à la nouvelle route de la soie adossée à l’opium du crédit…

Évidemment, l’inconscience achetée par l’opium du crédit aura une fin. À un moment, lorsque les taux d’intérêt seront à des niveaux ridiculement proches de zéro partout dans le monde, l’évidence s’imposera : l’épargne ne peut plus être rémunérée et une obligation d’un gouvernement quelconque est incapable de stocker de la valeur dans le temps.

Tous les systèmes de retraite des pays occidentaux seront alors au pied du mur. Tous les États-providence surendettés devront revoir leurs prétentions.

Un monstrueux krach obligataire s’annonce. Les taux artificiellement bas sont l’opium du système monétaire mondial mais la ruine du peuple.

La dégradation de la Chine est un des derniers avertissements pour réorganiser votre épargne de façon à échapper à la prochaine crise financière… car n’oubliez pas que votre contrat d’assurance-vie en euro repose essentiellement sur la dette française.


Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • excellent article, je suis sinologue de formation et ce que vous dites est correct. merci de cet article.

  • Malgré les donées chiffrées, calamiteuses, la Chine a l’air en forme. Cela doit donner de l’espor à nos guignols au pouvoir : ils ont encore de la marge.
    La Chine serait donc suceptible de créer une crise financière, autrement plus forte que celle de 2008, donc. Celle-là fera très mal, aux chinois en premier, et certainement à l’Europe aussi.
    Comment peut-il y avoir des gens qui prêtent encore à des Etats endettés jusqu’au ciel, avec un gros risque de non paiement ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
une personne en combinaison de prptection
2
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

Quand Xi Jinping arriva à la tête du Parti communiste chinois (PCC) en 2012, puis à celle de l’État chinois en 2013, on pouvait facilement penser qu’il allait s’inscrire dans les pas réformistes de son illustre prédécesseur Deng Xiaoping.

Et de fait, c’est à Shenzhen, haut lieu du développement économique de la Chine et de son ouverture sur le monde tels qu’encouragés par Deng dès 1978 qu’il emmena ses collègues du Comité permanent du PCC pour inaugurer symboliquement son premier mandat. À cette époque, on le vit même écumer la scène i... Poursuivre la lecture

À Charm el Cheikh se tient actuellement la COP 27. Il y est évidemment beaucoup question du changement climatique et de ses conséquences.

Les discussions se poursuivront jusqu’au 18 novembre avec en haut de l’ordre du jour une question particulièrement épineuse : celle des compensations financières pour les dommages subis par les pays en développement.

 

Les deux plus gros pollueurs absents

Les pays en développement (dont la Chine) sont exonérés de toute contrainte relative à leurs émissions de dioxyde de carbone et ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles