Le déficit public repasse sous les 3%. Tant mieux, mais dans quelles conditions ?

Le déficit public repasse sous les 3% : c’est une bonne nouvelle, qui malheureusement ne repose pas sur une politique vertueuse en matière de dépenses publiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le déficit public repasse sous les 3%. Tant mieux, mais dans quelles conditions ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 mars 2018
- A +

Par Valéry Denis.

Le déficit public repasse sous les 3%. Rappelons tout d’abord qu’un déficit de 3 % du PIB représente plus de 66 Md€ de déficit sur un budget de 380 milliards… On est donc encore bien loin de l’équilibre budgétaire, voire des excédents que connaissent certains pays dans un contexte très favorable, celui d’une croissance mondiale très forte. Concrètement, cela signifie que la dette continue à croître.

Pas de baisse des dépenses

En réalité, cette nouvelle masque une réalité budgétaire peu vertueuse. La réduction du déficit budgétaire n’a pas pour origine une baisse des dépenses ; celles-ci, en dépit du réformisme affiché par l’Élysée, ont continué de progresser en 2017 : + 2,5 % !

[related-post id=308331 mode=ModeLarge]

La réduction du déficit a trois causes : une fiscalité toujours plus lourde (le taux de prélèvement est aujourd’hui à 45,4 % et les prélèvements ont cru de 4 % !), puis une croissance économique mondiale forte dont la France finit par bénéficier ; et enfin, des taux d’intérêt historiquement bas. Malheureusement pour nos grands argentiers, la croissance mondiale finira par s’essouffler et surtout les taux d’intérêt ont commencé à remonter.

La « bonne nouvelle » est donc fragile car conjoncturelle et s’appuyant sur un niveau de prélèvements obligatoires jamais atteint. Elle nécessite d’être consolidée grâce à des réformes structurelles ayant pour objectif une réduction très sensible des dépenses publiques.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • – Oui mais la réduction du déficit public, aussi bonne soit-elle ( ça ravit la Commission UE ), cache d’autres problèmes : on met la poussière sous le tapis ( notre Dette, les banques en difficultés, on vend nos fleurons industriels à l’Etranger, on sabre nos acquits sociaux, on comprimes nos dépenses de fonctionnement ou d’infrastructures . De la Chronique Agora à Pierre Jovanovic ; tous critiquent cette politique qui s’attaque aux conséquences du mal , sans chercher à en supprimer les causes :
    http://la-chronique-agora.com/hors-bilan-dette-noire/

  • ce que j’attends de ces sois disants spécialistes de la finance de Bercy un budget 0% de déficit et remboursement de là dette du PIB …le reste. ..pipeau….

  • Pour avoir redistribué les déficits chroniques aux collectivités locales, ce qui n’entre pas dans le déficit public officiel, avoir augmenté considérablement bon nombre de taxes et traficité un peu les chiffres. Pour lle reste, la situation n’est que pire et va coûter encore beaucoup d’argent aux contribuables d’autant que les budgets publics de l’Etat et des collectivités locales continuent d’exploser.

    • @ Laurent46
      croissance de la dette, France 2017: + 1000€/habitant!
      Le reste est littérature! (et 2,9 ou 3 %, ça reste un jeu d’écriture ou de date exécutive!).

  • On se félicite de la baisse. A quand la baisse des dépenses ? C’est le + important. Jospin avait eu la chance d’avoir cette croissance également…

    • Une vrai baisse serait d’être à MOINS 3% avec toutes ces taxes et impôts ça devrait être possible à tous ces super diplômés…
      Le problème initial est qu’ils sont diplômés de l’ENA et ON y apprend pas le bon sens de mère ou père de famille ! S’ils se marient entre-eux ils génèrent des faillites personnelles….

  • remarquons que le déficit en % du PIB restant nettement inférieur au taux de croissance de ce dernier la dette continue de s’alourdir et va continuer de le faire, les perspectives de croissance après une année 2017 un peu exceptionnelle étant moins bonnes et le gouvernement ne prévoyant pas vraiment de diminution réelle des dépenses autres que celles relevant d’un marketing trompeur

  • « … politique vertueuse en matière de dépenses publiques… »
    Je pense que vous rêvez !
    La politique est tout sauf vertueuse, en tout cas dans notre système « démocratique et représentatif ».

  • Je ne comprend pas bien là. Le budget de 2018 est en augmentation de 7 milliards par rapport à 2017, mais le déficit passe en dessous de 3% ? Il y a quelque chose qui cloche!

    • @ Virgile
      2,9 % de PIB, c’est un un « déficit public » (résultat de 2017) Le « déficit BUDGÉTAIRE », c’est l’avenir: 2018!

      • @ Virgile
        Évidemment, les 2 restent très « théoriques »!

        L’important, c’est votre argent, vos biens: l’état est satisfait de perdre moins (quitte à s’endetter plus!): ce ne sera, je suppose, jamais votre cas!

      • C’était la même chose en 2017. Ils ne bidouilleraient pas les chiffres?

      • Je n’ai aucune confiance dans des statistiques pondues par un pays socialiste. Souvenez vous de celles des pays de l’est et de l’URSS.

  • Tant que la dépense publique ne baissera pas de 10 points de PIB, rien ne se fera de bon dans ce pays. C’est difficile à faire (220 milliards d’économies) et cela ne peut se faire sans revoir de fond en combles le « modèle social » que personne ne nous envie ni ne copie.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L'endettement des administrations publiques doit aujourd’hui atteindre les 3000 milliards d’euros, soit 44 280 euros par Français. Le déficit du budget de l’État s'est élevé à 156 milliards d’euro en 2022. Plus de la moitié de la production de valeur, soit 59,2% du PIB, est consacré aux dépenses publiques, auquel il faudrait ajouter les chiffres des diverses entreprises (EDF, Engie, ADP, Airbus, Renault…) dont l’État est actionnaire à hauteur estimée de 125 milliards d’euros, valeur purement théorique vu que ces entreprises cumulent un endett... Poursuivre la lecture

La réforme des retraites soulève les passions et plus généralement, la situation actuelle amène des débats sur la meilleure façon de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Toutefois, plutôt que de rester dans la théorie, il est possible de s'intéresser à ce qui se pratique ailleurs et plus précisément chez nos voisins. La nouvelle étude de Contribuables Associés donne des pistes à travers quatre exemple étrangers.

 

Réformes des dépenses publiques en Allemagne, Pays-Bas et Suède

L’étude se concentre sur les dé... Poursuivre la lecture

Face à la menace internationale, il est urgent de réinvestir dans nos armées afin de protéger la France et l’Europe et défendre nos valeurs de liberté que les générations précédentes ont acquis au prix de leurs vies. Aussi le président Macron a-t-il dévoilé vendredi les grandes orientations de la future Loi de programmation militaire 2024-2030, augmentant les budgets d’un tiers. Mais augmenter les budgets est une chose, dépenser l’argent public avec efficacité en est une autre…

Si, selon Clémenceau, la guerre est une affaire trop série... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles