Chutes de neige : l’action publique devient obsolète en France

Les 700 kilomètres de bouchon en Ile-de-France illustrent l’incapacité systémique de nos services publics obsolètes à couvrir les risques élémentaires de la vie collective.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chutes de neige : l’action publique devient obsolète en France

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 février 2018
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Même Alain Juppé s’est plaint du service ferroviaire délivré par la SNCF sous la neige. Pour que l’ancien Premier ministre ose une critique aussi frontale contre une quasi-institution républicaine, il faut vraiment que nous nous apprêtions à toucher le fond. De fait, chaque chute de neige, même minime, même parfaitement prévisible, produit sa traditionnelle pagaille qui rappelle l’incapacité de nos services publics à améliorer leur efficience…

Les chutes de neige et leurs bouchons si prévisibles…

On pourrait pourtant imaginer qu’à la suite de chaque épisode neigeux qui paralyse le pays, nos services publics, dans une démarche qualité que n’importe quelle entreprise privée serait sommée de mettre en place, fassent la liste de ce qui n’a pas fonctionné et prennent des mesures efficaces pour éviter que cela ne se reproduise.

Eh bien ! si (on veut bien l’imaginer) d’interminables réunions doivent avoir lieu chaque année pour papoter sur les difficultés à venir, aucune décision efficace n’y est prise et la France paraît toujours aussi désemparée et fragile lorsque l’hiver arrive.

D’où la sempiternelle redite, et le sempiternel recommencement du même désordre à chaque chute de quelques flocons. D’où le blocage rituel de la plus grande zone de conurbation d’Europe – l’Ile-de-France, comme si la neige y était exceptionnelle…

On se demande comment font les villes canadiennes ou scandinaves, de taille bien plus modeste, pour ne pas être paralysées lorsque plusieurs dizaines de centimètres de neige tombent en une seule fois.

L’inefficience patente de nos services publics

Chacun pourrait imaginer qu’exceptionnellement, nos services publics soient pris au dépourvu dès que la neige se met à tomber. Mais la chute de neige est habituelle au nord de la Loire, et celle qui sévit cette semaine était connue depuis au moins dimanche. Malgré cette parfaite prévisibilité, la N118, artère vitale pour l’Ile-de-France, se retrouve bloquée pour quelques centimètres de neige.

Officiellement, la ministre en attribue de 15 à 17 sur cet axe sensible. La même ministre explique qu’il a fallu fermer cette route « par précaution ». Elle ajoute que 70 déneigeuses sont mobilisées dans la nuit.

Mais alors, si la ministre savait que les services ne pouvaient intervenir par anticipation, pourquoi ne pas avoir appelé les franciliens à rester chez eux aujourd’hui par précaution, ou pourquoi ne pas leur avoir déconseillé la voiture ? Le sens de la précaution est décidément une notion fluctuante au gré des événements.

En outre, les mauvais esprits souligneront que la bonne méthode pour traiter une couche importante de neige suppose non pas de saler la route, mais de racler la neige avec des chasse-neiges. Pourquoi ceux-ci ne sont-ils pas intervenus sur les axes vitaux dans la soirée ? On aimerait le savoir.

Il reste au total une évidence : les services publics n’ont pas mis en place des mesures efficaces pour garantir la libre circulation sur les grands axes de la ville la plus peuplée d’Europe continentale en cas de chute d’une dizaine de centimètres de neige. On croit rêver, mais c’est pourtant vrai.

L’inefficacité du service public, une plaie française

On n’en finirait pas ici d’égrener l’impressionnante liste des naufrages qui montrent l’incapacité des services publics à faire un usage efficient des 57% de PIB qu’ils consomment chaque année.

On parle ici des routes qui se bloquent dès qu’une pellicule de neige les recouvre. On pourrait aussi parler des services de renseignement qui n’ont pas empêché l’attentat de Saint-Étienne du Rouvray, ou qui ont eu des réactions désastreuses lors de la tragique tuerie du Bataclan.

On pourrait aussi évoquer le cataclysme éducatif, avec des établissements fermés pendant plusieurs mois sans stratégie alternative, des classes privées d’enseignants pendant de longues périodes, et un niveau éducatif général qui s’effondre.

On pourrait aussi aborder le sujet des hôpitaux publics où la souffrance des personnels trahit un malaise généralisé, malgré un endettement permanent du système sanitaire. On pourrait parler de ces médicaments vitaux qui coûtent trop cher pour être remboursés par la Sécurité sociale. On pourrait parler de ces fraudes aux aides sociales devant lesquelles la Sécurité sociale se croise les bras au nom d’une sensiblerie tout à fait coupable.

En réalité, le service public français, protéiforme, lourd, complexe, n’est plus en mesure d’assumer ses missions fondamentales. On a beau nous répéter que l’État, c’est plus moral que le marché, que l’État, c’est l’intérêt général quand l’entreprise c’est le méchant intérêt particulier, une évidence s’impose en France : l’État ne fonctionne plus.

Problème de moyens ou problème de management ?

On connaît la pleurnicherie traditionnelle selon laquelle l’État manquerait de moyens pour assumer ses missions. C’est évidemment une imposture qu’il est facile de démonter ligne après ligne pour peu qu’on ouvre les yeux en dépassant les cécités idéologiques.

L’action publique française est la plus coûteuse de l’OCDE. Avec 57% du PIB recyclé en action publique, les pouvoirs publics français sont les mieux dotés du monde industrialisé. En grattant bien, on remarquerait d’ailleurs que cette dépense n’a jamais aussi peu servi à investir et n’a jamais autant servi à des charges de fonctionnement.

Certaines sont scandaleuses, comme les salaires des hauts fonctionnaires de Bercy, épinglés par la Cour des comptes sans que Bruno Le Maire, toujours prompt à donner des leçons de morale aux entreprises, ne prenne la moindre mesure pour rétablir la légalité dans ses services.

Il serait intéressant que les hauts fonctionnaires en question publient leur fiche de paye. Le buzz qui s’ensuivrait remettrait quelques pendules à l’heure sur le prétendu manque de moyens de l’État.

Le même mot d’ordre pourrait s’appliquer à l’Éducation nationale, où des sommes colossales qui devraient servir aux élèves servent en réalité à nourrir une caste bureaucratique dans les rectorats et les administrations centrales. Le même prisme pourrait servir à comprendre le budget des universités, où le nombre d’administratifs rapportés au nombre d’étudiants est colossal.

Dans tous ces exemples, une certitude apparaît : le gras, l’obèse service public français, est devenu si lourd et si peu agile qu’il n’est plus capable d’assumer ses missions fondamentales. Avec 57% de PIB, il ne parvient pas à délivrer les services pour lequel il existe.

Non parce qu’il manque le moyen, mais parce qu’il n’est pas managé.

Sur le web

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • je suis pas certain que l’épisode neigeux pas si habituel que ça au nord de la Loire soit le bon exemple pour démontrer l’incurie de l’etat ..sans doute mal géré…

    en pratique vous auriez fait quoi?
    en tenant compte de l’incertitude sur les prévisions météo, sur l’incertitude des comportements humains etc…

    Il me semble que le point libéral ne peut être une critique de l’action de l’etat dans un domaine en raison d’une inefficacité éventuelle ou d’un dysfonctionnement .. car l’inefficacité est indéfinissable..le point libéral est l’etat ne doit pas intervenir hors du domaine régalien.

    mais je ne suis pas libéral…

    • Il me semble parfaitement libéral d’annoncer « demain, la quantité de neige prévue est telle qu’il serait improbable que l’Etat parvienne à gérer les conséquences, et les individus sont invités à en tirer les conséquences dans leur choix de venir ou non au travail ». Après tout, Météo-France est un Etablissement Public à caractère Administratif qui emploie 3200 personnes et coûte dans les 200 millions par an au contribuable, et dont les prévisions, certes améliorables, ne sont pas en cause dans l’épisode actuel, alors pourquoi ne pas les avoir crus et avoir attendu la pagaille pour déclarer « nous ne verbaliserons pas les véhicules arrêtés au bord des routes, c’est la principale mesure que nous prenons dans ces circonstances exceptionnelles-qui-nous-exonèrent-de-toute-responsabilité » ?

      • Tout à fait d’accord, de plus, détenir des moyens de déneigements qui ne serviront que tous les 8 ans, c’est aussi détenir du personnel qui ne travaillera que tous les 8 ans…

    • Je pense au contraire que c’est une démonstration de plus de l’incurie de l’état.
      L’épisode neigeux était prévu 1 semaine avant. Comment font les grandes villes comme Strasbourg ou Mulhouse histoire de rester en France ? Aucune mesure sérieuse n’a été prise pour dégager les axes principaux, quant aux autres pseudo services SNCF / RATP, et bien ils ont été pareils à eux mêmes ! Nuls…

      • Peut-être que les strasbourgeois sont moins ………s que les Franciliens et équipent les véhicules de pneus neige, ce qui en période hivernale et la moindre des choses.
        Et puis, il bien connu que les alertes météos sont faites pour les services publics mais surtout pas pour les administrés !!!!!

    • La perfidie de votre commentaire n’a d’égale que son habileté rhétorique. Vous mettez successivement en doute :
      – la neige au nord de la Loire;
      – les compétences de l’auteur;
      – celles de Météo France;
      avant de gloser sur l’inefficacité. C’est gonflé mais insuffisant. Le 1er chauffeur PL venu vous rétorquera qu’il n’y a qu’en France qu’on voit un b… pareil à chaque épisode hivernal.

  • La SNCF a rabattu son caquet à Juppé, dans ces conditions de neige collante, les Tgv sont limités à 220km/h voire moins, car il y a formation et projection de glaçons qui peuvent aller jusqu’à briser des vitres du Tgv.
    Pour la rn118, la dirif est coupable, de telles conditions n’arrivent qu’une ou deux fois par décennie, mais manifestement ils n’ont pas tiré la leçon des épisodes similaires antérieurs pour anticiper et éviter une nouvelle berezina. Si on considère qu’on est pas en mesure d’assurer la praticabilité de cette voie quand il tombe 3cm de neige par heure (dixit là ministre), il ne faut pas attendre que les voitures se retrouvent coincées pour la fermer.

    • Il faut souligner que la N118 passe à Vélizy où, depuis plus de 25 ans, on accumule les activités tertiaires commerciales et d’entreprises, alors qu’il s’agit d’un carrefour naturel majeur de la RP, sans y mettre les moyens (le mieux étant de ne pas concentrer…)

  •  » gouverner c’est prévoir  » ; partant du fait que l’état est rarement prévoyant , c’est aux citoyens de se prendre en main ; du mauvais temps est prévu ? soit on reste chez soi , soit on met dans son véhicule tout ce qui peut être utile au cas ou ; il faut arrêter de croire que l’on est à l’abris en se disant  » à moi , ça n’arrivera pas  » ;

  • Merci,
    il s’agit bien du fonds du débat.
    La France un des pays les plus peuplés du monde,avec un niveau de vie elevé et un taux de prélévements obligatoires record.
    Le budget de l état y est forcémment l un des plus élevés du monde dans l absolu.
    Mais les fonctionnaires manquent toujours de moyens.
    Donc l argent y est fort mal dépensé.
    Et cela ne peut qu’interpeller une majorité de citoyens.
    Qui comme Monsieur Jourdain font du libéralisme sans s’en rendre compte des qu il s’agit de leur portefeuille.Et c’est bien normal.

    • Les fonctionnaires manquent de moyens ! Cette phrase me hérisse !
      Ils sont mal gérés depuis des décennies c’est certain. Ils sont devenus une caste « hors sol » protégés par des syndicats qui eux protègent leur fond de commerce… A quand la remise en place des jours de carence comme pour les salariés du privé ?

      • Les chiffres le prouvent à l’échelon global. Aucun doute. Mais le petit fonctionnaire en bas de l’échelle (simple prof en l’occurrence) peut vous certifier que l’argent n’arrive pas jusqu’en bas. Ca fuit en amont.

      • jour de carence a été mis en place, non pris en charge par les mutuelles, à rebours du privé…

  • Juppé perd son sang froid par ce temps de neige, heureusement qu’il ne gère ce pays. Il oublie qu’il a pris des décisions il y a 20 ans pour l’avenir, soit maintenant. Et il ne sait les impératifs météo sur les TGV, il n’y a pas besoin de s’y connaitre pour comprendre l’explication de la SNCF. Et qu’aurait-il dit si la vitre à côté de son siège avait explosée et crevée ses 2 yeux. Il devrait plutôt remercier les agents SNCF de respecter les consignes de conduite des trains. Heureusement qu’il n’est pas Président.

  • Si c’est certain que l’on ne puisse mettre beaucoup de chasse-neige etc pour quelques jours de neige en IDF, il est tout de même invraisemblable que la RN118 soit impactée 2 fois par une telle immobilisation. Un plan blanc RN118 devrait être élaboré pour la cas où. Mais comme disent certains responsables il n’y a pas eu de morts cette nuit là. De plus c’est plus facile d’accuser de soit disant irresponsables automobilistes ayant pris leurs véhicules ce jour là, alors que vers 17h00 la police laissait pénétrer ces chauffards dans le piège, car la police elle-même n’avait pas cette info. L’État ne peut tout faire ok, mais fait-il au moins un service minimum. Dans bien des domaines nous pouvons en douter. Et que le gouvernement ne nous propose pas une taxe « neige IDF », du fric il en a, mais très mal géré.

    • @Parcoureur

       » L’État ne peut tout faire ok, mais fait-il au moins un service minimum. »

      Ce service minimum, c’est l’état régalien qui a été mis de côté depuis belle lurette.

      • 2 ou 4 pneus neige à sa voiture, 1 paire de chaine dans le coffre et on passe partout.
        Mais c’est vrai, c’est plus facile de crier : je paie des impôts, moi monsieur ( ce qui est vrai pour une partie des automobilistes, les autres étant exonérés).

        • La paire de chaines qui ne sert qu’une fois tous les cinq ans ne me paraît pas une réponse adaptée. On a déjà l’éthylotest, la boite d’ampoules, la vignette crit’air, la vignette de contrôle technique, etc. Ce que l’Etat doit faire, c’est le plan contingences obligatoire. Aucune entreprise privée d’une certaine taille ne survivrait à une crise de cette ampleur si elle n’avait établi un plan d’action, numéros à appeler, personnes chargées de décider, moyens palliatifs, etc. Un cahier de consignes et de numéros de téléphones, même s’il ne sert qu’une fois dans les neiges (!), ça ne représente pas des moyens supplémentaires mais une obligation normale.

  • La ministre dit que c’est « exceptionnel ». Faux! 12 cm de neige en hiver est au contraire normal. Quand j’étais jeune on faisait de la luge dans les chemins en pente et du patin sur les lacs gelés, on avait -10 C° sans déplafonner pendant 15 jours….Mais bien sûr c’est encore un coup du CO2!

  • « une évidence s’impose en France : l’État ne fonctionne plus »

    L’état obèse, l’état providence n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais. Si vous avez eu l’impression que cela fonctionnait c’est que vous n’avez pas fait attention, ou pris en compte, à l’inertie financière qui mène le pays et ses générations à venir à la ruine.

  • mouai, que peux t’on faire franchement face à ce type d’événement , même prévu ? on va pas investir des millions dans des déneigeuses et autres équipements, pour une chute de neige tout les 5 ans… Non je déteste l’état par dessus tout, mais la, l’état n’y peut rien!

    • @erima

       » l’état n’y peut rien! »

      Si nous étions dans un pays libéral avec un état seulement régalien, l’état aurait lancé une alerte qui aurait été écouté par ces citoyens non habitués à être assistés et bercés par ce dernier.

      Seulement nous sommes dans un pays socialiste avec un état se disant providence, qui aime bien bordé son citoyen pour mieux le manipuler. Alors étant habitué à s’en remettre à l’état,
      ce dernier se retrouve bien en faute car il ne tient pas ses promesses tout en prétextant s’occuper de tout (avec au passage des taxes et impôts qui gonflent avec le temps).

      La fin de votre commentaire, en toute logique, aurait dû être : l’état n’y peut rien! Pourquoi alors je paye des impôts et taxes pour des services qu’il ne rend pas ou qui sont inefficaces ? Pourquoi demander plus d’état ? Pourquoi ne pas supprimer cet état qui ne sert pas ?

      Au lieu de ça, vous lui trouvez une excuse. Nous n’en sortirons pas. CPEF.

    • « l’état n’y peut rien! »

      lol – rien, sauf bien sur, faire passer une saleuse sur la RN118 quelques heures avant la chute de neige prévu depuis 48 heures. Je parie qu’une telle opération aurait coûté peut-être le moitié des frais liés à une seule déplacement de ministre…

      • Un saleuse ne peut rien contre 10 cm de neige. Ce ne serait pas le procédé approprié…

      • Une saleuse n’a d’effet que pour des épaisseurs de neige de moins de 5 cm. Il était donc évident que les saleuses seraient sans effet. Simplement, les saleuses ont été envoyées au front comme la chair à canons en 14, pour que les ministres puissent dire « contre la neige, on a tout essayé », et finalement ça n’était pas une si mauvaise stratégie puisque de nombreux citoyens croient que le problème se limite à une insuffisance de saleuses.

  • C’est juste une illustration de plus que les administrations sont totalement hors de contrôle : plus d’initiative, plus de prise de décision, plus de réflexion, principe de précaution : on ne fait plus rien (on attend).

  • @david j je suis totalement d’accord avec vous, je considère que l’état n’y pouvait rien mais je considère aussi payer bien trop d’impôt par rapport au service fourni. C’est comme l’obligation de déneiger ou désherber le trottoir devant chez soi : le trottoir appartient à la commune, vous payez des impôts locaux mais c’est à vous de deneiger ou désherber messieurs dames, et fermez vos gu…. sinon c’est contrôle fiscal

  • Le malheur français
    Encore une fois au-delà de l’épisode neigeux ce qui est en cause c’est l’inefficacité du service public même si cet épisode semble avoir été moins mal géré dans l’est de la France.
    Ce qui me frappe en France c’est le nombre, la multiplication et l’instabilité des lois et règlements produits par les politiques et la « noblesse d’état » sélectionnée dans les « grandes-écoles » hors sol de la réalité économique du pays.
    Aussi le nombre d’administratifs (dans les hôpitaux, dans l’enseignement..) ou de temps administratif dédié dans les fonctions régaliennes de l’état (pour la police, la gendarmerie, la justice) rendent à la fois obèses-coûteuses toutes ces structures et inefficaces de surcroît car les personnels en charge directe de l’action sont soit moins nombreux (médecins, infirmières..) soit parasités par le temps administratif au détriment du temps de l’action dans les fonctions régaliennes (police, gendarmerie, justice).
    L’on parle beaucoup et à raison du poids des charges fiscales et sociales qui pèsent sur les entreprises mais l’impact des règlementations plus ou moins absurdes (plutôt plus) et de leur instabilité est une entrave tout aussi pesante.
    Par « tendance naturelle » l’État a tendance à s’occuper de tout poussé de plus par des politiques qui veulent plaire à leur clientèle.
    Malheureusement en France ne se dessine aucune alternative libérale. Contrepoints a une longue vie devant lui et les libéraux doivent s’armer de patience beaucoup de patience….

  • Que des milliers d’automobilistes restent bloqués par quelques centimètre de neige est un scandale d’état….Scandale factuel: moyens mis en place, réseau d’alerte, comportement des forces de l’ordre….
    Le scandale de fond est la politique anti automobile menée depuis 40ans, voitures trop légères (manque d’adhérence), sous motorisées, sous équipées et sous entretenues (fiscalité), diabolisation du 4×4 et le la traction intégrale (écologie de l’envie et de la jalousie)….Avec en plus une déresponsabilisation des préfets vaccinés à l’anti automobile qui s’échinent à appliquer des règlements idiots concernant les poids lourds….
    Nous payons tous cette inconséquence et allons le payer de plus en plus, car nous entrons dans une période de petite glaciation…

    • @Kansas beat
      Bonjour,
      « car nous entrons dans une période de petite glaciation… »
      Comment !? Une période de glaciation ? Alors les ours polaires ne vont pas disparaître et regagner les kilos qu’ils ont perdu parce qu’ils doivent couvrir plus de distance pour se nourrir (en particulier les 4 ours sur 9 de l’étude californienne qui ont perdu 20 kg) ?(« https://www.dailymotion.com/video/x6ebktg » ; « https://www.msn.com/fr-ca/video/animal/pourquoi-vos-enfants-ne-connaitront-pas-les-ours-polaires/vi-BBINWOL »)

      • Franchement, mes grands-parents n’ont jamais connu les ours polaires et quand je compare à mes amis norvégiens, ils ne s’en sont pas plus mal portés…

      • L’ours blanc est bien pratique pour les écolos….Personne n’ira vérifier leurs assertions, trop froid, trop loin trop dangereux…Très irascibles ces gentilles peluches…
        L’été dernier j’étais à la pêche aux saumons en Alaska….En 20ans on a vu la population de phoques exploser…Les pêcheurs professionnels ont leurs poissons dévorés à même les filets…
        Depuis 5ans, quand on pêche, il faut un garde pour nous protéger des ours, bruns et grizzly, qui se sont reproduit comme des lapins…
        Si vos ours blancs ont maigri ça doit être à cause de la gène provoquée par leur saloperie de balise et par le choc de l’anesthésie nécessaire pour leur infliger cette géhenne…

        • @MichelO
          Bonsoir,
          Quand vous dites que vos grands-parents n’ont pas connu l’ours polaire, vous voulez dire qu’ils n’en ont jamais vu à l’état sauvage. Quand on « connaître », cela veut dire que les ours polaires existent pendant la période même si peu de gens les voient. Pour le dodo, ses contemporains humains l’ont « connu » même si peu d’entre eux l’ont vu.

          @Kansas beat
          Bonsoir,
          Ce ne sont pas « mes ours », je n’ai pas la prétention de posséder des animaux sauvages. D’après quelques études, le nombre d’ours blancs a été multiplié par 5 depuis les années ’70.
          « L’ours blanc est bien pratique pour les écolos »
          Je suis bien d’accord avec vous. L’ours polaire remplacerait presque le panda du WWF.

          • Exact pour mes grands-parents. Pour mes amis norvégiens, l’obligation de ne sortir qu’accompagné d’un garde armé quand on fait des mesures au Svalbard ne me paraît pas un progrès, ni un argument en faveur d’efforts pour la préservation de tels fouilleurs de poubelles : de nombreuses espèces éteintes ne nous manquent en rien.

            • @MichelO
              Pour les norvégiens, les alaskans, et autres humains voisins d’espèces sauvages, il s’agit d’un partage de territoire. L’être humain grignotte l’espace sauvage, et les espèces sauvages ne peuvent pas toutes déguerpir. Tous les animaux ont droit de vivre, l’homme inclus.
              En Alaska, les habitants des petites bourgades laissent leurs portières de voiture et leurs portent de maison ouvertes pour que quiconque se trouve à proximité d’un ours puisse se réfugier.

              « Pour mes amis norvégiens, l’obligation de ne sortir qu’accompagné d’un garde armé quand on fait des mesures au Svalbard ne me paraît pas un progrès, ni un argument en faveur d’efforts pour la préservation de tels fouilleurs de poubelles. »
              Vous voudriez que les ours polaires, les grizzlis, les loups soient exterminés ? Ce serait là le « progrès » ?
              Si les ours fouillent dans les poubelles pour se nourir c’est parce que c’est moins coûteux en énergie. L’être humain fait la même chose : il fait chauffer des plats préparés, ou en conserves, au lieu de faire de la cuisine qui prend plus de temps et d’énergie.

  • « Malgré cette parfaite prévisibilité, la N118, artère vitale pour l’Ile-de-France, se retrouve bloquée pour quelques centimètres de neige. »
    Cet axe routier, voulu, décidé et financé par les deniers publics, est donc du ressort national, donc de l’Etat(qui est aussi payé pour entretenir les axes routiers publics.). Qu’en sachant qu’il y aurait de la neige, L’Etat ne fasse rien, montre qu’il s’en fout.
    Là où j’habite, dans l’Est, des agents municipaux, en binômes sont en astreinte neige tout l’hiver, voire même début décembre avec deux épisodes neigeux. Un particulier déneige même des routes départementales et quelques chemins avec son propre tracteur et sa propre lame.

  • Je n’ai même pas pu lire l’article en entier, tellement je suis outré.
    Depuis presque un demi-siècle, nos gouvernements habituent les Français à être sur-protégés, choyés, cocoonés, donc rendus irresponsables. Irresponsables, non pas au sens de faire n’importe quoi, mais bien d’être incapables d’assumer la moindre responsabilité individuelle.
    C’est ainsi qu’ils se plaignent que l’état n’ait pas fait passer les chasse-neige avant qu’il ne neige, qu’il n’ait pas fait saler les routes avant qu’il ne gèle, qu’il ne puisse pas nettoyer les routes quand elles sont encombrées par les milliers de voitures de ces irresponsables, rendant impossible le passage du moindre véhicule pour ce faire. C’est tout juste s’ils ne reprochent pas au gouvernement d’avoir laissé tomber la neige…
    Facile de dire l’impuissance de l’état, mais n’est-ce pas plutôt la faute de chacun, de moins en moins citoyen, et de plus en plus dépendant du service d’autrui ?
    Faut-il que notre gouvernement impose des mesures autoritaires lorsque chacun a eu connaissance des risques d’enneigement au moins 24 heures à l’avance par notre excellente météo nationale ? Mesures autoritaires, qui ne seraient d’ailleurs pas suivies, tant nos concitoyens sont « plus malins » que les autres…
    Faut-il investir dans des moyens qui ne serviront qu’une fois tous les 10 ans, parce que contrairement aux pays comme le Canada cité en exemple, notre pays, du moins la région parisienne, car c’est bien d’elle qu’il s’agit, ne subit de telles conditions climatiques que tous les 10 ans au plus en moyenne. Faut-il que des décisions draconiennes soient prises qui interdiraient toute circulation dès que la météo a prévu fort pertinemment 10 cm de neige en région parisienne ? Je n’ose imaginer la série d’articles de récrimination de la part de la presse contre une telle mesure !
    J’en ai assez de tous ces pleureurs qui gémissent à la moindre anicroche, et qui sont pourtant responsables de l’élection de leurs gouvernants.

    • Mic0741 – vous oubliez peut-être qu’en France l’état avale 57% du PIB; on peut en tout légitimité se poser la question de porquoi les pouvoirs publics ne sont pas capable de dégager les routes en cas de neige. Manque de resources? Je ne crois pas.
      Vous oubliez aussi qu’il y a une enorme coût à l’économie francaise quand tout le monde reste coincé chez eux car les routes sont bloquées – cela vaudrait la peine de dépenser un peu pour que le gens puissent aller bosser quand même, non?

      • @Angus

        Nous sommes dans un pays socialiste où les politiques appliquées mènent à la déresponsabilisation générale pour mieux répondre aux penchants médiocres de l’être humain qui veut plus de ça et moins de ceci sur le dos des autres sans contrepartie. Ce système entraîne un service étatique régalien inefficace voire inexistant ainsi que des comportements irrespectueux et inadéquats de la part de la population. Cette dernière ne comprend pas qu’elle est une part du problème et manifeste régulièrement son mécontentement et sa critique de diverses manières. Tout ce monde ne se remet pas en cause et le cercle vicieux se perpétue.
        Donc dans l’état actuel de notre pays, demander l’intervention de l’état est une erreur. Demander pourquoi l’état n’a rien fait est une erreur. Mais plutôt, ne pourrait-on pas se passer de cet état inefficace? de sa bienpensance nauséabonde? de son financement aux méandres obscurs?
        La première chose à faire est de se remettre en cause. Car à moins de prendre un train de vie vertueux qui nécessite des efforts pour vivre de manière responsable chacun de sa propre personne et non de celle d’autrui, les parasites étatiques s’en donneront à coeur joie pour mieux resserrer leur étreinte sur nos ressources.

        • @Angus
          Bonjour,
          « La première chose à faire est de se remettre en cause. »
          Vous avez raison. Se remettre en cause en comprenant que l’Etat a ponctionné 300 milliards d’euro l’an dernier, qu’il prévoit d’en prélever 400 milliards cette année, et que cet événement montre qu’il ne veut que récolter de l’argent et qu’il n’a que faire de ses missions, régaliennes et les autres et se demander au final, pourquoi et pour quoi notre argent s’envole.
          Cela dit, c’était déjà bien compréhensible lors de l’ouragan à Saint Barthélémy et Saint Martin.

    • Les récriminations de tous ces interviewés sont légitimes, parce que l’Etat les a durement ponctionnés avec la promesse justement de leur épargner toutes ces avanies. Si les reporters posaient la question différemment, du genre « et si vous étiez exonérés de taxe d’habitation en zone inondable, à charge pour vous de ne rien réclamer à l’Etat dont vous constatez aujourd’hui l’impuissance ? », je ne suis pas sûr que la réponse serait vers plus de protection collective.
      Très peu des gens que je connais sont responsables de l’élection de leurs gouvernants, et même les autres, avaient-ils le choix ?

  • Épisode neigeux en région parisienne… Information régionale aux élus de l’Île de France d’agir, en quoi un ministre ou le gouvernement est-il concerné ?
    Le problème est du au comportement du au « parisien moyen » et au droit de retrait des fonctionnaires des transports public… Trois flocons de neige = plus de bus et suppression de RER ! La réaction du Préfet de région ce devrait être interdiction des véhicules perso et intensification des transports en commun.

    • Ce n’est pas par droit de retrait que les bus ne circulent pas, mais tout simplement pour la sécurité des voyageurs et des autres usagés de la route, car les bus patinent comme les voitures et ne sont équipés de pneus neige etc.
      Pareil pour les camions qui étaient interdit de circuler.

      • Ok, mais il est quand même plus simple d’équiper les bus de pneus neige, voir de chaînes, que d’imposer cette contrainte à tous les véhicules (bien que ce soit intéressant de toujours taxer plus les citoyens).

        • Il ne sert à rien d’équiper les bus de pneus neige si les conducteurs sont dans l’impossibilité de venir prendre leur service au dépôt, et d’ailleurs libres de décider sans risquer de sanction pécuniaire de ne pas le faire alors que ce serait possible.
          A noter que lorsque les citoyens sont correctement prévenus, il n’y a pas besoin d’interdictions autres que ponctuelles : ce matin, la circulation en était plutôt meilleure que la normale !

  • Attendez que les véhicules électriques soient devenus obligatoires en région parisienne, les péripéties de cette semaine vous paraîtront un joyeux amusement en comparaison des batteries épuisées dès les premières heures à essayer de réchauffer les automobilistes bloqués…

  • la N118 lorsqu’il y a de la neige …c’est toujours bloqué. ..vous pouvez dire tout ce que vous voulez. .c’est comme çà. .cette pente abrute est impraticable …il n’y a pas de solution. ..je l’ai toujours connu comme çà lorsqu’il y a de la neige …
    imaginer demain plus personne ne prend sa voiture..vous croyez que les transports en ile de France,fonctionnerer !!!
    déjà les gens sont transporter comme des bestiaux aux heures de pointe…

  • Il neige, vous aurez de la neige, il pleut vous aurez de la pluie. Complainte inutile, inutile d’accuser l’État de tout les maux.

    PS : quand il neige sur les autoroutes vous vous accusez les entreprises qui en ont la charge ?

  • Même prendre des mesures simples, sachant qu’il va neiger, est au dessus des capacités de nos politiciens et fonctionnaires!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans un quartier populaire de Dijon, le président en campagne s’est trouvé confronté à une foule à qui la moutarde était montée au nez :

"J’étouffe avec les prix du gazole."

"Mon salaire n’a pas bougé depuis six ans, toutes mes factures ont augmenté."

"Je suis père de famille, j’ai quarante-six ans, je n’arrive plus à vivre de mes revenus."

 

Pourtant, en 2017, le candidat Macron assurait aux électeurs qu’il saurait doper le pouvoir d’achat.

Le Monde du 7 mai 2017 sur ce sujet :

"L... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Il y a peu, un tweet de Michaël Youn a agité la Twittosphère :

« Ma fille m’a demandé : C’est quoi les impôts papa ? J’ai mangé la moitié de son pain au lait… elle a compris ! »

Ce tweet a provoqué la réaction indignée de nombreux membres et de politiques qui sont venus lui rappeler qu’après tout, il était bien content que sa fille profite des écoles et des hôpitaux de la République : publics et surtout gratuits !

Il y a quelques années, notre Président avait aussi affirmé le plus sereinement du ... Poursuivre la lecture

Par Ingrid Nappi et Diane Le Luyer.

Un article de The Conversation

À l’issue du premier confinement, 26 % des sociétés envisageaient d’avoir plus souvent recours au télétravail de façon pérenne ou transitoire. Dans certains secteurs, comme dans l’information ou la communication, ce sont même trois sociétés sur quatre qui l’envisagent, dont 30 % de façon définitive.

Des envies d’ailleurs semblent alors avoir germé chez les principaux intéressés. Beaucoup, découvrant d’autres façons de travailler, en viennent à se demander si ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles