7 déclarations politiques : aveuglement, enfumage, hypocrisie…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Clowns by omgponies2(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

7 déclarations politiques : aveuglement, enfumage, hypocrisie…

Publié le 2 avril 2018
- A +

Par Nicolas Perrin.

Nous avons déjà évoqué le cas de la politicienne fraîchement défroquée qu’est Raquel Garrido. Nouvellement chroniqueuse dans une émission de la chaîne C8, l’ancienne porte-parole de Jean-Luc Mélenchon s’est illustrée en vantant le succès de la manifestation de La France Insoumise du 23 septembre 2017. L’émission avait été enregistrée le 21 septembre, soit deux jours avant la manif.

« J’avais raison », s’est-elle défendue, considérant que l’évènement a bien été un succès.

Finalement, peut-être devrions-nous demander à madame Garrido de nous conseiller dans le cadre de nos allocations d’actifs !

Le bal des hypocrites ?

Vous connaissez François Ruffin, le député LFI qui essaye de se faire remarquer en se promenant en maillot de foot à l’Assemblée ? La constance remarquable de ce monsieur lui vaut de figurer dans cette rubrique.

Comme le disait Jules Renard, changer d’avis comme de chemise, n’est-ce pas finalement « une question de propreté » ?

Mais dans la famille La France Insoumise, Danielle Simonnet reste sur le haut du podium de l’hypocrisie. La conseillère de Paris occupe un logement social de 83 m² avec balcon dans le XXe arrondissement, pour un loyer de 1 300 €. Cela n’est pas illégal, mais est-ce bien moral lorsqu’on perçoit 4 190 € brut par mois de la poche du contribuable ?

Au vu des explications qu’elle apporte, on ne peut néanmoins que reconnaître un certain sens de l’humour à madame Simonnet :

Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière.

L’hypocrisie ne s’arrête pas aux frontières du politique. Le milieu financier en est lui aussi friand.

Ainsi, fin novembre, la banque américaine JPMorgan Chase envisageait de proposer le bitcoin à ses clients, deux mois après que son PDG Jamie Dimon a qualifié la mère des crypto-devises « d’escroquerie ».

Doit-on être plus confiant vis-à-vis des institutions internationales qui sont censées vouloir notre bien ? Rien n’est moins sûr.

Début octobre 2017, le FMI s’alarmait de l’endettement croissant des pays émergents et de certains membres du G20, ce qui constituerait « l’un des risques les plus importants » pour la reprise économique.

Il faut se souvenir, comme le fait le blogueur Bruno Bertez, que « le FMI n’a pas cessé de prôner la prolongation des taux zéro et, en 2016, il demandait encore aux différents pays de creuser les déficits fiscaux, donc les dettes […]. Maintenant le FMI feint de s’alarmer des dettes qui ont été contractées à la faveur des taux nuls ou bas qu’il recommandait ! Le FMI se plaint des maux dont il est responsable. »

Les nouvelles déclinaisons du bonneteau

« Tu vois la balle, elle est là, elle vient là, elle rebouge… et maintenant, elle est où ? » Au bonneteau, on perd à tous les coups. Mais cet attrape-pigeon n’est pas réservé à la rue. Voyez donc.

Après que la Cour des comptes a épinglé au mois de juin le précédent gouvernement pour son « budget insincère », on pensait en avoir fini de découvrir des cadavres dans les placards. Malheureusement, le dernier quinquennat pourrait bien rester dans les annales comme l’apogée du bonneteau budgétaire. En effet, mi-novembre, la Cour des comptes s’est intéressée aux comptes de la Sécurité sociale. Voici ce qu’il en ressort :

Selon la juridiction du palais Cambon, le déficit 2016 de l’Assurance maladie ne se monterait pas à 4,8 Md€ mais plutôt à 5,5 Md€. En cause, un transfert « opaque » de recettes en faveur de cette branche de la Sécurité sociale.

Le gouvernement n’est pas le seul organe à faire dans l’enfumage du public. Fin septembre, Daniel Laurent, sénateur LR de Charente-Maritime, a proposé à sa collègue la sénatrice Corinne Imbert de créer un cabinet commun. Daniel Laurent a-t-il voulu protéger l’argent du contribuable en procédant à de judicieuses économies d’échelles ? Pas vraiment.

En fait, le sénateur cherchait plutôt un moyen de continuer à travailler avec sa fille qu’il employait jusqu’alors en tant qu’assistante parlementaire, ce qu’interdit désormais la loi sur la moralisation de la vie politique.

Ou je me sépare de ma fille, car la loi l’impose. Soit, avec Corinne Imbert (NdA : sénatrice LR qui emploie aussi sa fille), on intervertit nos filles et on fait un cabinet commun. Rien n’est encore décidé.

Prudente, sa collègue a décliné l’offre.

Les locataires de l’Assemblée nationale se refusent-ils à ce genre de combines ? Pas vraiment. Au mois de novembre, on apprenait qu’au moins deux députés LREM, Christophe Arend et Bertrand Sorre, ont recruté les enfants d’autres députés en tant qu’assistants…

Rassurez-vous, cela n’empêchera pas nos chers parlementaires de vous faire de grands sermons sur la Lettre et l’Esprit de la loi, qu’il vous faut en tous cas respecter.

Cacher la poussière sous le tapis

Terminons avec notre président. Dans le cadre du sommet franco-italien, Emmanuel Macron s’est rendu le 27 septembre à Lyon au Musée des Confluences pour assister à une exposition en compagnie du Premier ministre transalpin. Lyonmag.com explique que la veille, une « dizaine de personnes originaires de l’Est qui vivaient depuis des mois sous l’autopont de l’A7 à la pointe de la Confluence » ont été expulsées, sans aucun rapport avec la venue du président à Lyon, à en croire les services de police.

Le magazine relève un autre « hasard du calendrier ». Le même matin, des prostituées travaillant dans le quartier de Confluence ont en effet été interpellées, dans le cadre d’une opération visant un réseau nigérian de prostitution.

Lors de chacun de ses déplacements, le président de la République est en quelque sorte dans la situation du directeur d’une usine que les ouvriers, au courant de la visite imminente du patron, se sont empressés de parfaitement balayer. Un décor impeccable pour des discours fleuves sur les bienfaits de l’immigration, de la tolérance et de l’ouverture à l’autre – qu’on évite soi-même de croiser.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • ceux qui propose des lois ,les font voter et discrètement mette un amendement ..pour la contourner légalement. ..regarder les jugements financiers ect ….avant d’avoir un jugement entre 10 où 20 ans et pourquoi!!! de trouver la bonne personne qui vous jugera et vous donnera raison…

  • Hier 1 avril c’était des blagues sous forme de vérité, aujourd’hui ce sont des vérités aux visagex ironiques.

  • Merci pour votre article édifiant.
    Magouilleurs, tricheurs, menteurs, tous ces politiques, avec « Jupiter » en tête, ne valent pas la corde pour les pendre. Quand et comment se débarrassera-t-on de toute cette pègre ?

    • @ corbc
      D’abord en changeant de constitution: le pouvoir exécutif est bien trop puissant dans cette si vieille Vième République, et en premier lieu, le « président », désormais appelé « Monarque » un peu partout, dans une république qui réclame la majuscule …!

      Évidemment que l’honnêteté n’est pas la chose la mieux répandue!
      Qui en doutait sans se méfier?
      Surtout dans un pays où la »morale laïque » semble aussi peu convaincante que les tribunaux ne sont sévères!
      Et où les mots forts remplacent les actes, en attendant que « ça passe »!

  • @Myilus ,d’accord avec vous sur l’ensemble..tout fonctionnaire doit démissionner de sa fonction…mais si c’est pour diminuer 30%d’élus. ..la vrai réforme 2 députés et 2 sénateurs par département..suppression du conseil économique et sociale pour placer les copains cela ne sert à rien….et les commissions pour un ouï où un non à supprimer….

    • @ Lou 17
      Merci de cette réponse!

      À vos conditions, ça n’arrivera évidemment pas et aucune assemblée ne votera ça!

      Non LE vrai privilégié, c’est l’état politico-administratif (central ou plus local)!

      Et contre « ça », les citoyens n’ont aucun pouvoir!

      Donc une « marche arrière » se doit d’être progressive et ça, E.Macron me semble l’avoir bien compris (je peux me tromper!) d’où ses réformes non en « destructions radicales » mais en « premières brèches » qui s’étendront avec le temps: le but est de briser des « tabous » réputés « intouchables » depuis 30 ou 40 ans!

      Exemple: un fonctionnaire est un travailleur comme un autre, sans privilège: rien que ça, il va falloir 15 ans au moins pour y arriver et pas du jour au lendemain! « Droits z’aquis »!

  • Dans les autres pays l’Etat explique lui même aux citoyens que dette c’est le mal absolu. En Allemagne ils ont même un compteur physique qui affiche le résultat excedentaire.
    Et puis il y a la France. Pays où l’on a des ingénieurs fiscalistes qui passent leur temps à tromper les chiffres pour voler plus et creuver la dette en même temps. C’est clairement un choix, une volonté, une attitude. Cela est interdit et illégal. Et pourtant le citoyen s’en tape !

    • le citoyen ne s’en tape pas mais soit il courbe l’échine (tellement habitué à subir) soit il gueule mais n’a aucun moyen de modifier les choses (verrouillé par le pouvoir en place)

  • Désolé pour les fautes, je devrais porter mes lunettes…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Aulnas.

Les politiciens doivent-ils nous faire rêver ? Ont-ils pour fonction de peindre un avenir radieux ? Bien entendu, le paradis terrestre n’existera que s’ils sont au pouvoir. Leurs opposants sont toujours mauvais et la société qu’ils promettent à rejeter. Cette dérive puérile et manichéenne du discours politique est certainement favorisée par les médias.

Les politiciens professionnels s’imaginent que pour exister il faut frapper fort par le verbe, au risque de tomber dans l’outrance ou dans le ridicule. En obse... Poursuivre la lecture

Par Laurent Sailly.

Les bureaucrates publics, membres du gouvernement et autre Commissaire au plan y compris, comme leurs homologues du secteur privé, n’ont de l’économie qu’une vision excel faite de chiffres et statistiques. Vision cartésienne rassurante puisque les chiffres ne mentiraient pas, mais fausse car le facteur essentiel d’une économie est l’humain.

Ainsi, on encourage les entreprises à se tourner vers le télétravail et la numérisation, sans s’interroger sur la réalisation d’un tel vœu dans tel ou tel domaine ou tel ... Poursuivre la lecture

Par Serge Schweitzer.

Logrolling, lobbying, maximisation du budget bureaucratique etc. vous connaissez ? Dans cette ultime session Serge Schweitzer décrypte les stratégies de cet entrepreneur tout particulier qu'est l'entrepreneur politique. Théorie des groupes, théorie de la bureaucratie, cette dernière session permet d'affiner un peu plus les outils de l'économie des choix publics.

https://youtu.be/qtVKSJYdw5g

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles