Leadership : faut-il décider avec son instinct ?

Pourquoi ne pas laisser libre cours à l’intuition, dès lors que les décisions prises à l’instinct le sont par quelqu’un qui est un maître dans le domaine où il agit ainsi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le plongeon du siècle by Basile R(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Leadership : faut-il décider avec son instinct ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 juin 2018
- A +

Par Alain Goetzmann.

Un récent blog de Seth Godin, auteur et conférencier américain, spécialiste du marketing digital, m’a conforté dans mon approche de l’intuition. Je vous en livre une traduction libre :

« Allez-y avec vos tripes » ! Voici le conseil parfois donné, à l’occasion d’une décision difficile à prendre, par ceux qui pensent que foncer est toujours la meilleure des choses à faire.

Le plus souvent, cependant, c’est davantage une incitation à vous libérer de vos peurs ou à éviter le gros travail d’analyse et de compréhension préalable que requiert cette décision.

Mais, il serait peut-être plus avisé de conseiller : « Investissez dans ce qui peut rendre vos tripes plus intelligentes ».

Le monde est, en effet, bien plus complexe que ce que vos tripes peuvent comprendre, en tous cas sans formation approfondie. Il serait donc beaucoup plus approprié de dire : « Formez vos tripes, c’est à ce prix que se développera votre instinct ». Alors comment faire ?

  • Entrainez-vous d’abord à laisser votre instinct agir uniquement dans votre for intérieur. Chaque jour, forgez-vous une opinion, forgez-vous en dix. Faites des prévisions à propos de ce qui se passera plus tard, quel énorme succès aura lieu, quelles modes l’emporteront, quelles vidéos bénéficieront d’une large viralité, quelles embauches seront réussies ? Consignez ces opinions pour pouvoir les vérifier par la suite. Cela n’a aucun sens de ne pas vouloir entraîner son instinct et de ne s’en servir que lorsque les chances de se tromper sont faibles.
  • Exposez-vous à plus d’expériences. Si vous voulez avoir un instinct plus sûr dans le commerce de détail, allez travailler dans une boutique. Puis dans une autre. Puis dans une troisième. Si vous voulez bénéficier de plus d’intuition dans le recrutement, passez beaucoup de temps auprès de ceux qui s’occupent des ressources humaines ou même, aidez des équipes à screener des CV.
  • Trouvez une façon de parler de votre instinct pour qu’il ne soit plus simplement un instinct. Un processus de pensée partagé deviendra inévitablement plus rigoureux. Échangez avec vos collègues en leur proposant, en retour, de challenger leur propre mode de pensée pour vous entraîner mutuellement.

L’instinct ou l’intuition sont, incontestablement, des atouts dans la prise de décision. J’avais eu l’occasion de rédiger un blog à ce sujet en prenant l’exemple de Chesley Sullenberger, le Commandant de bord qui, en 2009, au mépris des procédures et n’écoutant que son instinct avait posé son Airbus A320 dans l’Hudson River, juste à côté de Manhattan, sauvant ainsi 155 vies.

Mais l’intuition, lorsqu’elle se révèle bonne conseillère, repose entièrement sur une maîtrise parfaite de son métier, sur la connaissance de tous ses aspects et sur une expérience approfondie. D’ailleurs de grands neuroscientifiques en ont traité. Daniel Kahneman, Prix Nobel d’Économie en 2002, y a également beaucoup travaillé. Alors pourquoi ne pas laisser libre cours à l’intuition, dès lors que les décisions prises à l’instinct le sont par quelqu’un qui est un maître dans le domaine où il agit ainsi ?

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Si vous avez une IA, ca s’entraine pareil. Formez là, et quand elle commence à bien prédir, décider, utilisez là.

    l’intuition c’est juste un intelligence non verbale, non consciente, un réseau de neurones qu’on entraîne par des essais/erreurs.

    • @ AlainCo
      Oui! Nous avons bêtement coupé notre être en corps, coeur et esprit, en donnant au dernier une prédominance évidemment pas réaliste: nos actions sont souvent irraisonnées: celle de Mamoudou Gassama est la plus magnifique! La solution rationnelle était de ne pas se mettre en évidence et d’échapper au contrôle qui aurait dû le conduire à l’expulsion: on sait que son sort fut jugé à 180° de cela, heureusement: un héros, immigré illégal et sans papier, noir aussi, qui fait ce que personne ne s’est proposé de faire, c’est une bonne leçon! Et sa récompense est méritée!

      Une A.I. risque bien d’inhiber ce genre de risque prévisible, selon les données intégrées! Aurait-il dû s’abstenir?

      On peut « pinailler », bien sûr! Mais on ne se détermine pas toujours soi-même, par raison, heureusement!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prise de décision en incertitude est un art difficile. L’une des raisons est que dans leur grande majorité, les outils et les concepts que nous utilisons sont ceux du risque, c’est-à-dire propres aux situations répétées. Ils considèrent l’incertitude comme quelque chose dont il faut se protéger. Ce modèle mental de la protection, qui semble si logique, se révèle en fait contre-productif. Et si, au contraire, il fallait se garder de (trop) se protéger de l’incertitude ?

Ce cadre d’une grande entreprise industrielle ne décolère pas. D... Poursuivre la lecture

Et si la guerre en Ukraine illustrait, une fois de plus, la supériorité du libéralisme ?

Pas seulement sur le plan moral, puisque ce conflit oppose une démocratie à un régime autoritaire et enclin à menacer ou envahir ses voisins, mais en termes tout simplement d'efficacité.

Certes, les succès de Kiev s'appuient sur le courage de ses soldats et l'appui d'une population unie dans un patriotisme qui a surpris les Ukrainiens eux-mêmes, en sus de la qualité du renseignement satellite, ou aérien américain et de la fourniture d'armes ... Poursuivre la lecture

Les décisions de politique économique sont difficiles à évaluer. Ceux qui les proposent n'en montrent généralement qu'une face, celle qui correspond à l'objectif principal de la mesure. Or le point clé en économie est que toute décision à des effets multiples au-delà de celui recherché, et souvent antagonistes.

En premier lieu, un choix économique peut affecter le volume de production (donc de richesse) et la répartition de cette richesse. Les premiers correspondent à la "taille du gâteau", les seconds à l'allocation des "parts du gâte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles