Ordonnances : Macron tiendra-t-il ?

Les ordonnances sont-elles ce véritable ouragan turbo-libéral que la gauche nous dépeint ? Et Macron pourra-t-il contenir les collectivistes dans la rue ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Evolution du code du travail

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ordonnances : Macron tiendra-t-il ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 septembre 2017
- A +

Voilà, ça y est, on connaît (enfin) le contenu des ordonnances de la réforme du droit du travail esquissée par Emmanuel Macron pendant sa campagne. Pas de doute : c’est une véritable déferlante de libéralisme qui s’abat sur le pays.

Enfin… C’est un ouragan du point de vue d’une gauche qui frise l’apoplexie : avec la France Insoumise qui parle, en toute modération, d’« agression contre le Code du travail » et d’une généralisation de la précarité, un PCF (oui, ça existe encore !) qui évoque un « grand recul social » et « l’absolutisme libéral » de Macron, et un Parti Socialiste (ou ce qu’il en reste) qui pleurniche sur « un déséquilibre dans la relation entre les employeurs et les salariés » (à l’avantage de l’employeur, bien évidemment), on comprend que ces ordonnances déclenchent déjà de puissants prurits sur la couenne sensible des collectivistes et thuriféraires du tout-à-l’État dans lequel barbote le pays depuis plusieurs décennies.

Du reste, les spécimens collectivistes qui siègent à droite ont aussi des réactions épidermiques assez caractéristiques ; notons cependant que là où la gauche n’en peut déjà plus de voir certaines règles assouplies, le Front National semble s’inquiéter du trop grand pouvoir que vont récolter les syndicats avec la primauté des accords d’entreprise sur les accords de branche.

Bref : chacun joue ici une partition qui ne surprendra personne. Et puis bon, c’est la rentrée, après tout ! Que serait-elle si elle n’avait pas en elle, comme à peu près toutes les rentrées précédentes, tous les germes de frétillantes confrontations sociales dont le pays a le secret ?

En réalité, sur le plan pratique, on constate qu’en fait de tempête de néolibéralisme turbo-capitaliste ultra-en faveur des patrons, on trouve surtout quelques ajustements objectivement nécessaires dans une sorte de ménagement chouchèvresque typique de la tendance globale : de petits pas, un peu timorés, dans une direction qu’on sait bonne (le rééquilibrage du Code du travail entre salariés et entrepreneurs) mais avec ce rythme si mesuré qui amène la France à faire ce que tous ses grands partenaires ont fait avant elle… il y a 20 à 40 ans.

On pourra ainsi apprécier à sa juste valeur l’assouplissement de certaines règles concernant la procédure générale de licenciement qui est, en France, l’une des plus complexes du monde occidental et qui donne, tous les jours, son lot de procès aux Prud’hommes et impose à chaque entrepreneur de réfléchir aussi longtemps que possible avant toute nouvelle embauche, qui se traduit souvent pour lui par un mariage forcé dont toute tentative de divorce lui coûtera très cher.

Dans les prochains jours, le monde des jacassants reviendra en détails (et lourdement) sur le plafonnement des indemnités prud’homales : il lui sera facile de s’appesantir sur tous les cas qu’il ne manquera pas de dénicher montrant à quel point ce plafonnement est à la fois inique, outrageusement favorable aux (méchants) patrons et un véritable recul social sans précédent.

Pourtant, si ce dernier enlève une partie de l’insécurité financière que toute nouvelle embauche entraînait jusqu’à présent, ce n’est à mes yeux pas le point le plus important ; en réalité, on devra apprécier à leur juste valeur d’autres articles, ceux qui réintroduisent le principe de bonne foi de l’employeur et lui permettent d’établir un licenciement correctement motivé sans créer un véritable champ de mines juridique pour l’entreprise.

En somme, sans être la révolution qu’on aurait pu attendre et dont le pays a véritablement besoin, on devra se contenter d’un toilettage bienvenu d’une partie du Code du travail, nettoyage qui réintroduit un peu de bon sens dans le contrat de travail. Il était temps.

Cependant, le plus dur n’est pas ce qui vient d’être fait, mais bien ce qui sera mis en place effectivement.

Et là, quelques soucis risquent de se faire jour…

D’une part, il va falloir savoir gérer les syndicats dont une partie s’est montrée ouvertement hostile à ces ordonnances et qui ne se priveront pas de le rappeler bruyamment dans les semaines à venir.

D’autre part, il va aussi falloir calmer le jeu des collectivistes (ceux de gauche avec les Zinsoumis, et ceux de droite avec les Frontistes) qui vont se sentir pousser des ailes en appelant vociférant à la rue ; pour eux, c’est évident, le Grand Souar semble à portée et moyennant quelques merguez-parties, une ou deux manifestations et leurs inévitables échauffourées, tout ceci devrait se terminer, comme souvent dans ce pays, par des chansons et un retrait de tout ce qui les gratouille un peu dans le texte.

Du reste, les plans sont déjà prêts (ils l’étaient bien avant que les textes complets soient connus ce qui donne une idée précise de la bonne foi de certains en la matière).

Mais bon : vu la violence des réactions de l’opposition s’opposant avec force opposition, pour le même prix, le gouvernement aurait pu y aller bien plus franchement et introduire beaucoup plus de souplesse dans ce qui reste, au départ, un contrat définissant une relation commerciale entre individus a priori doués de raison et qui a été, jusqu’à présent, consciencieusement vitrifié par des années de négociations syndicales à sens unique, d’abandons en rase campagne et de perte de repères flagrante.

En pratique, on aura les cris, les grincements de dents, les agressions olfactives de saucisses grillées sur les boulevards parisiens, les échauffourées et les débordements pour un aimable paquet d’ajustements que l’air du temps, une économie en déroute et 20 ans de retard sur l’Allemagne ont rendu indispensables.

Or, maintenant, pour le gouvernement Philippe et pour son patron derrière, il va falloir tenir bon. Comme l’ont amplement prouvé tant de leurs prédécesseurs, passer le texte de loi n’est pas, loin s’en faut, la partie la plus délicate. Le président l’a-t-il compris ? Peut-être si l’on tient compte du récent appel d’offre pour l’achat d’un gros paquet joufflu de grenades par la Gendarmerie et la Police nationales.

Malheureusement, ce n’est pas ce qu’on a observé depuis que le petit gars est arrivé au pouvoir. Ainsi, le retrait totalement piteux du projet de diminution des APL a donné un aperçu pathétique de la détermination et du courage réels que cette fine équipe semble capable de rassembler.

Prenons ce qui vient. Souhaitons le meilleur. Préparons-nous au pire.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • C’est le pas du siècle dans la bonne direction !
    Dommage que le prochain siècle doive encore se faire attendre assez longtemps.

  • on est au bord du gouffre : on fait un pas en avant !

  • Bon, bah à la prochaine réforme dans 40 ans.

  • Cela ne va pas créer d’emplois….
    quel bordel ces négociations par entreprise!!!
    il aurait plus judicieux de baisser les impôts d’entreprise à 12%….
    DE revoir le mécanisme du gouffre financier du non travail…des aides des 35h00 ..
    DE supprimer les sudventions a la presse et la niche fiscale des journalistes…
    que l’on m’explique réduire de 20 milliards de fonctionnement pour obtenir 80 milliard de déficit en plus…
    c’est de la masturbation cérébrale. …
    les élites!!!

  • Les arguments de discussion, dite démocratique, du gouvernement sont fins prêts: 1,2 millions de grenades pour la modique somme de 22 millions d’euros …. Alsetex (72) : « leader des produits pour la gestion démocratique des foules »

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le fait pour un gouvernement de solliciter et d’obtenir la confiance de l'Assemblée contribue à la prévisibilité, la stabilité et la sincérité de l’action publique, et cela devrait être reconnu comme indispensable.

Le 30 janvier dernier, Gabriel Attal a prononcé son discours de politique générale, sans solliciter la confiance de l’Assemblée, avant qu’une motion de censure soit soumise, puis rejetée le 5 février. Le gouvernement Attal, comme le gouvernement Borne avant lui, a donc le droit d’exister, mais sans soutien de la chambre.

... Poursuivre la lecture
8
Sauvegarder cet article
« Je déteste tous les Français »

Le 3 février dernier, un immigré malien de 32 ans, Sagou Gouno Kassogue, a attaqué au couteau et blessé grièvement des passagers de la Gare de Lyon. Finalement maîtrisé par l’action conjuguée des passants, des agents de sécurité et des membres de la police ferroviaire, l’homme en garde à vue a été mis en examen pour tentative d’assassinat aggravée et violence avec armes aggravée.

Les premiers éléments de l’enquête dévoilés par le préfet de police de Paris révèlent les discours conspirationnistes d’un in... Poursuivre la lecture

Nommé ministre du logement jeudi 8 février, Guillaume Kasbarian avait accordé un entretien à Contrepoints en novembre dernier en tant que député Renaissance de la première circonscription d'Eure-et-Loir et président de la Commission des affaires économiques.

 

Contrepoints : Bonjour Monsieur le Député, merci d’avoir accepté de nous accorder cet entretien. Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent peut-être pas, pourriez-vous nous parler de votre parcours et nous raconter ce qui vous a amené à vous engager en politique et à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles