Et si les migrants ne coûtaient (presque) rien aux Français ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ellis Island-Peter Miller(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si les migrants ne coûtaient (presque) rien aux Français ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 juillet 2018
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

La France n’est pas le premier pays à faire preuve de protectionnisme en temps de crise. Mais impossible de croire qu’au fond, les Français ne sont pas accueillants, et qu’ils ne veulent pas de migrants chez eux.

Le problème n’est pas les migrants. Le problème, c’est l’État.

Distribuer l’argent du contribuable, encore et toujours

Non, ce n’est pas une énième diatribe contre l’État, dans un journal libéral. Mais il faut regarder la réalité en face : si les migrants ne sont pas bien acceptés en France, c’est parce qu’on sait parfaitement qu’avec notre système social (que le monde nous envie), il faudra mettre la main au porte-monnaie. Et c’est justement impossible par les temps qui courent. La solidarité made in France consiste à distribuer de l’argent « pour aider ». Le problème, c’est que l’argent, on le donne à foison et que la misère ne se réduit pas pour autant, bien au contraire.

Alors ?

migrants rené le honzecC’est le moment de réfléchir à ce système, et de le remettre en question. Car si l’Allemagne, à laquelle on se compare volontiers quand ça nous arrange, accepte apparemment de bon coeur un apport d’étrangers, c’est parce que sa natalité ne compense plus les retraites qu’il faudra payer. Rajeunir la population de manière aussi inespérée est une aubaine pour ce pays. Ce n’est pas le cas de la France qui a le taux de fécondité le plus élevé d’Europe et ne parvient pourtant plus à verser les retraites qu’elle doit.

Et la France ce n’est pas non plus les États-Unis auxquels on se compare aussi volontiers ces temps-ci. D’abord les États-Unis n’ont pas le même système social que nous (enfin pas encore). Ensuite, chacun n’y a pas été « accueilli » comme on veut bien le croire, mais y a été « accepté », au sens où chacun pouvait tenter sa chance et se débrouiller. Et s’il y arrivait, tant mieux. La mentalité américaine répugne encore à assister celui qui ne fait pas un effort pour « y arriver ».

Laisser leur chance aux migrants et réformer notre pays

Alors, oui, la France peut faire une place aux migrants. Mais il faut qu’elle réforme son système et sa mentalité : laissons s’installer les gens, et les meilleurs s’en sortiront. Nul besoin de catégoriser les migrants selon qu’il sont « économiques » ou « politiques ». Il est d’ailleurs surprenant que les politiciens utilisent sans vergogne ces termes d’un autre âge (sombre)… Ne se demandent-ils donc jamais dans quelle catégorie sont ces Français partis en Suisse ou ailleurs ? On est bien toujours le migrant économique de quelqu’un…

Il devient problématique que l’État veuille apporter son aide en permanence (avec l’argent des autres) sans jamais rendre de compte sur la manière dont est employé l’argent des impôts. La seule solution sera donc d’individualiser les risques et les assurances. Le contraire de ce qui se pratique en France.

Jeffrey Zeldman-4th Grade Field Trip to Ellis Island (CC BY 2.0)
Jeffrey Zeldman-4th Grade Field Trip to Ellis Island (CC BY 2.0)

Évidemment, il n’y a pas que le système social à revoir, il faut aussi remettre à plat le Code du travail. Car les opinions frisant l’angélisme de ceux qui crient haut et fort que ce sont des gens instruits qui viennent, des gens courageux puisqu’ils ont déjà risqué leur vie pour tenter leur chance -ce qui est vrai-, sont déconnectées du réel : oui, parmi ces gens il y a peut-être de nobles professions. Mais va-t-on leur ouvrir les portes de l’Éducation Nationale ? Leur donner une équivalence de diplôme en médecine ? Alors qu’on peine déjà à reconnaître la formation d’un médecin venant de Roumanie ?

Il faut revenir dans la vraie vie : non, toutes ces personnes instruites et courageuses ne trouveront pas un emploi à leur mesure. Mais déjà, si elles pouvaient trouver un emploi, elles n’auraient pas perdu leur dignité, en plus de leur famille. Pour qui se prennent ces décideurs politiques, qui se satisfont du sort scellé d’un migrant nourri-logé-assisté alors que, enfermé dans ce statut il n’en sortira jamais et rêve pourtant d’autre chose ? Certains expliquent qu’ils n’ont pas le droit de travailler parce qu’en France on leur demande des formations… qui ne leur sont pas accessibles.

« On me demande une formation pour être cariste. Je me suis inscrit. Mais la formation a été annulée parce qu’on n’était pas assez nombreux »  témoigne un Afghan arrivé en France il y a deux ans.  Il est donc toujours dépendant des allocations. Il ajoute qu’effrayé par l’environnement de la cité où il vit, il essaie d’empêcher ses enfants de sortir, pour qu’ils n’aient pas de mauvaises fréquentations. The french dream

Des formations « obligatoires » et aux méandres administratifs complexes, pour des métiers qui s’apprennent « sur le tas », voilà la méthode française pour enfoncer les gens dans la misère. Pour reprendre les termes de Ronald Reagan  : « The nine most terrifying words in the english language are : I’m from the government and I’m here to help » (Les neuf mots les plus terrifiants de notre langue sont : « Je suis du gouvernement et je viens vous aider. »).

Il faut donc plus qu’une réforme du Code du travail : il faut libérer totalement la population de l’emprise de l’État, dans quelque domaine que ce soit. Oui, cela donne plus d’incertitude sur la vie. Mais cela donne aussi plus de chances de s’en sortir. N’est-ce pas cette possibilité que chacun souhaiterait pour lui-même ?

Article publié dans une première version en septembre 2015.

Voir les commentaires (143)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (143)
  • +1000. Bien sûr , c’est ce qui devrait être fait . Mais il n’y a aucune chance que cela soit fait . Le pouvoir est immobile . Alors nous aurons l’accueil des migrants et aucun changement de politique sociale / du travail .
    La situation financière/sociale deviendra de moins en moins tenable à moyen terme et explosive sur le long terme. Tout ceci va bien se passer , c’est sûr …

  • Rigolo,résumé de la discussion que j’ai eu hier avec mon fils,et nous étions d’accord,est liberal celui qui laisse rentrer tout le monde mais le laisse se démerder

    • et j’ajouterais que dans ce cas les frontières ne seraient pas embouteillées et qu’il y aurait bien moins de noyés

      • Et qu’on libère le marché des armes personnels, pour défendre sa propriété, évidemment.

        • Si on veut avoir un échange sérieux il serait intelligent de ne pas tout mélanger. Le libéralisme ce n’est pas le droit de faire n’importe quoi. C’est une organisation de la vie en société qui stipule que les individus peuvent être libres et responsables. La liberté des uns s’arrêtant où commence celle des autres, on peut tout a fait concevoir un pays plus libéral dans lequel la possession d’armes à feu soit interdite ou fortement réglementée.

          • Oh oui ça marche super bien ce qui est interdit ! Youpi !

          • Les banlieues ne vont pas attendu. Elles ne vous attendront pas, ni ne vous entendront…

          • « on peut tout a fait concevoir un pays plus libéral dans lequel la possession d’armes à feu soit interdite »

            Si vous voulez un échange sérieux, il faudrait vous abstenir d’affirmer d’aussi évidentes absurdités. Désarmer une population revient à lui retirer un de ses quatre droits naturels imprescriptibles. En effet, une population désarmée ne peut pas résister à l’oppression ni se défendre contre les trois adversaires potentiels de la liberté :
            – les envahisseurs
            – les truands
            – et surtout son propre gouvernement, quand il devient oppressif, ce qui est, sur la durée, la tendance naturelle de tout gouvernement.

    • je préciserais juste qu’est libéral celui qui laisse rentrer tout le monde dans un système ou tout le monde a la possibilité de s’en sortir grâce à ses efforts et a son travail, et qui décide de venir en aide à ses semblables librement, sans que cette solidarité lui soit imposé par un système étatique et social sur lequel il n’a aucun contrôle et dont le fonctionnement coûte horriblement cher.

    • pas le laisse se démerder , l’aide si il le souhaite, le peut et pour des raisons qui lui sont personnelles.

  • on ne se pose pas autant de questions lorsqu’un bébé vient au monde et pourtant ça coute un argent fou durant 20 ans. ne serait ce pas mieux d’en avoir un de 20 ans déjà éduqué et prêt a se retrousser les manches ?

    • ils ont peut être 20 ans, mais sont ils éduqués ?
      au sens de savent ils parler, lire et écrire le français ?
      l’érythréen qui n’a jamais vu l’électricité, l’eau courante, l’ordinateur est il éduqué ou faudra t’il investir un paquet avant qu’il devienne opérationnel et apte à se prendre en charge par lui même ?
      sans compter que j’ai plus de satisfactions à voir grandir mes (5) enfants plutôt que voir un déferlement sans fin de jeunes adultes à éduquer.

      • ils ont réussi a avoir l’argent du voyage et atteint leur but ..quand a la langue a mon avis ils en parlent plusieurs dont l’anglais.
        c’est bien d’avoir 5 enfants , mais l’exception n’en fait pas une règle générale et tous les pays européens aimeraient avoir des gens comme toi , éduqués, intégrés et prolifiques

        • intégré en parlant de moi, pourquoi pas, mais les soixantenaires qui regardent avec gourmandise mes enfants en pensant à leurs futures pensions en seront pour leurs frais. car un de mes objectifs est d’exfiltrer de france mes enfants, qu’ils aillent à coté en suisse ou loin en australie, ils ne financeront pas ce flux sans fin de miséreux qui viennent en france pour vivre à nos crochets ni ces fonks arrogants qui nous spolient tout au long de l’année au nom du servisspubikelemondentiernouzenvy.

      • Par contre il connait certainement bien les téléphones portables et pourra fournir en employés pas chers les centres d’appels en France

  • Stéphane Montabert
    9 septembre 2015 at 9 h 44 min

    C’est vrai mais incomplet.

    Ce n’est pas tout de « laisser rentrer tout le monde mais les laisser ensuite se démerder », comme suggère un commentateur ; il faut également que le nouveau venu respecte les lois, les valeurs et la culture du pays qui l’accueille, faute de quoi celui-ci se transformera assez vite en autre chose.

    Sans parler d’utopie, ni même de mécanisme social de solidarité forcée, prenons d’autres aspect de ces migrants. Ont-il renoncé à voir la charia comme source suprême du droit? Que pensent-ils de l’égalité homme-femme? Du mariage homosexuel? Du droit fondamental d’un individu à renier sa religion ou d’en changer? De l’interdiction de la burqa dans l’espace public? De l’école mixte? Du mariage d’une musulmane avec un chrétien?

    En acceptant n’importe qui sans même poser ce genre de question, nous allons au devant de certains problèmes – sans même que les mécanismes sociaux de solidarité forcée soient impliqués.

    • A la limite, ce qu’ils pensent de l’égalité truc machin et du reste, on s’en fiche. La liberté de pensée est et reste fondamentale. En revanche, ils doivent respecter les lois du lieu qui les accueille, sans concession. Là, on est dans l’application de principes de base de police et de justice. Et tant que ces principes de base ne sont pas respectés, le reste est du fifrelin.

    • Que doit-on faire si le nouveau venu travaille au noir et n’adhère pas aux belles valeurs du socialisme ?
      Que doit-on faire si le nouveau venu se trouve une affinité avec le mouvement de la « Manif pour tous » ?

      • un immigré qui travaille au noir ne me gêne pas, certains m’ont déjà rendu ce service, à ma et à sa satisfaction.
        le même immigré logé dans un hlm et nourri aux apl et au rmi me dérange.

        • Un immigré qui travaille au noir ne participe en rien à l’investissement national en infrastructures et en éducation (de ses enfants peut etre nombreux).
          Pour moi, vous êtes juste un S.. qui profite de la situation et qui légitime la venue illégale d’immigrés en France, après, c’est aux autres de gérer la merde ?

      • Un nouveau venu peut très bien ne pas être d’accord sur certaines lois tout en les respectant. Si je m’exile en France je serais toujours contre la loi des 35 heures mais je m’y plierait.

      • Un don est une affaire de choix personnel, et en ce qui me concerne, je veux bien prêter mais pas donner à des gens que je connais pas, et pour lesquels je n’ai donc pas de raison affective de donner. Il est évident que mon attitude envers le reste de la population mondiale, Français compris, sera la même et que mes critères de choix sont fondés sur l’usage qui sera fait du prêt et le caractère de l’emprunteur, et que le fait qu’il soit dans le besoin n’a pas d’influence, ni dans un sens ni dans l’autre.
        J’estime qu’il devrait en aller de même pour toutes les aides publiques : des prêts pour reconstruire une vie profitable, et à rembourser progressivement lorsque cela a été fait.

        • Bien entendu vous faites ce que vous voulez. Mais savez que machin au pouvoir va vous vider les poches d’office.
          Alors autant se débarrasser de votre pognon EuroPQ. Au moins, vous aurez eu la satisfaction de l’avoir fait vous-même et non par un lavement exécuté par l’état…
          Que vous ayez un contrôle sur l’usage de vos sous me paraît être légitime et obligatoire.
          On en est loin en fRance.

          Et puis, ce n’est vous que je visais, mais les politiciens…
          Et au passage, rappeler que c’est facile de se battre la coulpe alors que des massacres ont lieu sur des civils, des enfants… : pas vu à la télé, donc silence… mortel…

    • @Stéphane Montabert : Vous êtes au courant qu’il existe des français de « souche » contre l’égalité homme-femme? et contre le mariage d’une chrétienne avec un musulman ? et contre le mariage homosexuel (c’est-à-dire contre la liberté de contractualiser une union et de l’appeler « mariage », ou de l’appeler « tomate », ou « salade », ou que sais-je) ?

      C’est bien gentil de vouloir des immigrés tolérants envers les chrétiens, et non-sexistes, et non-homophobes, mais faut pas que ces bonnes intentions servent de prétexte pour devenir soi-même intolérant. Du genre : « puisque je suis contre l’homophobie il me faut devenir un raciste qui refuse que des musulmans viennent dans mon pays. »

      Je pense, Stéphane Montabert, que vous avez vraiment du mal à comprendre qu’il peut parfois exister plus de différences de mœurs, de différences culturelles, entre deux individus autochtones, qu’entre un individu autochtone et un individu étranger.

      La société la moins violente n’est pas forcément celle qui est la plus homogène culturellement. (Par exemple les nord-coréens sont homogènes culturellement mais leur société est un enfer) La société la moins violente est celle qui est la moins socialiste : Une société multiculturelle MAIS libérale sera beaucoup plus paisible qu’une société homogène culturellement MAIS socialiste.

      • Stéphane Montabert
        9 septembre 2015 at 12 h 53 min

        Oui, je suis au courant de toutes ces sortes de choses dont vous souhaitez me rappeler l’existence. Je pourrais même être à peu près d’accord avec votre rapport entre la paix sociale et le dosage de socialisme.

        Si c’était juste pour me traiter « d’intolérant », c’est un peu maigre. Si c’est pour autre chose j’ai juste du mal à comprendre où vous voulez en venir.

        • @Stéphane Montabert : À vrai dire moi c’est surtout l’impression (fondée ou infondée) d’une certaine hypocrisie dans vos messages qui me pose problème.

          Je suis comme vous opposé à l’intolérance qu’on peut trouver dans l’islam (sexisme, homophobie…) Cependant, pour être cohérent, j’estime qu’il faut s’opposer à l’intolérance d’où qu’elle provienne, et non pas seulement à celle qui provient de l’islam. Si on est intransigeant avec l’islam, il faut également être intransigeant avec le christianisme. Sinon on est un hypocrite.

          Donc je vous lance un défi : citez moi un seul de vos messages sur ce site où vous critiquez l’intolérance qu’on peut trouver ailleurs que dans l’islam, par exemple dans la Bible ou la Torah, mais aussi dans certains traditions franco-françaises. Si tel que vous dîtes, vous êtes au courant qu’il y a des français de souches sexistes et homophobes, citez-moi un seul de vos messages où vous les critiquez explicitement.

          • @commando . Il y a une différence de poids : le christianisme fait la stricte scission entre temporel et spirituel. Pas l islam. C est le pb majeur.

          • Stéphane Montabert
            9 septembre 2015 at 14 h 29 min

            Je serais né plus tôt j’aurais sans doute été un anti-catholique plus virulent, mais voilà, à chaque époque son combat et j’oserai formuler que celui de notre temps n’est pas l’intolérance propre au christianisme.

            « Si on est intransigeant avec l’islam, il faut également être intransigeant avec le christianisme. Sinon on est un hypocrite. »

            Ou un imbécile, selon. Si l’une des intransigeances mène à se faire décapiter et l’autre à ne pas recevoir de bonjour d’une personne qu’on croise dans la rue, alors il serait un peu idiot de les mettre tous les deux sur le même plan.

            Question de priorité si vous voulez.

            • @Stéphane Montabert : Je vais vous donner un exemple montrant comment la non remise en question du christianisme (considéré comme déjà suffisamment critiqué) à aujourd’hui encore des conséquences dans les lois de notre société : le cas des Femen.

              Quand les Femen veulent interdire l’industrie du sexe (prostitution, pornographie) un libéral se doit de s’opposer à elles. EN REVANCHE, quand les Femen luttent contre des condamnations arbitraires pour « atteinte à la pudeur, atteinte aux bonnes mœurs, etc » elles sont, SUR CE POINT PRECIS, des libérales, quoi qu’en disent les libéraux-conservateurs. Dans ce cas précis, un libéral doit donc défendre les Femen.

              Si un libéral occidental rechigne à défendre le droit d’une femme de se balader seins nus dans la rue, c’est parce que, consciemment ou non, ce libéral est imprégné d’une morale traditionnelle, chrétienne, puritaine. Je ne dis pas qu’on ne peut pas être libéral et puritain, cependant plus on est puritain, plus il sera compliqué d’être libéral.

              • ça devient n’importe quoi. parce ce qu’on se proclame libéral, on devrait défendre le droit de tout le monde de faire n’importe quoi n’importe où, y compris ce qui nous dérange ?
                non. il y a des choses qui me dérangent, je ne les fais pas et je ne vais pas soutenir ceux qui les font.
                des femmes veulent se balader dans la rue les seins nus ? elles peuvent le faire librement à la plage, il y a des lieux plus appropriés que la rue. et au cap d’agde, elles peuvent même enlever le bas. et si elles veulent faire plus, il y a des lieux pour ça, mais pas dans la rue. être libéral, c’est autoriser les clubs échangistes, il y en a des centaines en france. autoriser les gangs bangs dans la rue, non.

                • en pratique quand on fait société on doit respecter les lois…on respecter même de sois qu’on désapprouve.

                  si les lois , sont « justes » c’est autre chose, et tout cela est une affaire de conscience, on a de limites on met en balance l’intérêt que l’on retire de l’existence de lois par rapport à la souffrance s que peuvent représenter certaines lois…
                  alors certes dans une société libérale….mais c’est aussi l’objet de cet article hollande ne nous dit pas nous allons accueillir des réfugiés, hollande nous dit je vais décider de prendre des sous ici ou là pour pouvoir donner à manger éduquer et.c.ces gens.

              • Les actes de provocation gratuite dont l’unique but est de choquer les convictions de son prochain n’ont rien de libéral. Vouloir choquer quelqu’un, ça n’est pas respecter sa liberté de pensée. Si on n’est pas capable de se montrer responsable là-dessus, pourquoi le serait-on sur autre chose ?

              • Commando, non, un libéral n’a pas à défendre les Femen, il a juste à défendre ses intérêts ou ceux qu’il estime être nécessaire à son bien-être.
                Même si j’estime que les conditions de détention dans les prisons ne sont pas correctes, je n’ai pas l’intention de manifester pour le bien-être des prisonniers 😀
                D’autre part votre exemple des Femen est lié à ce qu’on peut ou ne peut pas faire sur le domaine public… et le problème c’est bien ce domaine public où chacun se croit autoriser à faire tout et n’importe quoi puisque personne ne sait à qui ça appartient. Privatisons ou donnons en concession le domaine public et ces soi-disants problèmes disparaitront avec lui.

              • On est libéral, ou on ne l’est pas.

                Mal se comporter dans un lieu privé, est-ce bien libéral ❓

                Il m’est arrivé de me faire refouler dans un restaurant parce que en short. A prendre ou à laisser. Pourtant dehors il y avait 40 degrés.
                Et le restaurant n’était pas climatisé. je suis allé m’habiller, chemise à manches longues et pantalon.

                Respect de la propriété oblige, j’ai sué comme un phoque.

      • Du genre : « puisque je suis contre l’homophobie il me faut devenir un raciste qui refuse que des musulmans viennent dans mon pays. »

        Vous cognez assez fort, @commando… Un porte grande ouverte, c’est toujours spectaculaire ❗
        Vous suggérez que les musulmans sont tous homo ? J’aurais dit homo… sapiens…
        Les plus zélés d’entre eux massacrent ce genre de minorité…
        Donc si on est homosexuel, c’est logique d’être « raciste »… ❓
        Comprenne qui pourra ❗

      • Je vous rappelle que « contractualiser une union » était déjà possible (PACS). Quant à appeler l’union homosexuelle « salade », « tomate », non ça ne va pas mais j’aurais bien vu un nom comme « pariage » par exemple. « Mariage », « Pariage », je trouve que ça sonne bien. Par contre, perso, je ne suis ni pour l’un ni pour l’autre car accorder des droits à des gens qui disent « oui » à un maire c’est leur accorder des droits au détriment des célibataires. Et l’avenir (progressiste) c’est le célibat.

  • +10000000000000000
    Entièrement d’accord. Surtout en fRance ou tout est bloqué si vous n’avez pas le diplôme, le stampfel de l’état.
    Salaire minimum à zéro pour au moins ces gens, bien sûr de préférence pour tous.

    Avec tristesse on constate que le pays n’a plus d’élites ayant le moindre zeste de bon sens.
    Avec écœurement, on regarde la contrition de ces élites partout, tous les médias.

    Mais ceux qui végètent dans les camps, on s’en tape puisque les médias n’en parlent plus. Pas vu à la télé, hein ❗
    Mais ceux qui servent d’esclaves sexuelles, y compris des mineures de moins de 15 ans, probablement 12 ans à peine, ceux, vu que l’on n’en parle pas à la télé, ceux là n’ont pas droit à notre compassion. Même pas.

    La formule de Bastiat ne s’applique pas qu’à l’économie, hélas.

    L’Europe me fait vomir. 🙁

    • L’Europe n’est pas la France, heureusement! Au contraire, la France est bien devenu un « mauvais élève » qui veut faire croire qu’elle participe encore au « moteur, rien que ça!

      Ne pensez pas que les pays partenaires ne sont pas au courant! Je souhaite bien du courage aux Français qui se disent libéraux au moment où la liberté se réduit en peau de chagrin.

      De plus, je ne vois plus guère 1 politicien libéral, en France.

      L’état se mêle de tout, ce qui permet des « tripotages » opaques (la transparence n’est pas une « valeur » française!) et justifie les millions de fonctionnaires.

      Et le Médef-même est son partenaire alors que les syndicats comme les banques sont favorisés, sous la gauche comme sous la droite.

      Que vous reste-t-il de libéral? Une idéologie, d’autant plus radicale qu’il n’y a aucun risque qu’elle se concrétise!

      Ce n’est pas le cas dans tous les autres pays d’Europe, qui n’ont pas non plus les mêmes réactions vis-à-vis des réfugiés ou des immigrés, ni évidemment, vis-à-vis de l’U.E.

      • L’Europe n’est pas la France, heureusement! Au contraire,

        Vous n’y êtes pas. C’est presque autant démagogique qu’en fRance, et c’est bien le problème.

        Avez-vous bien compris le commentaire de Libertarien avant de le commenter ❓

  • « Car si l’Allemagne, à laquelle on se compare volontiers quand ça nous arrange, accepte apparemment de bon coeur un apport d’étrangers, c’est parce que sa natalité ne compense plus les retraites qu’il faudra payer. Rajeunir la population de manière aussi inespérée est une aubaine pour ce pays. »

    Ca, c’est une absurdité. On ne le répètera pas assez.

    Le problème du vieillissement de la population pour les retraites, n’est pas simplement un problème de vieillissement, mais c’est surtout un problème de structuration des retraites par répartition.

    Le système des retraites est une pyramide de Ponzi. Les retraites touchées ne correspondent pas en valeur actualisée à ce qui a été effectivement cotisé. Je ne sais pas pour l’Allemagne, mais en Suisse, où je vis actuellement, il faut environ 4 cotisants pour payer la retraite d’un retraité. En d’autres termes les cotisations ne payent en moyenne (en valeur actualisée) qu’un quart de rente.

    De faire entrer des jeunes étrangers hic et nunc en prétendant palier au problème des retraites est fallacieux. Vous pouvez faire venir des jeunes pour financer la retraite des vieux, vous ne faites que gagner du temps, mais absolument pas résoudre le problème. Pire, en le repoussant vous l’avez accentué.

    En effet, un truc a dû échappé aux gens qui raisonnent de cette façon: j’ai un scoop pour vous, vos jeunes étrangers, eux aussi à un moment ils deviennent vieux et il faut donc aussi leur payer une retraite avec des cotisations nouvelles. En conséquence, qui va payer pour vos 4 jeunes quand ils seront vieux? En l’état du système, il vous faudra alors 16 nouveaux jeunes. Et une fois le moment venu pour ces 16, il en faudra 64. Bref, c’est une pyramide de Ponzi, qui tôt où tard s’effondrera.

    Pour résoudre le problème des retraites, il ne faut pas faire entrer plus de gens dans le système, il faut changer celui-ci.

    • « Changer de système », c’est bien gentil! Mais c’est faire fi de la dimension temporelle! Si vous changez de système d’un coup, d’un seul, vous vous retrouvez avec un surplus d’indigents qui auront été roulés: les retraités actuels qui après une carrière de cotisations n’auront plus droit à rien!

      Il faudra bien leur assurer une survie qui viendra d’une autre caisse! Vous aurez arrangé un problème en en créant un autre, tandis que les actifs devront épargner plus que les cotisations actuelles puisque l’épargne individuelle équivalente suffira à constituer le 1/4 seulement de leur retraite, suivant vos dires, et que les cotisations payées sont déjà dépensées.

      De votre raisonnement, on peut déduire qu’une retraite par capitalisation doit être à la hauteur de 4 X les cotisations actuelles, diminué du bénéfice actuariel (hypothétique) de l’épargne.

      Donc non, on ne peut pas changer de système d’un jour à l’autre: il faudra un système transitoire (déjà appliqué) mixte: cotisations + plan d’épargne-pension personnel, pour passer progressivement de l’un à l’autre. Un système identique pour les fonctionnaires doit permettre parallèlement de diminuer l’impôt sur les revenus pour permettre une épargne suffisante.

      Dans mon pays, tout est prévu déjà jusqu’en 2030 et l’étude pour 2050 est déjà bien avancée. En France, ce n’est pas en creusant la dette que vous y arriverez puisqu’elle devient de moins en moins remboursable: ce ne serait que déplacer le problème en l’aggravant!

      • Donc non, on ne peut pas changer de système d’un jour à l’autre: il faudra un système transitoire

        Ou a-t-il dit qu’il fallait changer de système d’un jour à l’autre ❓ ❓ ❓ Et le transitoire que vous décrivez … ❗ ❗ ❗ est encore bien trop maigrelet. Il va falloir le transformer en suppositoire et pousser bien profond.
        Comme vous êtes toubib, vous savez faire, alors, je vous laisse faire … :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

        • Si on attend, que l’on temporise éternellement, ce sera un balle de tennis le suppositoire…
          Ceux qui auront de la vaseline seront privilégiés… Les autres, ce sera comme dans les « comics »… les yeux sortant de l’orbite…

          Rassurez vous, on aura un match de tennis intéressant … :mrgreen:

      • MDR Mikilux ! Quand on est sur le mauvais chemin il faut donc persister dans l’erreur… juste en ralentissant !

        Il me semble que c’est le Chili qui a changé de système.
        Vous oubliez que si l’état baisse les dépenses de 20% (de 57 à 37% par exemple) c’est autant d’épargne qui restera dans la poche des salariés, sachant que cette épargne ira dans l’invetissement.

        http://www.contrepoints.org/2010/09/23/36-le-systeme-prive-de-pension-chilien-sort-indemne-de-la-crise

    • Mais en Allemagne, le problème démographique fait que plus de retraités, c’est moins de main d’oeuvre et c’est cet aspect-là qu inquiète: pour maintenir le niveau économique du pays, l’appoint de la main d’oeuvre étrangère devient indispensable.

      Donc non, ce n’est pas absurde.

      • Boaf : plus de robots…

        • Il y en a déjà beaucoup! Et comme on sait, les entreprises allemandes ne renaclent pas à former les gens dont elle a besoin.

          • Ok un soudeur camerounais. Mais 2 types qui emballent les colis sont bel et bien remplacés par une machine.
            Vu le salaire minimum, les entrepreneurs n’ont pas attendu. rien que sur l’emballage, 10000 emplois supprimés.

  • Merci pour cet article !
    L’Etat est généreux avec l’argent des autres.

    C’est la solidarité naturelle ou communautaire qui devrait s’appliquer, dans une société libre.

  • Totalement d’accord ! ça fait longtemps que j’avance cet argument face aux personnes anti-immigration et toutes sont en réalité d’accord avec ce constat… L’Etat fausse tout le processus d’intégration de A à Z… J’ajouterai que dans une économie planifiée l’individu n’est pas libre de ses mouvements car ces initiatives faussent le plan, dans une sociale démocratie on limite les entrées de personnes et les sorties de capitaux et dans l’idéologie libérale rien…
    « Si l’État-providence n’existait pas, si nous avions une complète liberté des marchés, il serait alors logique de laisser la porte grande ouverte à l’immigration. Mais avec l’État-providence c’est impossible. Sa présence implique de contrôler l’immigration. » (Milton Friedman)

  • Tout d’abord je ne me sens pas compris dans le « nous » du chapeau de votre article. Ensuite, c’est plutôt l’ignorance, certains discours et politiques anti-Etat-providence qui sont à l’origine du rejet par une partie des Français de l’immigration.

    Ignorance d’abord car croire que l’immigration « coûte beaucoup» à la France est tout simplement faux comme le montre une étude de l’université de Lille coproduite par X. Chojnicki. A minima l’immigration ne coûte rien ni ne rapporte rien à la France, au mieux elle est bénéfique notamment pour les dépenses publiques. Ignorance également car les anti-immigrations pensent que les immigrés venant en France sont peu qualifiés. C’était vrai il y a 30 ou 40 ans, maintenant ce n’est plus le cas. L’immigration serait donc encore plus bénéfique pour la France si on exploitait pleinement les compétences des immigrés en commençant par les reconnaître, cela sera plus efficace qu’une « libéralisation » du code du travail, vieille revendication idéologique.

    Discours et politiques anti-Etat-providence également, en commençant par les propos nauséabond de la droite et de l’extrême-droite sur l’assistanat, concept d’ailleurs assez flou qui mériterait d’être précisé et même défini, mais à chaque fois que je pose la question à une personne de droite ou d’extrême-droite, il semble incapable de me répondre (sauf bien sûr, « vous savez bien »). C’est tout de même assez curieux ce discours sur l’assistanat, en particulier chez les anti-immigrés de droite et d’extrême-droite, car ceux-ci critiquent les immigrés qui viendraient en France pour être « assistés » et en même temps s’ils travaillent l’extrême-droite hurle qu’ils « prennent l’emploi des Français ». Il faudrait choisir pour éviter d’être incohérent. Discours également sur un système d’assurance sociale (santé, retraites, chômage) qu’on ne pourrait plus payer et dont la situation financière serait aggravée par l’immigration. C’est deux fois faux. Comme je l’ai expliqué dans le précédent paragraphe, l’immigration ne coûte rien et même rapporte aux finances publiques. Mais il est également faux de prétendre qu’on ne peut plus payer notre système social. Lorsqu’on regarde les données, le déficit social correspond à 0,4% du PIB (le reste du déficit public est le fait de l’Etat et des administrations locales). On ne peut faire croire aux gens que c’est insurmontable à payer sauf à parier sur leur ignorance (et on en revient au premier paragraphe). Politiques anti-Etat-providence car depuis de nombreuses années on bloque les retraites, on diminue les remboursements de soins, on durcit les conditions d’indemnisation chômage, on s’inspire du privé pour gérer les administrations publiques ce qui conduit à des échecs patents, je pense en particulier à la tarification à l’activité et la loi hôpital-entreprise qui étaient censées améliorer la situation financière des hôpitaux et qui au contraire l’a dégradée ainsi que la prise en charge des patients. Alors bien sûr, quand dans le même temps certains politiciens de droite et d’extrême-droite évoquent l’AME (aide médicale d’Etat) qui serait une des raisons de l’immigration, cela ne peut que provoquer un rejet de l’immigration chez les esprits simples et les ignorants (« c’est pas juste que l’étranger soit remboursé intégralement et pas moi ». Pourtant le coût de l’AME représente une goutte d’eau dans les dépenses de santé, ensuite ce n’est pas en diminuant l’accès aux soins des étrangers que les « autochtones » verront leur prise en charge augmenter (c’est typiquement français, demander moins pour les autres plutôt que plus pour soi), enfin étant donné le taux de non-recours il est peu crédible que cela soit une raison poussant les individus à émigrer.

    Voilà quelques unes des raisons qui expliquent le rejet d’une partie des Français, même si à cela on pourrait également ajouter les amalgames immigration-délinquance ou immigration-terrorisme entretenus par l’extrême-droite et une partie de la droite française.

    • L »étude » citée est un déni de réalités agencé pour tromper les Français et les maintenir dans l’erreur, les immigrés sont une très mauvaise affaire pour l’économie française. Ils reversent à l’État 60 milliards en impôts et contributions sociales, mais ils reçoivent 48 milliards d’euros rien qu’en aides sociales, et en plus ils profitent ou coûtent des dizaines de milliards supplémentaires en usant des équipements et services publics: routes, trottoirs, bus, administrations, justice, armée, police, et souvent de manière beaucoup plus coûteuse que le reste de la population, par exemple des milliards de subventions pour les zones sensibles,… aménagées en grande partie pour les logements et activités des immigrés, et toutes les administrations et associations dépensières qui tournent autour.
      Le bilan est un surcoût de plusieurs dizaines de milliards par an par rapport à ce que les immigrés rapportent.
      A ce surcoût financier direct s’ajoutent les handicaps causés à l’économie par les comportements inadaptés des immigrés.
      Par exemple le chômage supplémentaire des Français qui sont remplacés par les immigrants travaillant pour moins cher ou au noir: une perte de l’investissement en éducation et formation et pire, une économie d’employeurs et d’employés voyous et exploiteurs qui remplaceront les entreprises efficaces mais moins délinquantes et leurs employés (retour de plusieurs siècles en arrière, vers plus de servage, de parasites, mafias et féodalités improductives).
      Par exemple les investissements en éducations et formations sont moins productifs quand on éduque des immigrés, qui ne fournissent pas un travail aussi productif, quand ils ont un travail, ou qui ne fournissent aucun travail pour un nombre relativement beaucoup plus important que les non immigrés. Cela contamine aussi les non immigrés dans les classes où se trouvent des immigrés. Cela est catastrophique pour les retraités qui touchent des retraites plus réduites car les employés en activités ainsi moins performants payent aussi moins de ces cotisations récupérées par les retraités.
      Par exemple ils accroissent le mépris pour les emplois manuels payés pas chers.
      Par exemple transformation partielle de l’économie française en économie mafieuse et corrompue comme celle qui règne généralement dans les pays d’où viennent les immigrés.
      Même si le trou que creuse l’immigration dans les budgets de la France et des Français n’est pas le gouffre approchant la centaine de milliards par an dénoncé par le FN, c’est pourtant un énorme boulet qui maintient notre pays dans le fond de la crise économique et risque de le noyer définitivement.

      • Wah… les immigrés ont un cerveau différent du nôtre ? Des aliens ? Faut des lunettes spéciales pour les reconnaître ?
        Ils sont parmi nous, David Vincent les a vus.

      • je vous invite à lire l’étude citée avant de raconter n’importe quoi. Ensuite, si vous êtes capable de déterminer combien coûte chacun par son usage des routes, trottoirs, bus, administrations, justice, armée, police, n’hésitez pas à nous expliquer comment vous le calculez…. J’ai hâte.

        Concernant les zones sensibles, vous faites là une grave confusion. J’aimerai bien savoir à combien vous estimez le nombre d’immigrés en France, pour commencer.

        Votre discours digne du FN est même incohérent. D’un côté vous nous dites que les immigrés touchent les aides sociales et quelques lignes plus loin vous nous dites qu’ils occupent des emplois, exactement l’incohérence dont je parle.

        En gros vous affirmez, affirmez mais sans aucune preuve de ce que vous avancez. Pas très convaincant.

        • J’ai repris les chiffres de l' »étude » de X. Chojnicki (voir Courrier international)? Ce que vous dites indique que vous ne l’avez pas comprise, elle est tronquée donc très insuffisante et manipulatrice pour estimer le coût de l’immigration.
          Votre discours est digne de la propagande des dictatures d’extréme gauche (URSS, Allemagne de 1933 à 1945, Chine Maoiste, Corée du Nord) : désinformation, tentative de culpabilisation, reformulation mensongère de ce que j’ai écrit,….
          Vous trouverez des éléments plus détaillés sur ce que coûtent les immigrés en plus des aides sociales dans l’étude beaucoup moins tronquée de J.-P. Gourévitch ou de A. Posokhow.

          • je fais la distinction entre une étude universitaire et un rapport d’expertise fait à la demande du FN. Les deux n’ont pas la même « valeur » scientifique. D’autant plus que parmi les critiques, certaines sont fausses comme la non prise en compte des coûts de police ou de justice. Il est bien précisé dans l’étude de Chojnicki qu’ils sont pris en compte.

    •  » l’immigration ne coûte rien ni ne rapporte rien à la France, au mieux elle est bénéfique notamment pour les dépenses publiques. »

      ëtre bénéfique pour les dépenses publiques… ça veut dire quoi ?

      • merci pour la correction, en effet cela ne veut pas dire grand chose, il convient mieux de parler de finances publiques.

        • euh… même question !

          Parce qu’à part donner une bonne excuse pour légitimer une ponction je ne vois pas où est le bénéfice, ni pour qui.

          • quelle ponction ? j’explique justement que les finances publiques sont bénéficiaires !

            • je fais la distinction entre une étude universitaire et un rapport d’expertise fait à la demande du FN (celui dont parle votre lien). Les deux n’ont pas la même « valeur » scientifique. D’autant plus que parmi les critiques, certaines sont fausses comme la non prise en compte des coûts de police ou de justice. Il est bien précisé dans l’étude de Chojnicki qu’ils sont pris en compte.

            • @ Sam player,

              L.S7 voulait juste dire que cela fait des contribuables en plus, donc plus de revenus pour l’état. Techniquement il a raison. Mais dans les fait c’est différent puisque l’état jette l’argent par les fenêtres et freine l’embauche des travailleurs ( migrants ou français ) et qui se retrouvent à la charge de l’état.

      • Vous prenez un grand risque a chercher a comprendre une Phrase Parfaitement et Totalement con !

    •  » L’immigration serait donc encore plus bénéfique pour la France si on exploitait pleinement les compétences des immigrés en commençant par les reconnaître, cela sera plus efficace qu’une « libéralisation » du code du travail, vieille revendication idéologique.  »

      Le code du travail est un frein à l’embauche à cause de la difficulté pour un employeur de licencier. Et Le code du travail vaut autant pour un immigré que pour un français.

  • 100% d’accord avec l’article, cependant nous sommes en France aucune réforme ne sera faite, donc nous allons sortir le portefeuille pour financer tous ces nouveaux « migrants »

    Pour tous ceux qui vont dire « blablalba les migrants vont bosser » je dit : MDR quel patron va embaucher un migrant syrien en sachant que toutes les associations anti-raciste, les syndicats en passant par l’URSSaf et compagnie vont lui sauter dessus ?

  • Je ne comprends pas certains commentaires et l’argument général de l’article.
    Pourquoi ces braves gens ne pourraient pas de débrouiller chez eux ? Ce n’est pas parce que la maison du voisin est en train de bruler qu’il peut venir chez moi si j’estime qu’il n’y a pas sa place. Ne peut-il pas se retrousser les manches pour éteindre l’incendie?
    Si l’on veut une société responsable, est-ce responsable de fuir pour se réfugier chez ceux qui ont combattu le feu dans leur histoire si bien qu’on les cite en exemple (et qu’ils se croient arrivés d’ailleurs) ?

    • Parce que chez nous ils auront des aides sociales de plusieurs milliers d’euros par mois et chez eux ils ne veulent pas bosser ( ici aussi) Et sans aides sociales, les migrants ne viendrons peux ou pas en France.

      •  » Parce que chez nous ils auront des aides sociales de plusieurs milliers d’euros par mois et chez eux ils ne veulent pas bosser ( ici aussi)  »

        Si c’était systématique de la part des nouveaux migrants il n’y aurait pas à Calais les problèmes que l’on connait où les migrants essaient de rejoindre l’Angleterre pays où il est moins facile qu’en France d’être assisté par l’état.

    •  » Pourquoi ces braves gens ne pourraient pas de débrouiller chez eux ?  »

      Pour certains c’est difficile quand leur pays est en guerre.

      • On n’a jamais dit que faire la paix était facile, mais la faire de loin une fois qu’on est parti est encore plus difficile…

  • Ce texte frise l’angélisme qu’il reproche à d’autres.
    Malgré les fantasmes, les immigrés non occidentaux sont généralement moins qualifiés que les Français et leurs ingénieurs sont souvent inférieurs à des non cadres français. Ils sont aussi bien moins adaptés aux manières de travailler dans les entreprises françaises. D’où des pertes considérables pour les entreprises qui les adaptent et les mettent à niveau. Cela expliquent d’ailleurs que l’on voit souvent des employés moins efficaces qui ne sont pas d’origine métropolitaine dans les administrations où l’efficacité a toujours moins d’importance que dans le privé.
    Les immigrés déjà établis en France et leurs enfants sont une malchance énorme pour l’économie française puisqu’ils lui coûte plusieurs dizaines de milliards par an directement en dépenses supplémentaires, par rapport à ce qu’ils rapportent à notre économie. Ce surcoût est payé par les Français d’origine plus ancienne.
    S’ajoutent les effets pervers pour l’économie des manques et habitudes inadaptées qu’ils ont par rapport aux Français ou assimilés: par exemple dans le niveau inférieur d’éducation qu’ils entraînent pour tous les élèves.

    • S’il y a un problème de qualification pour certains et qu’ils sont non employables, c’est donc un problème de salaire minimum. Par contre il faut arrêter de croire qu’on est le phare du monde : il y a des syriens, des chinois, des lbanais et des indonésiens etc… qui bossent en Australie et ce ne sont pas des manches.

      • Travailler plus ne veut pas dire que le travail est aussi bon, c’est souvent l’inverse.

        • Relisez, je n’ai pas parlé de travailler plus : j’ai dit que si on veut que quelqu’un soit employable il faut revoir le salaire minimum des gens non qualifés, et j’ajouterai qu’ils soient migrants ou non.

      • « il y a des syriens, des chinois, des libanais et des indonésiens etc… qui bossent en Australie et ce ne sont pas des manches. »
        Exact, sauf que l’Australie pratique une immigration choisie hautement sélective. Donc effectivement, ceux qui passent le filtre sont d’une haute valeur ajoutée pour le pays, sans parler du dynamisme de l’économie de ce pays.
        On ne peux pas dire que l’immigration en France soit basé sur les mêmes critères… 🙂

    • @ Darad,

      Les immigrés sont souvent des gens entreprenants surtout dans les métiers du bâtiment. Un ingénieurs syrien aura plus de facilité à ouvrir sa propre boîte que si il était analphabète.

  • Les Allemands ne vont pas se réjouir longtemps, sauf ceux qui profitent à court terme des immigrants : passeurs, voyous, esclavagiste, proxénètes, partisans de l’immigration débridée. Ils vont regretter la natalité autochtone.
    Les investissements en éducations et formations sont moins productifs quand on éduque des immigrés, qui ne fournissent pas un travail aussi productif, quand ils ont un travail, ou qui ne fournissent aucun travail dans une proportion relativement beaucoup plus importante que les non immigrés. Cela contamine aussi les non immigrés dans les classes où se trouvent des immigrés. Les employés sont alors moins qualifiés et moins efficaces: le nivellement par le bas cher à Contrepoints. C’est catastrophique pour les très nombreux retraités allemands qui toucheront des retraites plus réduites, car les employés en activité ainsi moins performants payent aussi moins de ces cotisations réparties entre les retraités (d’où peut être un regain d’intérêt à financer plus les retraites comme cela se fait en Suède ou par capitalisation).

    • Fail et gloubiboulga : en allemagne les turcs ont des boulots qualifiés. Vous avez un sacré biais concernant le niveau des migrants et leur capacité d’apprentissage.

      • Vous prenez les cas particuliers exposés par la bien-pensance pour la généralité. Vous avez surtout un aveuglement désolant devant le faible niveau de qualification des immigrés quand ils arrivent, et devant les coûts directs et indirects énormes de leur mise à niveau.

        • @ Darad,

          Beaucoup d’entrepreneurs à nom non européens étaient au départ des nouveaux arrivants dont certains avaient étaient peu qualifié . Et dans le bâtiment les noms sont souvent des noms qui ne sont pas du lieu du pays d’accueille.

  • Sur le fait qu’il ne faille pas faire d’angélisme sur l’immigration; je parle en connaissance de cause ma mère à été présidente d’une association pendant des années qui prenait en charge des immigrés et je peux vous assurer que le mythe de l’immigré qui arrive en connaissant déjà tous les formulaires pour pouvoir toucher un maximum d’aide est bien réel ! Je ne vais même pas développer tous les coûts périphériques de l’immigration qu’on retrouvera dans les collectifs pour le logement, les préfectures, les tribunaux… La liste est énorme! L’immigration que l’on capte aujourd’hui en France n’est pas dans la majorité à la recherche d’une vie de self made man… mais plus des droits acquis qu’offre la France… J’ai vu des personnes immigrées refuser un appartement au titre qu’il n’était pas assez neuf… !!?? Sans comptez que l’administration impose déjà des normes locatives très strictes !
    Le Danemark pays pro état providence l’a bien compris et a dors et déjà publié dans les journaux libanais qu’il n’accueillerait pas d’immigrés !
    Donc malheureusement non je ne le pense pas que dans l’état actuelle des choses l’immigration soit bénéfique économiquement même si il est sûr qu’elle le serait dans un état plus libéral !
    Après ce pose la question de notre conscience……..
    Néanmoins je vous laisse le témoignage d’un guide touristique polonais à la frontière entre l’Italie et l’Autriche.

    Auteur du blog « Obywatel Świata » (Citoyen du Monde), Kamil Bulonis se dit lui-même très surpris du retentissement de son histoire. Un retentissement d’autant plus grand qu’il s’agit justement d’un citoyen du monde, grand voyageur et homosexuel revendiqué : « journaliste, globe-trotter, gay », ainsi qu’il se décrit sur Instagram. Tandis que sa photo de profil Facebook est bien entendu sur fond arc-en-ciel. Voici donc ce qu’à publié ce parfait gauchiste polonais le 4 septembre dernier au soir :
    Il y une heure et demie à la frontière entre l’Italie et l’Autriche [sur la route SS621 en direction du Parc national du Hohe Tauern], j’ai vu de mes propres yeux les gigantesques hordes d’immigrants… Malgré toute la solidarité que je peux ressentir à l’égard de gens qui sont dans une situation difficile, je dois dire que ce que j’ai vu inspire la terreur… Cette énorme foule de gens – je suis désolé de l’écrire –, ils sont d’une sauvagerie absolue… Les vulgarités, les jets de bouteilles, les cris « Nous voulons aller en Allemagne » – l’Allemagne est-elle un paradis aujourd’hui ? J’ai vu comme ils encerclaient la voiture d’une vieille dame italienne, ils l’ont sortie en la tirant par les cheveux et voulaient partir avec sa voiture. Ils essayaient de faire se balancer l’autocar dans lequel je me trouvais avec mon groupe. Ils nous balançaient de la merde, ils frappaient de toutes leurs forces contre la porte pour que notre chauffeur leur ouvre, ils crachaient sur la vitre… Je pose la question : dans quel but ? Comment ces sauvages doivent-ils s’assimiler en Allemagne ? Je me suis senti un moment comme en temps de guerre. Vraiment, je plains ces pauvres gens, mais s’ils venaient en Pologne, je ne crois pas qu’ils trouveraient de la compréhension chez nous. Nous sommes restés bloqués trois heures à la frontière que nous n’avons finalement pas franchie. Tout notre groupe a été transporté de retour en Italie sous la protection d’un cordon de police. Notre autocar a été massacré, il est couvert de matières fécales, rayé, avec des vitres brisées. Et ce doit être la solution au problème du déficit démographique ? Ces hordes de sauvages ? Il n’y avait pas de femmes ni d’enfants avec eux. La grosse majorité, c’étaient des jeunes hommes agressifs… Hier encore, alors que je lisais les nouvelles sur tous les sites Internet, j’éprouvais inconsciemment de la pitié, je m’inquiétais pour leur destinée. Aujourd’hui, après ce que j’ai vu, j’ai peur et en même temps je suis content qu’ils ne choisissent pas notre patrie comme but de leur voyage. Nous, Polonais, nous ne sommes tout simplement pas prêts, culturellement et financièrement, pour accueillir ces gens. Je ne sais pas qui peut être prêt. Ce qui rentre dans l’UE, c’est une pathologie comme nous n’en avons encore jamais vue. Et pardonnez-moi si certaines personnes se sentent insultées par ce que j’écris ici… J’ajouterais encore que des véhicules sont arrivés avec de l’aide humanitaire – surtout de la nourriture et de l’eau – et eux, ils renversaient ces voitures… Par mégaphones les Autrichiens leur faisaient savoir que l’autorisation avait été donnée de les laisser passer la frontière. Ils voulaient les enregistrer et les laisser continuer leur voyage. Mais eux, ils ne comprenaient rien à ce qu’on leur disait. Et c’était le plus horrible dans tout ça. Sur ces quelques milliers de personnes, aucune ne comprenait, ni en italien, ni en anglais, ni en allemand, ni en russe, ni en espagnol… Il n’y avait que l’usage des poings qui comptait… Ils se battaient pour qu’on les autorise à continuer et ils avaient l’autorisation, mais ils ne comprenaient pas qu’ils l’avaient, leur autorisation ! Dans un autocar avec un groupe français, ils ont ouvert les soutes à bagage. Tout ce qui était à l’intérieur a été volé en un instant, il y avait une partie des affaires par terre… Dans ma courte vie, je n’avais jamais eu l’occasion de voir de telles scènes, et j’ai le sentiment que ce n’est qu’un début. Pour finir, je veux ajouter qu’aider, c’est bien, mais pas à n’importe quel prix.

  • article delirant.

    1) le probleme des retraites ne sera pas resolu par une arrivee massive de migrants (car ils sont pour une bonne partie inemployable et de toute facon a terme ils deviendront aussi vieux et devront toucher des retraites)

    2) l arrivee massive de migrants n est pas uniquement un probleme economique. Le jour ou vos enfants a l ecole vont avoir des Probleme car ils mangent du cochon et ne font pas le ramadan, vous allez comprendre

    3) dynamiter le Systeme social francais pour acceuillir des migrants ets peut etre seduisant intellectuellement si vous faites partie des CSP+ mais la meilleure facon de faire elire Marine car un gros paquet d electeurs n ont aucune envie d etre payé 500 €/mois s ils ne veulent pas etre remplacé par un migrant

  • Les migrants ne me coûtent presque rien. Mais les français me coûtent bonbon.

    • Exact. Sur ma déclaration d’impôts, j’ai déclaré pour les personnes à ma charge
      – 15 millions d’enfants
      – 6 millions de fonctionnaires
      – 13 millions de retraités.

  • Pas d’accord. Le reflexe anti-étrangers n’a rien à voir avec le niveau de nos aides. Les Ritals et les Polacks étaient très mal vus lors des vagues d’immigration correspondantes, alors que nos aides sociales etaient quasi inexistantes.
    Au demeurant, plusieurs rapports (certes pas commandés ou réalisés par le FN) indiquent que le bilan économique de l’immigration est positif.
    C’est l’acceptation sociale/sociétale des migrants qui pose problème pas l’économique.
    Inutile d’utiliser les pauvres migrants pour taper à nouveau sur l’Etat. Il y a bien d’autres occasions plus pertinentes…

  • Et si les migrants ne coutaient presque rien…
    Ah la bonne blague!
    Que l’immigration ne coutent rien aux bobos en situation de rente vivant dans un petit cocon: cela me semble une évidence…
    Mais que l’immigration ne coutent rien à tous ceux qui sont écrasés par des prélèvements Étatiques de toutes sortes et, qui luttent au quotidien pour maintenir un budget d’entreprise en équilibre sous peine de disparaitre, ceci est une autre limonade…

  • C’est sur les prisons pleine a 80 % de M..….. c’est une source de pognon pour la France !!!

    • Esprit critique
      Outre les prisons occupées majoritairement comme vous l’indiquez – votre affirmation résulte des statistiques officielles du Ministère de la Justice -, il faut indiquer et j’en oublie certainement :
      – Le renforcement nécessaire des effectifs de police,
      – Le renforcement des contrôles aux frontières,
      – Le renforcement des administrations préfectorales en charge de l’examen des dossiers des immigrés illégaux,
      – Le renforcement des services hospitaliers confrontés de plus en plus à des pathologies fortement contagieuses sévissant dans les pays d’origine,
      – Le renforcement des services de l’Éducation Nationale qui doivent s’adapter pour tenter d’instruire des jeunes n’ayant aucune maitrise de notre langue et de notre relationnel sociétal,
      – Le renforcement des besoins en logements sociaux offerts en quasi gratuité mais qui représentent pour la collectivité un cout très important.
      Le tout, bien sûr, payé par nos impôts et nos taxes en augmentations exponentielles!!

  • Il y a actuellement 1 million de clandestins qui se baladent en France. L’auteur de l’article a trouvé leurs bilans comptables individuels, et global pour le pays a quel page du rapport de la cour des comptes ????

    • Esprit critique
      « 1 millions de clandestins qui se baladent en France » Vous êtes bien au dessous de la réalité d’autant que l’on assiste actuellement à un reflux important de migrants en provenance d’Allemagne…

      • Je ne voudrais pas que l’on me dise que j’exagère, mon estimation repose sur l’accumulation des déboutés non expulsés, des stats moyennes d’infiltrations, et des clandos comptabilisés dans des opérations de régularisations dans divers pays d’Europe.

  • pour l’instant à partir du moment ou c’est l’Etat qui prend la décision d’accueillir les migrants mais que ce sont les français qui paient, ne faudrait il pas faire un référendum la dessus? vu qu’on ne nous demande pas notre avis sauf pour payer.

  • Sur le cout de l’immigration, le magazine Capital avait publié il y a qqes années un gros dossier, dont voici un résumé très succint :
    https://www.capital.fr/economie-politique/immigration-ce-qu-elle-nous-coute-ce-qu-elle-nous-rapporte-715515
    Bilan : ca nous rapporte plus que ça ne nous coûte (y compris même si on incorpore le coût de la delinquance, du chômage ou des aides…).
    En termes economiques, la messe est dite.

    • Ne me dites pas que sans les migrants, les Français de souche paieraient plus d’impôts !

      • Extrait de l’article de Capital, qu’on peut difficilement soupçonner d’être un repaire de bobos gauchisants :
        « En 2005, impôts et taxes versés par la population immigrée dépassaient de 12 milliards d’euros les sommes perçues de l’Etat (retraite, allocations…). Les travailleurs immigrés contribuent aussi à maintenir notre compétitivité grâce à leurs bas salaires. Enfin, le pouvoir d’achat de ces classes moyennes dope l’économie. »
        Mais il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, n’est-ce pas ? …

        • « Leurs bas salaires » — « ces classes moyennes »
          Il faudrait savoir… En fait, il me semble que la situation a singulièrement changé depuis 2005 ! Les chiffres qui me paraissent intéressants seraient ceux de la distribution des contributions taxes et impôts pour les citoyens nés en France, immigrés du 20e siècle, immigrés de 2001 à 2010, et immigrés depuis 2011, et de même celle des aides suivant la même catégorisation. Il me semble aussi que la distinction devrait être faite entre immigrés légaux volontaires, immigrés réfugiés de pays en conflit, et immigrés régularisés après une période clandestine.

        • 2005… càd 13 ans. Un peu ancienne votre référence, basée qui plus est sur l’immigration légale.
          Pour exemple, l’AME (Aide Médicale d’Etat) à laquel ont droit TOUS les immigrés (légaux et illégaux), coûtait 80 millions d’Euros au moment de sa création en 2001 par Jospin. On en est à 1 milliard d’Euro maintenant.

      • Comme je l’ai dit plus haut, le problème de l’immigration n’est pas économique. Il est d’un autre ordre. Qui peut se comprendre et se plaider. Mais de grâce, ne mélangeons pas tout…

        • Facile à dire, mais les raisons du départ du pays d’origine sont soit parce que ces personnes sont chassées, soit parce qu’elles sont attirées. Dans le deuxième cas, il est illusoire de penser que l’économie n’est pas le problème majeur.

          • Vous n’avez pas compris. Ou je me suis mal exprimé
            Ce que je veux dire, c’est que le bilan économique de l’immigration chez nous (qui présente un net positif) ne peut pas être invoqué pour expliquer le rejet de celle-ci.
            Sinon bien sûr que les raisons pour lesquelles on émigre sont essentiellement économiques, que l’on soit africain venant en Europe ou Francais partant au Canada…

        • « le problème de l’immigration n’est pas économique »

          Mais diantre pourquoi Pétain a-il donné satisfaction à une vieille revendication eugéniste des syndicats socialistes en instaurant le salaire minimum ?

    • Bonjour G Brasletti
      quand on lit l’étude citée (Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme Xavier Chojnicki*, Cécily Defoort*, Carine Drapier*, Lionel Ragot* Dir. Scientifique : Hillel Rapoport* ) ce n’est pas si simple et le rapport note: « Cette étude a donc mis en avant le caractère essentiel du niveau de qualification de la population immigrée sur les équilibres budgétaires nationaux et des dispositifs de protection sociale. Ils semblent donc apporter leur soutien à l’idée d’une politique sélective d’immigration ».

      Ite missae est

      • Il est clair qu’avec une immigration choisie, le bilan n’en serait que meilleur…
        Cependant le dossier publié dans Capital tord le cou à quelques idées reçues, principalement axées sur la seule colonne coût du bilan de l’immigration.
        Ca me fait penser aux chiffres farfelus de l’insécurité routière (que les Perrichon et cie chiffrent à grands coups de dizaines de milliards) alors que celle-ci fait vivre des hordes de salariés des assurances, des garages, du BTP, etc.
        Evitons donc des hémiplegiques du bilan comptable, qui a, comle chacun sait, tjs 2 colonnes…

        • Le dossier de capital n’est pas de capital, c’est une étude du ministère des affaires sociales.

          Vous auriez lu l’étude, ce que vous n’avez pas fait, vous verriez une mosaïque de situations économiques, et votre doxa; « l’immigration est globalement positive » ne tient pas.
          Quand on est libéral, on ne calcul pas un bilan global. un bilan de l’immigration qui est aussi stupide que la balance commerciale.
          Il est des migrants toxiques, d’autres bénéfiques.
          P Salin le disait dans contrepoints:
          « En effet, l’immigration est en principe interdite, mais on laisse passer une immigration de mauvaise qualité, composée en majorité de personnes qui ne sont pas des innovateurs. »
          C’est bien cela le pb. Un état socialiste qui ne laisse pas le marché sélectionner les bons immigrés, mais qui laissent seulement entrer des individus qui violent les lois.

          • Vous melangez procès d’intention et relecture de mes propos. Je ne vous félicite pas.
            1. Si j’ai évoqué ce dossier de Capital, c’est parce qu’à l’époque où il est sorti, j’ai acheté le numéro en question et entierement lu.
            2. Je n’ai jamais pretendu que le bilan de l’immigration etait globalement positif. Et ça vient me donner des leçons de lecture… Pff ! Je me suis limité au bilan économique, ce qui n’est pas pareil, loin s’en faut.
            Comme je l’ai deja dit, si l’immigration pose problème, c’est pour d’autres raisons que l’économie.

          • Pour le reste, je vous laisse à vos commentaires sur les bons et mauvais immigrés… Ce n’était pas le sujet.de mon intervention. Du reste, la discussion avec des cryptoracistes qui voient des socialistes partout m’epuise assez vite…

            • C’est marrant, je n’ai fait que de suivre VOTRE lien sur capital qui cite ses sources, que j’ai lu (DREES) et qui parle des  » équilibres budgétaires nationaux et des dispositifs de protection sociale ».
              Ce rapport n’est pas aussi définitif que VOTRE lien, Capital.

              « Comme je l’ai deja dit, si l’immigration pose problème, c’est pour d’autres raisons que l’économie. »
              Même pas.

              PS Avant de balancer un lien sur le net, lisez les références, celles écrites en fin d’articles, en petit, c’est même souvent en anglais 🙂

              PS’ Je ne vois pas des socialistes partout, ils sont au pouvoir.. Quant aux cryptoracistes, c’est l’ultime stratagème pour avoir tjs raison; Comment disqualifier qqu’un sans risque: Le traiter de (crypto)raciste. Comme au bon vieux temps du PCF triomphant.

            • qui voient des socialistes partout

              Rappelez-moi le nom du candidat en 2017 qui défendait les droits de propriété, l’Etat régalien, le libre marché, la libre entreprise et le libre échange ?

          • « Un état socialiste qui ne laisse pas le marché sélectionner les bons immigrés, mais qui laissent seulement entrer des individus qui violent les lois. »
            Mais ce sont des « bons » immigrés!! Ils vivront d’allocs et leurs enfants voteront pour ceux qui leur en promettront encore plus (des socialistes la plupart du temps)! Rien de tel pour permettre à un Etat socialiste d’assurer sa continuité.

      • Evitons donc d’être des

  • Si ce n’était qu’un problème financier/économique…

  • Est-ce que les études disant que le coût de l’immigration est globalement positif tiennent compte de l’immigration clandestine, dont par définition on ne connaît pas le nombre ? Qui ne repartira de toutes façons jamais. Effectivement, la juste présentation des coûts doit se faire selon la proposition de MichelO, mettant en parallèle différentes périodes, car plus le temps passe et moins nous avons une immigration « de qualité ». Mais l’étude globale cache cette situation.

  • Extraits du fameux article de Capital qui conclue l’inverse de son analyse, trop fort !
    « Pour ce qui est des aides, il est faux de dire que les immigrés abusent de notre système de santé ou plombent le budget de l’éducation. En revanche, il est vrai qu’ils consomment beaucoup plus de prestations sociales que les autres : selon les estimations de Lionel Ragot et Xavier Chojnicki, les résidents originaires du Maghreb et d’Afrique noire étaient 1,6 à 1,7 fois plus nombreux que le reste de la population à percevoir des allocations chômage, et 3,8 fois plus nombreux à bénéficier des minima sociaux. Toutefois, cela n’est que le reflet de leur situation sociale : leur taux de pauvreté est bien plus élevé que la moyenne (37% contre 13,5% pour l’ensemble de la population en 2010 selon l’Insee), les femmes immigrées sont plus souvent mères et ont plus d’enfants que la moyenne. » Donc oui, ils coûtent, qu’ils abusent ou non !

  • Et ces propositions, elles ne coûtent rien ?
    « Que faudrait-il faire pour améliorer cette intégration ? Dans un premier temps, refondre notre système éducatif, qui a de plus en plus de mal à remplir sa mission dans les quartiers défavorisés, où est concentrée la majorité des élèves issus de l’immigration. Réduction du nombre d’élèves par classe, création de filières pour les élèves en situation de décrochage, retour à un peu plus d’autorité, meilleure formation des profs à ces problématiques… les pistes sont multiples. »

    • Cela ne coûtera rien si on prélève ces moyens dans les structures éducatives des quartiers favorisés. Après tout, vos enfants parlent français correctement, ils n’ont pas à se plaindre! Vos enfants pourront bien être 40 par classe de français par solidarité avec les petits immigrés qui sont les vraies futures chances pour la France… 🙂

  • Salaires tirés vers le bas
    « Par ailleurs, les étrangers sont aussi une manne bienvenue pour certaines de nos entreprises. En particulier, celles situées dans des secteurs tels que le bâtiment et le nettoyage sont bien contentes de pouvoir profiter d’une main d’œuvre à bas coût acceptant de réaliser des tâches ingrates. Dans d’autres domaines nécessitant une main d’œuvre plus qualifiée, comme les SSII, la pénurie de jeunes bien formés incite là aussi à recruter des étrangers. » De quelles nationalités sont les étrangers en SSII ?

  • « Autre réalité, le processus d’intégration par l’économie fonctionne beaucoup moins bien avec les familles arabo-musulmanes et subsahéliennes qu’avec les vagues d’immigration précédentes. Un chiffre en témoigne : selon l’Insee, le taux de chômage moyen était en 2010 de 8,8% pour les personnes dont les parents étaient nés en France, de 16% pour les immigrés proprement dit et de 24% pour les enfants d’étrangers d’origine non européenne. » L’origine des étrangers est donc bien à prendre en compte. Et comme ceux qu’on veut encore nous faire accepter viennent de ces mêmes régions…

  • Et enfin :
    « Si les méthodes ont failli, les programmes enseignés dans les établissements où les jeunes issus de l’immigration sont majoritaires ne se montrent pas plus adaptés aux réels besoins des élèves. Les moyens mis en oeuvre sont pourtant conséquents : les ZEP représentent un surcoût d’environ 1 milliard d’euros par an, destinés à financer des salaires réévalués pour motiver les professeurs, la mise en place de classes de soutien, etc. Peine perdue… «On voit arriver en sixième des enfants qui ne savent ni lire, ni écrire», se désole Sophie Delcourt, professeur d’histoire-géographie et coauteur de «Jours de collège» (Editions Bartillat) » Et je ne cite pas la scolarisation dès 2 ans, mise en place pour ces mêmes populations, qui ne coûte rien bien sûr…

  • A tout cela s ajoute l’islam conquérant bien sûr.

  • Obligation de construire toujours plus de hlm, y compris dans les programmes privés, donc hlm financés en partie par les autres accédants car le prix au m2 est augmenté pour eux.
    Bouh je me tais, on va me traiter de raciste, c’est tellement plus simple (et mon père se retourne dans sa tombe).

  • Jusque dans les années 30 et surtout depuis 45, l’Etat s’occupait peu de l’immigration, puis il a mis son nez de dans et cela a merdé. Puis le problème des migrants, ils ne peuvent pas travailler et on ne sait pas combien de temps ils vont rester…

  • Article de Phoebe Moses, illustre inconnue, gentille professeur de lettre au Lycée Henry IV enseignant l’analyse sémantique de «Martine en Europe», diplômée es lettres avec mention spéciale en analyse actuarielle.

    Bientôt un article du concierge de Macron, pour défendre la contribution des migrants dans le réenchantement wéberien du balais et l’équilibre budgétaire.

    L’offensive européenne pour nous faire avaler les migrants à toutes les sauces n’épargne pas Contrepoints.

    • Maintenant, je comprends pourquoi les universités françaises tendent vers les augustes hypogées du classement de Shanghaï.

      • Moi, je juge les idées sans préjuger des personnes qui les expriment. Et j’ai le regret de vous informer que votre score suivant ces critères est plutôt sous-abyssal…

        • Voyez-vous, je me sens très honoré de votre décote. Cela me rassure du bien fondé de mes idées. Et comme je ne suis pas mesquin, je vous accorde un point positif en votre faveur.

    • Les libéraux considèrent les migrants comme des être humains, non comme des variables d’ajustement des lubies socialo-collectivistes.

  • Si on supprime pour les retraites la répartition par un autre système plus performant , plus besoin de politique nataliste ruineuse non plus .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

par h16

Drame dans la Manche : il y a quelques jours, une embarcation transportant des migrants qui traversaient la Manche en vue de rejoindre l'Angleterre, a chaviré faisant 27 noyés. L'émotion s'est rapidement emparée des associations locales puis de la presse puis, après quelques gros titres et par ricochet, de l'ensemble du gouvernement français qui s'est empressé d'en faire quasiment une affaire d'État. Macron a parlé et il a décidé que la Manche ne saurait devenir un cimetière.

Depuis, les ministres se sont donc succédé au... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La crise à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie prend de l’ampleur. Des tensions et des altercations ont lieu entre les forces polonaises et les migrants venant de Biélorussie. Cette situation n’est pas sans rappeler celle de la frontière gréco-turque. Ces frontières terrestres entre l’UE et le reste du monde sont devenues des zones stratégiques.

Au-delà des problèmes liés aux flux de personnes et à leur circulation, ces épisodes ont une dimension géopolitique. Ce n’est pas un hasard si ces deux... Poursuivre la lecture

Un article de la rédaction de Contrepoints.

Face à la crise covid qui a durement éprouvé notre système de santé, les Français réaffirment leur attachement à leur liberté de choix selon une étude BVA pour la fondation April réalisée du 19 au 27 juillet 2021. Ainsi, 82 % des personnes interrogées jugent important de pouvoir consulter le médecin de leur choix, même s’il pratique des dépassements d’honoraires. 72 % des Français jugent également important de pouvoir recourir à la médecine non conventionnelle.

L’i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles