Chômage en baisse : l’effet de la liberté sur le marché du travail

Selon une étude de l’Insee, le taux de chômage a reculé de 0,7 point au quatrième trimestre à 8,6% en métropole. Ces bons chiffres devraient nous inciter à accélérer la réforme du marché du travail pour rattraper notre retard européen.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chômage en baisse : l’effet de la liberté sur le marché du travail

Publié le 15 février 2018
- A +

Par Frédéric Mas.

L’insee relevait ce jeudi 15 février que le taux de chômage était à son plus bas niveau depuis 2009. Il a ainsi reculé de 0,7 point au quatrième trimestre 2017 pour passer sous la barre des 9%.

Le nombre de chômeurs diminue donc de 205 000 au dernier semestre 2017, se stabilisant à 2,5 millions de personnes. Pour un pays chroniquement malade de sa formation continue, les chiffres du chômage de longue durée sont bons. Ils diminuent de 0,6 point sur le trimestre et de 0,7 point par rapport à fin 2016.

Taux de chômage au sens du BIT

L’autre bonne nouvelle vient du taux d’emploi des jeunes. Il augmente de 0,6 point par rapport au troisième trimestre 2017, et de 1,0 point par rapport à fin 2016. Sur le trimestre, le taux d’emploi s’accroît pour toutes les tranches d’âge, notamment les jeunes et les 50-64 ans. Il y a de quoi se réjouir même si le taux d’emploi des jeunes reste l’un des plus médiocres en Europe, et reste loin derrière nos voisins anglais ou allemands.

Taux d’emploi BIT dans la population des 15-64 ans

Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour cette embellie, et plus globalement, la croissance positive française se doit d’être rapportée à celle mondiale qui l’entraîne. Cette dernière en 2018 devrait être pour la zone euro de 2,1% selon la Banque mondiale et de 2,5% aux États-Unis. En France, elle serait de 1,9%.

Seulement, il est aussi important de souligner que l’effort porté par le gouvernement pour réformer le marché du travail peut aussi commencer à porter ses fruits.

En effet, les effets positifs des ordonnances Macron sur le droit du travail, en particulier sur l’assouplissement de certaines règles concernant la procédure générale de licenciement n’est pas étranger à l’entrée sur le marché des plus jeunes.

Comme le remarque Bernard Zimmern, c’est une première étape et un bon signal à l’endroit des PME-PMI qui devraient moins hésiter à embaucher. M. Zimmern estime ainsi que « 2 millions d’emplois ne voient pas le jour par crainte des dirigeants de ne pouvoir licencier en cas de recul de la conjoncture. »

Cette première avancée sur le front du chômage devrait inciter le gouvernement à introduire davantage de souplesse sur le marché de l’emploi, ce qui se traduirait par l’amélioration des conditions des travailleurs et de leur rendement, qu’une réglementation tatillonne freine depuis des décennies.

L’étape d’après pourrait alors, comme le note l’étude de Ferghane Azihari pour l’Iref, l’évolution d’un marché du travail vers la décentralisation des négociations collectives pour répondre plus adéquatement aux demandes des employés comme des employeurs.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Enfin, le chômage recule un peu en France, mais la reprise est bien fragile, toujours à la merci de lois liberticides et de la gabegie fiscale…

  • Faudrait-il encore que ce soit exact, le bidouillage étant une spécialité des politiciens. D’ailleurs les indicateurs économiques ne confirment pas!

    • Soyons sérieux, il n’y a pas de baisse du chômage. Il y a seulement une manipulation par l’INSEE (organisme 100% dépendant du pouvoir). Ne pas oublier que les chiffres mensuels de Pôle Emploi sont en opposition, c’est d’ailleurs pourquoi le gouvernement a décidé de supprimer leur diffusion… Ensuite pour croire que les réformes Macron ou la soi-disant reprise permettraient une baisse du chômage autrement qu’homéopathique il ne faut pas manquer de souffle… La seule baisse interviendra le jour où le pouvoir procédera à une baisse drastique de la dépense publique. Le reste est juste de l’enfumage macronien.

  • Personnes en emploi , 65,7%……les 34,3% restant font quoi ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aux dernières rencontres d’Aix, notre ministre de l’Économie Bruno le Maire expliquait à juste titre qu’il n’y avait rien de plus choquant que tant d’entreprises cherchent des salariés et au même moment toujours autant de chômage. Pour lui cette inadéquation était le deuxième sujet à traiter après la priorité du pouvoir d’achat.

Et si ces deux maux étaient tout simplement les deux conséquences d’un problème plus profond à régler ?

 

Le poison du keynésianisme à long terme

Appliqué trop longtemps le keynésianisme n’es... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles