Fête du feu en Iran : un casse-tête pour un régime déstabilisé

Les mollahs n’arrivent pas à interdire l’antique fête du feu en Iran, objet d’une véritable affection populaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fête du feu en Iran : un casse-tête pour un régime déstabilisé

Publié le 15 mars 2018
- A +

Par Hamid Enayat.

Les Iraniens ont célébré mercredi la fête du Feu comme un acte de résistance contre la dictature religieuse qui sévit dans leur pays depuis 39 ans. Si le régime était en état d’alerte maximale, ses mesures drastiques ont pourtant échoué à empêcher la population de célébrer cette fête antique.

La population est sortie nombreuse sur les places publiques pour sauter sur des petits feux de joie et formuler le vœu que la nouvelle année soit débarrassée du joug du régime totalitaire et que la liberté et la prospérité s’invitent en Iran. L’interdiction de faire usage des pétards a incité la population de s’en servir à volonté, défiant ainsi les forces de répression.

Les origines de cette fête antique remontent à la période pré-islamique et est célébré à la veille du Nouvel An iranien qui coïncide avec le début du printemps. Sous le régime des mollahs, elle est l’occasion pour la population, lors de grands rassemblements festifs, d’exprimer son rejet de la dictature islamiste qui n’a apporté que pauvreté et désolation pour le peuple. Les mollahs s’opposent à la fête du Feu et le considèrent comme une fête païenne. Mais la raison principale de leur animosité est que les Iraniens ont fait de cette fête un instrument de résistance à la dictature.

La fête du feu : un acte de résistance

Les célébrations de cette année interviennent au lendemain de vastes manifestations qui ont fait tanguer le régime. Les « révoltes de la faim » ont éclaté dans quelques 140 villes contre la paupérisation du peuple, pour se muer rapidement en des revendications pour le renversement de la tyrannie. Cinquante manifestants sont morts, dont quatorze en détention dans les geôles iraniennes où la torture est largement pratiquée.

Les opposants farouches au régime des mollahs avaient lancé des appels pour faire des célébrations festives de cette année, l’expression du rejet du régime du Guide suprême, Ali Khamenei. « La Célébration de la Fête du Feu : un autre soulèvement contre la dictature des mollahs », était le thème de la campagne de résistance relayée sur la toile depuis plusieurs jours. Les militants du principal mouvement d’opposition organisée, l’Organisation des Moudjahidine du peuple (OMPI) qui semble être très nombreux à l’intérieur de l’Iran, présents dans la plupart des villes et villages, ont distribué des tracts à l’appui de cet appel à Téhéran et en province.

Les hashtag en persan « dictateur en feu » avec #FêteDuFeu ou #4ShanbeSouri ont été largement utilisés avec des photos et des clips d’activités anti-régime, reflétant l’esprit de résistance qui anime la fête du Feu cette année. Des clips vidéo postés mercredi sur la toile montrent de jeunes gens en train de déchirer et brûler les portraits de Khamenei ou lancer des pétards contre les forces répressives.

À Téhéran, Kermanchah, Tabriz et de nombreuses villes, les manifestants s’en sont pris aussi à des symboles de la répression des centres de la milice du Bassij des Gardiens de la révolution, extrêmement impopulaire. Le slogan « À bas Khamenei, mort au dictateur » a été tagué largement sur les murs avec des appels au reversement des mollahs.

 

D’autres clips montrent des manifestants scander « À bas le principe du Guide suprême» face aux forces anti-émeutes qui cherchent à disperser des dizaines de jeunes rebelles descendus dans la rue pour en découdre avec les mollahs.

Depuis la révolte populaire de janvier, chaque évènement, chaque rassemblement et chaque fête populaire se transforment en un cauchemar pour le régime déstabilisé depuis le soulèvement populaire de janvier. La population quant à elle ne manque aucune occasion pour exprimer son rejet du régime et ses aspirations pour le changement démocratique. Est-ce que les mollahs pourront tenir encore longtemps par la répression des droits de ce grand peuple ?  Ce qui est certain cependant, c’est que la nouvelle année iranienne de 1397 présage de grands bouleversements en Iran.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Merci pour cet éclairage. C’est réjouissant de résister en fêtant! La dictature ne tiendra pas devant le printemps des Iraniens!

  • J’ai visité l’Iran en71 à l’occasion du Paris-Persepolis…Imaginez presque 500 deudeuchs déchainées à travers l’Europe et le Moyen Orient…
    Tout ça est devenu impossible à cause de la stupidité de Giscard qui a laissé un enjupponé sanguinaire fuir Nauphle le Chateau pour embraser ce pays qui à nos yeux d’étudiants faisait figure d’un futur radieux, avec une population accueillante, une culture extraordinaire, une cuisine superbe, et pour tout dire… Des femmes magnifiques….
    Tout ça fichu en l’air par un accordéoniste minable qui espérait une grosse ristourne sur le pétrole quand les barbus seraient au pouvoir…On attend toujours la ristourne…Et le remboursement de leurs dettes aussi….

  • Merci pour cet article intéressant. Y-a-il un lien avec la fête de Newroz qui a lieu le 21 mars en Irak, le pays voisin ?

  • C est la renaissance du Zoroastrianisme. A l origine de la foi juive et du christianisme.
    Le bien/le mal
    Le feu symbole de la lumiere eternelle.

    La persecution contre cette religion à part entière n a pas réussi.
    L Islam devra s en accommoder.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au moins, les choses sont claires. Après la mort tragique, abominable, de la jeune iranienne Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée et brutalisée par des agents de la police des mœurs de Téhéran parce que son voile islamique laissait entrevoir une mèche de cheveux, personne ne pourra plus prétendre sérieusement que le voile doit être systématiquement considéré un « simple bout de tissu ». Pour les mollahs de la République islamique d’Iran, c’est à l’évidence un précieux instrument politique d’oppression et de persécution des femmes et le fondement de l... Poursuivre la lecture

états despotiques
3
Sauvegarder cet article

La Turquie, la Russie, l’Iran et les autres…

Le sommet qui a réuni, à Téhéran, ce mois de juillet 2022, la Turquie d’Erdogan, la Russie de Poutine et l’Iran de Raïssi, est révélateur d’une nouvelle configuration géopolitique. Aurait pu se joindre à eux la Chine de Xi Jing Pin pour faire de ces TRICs un redoutable quatuor. Face à l’OTAN dont la finalité affirmée est la protection et la défense des États de droit, émerge une coalition de régimes autoritaires, de dictatures, d’autocraties, disons pour adopter la terminologie kantienne, d’... Poursuivre la lecture

Le 9 août 2022, pour le compte de l’Iran, La Russie a lancé un satellite d’observation dont l’objet déclaré est, selon les Iraniens, de surveiller les frontières du pays, améliorer la productivité agricole, suivre l’évolution de la déforestation, contrôler l’évolution des ressources en eau et observer les éventuelles catastrophes naturelles qui pourraient frapper le pays.

 

Un satellite iranien de fabrication russe

Ce satellite, baptisé Khayyam (d’après le célèbre poète du XIe siècle, Omar Khayyam, qui était aussi mathémati... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles