Dans une économie qui marche, qui crée de l’emploi ?

Ce sont les entreprises nouvellement créées au cours d’une année qui assurent la quasi-totalité des nouveaux emplois, et elles compensent chaque année les destructions d’emplois par des entreprises existantes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans une économie qui marche, qui crée de l’emploi ?

Publié le 22 février 2018
- A +

Par Valérie Pascale.
Un article d’Entrepreneurs pour la France

À la différence de la France, la ventilation des créations d’emplois par âge et par taille d’entreprise est considérée comme quelque chose de standard dans la démographie des entreprises aux États-Unis. Cela permet en effet de savoir où les emplois sont créés réellement et de bien cibler les efforts fiscaux en matière de création d’emplois.

Autrement dit, cela a permis aux États-Unis de se rendre compte qu’il leur faut beaucoup de jeunes entreprises, bien dotées en capitaux, qui puissent grossir à long terme. On est très éloigné de la démarche de l’Insee…

L’homologue américain de l’Insee, le Bureau Census, publie chaque année des tables de créations et destructions d’emplois aux États-Unis par âge et par taille d’entreprises. Ils tiennent ces précieuses séries depuis 1977, ce qui permet d’identifier quel type d’entreprises représente le plus fort potentiel en matière de création d’emplois.

À partir des tables du Bureau Census, nous pouvons observer que pour les entreprises qui ont plus d’un an d’existence, le solde entre les créations et les destructions d’emplois au cours d’une année connaît de très fortes fluctuations et reste principalement négatif, quelle que soit la taille des entreprises.

On voit sur le graphique ci-dessous que seules les entreprises nouvellement créées au cours d’une année peuvent en effet fournir un flux constant de nouveaux emplois. Cela permet d’assurer la création permanente de nouveaux emplois dans l’économie américaine.

Variation d’emplois en valeurs absolues aux États-Unis Période 1977-2014

Sources : Business Dynamics Statistics, Census Bureau ; méthodologie Kauffman Foundation, calculs Irdeme ; champ : total des emplois marchands hors services à la personne, production agricole et chemins de fer.

Dans une économie développée, même quand elle fonctionne bien, les entreprises déjà établies ne sont en général pas créatrices nettes d’emplois sur le long terme, quelle que soit leur taille. Elles assurent plutôt le renouvellement et le remplacement des emplois existants par suppression des emplois dont elles n’ont plus besoin.

Ainsi, quand l’Insee explique dans sa dernière étude sur les entreprises de taille intermédiaire (entre 250 et 5.000 salariés) qu’elles sont les championnes de la création d’emplois, on peut se demander si cela ne constitue par une anomalie française, conséquence d’une économie trop rigide qui ne favorise pas suffisamment l’éclosion de nouvelles pépites.

Entre 2009 et 2015, les ETI ont créé 337.500 emplois. Sur la même période, les grands groupes ont un solde négatif de 80.700 emplois et les micro-entreprises affichent elles aussi un recul de 98.900 emplois en équivalent temps plein (ETP).

En effet, aux États-Unis, les ETI, et notamment celles qui ont plus d’un an d’existence, ne jouent pas un rôle important en matière de création d’emplois. En moyenne, elles assurent seulement 35% de toutes les créations nettes d’emplois aux États-Unis sur la dernière décennie.

Ainsi, ce sont les entreprises nouvellement créées au cours d’une année qui assurent la quasi-totalité des nouveaux emplois, et elles compensent chaque année les destructions d’emplois par des entreprises existantes.

Aux États-Unis, ce sont majoritairement les entreprises nouvelles, et non pas les ETI, qui assurent l’essentiel de la création d’emplois chaque année

Lecture : La création annuelle nette d’emplois est assurée par les start-up. Le solde entre les créations et les destructions
d’emplois par les ETI ne represente que 25% de toutes les créations.
Source : Bureau Census, calculs Irdeme.

L’Insee quant à elle continue de publier le nombre d’entreprises nouvelles créées sans salariés afin de dissimuler que la naissance d’entreprises employeuses est extrêmement faible en France.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • La création d’emploi n’est qu’un indicateur parmi d’autres de la performance de l’économie. Il faut arrêter d’en faire l’alpha et l’oméga de l’analyse. En particulier, la manière dont les tâches et les emplois se répartissent entre les entreprises n’est ni une compétition ni une collaboration, mais quelque chose de très fluctuant. Par exemple, une ETI qui croit va conserver sa souplesse en sous-traitant à des start-ups et en favoriser l’apparition.

    • Si vous ne créez pas d’emplois vous arrivez à la situation française avec au moins 7 millions de personnes sans boulot ! C’est la création d’entreprises qu’il faut encourager! Or en France l’état fait tout pour décourager par ses âneries.

      • C’est la bonne marche des entreprises qu’il faut encourager, les entreprises se créeront toutes seules pour en profiter. L’encouragement à la création d’entreprises à la française crée des auto-employés dans des start-ups qui n’ont pas de business plan ni d’équilibre financier une fois la période des aides passée.

        • Mouais , personnellement, j’évite de trop travailler (je suis en AA), sinon je vais me retrouver a travailler 1.5X plus pour gagner pareil, au final si on me laissait faire, je pourrais p-e même embaucher, mais actuellement c’est hors de question, je ne vais pas risquer ma pérennité, juste pour grossir en taille, et c’est bien la le problème, on demande à l’entrepreneur de faire un choix complètement stupide: rester seul, ne pas gagner trop et ne pas risquer grand chose, ou tenter le tout pour le tout avec un grand risque d’échec (à cause des charges énormes hein, pas à cause du risque inhérent d’être entrepreneur).
          Le choix est vite fait si on est un peu rationnel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture

Le pouvoir d’achat, qui a été au cœur de la campagne présidentielle, est-il un indicateur statistique fiable ? Deux auteurs, l’un plutôt inspiré par Marx et l’autre par Bastiat, se rejoignent pour critiquer la manière dont l’Insee calcule le niveau de vie des Français. Dans son essai sur la Lutte des classes en France au XXIe siècle Emmanuel Todd reprend la critique adressée par l’économiste libéral Philippe Herlin au mode de calcul du pouvoir d’achat des Français formulé par le célèbre institut étatique[1. Philippe Herlin, Pouvoir d’achat, L... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Tout d’abord une petite anecdote. C’était en 2007, Nicolas Sarkozy venait d’être élu et une de ses premières annonces a été : « nous allons dépoussiérer le Code du travail. »

J’ai bien entendu applaudi à cette nouvelle et j’ai patiemment attendu le passage à l’acte. C’est donc en 2008 que ce Code du travail dépoussiéré est arrivé, une experte du droit du travail est venue nous le présenter.

Je lui ai posé une question préalable : « Pouvez-vous aller à la dernière page et nous donner le numéro de celle-... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles