L’Italie : nouvel eldorado fiscal ?

Une mini révolution fiscale pourrait bel et bien attendre prochainement les Italiens !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’Italie : nouvel eldorado fiscal ?

Publié le 6 mars 2018
- A +

Une étude de l’Institut fiscal Vauban

L’Italie pourrait bien devenir l’un des nouveaux eldorados fiscaux européens.

« Forfait fiscal » pour les contribuables les plus aisés

La loi de finances pour 2017 a d’ores et déjà introduit un forfait fiscal d’un montant de 100 000 euros pour les étrangers aisés qui transfèrent leur résidence fiscale en Italie, ce qui implique notamment pour ces derniers d’y vivre au moins pendant la moitié de l’année. Il va sans dire que ce dispositif fiscal s’avère très attractif ! Mais attention, la concurrence fiscale est rude en Europe pour attirer les grandes fortunes, et l’Italie n’est pas le premier pays à instaurer un dispositif fiscal intéressant destiné aux seuls non-résidents.

À titre d’exemple, la Suisse dispose déjà depuis longtemps de « l’impôt selon la dépense » qui consiste à imposer un contribuable non pas en fonction de sa fortune mais en fonction de ses seules dépenses. Ce dernier a d’abord été introduit au XIXe siècle dans le canton de Vaud, puis dans celui de Genève en 1928. Il existe sur le plan fédéral depuis 1934.

Après avoir connu quelques turbulences et avoir été supprimé dans plusieurs cantons (dont celui de Zurich, de Bâle-Campagne et de Bâle-Ville), ce système a été stabilisé et pérennisé, aussi bien sur le plan politique que juridique, grâce à la réforme votée par le parlement le 28 septembre 2012 et le rejet massif par le peuple suisse le 30 novembre 2014 de l’initiative « Halte aux privilèges fiscaux des millionnaires ».

Le Royaume-Uni, Malte, Chypre, l’Espagne et le Portugal ont également créé des dispositifs fiscaux spécifiques pour les non-résidents qui souhaiteraient y établir leur domicile fiscal.

« Impôt proportionnel » ou « flat tax » applicable à tous les Italiens

En plus du forfait fiscal instauré en 2017, Silvio Berlusconi propose (à nouveau !) d’instaurer un « impôt proportionnel » ou « flat tax » sur les revenus d’activités au taux de 23 % pour tous les Italiens. Pour rappel, ces derniers sont actuellement taxés selon un barème progressif allant de 23 % à 46 %. Cela étant, les nombreuses exonérations existantes et la fraude fiscale persistante obèrent largement les recettes italiennes de l’impôt sur le revenu ; d’où l’idée de simplifier le système en instaurant une flat tax à un taux raisonnable.

Là encore, il ne s’agit pas d’une nouveauté dès lors que plusieurs pays de l’Europe de l’Est ont déjà instauré une flat tax sur les revenus d’activités, parmi lesquels la Bulgarie au taux de 10%, la Hongrie et la Roumanie au taux de 16% et l’Estonie au taux de 21%.

Suppression de l’impôt sur les successions

Mais ce n’est pas tout, puisque Silvio Berlusconi a également promis de supprimer l’impôt sur les successions ; sachant que l’Italie a déjà supprimé cet impôt en 2001 avant de le réintroduire en 2006, mais à un taux très faible (4% en ligne directe au-delà de 1 M€). Rappelons qu’au cours des dernières années, de nombreux pays européens ont supprimé l’impôt sur les successions, dont le Portugal (2004), la Suède (2005), l’Autriche (2008), la République Tchèque (2014) et la Norvège (2014).

Enfin, Silvio Berlusconi propose de supprimer l’IRAP qui est un impôt sur la valeur ajoutée des entreprises (une sorte d’équivalent de notre CVAE) ainsi que celui pesant sur les voitures et les résidences secondaires. En somme, une mini révolution fiscale pourrait bel et bien attendre prochainement les Italiens !

 

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • On s’en fout des promesses électoralistes de Berlusconi. Ce n’est pas comme si ce guignol n’avait jamais été aux affaires. Plus intéressant serait de dresser le pitoyable bilan de son action publique passée.

    • On se moque du passé, seul l’avenir compte!

      • @ Virgile
        C’est en effet la règle en politique!
        Ne pas faire le procès du passé puisque les autorités d’alors ont « évidemment fait leur possible »!
        C’est un contrat de « service » pas de « résultat »! Après « les urnes jugeront »!
        Un peu facile? Sans doute!
        Encore faut-il se faire élire dans cette foire d’empoigne!

  • Quand on voit que même en Italie (!), on se met à discuter ouvertement de mesures qui sont encore hyper taboues en France, y compris à droite, on se dit qu’on est décidément tombés bien bas…

    • @ Manchot
      Le « pragmatisme » n’a pas bonne presse, en France, mais quand la réalité dépasse la fiction, elle finit par gagner sur les élégants discours et les grands principes présentés comme absolus!

  • Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. D’ailleurs pourquoi ce cher Sylvio n’a pas mis en oeuvre tout ça lorsqu’il était au pouvoir…

  • tu vend tout tes biens ,tu te domicilie en mauritanie , tu mets tes sous a hong kong et tu habite sur un bateaux a malte …c est poutant simple …!! catch me if you can ..!!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
L'Espagne sous le socialiste Pedro Sánchez

L'économie espagnole est la 55e plus libre selon l'indice de liberté économique 2024, et l'Espagne se classe 30e sur 44 pays de la région Europe.

Dans son évaluation, la Heritage Foundation écrit :

« Les progrès de l'Espagne vers une plus grande liberté économique ont été inégaux. L'efficacité réglementaire et l'État de droit sont relativement bien maintenus, mais les gains à long terme ont été modestes. Les défis en matière de liberté fiscale, de dépenses publiques et de liberté financ... Poursuivre la lecture

La Biennale de Venise de cette année se tient largement à l’écart des soubresauts géopolitiques mondiaux et du climat politique enflammé de la Botte. Fait marquant : avec doue pays, l’Afrique est particulièrement bien représentée lors de cette édition. Parmi eux, le Bénin, pays pour lequel cet événement est l’occasion de célébrer une création artistique dynamique et un modèle sociétal original dans la région.

Par Charles de Blondin

Événement majeur de l’art contemporain, cette année, la Biennale a pour cadre la Cité des Doges, à... Poursuivre la lecture

Lors de son discours de politique générale, Gabriel Attal a annoncé deux milliards d’euros de baisses d’impôts pour les classes moyennes, financées par la solidarité nationale.

En langage courant, cela signifie payé par les riches. Les classes moyennes ne devraient pas se réjouir trop tôt : François Hollande avait déjà opéré ce type de transfert fiscal au début de son quinquennat et pour lui, être riche commençait à 4000 euros par mois. Le jeune Gabriel Attal était à cette époque membre du cabinet de Marisol Touraine. Le fruit ne tombe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles