Le trou toujours plus profond de la dette noire

Le dernier chiffre du déficit pourrait faire croire à une amélioration des finances publiques. En réalité, la progression du « hors bilan » ou « dette noire » est très inquiétante.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le trou toujours plus profond de la dette noire

Publié le 5 avril 2018
- A +

Par Simone Wapler.

L’heure est au satisfecit. Les médias s’enthousiasment sur le très modeste déficit de la France : 2,6% du PIB.

« Déficit budgétaire limité », « dans les clous européens », « sous les 3% pour la première fois depuis 2007 ». Nos finances publiques baignent dans le beurre, à entendre certains médias.

D’autres, comme Le Figaro ou Les Échos sont plus réservés. Le premier parle d’ « amélioration en trompe l’oeil ». Le second parle de la « pression fiscale record ».

[related-post id=302134 mode=ModeLarge]

Les chiffres ont effectivement de quoi refroidir : l’État français dépense toujours plus d’année en année ; le moindre déficit n’est dû qu’à plus d’impôt et un peu plus de croissance, ce qui augmente les recettes fiscales. Le taux de prélèvement obligatoire monte à 45,4% du PIB et les dépenses publiques représentent 56,5% du PIB.

La dette atteint 97% du PIB. En 2018, les intérêts devraient coûter 42,1 Md€ et l’Agence France Trésor a prévu d’emprunter 195 Md€ : le déficit et ce qui est nécessaire pour rouler les emprunts arrivant à échéance en s’endettant à nouveau. Cette cavalerie a été jusque là facile car les taux d’intérêt baissaient régulièrement. Cette période s’achève.

Une fois que vous avez tout cela en tête, la messe n’est pas encore dite. Il faut évoquer la « dette noire », encore qualifiée de « hors bilan ».

Un abîme de 4 070 milliards d’euros

Le dernier rapport de la Cour des comptes sur le sujet date de 2013. Seuls quelques rares observateurs s’intéressent à cette obscure comptabilité. L’énarque économiste Jean-Yves Archer en fait partie.

Lorsque des parents acceptent de se porter caution pour les loyers à venir d’un de leurs enfants, ils ne déboursent rien mais souscrivent une obligation de faire. En cas de défaillance, ils seront appelés en garantie.

Pour une entreprise ou pour l’État, le même principe existe et se nomme engagements hors-bilan.

Ce terme comptable qui figure obligatoirement dans un tableau récapitulatif dans les comptes annuels concerne les garanties de passif accordées, les opérations de crédit-bail, etc. Jean-Yves Archer

La dette noire représente des dépenses déjà prévues, l’ensemble des engagements futurs de l’État français et ses cautions qui ne s’activeraient qu’en cas de défaillance.

En 2016, le montant du hors bilan était d’environ 3 200 Md€. En 2017, il représente selon Jean-Yves Archer 4 070 Md€. D’où vient cette croissance explosive ? Pour le comprendre, il faut détailler ce vaste fourre-tout.

La retraite des agents publics, poids lourd de la dette noire

Les fonctionnaires d’État perçoivent une retraite ponctionnée directement sur le budget de l’État. Les futures pensions des agents en exercice sont donc un engagement de l’État. Il y en a pour 2 150 Md€.

Pas rassurant quand on sait que le nombre de fonctionnaire augmente. Vous comprenez aussi pourquoi les tentatives d’aligner le régime des fonctionnaires sur celui du secteur privé sont toujours vite enterrées.

Signalons que l’OCDE conteste notre présentation de la compatibilité publique sur ce point et souhaiterait que la dette de la France intègre ce poste. Ce qui ferait que notre ratio dette sur PIB doublerait, passant en gros à 200%… Pas certain, dans ces conditions, qu’on s’arrache toujours les émissions de dettes françaises.

Reste 1 920 milliards d’euros.

Des indices ? Entendez-vous ces bruits de trains ? Vous souvenez-vous de Dexia ou du Crédit Lyonnais ? Voyez-vous ces fumerolles au-dessus d’Areva et d’EDF ?…

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Cela permet au bon peuple de croire au père noël, ce n’est pas visible (trou noir!) mais quelque part il faudra payer d’une manière ou d’une autre.

  • La France a bien une tête de Théo. On ne viendra pas pleurer. On savait.

  • Bel article. Une dénonciation de l’inconséquence et de l’imposture qui va impacter notre devenir…Pauvre France!

  • « Les futures pensions des agents en exercice sont donc un engagement de l’État. Il y en a pour 2 150 Md€. »
    Comment cette somme est calculée ?
    Prévision d’espérance de vie moyenne à la retraite * nombre de fonctionnaires ? Sur quelle base, uniquement les fonctionnaires actuels ?

    • @Axs
      Il y a 5.450.000 fonctionnaires en activité en France, dont 2.398.000 fonctionnaires d’Etat. Ces fonctionnaires ont droit à une retraite. Sachant qu’il y a parmi eux des hauts fonctionnaires très bien rémunérés qui auront donc une très belle retraite, tout comme les sénateurs, les députés, (à 1500€ mensuels pour un mandat de 5 ans) et autres anciens chefs d’Etat, vous avez les 2150 mds€.

      • edit :
        2150Mds€ qui représentent à 100Mds près, la dette officielle de la France et ne seront de toute façon pas suffisants, même en triplant le SMIC, et les taxes qu’il rapporte.

      • Dette officielle de 2218Mds€ et dette hors bilan de 4070Mds€, soit 6288Mds€. Ce qui représente 93850,74€ par habitant. Une paille, c’est mon argent de poche ! 🙂 (c’est ce que j’aurais touché au total dans 11 ans). Ca correspond à 5 ans de salaire brut au smic, et plus de 6 ans et demi en net. Tripler le SMIC ne suffira pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
inflation danger
6
Sauvegarder cet article

Voilà : maintenant qu'Emmanuel Macron est triomphalement réélu grâce à sa grande popularité (voire sa plasticité), la plupart des problèmes se sont envolés et tout va mieux. En fait, ça va plus que bien, ça va même du feu de dieu et on peut déjà le constater dans les chiffres qui paraissent - commodément - après cette phase électorale un tantinet fébrile.

Ainsi, selon une première estimation publiée ce vendredi par l'Insee, la France affiche une insolente croissance nulle (oui, 0 %) bien inférieure à ses précédentes prévisions (déjà pa... Poursuivre la lecture

L’élection présidentielle 2022 est déjà derrière nous (voir résultats en fin d’article). On peut considérer, comme moi, que l’élection de Marine Le Pen aurait signifié un désastre pour la liberté, la prospérité et la fraternité des Français. Il n’en demeure pas moins que la reconduction d’Emmanuel Macron à l’Élysée ne règle rien, raison pour laquelle il n’a pas eu ma voix non plus. La France est comme suspendue au-dessus du vide. Elle l’était avant le scrutin, elle l’est toujours après et l’avenir est toujours aussi douloureusement incertain.... Poursuivre la lecture

Les programmes des candidats leur servent à être élus. Il s’agit d’une fiction savamment élaborée par leurs conseils en communication. Immédiatement après les élections, cette fiction se trouve confrontée à une double réalité : d’abord la constitution d’une majorité parlementaire ce qui nécessite des concessions ; ensuite l’argent, nécessaire à la distribution des largesses ou au financement des réformes promises. Or l’argent dépend de la taxe mais surtout, aujourd’hui, des manipulations de la Banque centrale européenne.

Avec Emmanuel ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles