Italie : les barbares ont toujours LA solution

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Italie : les barbares ont toujours LA solution

Publié le 29 mai 2018
- A +

Par Francesco Mazza1.

S’il est vrai que les « barbares » sont entrés dans Rome – comme l’écrit le Financial Times – il est aussi vrai que ce sont 17 millions d’Italiens qui ont invité ces barbares en envoyant l’invitation via leur carte électorale, le 4 mars dernier.

Tout comme d’autres dizaines de millions d’électeurs, dans une grande partie de l’Occident, ont donné à d’autres improbables barbares – un certain Donald Trump en tête – la gestion des affaires publiques, sans être dérangés le moins du monde par leur grossièreté ni même leur radicalisme.

Continuer à se scandaliser comme Sigisbée2 sert bien peu, si ce n’est qu’à répéter pour la énième fois le rôle marginal joué aujourd’hui par l’information mainstream.

Il est plus utile de commencer à se demander pourquoi, sur toutes les latitudes, et qu’importe le contexte, la seconde décennie du 21ème siècle voit les gens aller voter avec l’état d’esprit de pirates de l’air et dont le seul dénominateur idéologique commun semble être la volonté de déchaîner une vague de chaos.

Donald Trump et Luigi Di Maio

Une bonne façon de commencer, par exemple, serait de s’interroger sur ce que les électeurs de Donald Trump de New York ont en commun avec ceux de Luigi Di Maio, leader du Mouvement cinq étoiles. Un petit tour sur les réseaux sociaux suffit pour comprendre que les mettre dans le même panier est un paradoxe évident : dans un monde où vous envoyez des voitures autonomes électriques sur Mars et où les problèmes, quel que soit le sujet, n’ont jamais été aussi complexes, « les barbares » pensent que les solutions sont simples, si simples qu’elles peuvent être exprimées et partagées en quelques commentaires sur Facebook.

La protection sociale est sur la corde raide parce que les États sont à court d’argent ? Dans la Silicon Valley, tous les jours, les plus gros cerveaux de la planète discutent sur la façon de sortir une catégorie professionnelle du marché du travail ?

Et quel est le problème ? Il suffit de crier « Revenu de citoyenneté ! », comme le fait Di Maio lors de sa campagne, ou « Make America Great Again » pour faire oublier les peurs, au moins jusqu’aux prochaines élections.

Une vague migratoire sans précédent est en cours, conséquence directe du modèle de développement asymétrique mis en place par le capitalisme au cours des deux derniers siècles ? Il suffit d’un « Bulldozer ! » comme le fait le leader de la Ligue, Matteo Salvini, pouvant peut-être être utilisé pour construire un joli mur à la frontière mexicaine, pour remettre les choses au point.

En élargissant notre champ d’analyse, nous observons que ce phénomène n’affecte pas que l’arène de la propagande politique mais bien tous les secteurs du débat public. Quelle que soit la question, de la plus frivole à la plus sérieuse, l’opinion publique modérée s’est transformée en une armée de terribles HALS – Hommes Avec La Solution – qui ne manquent pas de s’exprimer à chaque pause déjeuner, déblatérant sur les réseaux sociaux, en prenant toujours bien soin de ne pas laisser tomber des miettes de pain sur leur clavier.

Contre l’expertise

On pense, par exemple, à ces mères anti-vaccins qui, bien que n’ayant aucune compétence scientifique, se lancent chaque jour dans des fervents J’Accuse contre les méfaits des multinationales pharmaceutiques. Ou à ceux qui, de plus en plus souvent, refusent le traitement offert par la médecine traditionnelle pour se jeter dans les bras de gourous qui prétendent guérir le cancer avec des centrifugeuses végétales.

Rappeler les chiffres, les données ou les analyses d’experts faisant autorité ne sert à rien, est totalement inutile et génère souvent l’effet inverse : il n’y a rien de tel que la figure du professeur pour se débarrasser de tout bon HALS qui se respecte.

Eh oui, parce qu’en refusant la moindre référence d’expertise, le HALS est persuadé de faire jeu égal avec qui que ce soit et sur n’importe quel sujet ; qu’il parle du penalty douteux de la Juv avec son concierge ou de robotique appliqué avec Elon Musk.

Ce sont les conséquences, très paradoxales elles aussi, de l’ère des réseaux sociaux et de Wikipédia. La disponibilité immédiate de l’information pour tous n’a pas, comme on aurait pu le croire, entraîné une augmentation globale de la culture et du sens critique. Au contraire !

D’une part, grâce au mécanisme des bulles de filtres, cela a favorisé le conformisme et la fermeture intellectuelle. D’autre part, cela a mis à disposition non pas une connaissance collective, mais des kilos de vagues notions néfastes, générant ce fameux malentendu, connu en psychologie comme l’effet Dunning-Kruger : moins vous avez de connaissances spécifiques sur un sujet, plus vous surestimez vos compétences, ne réalisant pas à quel point le sujet est en réalité complexe.

Un comportement compréhensible

En d’autres termes : vous pensez que les problèmes sont simples, que les experts les compliquent volontairement pour on ne sait quelles sombres raisons et, par conséquent, que les solutions sont à portée de main pour qui le voudrait vraiment.

Ce phénomène peut paraitre anormal mais c’est en fait un comportement très compréhensible.

L’individualisme exacerbé de notre monde moderne, qui le vide de toute humanité, produit chez beaucoup un sentiment d’impuissance, un sentiment d’exclusion, et il est logique que ces personnes attendent impatiemment le prochain joueur de flûte capable de les rassurer, derrière lequel ils pourront courir pour entendre que ce n’était qu’un mauvais rêve, que les choses vont redevenir comme avant, un métier stable et garanti, une retraite élevée, l’immigrant à la maison.

Le problème, et c’est là la tragédie, c’est que ces joueurs de flûte dans tous domaines ne sont jamais neutres. Ils ont leur propre intérêt, tout comme les professeurs que les armées de HALS haïssent.

La recherche pseudo-scientifique rapportée dans un site Web très tendance assurant que l’avocat protègerait du cancer est utilisée pour gonfler le prix des avocats, et ainsi alimenter l’économie alimentaire hype dont l’effet collatéral, bien loin de protéger du cancer, est de détruire l’économie des pays en voie de développement (aidant d’ailleurs ainsi à aggraver les problèmes entraînant l’immigration de masse). Tout comme le gourou anti-chimiothérapie qui demande des centaines d’euros pour une bouteille d’eau fraîche miraculeuse, ou le conférencier terreplatiste vendant son livre d’élucubrations à la sortie.

Après tout, il suffit de considérer les gens appointés par Donald Trump ou celui du nouveau Premier ministre italien. Dans le premier cas, c’est un groupe de bureaucrates de second rang dirigé par de vieux généraux ; dans le second, un professeur de seconde main, comme un produit acheté chez Lidl.

Penser que ce sont eux qui vont détruire les élites, ayant à cœur le seul intérêt des classes sociales les plus faibles grâce auxquelles ils font le plein de votes est un  leurre, dans lequel tous les HALS sont tombés.

Le vrai changement, en fin de compte, est la propension de la génération Wikipedia à être instrumentalisée et son impatiente attente de courir derrière un nouveau joueur de flûte : plus trash, plus vulgaire, plus simpliste que le précédent.

Dommage que tôt ou tard viendra l’heure du désenchantement final, la prise de conscience qu’aucun joueur de flûte ne pourra guérir le cancer avec un avocat ou nous permettre de remonter dans le temps, quand nous étions tous plus great et surtout plus jeunes.

Dans notre Hamelin, le XXe siècle ne reviendra jamais, plus que de la colère, il y a la peur de penser à ce qui va se passer ensuite.

 

  1. Francesco Mazza est scénariste et réalisateur.
  2. Sigisbée, homme qui, dans l’Italie du XVIIIe siècle, accompagnait officiellement et au grand jour une dame mariée avec un autre homme.
Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • C’est bien beau et surement vrai tout ça.
    Mais j’ai l’impression depuis bientôt 50 ans que l’on me demande de voter, tous ceux qui ont sollicité mon suffrage se présentaient comme des ‘Hommes avec la solution’, jamais personne ne m’a dit :  » je n’ai pas la solution à vos problèmes, mais votez pour moi quand même  »
    Depuis les prophètes, les livres d’histoire sont remplis des exploits de ces fameux ‘Hals’ .
    Quelqu’un pourrait il me donner un exemple, même lointain, de ‘ non Hals ‘ ? Dagobert peut être ? Qui avait St Eloi comme ‘Hals’ ?

    • Et on peut ajouter tous ceux venus dire au bas peuple que l’UE et l’Euro seraient la solution à tous les malheurs …
      Le bas peuple a fait ses comptes et il se dit qu’il a été floué alors forcément ça incite à voter contre le monstre.
      Le bas peuple a également constaté que tout le monde se foutait de son avis alors il vote à l’extrème en espérant faire bouger les choses.

  • Esprit critique
    29 mai 2018 at 9 h 54 min

    Le peuple est trop con pour savoir ce qui serait bon pour lui.
    Heureusement il y a des «  »Experts » , et Francesco Mazza.
    Trump les vaccins et la Flute, sont les trois causes essentielles des problèmes de l’Italie.
    La commission de Bruxelles va régler tout ça démocratiquement !

    • Son attitude envers la Pologne et la Hongrie en dit long sur l’esprit démocratique et la bienveillance du monstre bureaucratique bruxellois!

  • Article sans intérêt qui n’apporte quasiment rien au débat. Sorti de l’idée du Hals, le reste est une succession d’états d’âmes …

  • Voilà ou on en arrive, ceux qui ne se plie pas à la politique et à la finance sont des barbares ! Les escrocs sont devenus des gentils et ceux qui réclament leur dû des barbares ! La nouvelle société est en route aidé par les intellos de tous poils tous aussi fainéants les uns que les autres et quelle qu’en soit leur étiquette pourvu que l’on puisse bouffer à tous les rateliers sans êtres dérangé par les barbares.

    • jacques lemiere
      29 mai 2018 at 18 h 57 min

      pouvez vous développer l’idée de se » plier à la finance? » voire se » plier à la politique »..ou réclamer son dû…
      j’ai surtout l’impression que de temps à autre on se rend compte que la démocratie n’est pas la panacée car la vérité ne se décide pas au vote.

  • Pierre Henri DREVON
    29 mai 2018 at 10 h 29 min

    Quand je lis les commentaires, je me demande ce que les « commentateurs » viennent chercher sur Contrepoints…

    Erreur sur la personne ?…

    (à part ça, je trouve cet article excellent. La preuve, les commentateurs l’illustrent parfaitement !)

    • Réfléchir est bien trop fatigant pour monsieur! Il préfère cracher sur le peuple de sans dent et continuer à vivre à ses crochets?

  • Les Hals ont toujours existés. Par ex en France en 1981, il suffisait de faire payer les riches pour Mitterrand/Marchais. Si on remonte plus loin dans l histoire, il suffisait de faire payer les allemand apres la premiere guerre mondiale (avec le brillant resultat qu on connait)

    Ce qui est intressant, c est de se demander pourquoi des Hals qui faisaient 20 % des voix et etaient marginaux arrivent maintenant au pouvoir. Il y a certes des accidents conjoncturels. Par ex Trump a gagne en partie grace a Hillary Clinton qui etaient une candidate assez faible (agee & dissimulatrice, qui symbolisait l establishement et non le renouveau (Bill Clinton avait ete president il y a pres de 20 ans !). De meme en Italise, le M5S prospere grace au rejet/echec de Berlusconi

    Mais il y a des causes plus profondes. Il est quand meme indeniable qu une bonne partie des citoyens de nos pays experimentent le descendeur social. Combien de jeunes actifs ont un niveau de vie nettement inferieur a leurs parents au meme age ? et sans perspective d amelioration a court terme.

    Aux raisons economiques, s ajoutent des mutations sociologiques (le male blanc est la source de tous les péchés) et migratoires (aller se promener en ville et ne pas voir de foulard islamique est maintenant rare).

    PS: l auteur de l article se trompe sur un point. c est pas le « capitalisme asymetrique » qui est la cause des pb de l afrique mais la natalite hors controle (ou alors l asie seraient dans le meme etat). Avec 7 enfant par femme comme au niger, vous pourrez jamais vous developper.

    • Pas tout à fait exact car la Révolution industrielle en Grande Bretagne s’est faite en plein boom démographique, le pays passant de 7,5 millions d’habitants à 40 en 1900!

      • Le capitalisme est présenté par l’auteur comme se pensant et exprimant une volonté…
        Ce capitalisme qui est la Révolution Industrielle apparaît en Angleterre durant sa phase de transition démographique. Si cette dernière n’avait pas eu lieu, il y aurait près de 200 millions d’habitants dans ce pays (en utilisant les projections de Malthus faite vers 1825). Serait-il aussi riche en moyenne par habitant ?

      • Mais la propriété privée était bien respectée. En Afrique, ahem ahem.

  • Comparaison n’est pas raison. Il est probable que certains électeurs ont voté Trump pour éviter d’avoir Clinton au pouvoir. Sachant que les deux Clinton devraient plutôt être en prison, on les comprend.
    Ceci dit, le reste de vos propos illutre une fois de plus la critique faite par Platon à la démocratie: la majorité des citoyens de la cité n’étant pas capables de comprendre les enjeux auxquels elle doit faire face, la soeur jumelle de la démocratie est la démagogie, comme on peut le voir aisément dans tous les pays « dits démocratiques ». Il est plus facile de dire « demain, avec moi, vous serez mieux payés, mieux soignés et vous travaillerez moins » que « comme nous avons trop dépensé pendant les 40 dernières années, il va falloir tout réduire: le nombre de fonctionnaires, les aides sociales et vos revenus; ce n’est que dans 5 ans que les choses iront mieux, mais, d’ici là, vous allez en baver ».

    • « demain, avec moi, vous serez mieux payés, mieux soignés et vous travaillerez moins  » … c’est aussi ce que promettaient les politiciens qui ont tant vanté l’UE et l’€.
      Les promesses sont toujours les mêmes , les résultats aussi

      • De plus, nos politiciens mainstream sachant que ces promesses étaient irréalisables, ont largement encouragé l’inculture afin de conserver quand même le pouvoir. Aujourd’hui, cette inculture leur revient en pleine figure, ce n’est que justice.

    • On a vu ce que peuvent faire des gens ignorants et incompétents en économie à la tête de la première puissance économique mondiale. Obama prof de droit ainsi que Bill Clinton, Hillary avocate, tous nuls !

  • Facile de répondre à la question! Comme aux USA, en France, c’est la corruption, le mépris, le déni de la liberté et de la démocratie par l’establishment qui provoque la réaction du peuple qui ploie sous les impôts et les sarcasme des bobos!

    • Et quand le peuple n’en peut plus , il suffit de crier au « populisme » !!
      c’est mal le populisme !!

      • C’est très exactement ce que fait notre establishment, le cas Trump en est l’illustration. Tous les journalistes US le connaissent et savent très bien qui il est, ainsi que ses opinions. Il a été presque toute sa vie démocrate, et n’est passé du côté de Perot qu’en constatant la gabegie et la corruption qui régnait dans ce milieu.
        Ce qui n’empêche pas tous ces pourris de le traiter de nazi, de raciste, de sexiste, et de fou !

        • Je doute que l’Américain moyen se porte plus mal depuis que Trump est au pouvoir. Pour l’Européen moyen, depuis que l’UE mène la danse, ça risque de faire contraste !

  • Pourquoi Donald Trump en particulier? Le choix était restreint avec Hillary Clinton comme alternative. En France, il n’y avait pas d’alternative non plus avec Marine Le Pen comme opposante! Quant aux joueurs de flûte, croyez-vous franchement que nous ne les avons pas au pouvoir presque partout dans le monde, y compris en France? Je ne sais pas si la génération Wikipedia est plus crédule que les précédentes mais elle a quand même accès à davantage d’information. Si décérébration il y a, je la verrais davantage par l’intermédiaire de la télévision et de la radio!

  • – L’Italie a touché le fond du gouffre et tous les Gouvernement précédent cette coalition élue – évincée par le Pdt Mattarella pour être remplacée au pied levé par 1 Gouvernement transitoire de technocrates non-élus – ont tous échoué sans exception, par ou avec l’UE qui les a étiolé d’avantage !
    – Nos médias sous influence oligarchique, noient le poisson dans l’eau en s’enfonçant dans de pires mensonges médiatiques, pour justifier ce coup d’Etat déguisé ( selon Sapir ) appuyé discrètement par Juncker, Merkel leur créancière et Macron… mais les gens ont déjà tout compris ! https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-le-coup-detat-du-president-mattarella-par-jacques-sapir/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29
    – Si leur Pdt a vite choisi son camp ; c’est qu’il appartient aux zélites européïstes et des lobbies des multinationales & des banques.. tandis que le camp d’en face dans la dèche, n’a rien à perdre et envisage de sortir de la doxa UE & ses Traités voire de l’UE.. Ils ont réussi à déterrer la hache de guerre du nationalisme Italien et comment voteront-ils la prochaine fois ? Pareil ? N’allez pas croire que ces technocrates sortiront ce pays de la faillite de ses banques, des 432,5 milliards de déficits de Target.2, des flots migratoires Lybiens .. en si peu de temps. Mattarella a « sauvé les apparences » de l’UE mais ne valait-il pas mieux les détruire ? Entre l’effondrement probable de la zone €uro s’ils en sortaient ou revenaient à leur Lire..ou bien s’occuper de repêcher leur économie en déroute par tous les moyens… Leur Pdt qui n’appartient pas au même monde, a choisi son camp car il n’estime pas ceux d’en face qui parlaient de le destituer devant le blocage des négociations. Affaire classée ; mais il n’aura pas la majorité du Parlement pour valider les réformes de Cottarelli . L’Italie est 1 cas type de l’Europe non réformables avec tous ses ennuis .

  • Je suis désolé mais les joueurs de flûte ne sont pas ceux que l’on croit. Il me semble que les vagues successives de dirigeants nationaux et européens ont assez montré leur capacité à pipeauter pour que chacun ait le droit d’essayer de voir ce qu’un solo de batterie ou un riff de guitare peut donner.

  • Tout ceci est bien beau mais on a envie de lui répondre : et alors ? Après ce plaidoyer anti-démocratique quasi définitif, on fait quoi ? La dictature éternelle des intelligents et des clairvoyants ? On rétablit l’esclavage pour les incultes et les malpensants ?

    Dommage que l’auteur, aveuglé par son mépris pour l’expression des peuples, passe à côté de l’évidence : l’excès de politisation de notre monde. Mais qui a justement passé son temps à politiser toutes les strates de nos sociétés depuis plusieurs décennies sinon les personnes de sa trempe ? L’auteur se lamente sur la science déconsidérée. Mais qui a passé son temps à tenter de nous imposer un RCA imaginaire sinon les gens de sa caste ? L’auteur se tort les doigts d’angoisse à l’idée de la culture évanouie et de la vulgarité dominante. Mais qui a œuvré avec acharnement pour détruire les fondamentaux culturels occidentaux (et continue de les attaquer quotidiennement) sinon les individus de son acabit ?

    Puisqu’il se croit intelligent, au lieu de cette dénonciation vindicative du « barbare » Trump, il aurait été préférable d’y réfléchir avant, avant de commettre l’irréparable. Maintenant, il est trop tard pour les apprentis sorciers qui vont devoir faire face aux conséquences indésirables de leurs abus de pouvoir passés. Bref, l’auteur ferait mieux de procéder à un examen approfondi de la poutre ornant son œil au lieu de dénoncer la paille des peuples. Mais l’acte de contrition est visiblement hors de portée : trop intelligent sans doute…

  • Article qui montre bien que l’ouverture d’esprit n’est pas encore pour demain… Refuser le résultat d’un vote quelqu’il soit et plus grave pour notre démocratie que tout autre forme de dictature……. Toujours du deux poids deux mesures… Le « laissons la chance au petit jeune président » ne s’applique plus à certains partis… Et à l’inverse, le « on ne fait pas un programme sans avoir de financement… » s’applique à ces mêmes partis, mais pas aux plus « gentils ».

    Là, le problème n’est plus d’être pour ou contre un parti, c’est plus un problème humain au final…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne de Valérie Pécresse semble piétiner, après que sa victoire au congrès des Républicains a fait remonter sa cote. Mais celle-ci est depuis un peu retombée, elle est maintenant au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Il est évident que la candidature d’Éric Ciotti a été un catalyseur pour LR et les a encouragés à un programme davantage axé sur la sécurité.

Mais il manque à cette campagne une autre priorité : l’économie.

Les choix étranges de LR

Pour des raisons qui restent obscures LR a tout fait pou... Poursuivre la lecture

Par Pierre Lemieux[1. Pierre Lemieux est économiste, professeur associé au Département des sciences administratives de l’Université du Québec en Outaouais et chercheur associé senior à l’IEDM.]. Un article de l'Institut économique de Montréal

 

Entendu comme un régime politique où le peuple gouverne, le populisme semble en croissance dans plusieurs pays. Pourtant, les opinions à son sujet ignorent souvent une question fondamentale : qui est le peuple ? Depuis un demi-siècle, les économistes et politologues ont démontré que ... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Fin du suspense à la droite de la droite : le polémiste Éric Zemmour a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle aujourd’hui, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Alors qu’il était entré en pré-campagne sur les chapeaux de roue, bousculant l’ensemble du débat public en imposant ses thèmes de prédilection (immigration, identité, souveraineté), Éric Zemmour commence à voir sa vitalité médiatique s’essouffler.

Zemmour personnalité clivante

Un sondage Odoxa, Mascaret pour Public ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles