6 règles pour que votre cerveau continue de fabriquer des neurones

Quelques recommandations inspirées par une conférence par Pierre-Marie Lledo, spécialiste des neurosciences à l’Institut Pasteur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

6 règles pour que votre cerveau continue de fabriquer des neurones

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 février 2018
- A +

Par Alain Goetzmann.

Aujourd’hui, je vous propose une communication du professeur Pierre-Marie Lledo, extraite de Sciences et avenir. Elle m’a paru à ce point édifiante que je la publie telle quelle. Faisons-en notre miel et suivons ses recommandations.

La production de nouveaux neurones ne s’arrête jamais. Des chercheurs ont observé que dans une région du cerveau impliquée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions, l’hippocampe, les anciens neurones étaient remplacés par d’autres, fraîchement produits à partir de cellules souches. Et chacun de nous aurait ce potentiel, quel que soit son âge. Rassurant.

Sauf que les expériences sur des souris ont montré que cette capacité pouvait diminuer, voire même disparaître (en cas de stress) selon l’environnement. Au contraire, dans un environnement adapté, la neurogenèse chez les rongeurs a été multipliée par trois en quelques semaines. Le directeur du département de neurosciences à l’institut Pasteur nous livre six principes à respecter pour conserver un cerveau jeune jusqu’à la fin de ses jours.

1.Fuir la routine

Le cerveau se nourrit du changement. En effet, la stimulation provoquée par le changement entraîne les cellules souches à produire de nouveaux neurones. Il faut donc fuir la routine, « respecter la libido sciendi, c’est-à-dire la soif de comprendre et d’apprendre ».

2.Lutter contre l’infobésité

Le cerveau est malléable et l’information invite directement les circuits à se régénérer. En revanche, la question à se poser est : quelle information ? L’écosystème numérique dans lequel nous vivons entraîne une avalanche d’informations certes… Trop selon le médecin. « L’information qui nous fait juste savoir est absolument délétère, et n’incite pas le cerveau à produire de nouveaux neurones. Bien au contraire, ce dernier, bombardé d’informations, est alors condamné à l’anxiété » . Concrètement, il est indispensable de trier cette information : choisir l’utile, celle qui nous fait comprendre, et se débarrasser de la futile, celle qui nous fait juste savoir.

3.Bannir anxiolytiques et somnifères

L’objectif des anxiolytiques et des somnifères est d’empêcher le cerveau, celui qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en « marche automatique ». Leur utilisation chronique est donc une entrave à la production de nouveaux neurones.

4.Bouger !

Il nous faut lutter contre la sédentarité car la science nous dit que, en cas d’activité physique, les muscles produisent des subtances chimiques (nommés facteurs trophiques) qui, par voie sanguine, viendront agir sur le cerveau et particulièrement sur la niche de cellules souches. Il existe donc une corrélation directe entre activité musculaire et production de nouveaux neurones.

5.Cultiver l’altérité

Certaines parties de notre cerveau, que nous ne pouvons pas contrôler, ne sont engagées que lorsque ne nous sommes exposés à autrui. « C’est ce qu’on appelle globalement le cerveau socialPlus vous allez cultiver votre altérité, et plus vous allez soigner votre cerveau car il sera enclin à produire plus de nouveaux neurones« .

6.Soigner le microbiote

Très récemment, les neurosciences, associées avec la microbiologie, ont montré qu’il y a une flore intestinale qui communique en permanence avec notre cerveau. Notre régime alimentaire a donc un rôle important : la consommation de fibres, un régime varié, incitent à la prolifération de certaines espèces bactériennes concourant justement à la prolifération de neurones. À l’inverse, une nourriture peu variée, riche en sucres, en graisses, favorise la prolifération d’espèces bactériennes qui ne permettront plus aux cellules de produire de nouveaux neurones, quel que soit l’âge.

Un bon microbiote (régime alimentaire varié) favorise les nouveaux neurones.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je suis étonné sur « fuir la routine ». Les habitudes quotidiennes me semblaient plutôt favorables à une diminution du stress, et par là un bon fonctionnement du cerveau? La citation finale me semble plus exacte, non? Plutôt que « fuir la routine » je dirais « apprendre constamment de nouvelles choses » mais en maitenant scrupuleusement sa routine quotidienne (sommeil, repas, activités, étude).

    • Vous avez raison. La routine est trop ambiguë. C’est un cadre sans signification précise. Elle peut être desséchante ou structurante selon son contenu. La curiosité elle-même doit devenir une routine. Lire doit être une habitude, choisir de bons films également.

    • @ Chris_de_B

      L’article est « très concis »! Pas difficile de se douter que nous sommes qu’au début des « neurosciences » et qu’il y a donc une multitude d’hypothèses qui naîtront encore, à confirmer ensuite! (Le simple langage se fait dans une langue unique qui ne peut être que l’expression de la subjectivité de l’auteur à côté des informations glanées ailleurs: sa « vérité » n’est pas la « vérité universelle »: aucun « texte » ne peut être universel pour toujours!)

  • J’ajouterais:
    7- Snober la télé et fréquenter Contrepoints?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Par Richard Guédon.

Pour lutter contre le tabagisme, il ne faut plus traiter les fumeurs comme des victimes mais comme des consommateurs responsables. Et si on essayait la liberté ?

Le tabac, une catastrophe sanitaire

En matière de santé, le candidat Macron avait promis la prévention, le Président confirme et sa ministre de la Santé annonce un bel objectif : la prochaine génération sera non fumeuse.

On ne peut qu’applaudir car le tabac est une catastrophe sanitaire permanente, une petite guerre à 73 000 morts par an, à co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles