Les taxes sur les sacs en plastique sont inutiles et même nuisibles

Depuis le Brexit, les États membres ont été invités à augmenter leurs contributions au budget de Bruxelles, pour combler la différence. D’où une nouvelle taxe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les taxes sur les sacs en plastique sont inutiles et même nuisibles

Publié le 27 janvier 2018
- A +

Par Bill Wirtz.

Dans une déclaration à la presse, la mise en place des taxes sur le plastique avait été suggérée et le commissaire allemand au Budget de l’UE, Günther Oettinger, a également ajouté que

L’Union devrait tirer des leçons des résultats positifs que nous avons constatés dans des pays comme l’Irlande. Après l’introduction d’une taxe sur les sacs en plastique, le pays a généré 200 millions d’euros sur une période de 12 ans et a également réduit la présence de déchets des sacs en plastique de 5 % à 0,13 % .

Face à une levée de boucliers, la Commission européenne n’a finalement pas inclus cette idée dans sa stratégie de « protection de la planète, défense des citoyens et d’aide aux entreprises » selon un récent communiqué de presse. Elle souligne toutefois les efforts législatifs importants déjà engagés pour réduire les déchets de sacs plastiques.

Bruxelles et Londres sont d’ailleurs à l’unisson sur ce sujet. Theresa May a peut-être omis de parler de l’augmentation des recettes fiscales, mais elle a insisté sur le fait que taxer les produits en plastique contribuerait à protéger l’environnement. May a souligné qu’elle voulait voir des rayons de supermarchés sans plastique et a ajouté :

Dans les années à venir, je pense que les gens seront choqués de voir comment aujourd’hui nous permettons que trop de plastique soit produit inutilement.

Les groupes écologistes encouragent les deux côtés, sachant que les sacs en plastique ont longtemps été considérés comme nuisant davantage à l’environnement que leurs alternatives.

Cependant, en y regardant de plus près, la taxation n’est pas une réponse efficace.

Trois études expérimentales démontrent que la taxe sacs plastique est en réalité nuisible

Le commissaire européen Oettinger a évoqué l’exemple de l’Irlande, qui a introduit une taxe sur les sacs en plastique il y a quelques années. Une étude publiée en 2008 par le Bureau des recherches législatives du Connecticut a établi que la mesure avait des conséquences inattendues.

L’article note que les supermarchés ont connu une forte augmentation de leur consommation de sacs poubelle en particulier. Un article de l’Irish Examiner daté du 23 janvier 2003, notait que les détaillants alimentaires avaient connu une augmentation de 77 % de la vente de sacs poubelle.

En 2005, un impact assessment (une étude d’impact) en Écosse a conclu que tous les sacs en plastique devraient être taxés (y compris ceux qui sont biodégradables), mais qu’il y aurait en effet une inévitable forte augmentation des ventes de sacs poubelle. En Australie, une étude gouvernementale a estimé que les ventes de sacs poubelle augmenteraient de 50 % à 80 %.

Si la réduction de la consommation de sacs en plastique chez les détaillants est compensée par une augmentation considérable des ventes de sacs poubelle, qui ont besoin de plus d’énergie et de pétrole brut pour être produits, l’effet sur l’environnemental devrait déjà être discutable. Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

« Ce qui se voit et ce qui ne se voit pas », selon le principe de Bastiat

Le rapport indique que le « potentiel de réchauffement planétaire » de chaque sac signifiait que, pour être efficaces, les sacs en papier devraient être réutilisés quatre fois et les sacs en coton 173 fois (p.33). Toutefois, le même mentionne qu’en général, les consommateurs considèrent les sacs en papier comme à « usage unique » et réutilisent les sacs en coton 51 fois.

Même si les consommateurs étaient très sensibilisés à cette question et doublaient la réutilisation de leurs sacs en coton et en papier, l’effet environnemental serait quand même aggravé. Notre utilisation de sacs alternatifs est en fait pire pour l’environnement que le sac en plastique ordinaire.

Demander à un groupe d’experts un rapport, puis en ignorer complètement les résultats, comme l’a fait le gouvernement britannique, est un choix discutable.

La politique publique fonctionne de la même manière que les choix individuels : en fonction du coût d’opportunité. Personne ne prétend que les sacs en plastique sont bons pour l’environnement ; pourtant, ignorer l’impact environnemental des alternatives pour satisfaire une sorte politique publique de mise en scène n’est pas le chemin que nous devrions emprunter.

Nous devons examiner le comportement réel des consommateurs pour déterminer si une politique est bonne ou mauvaise. Le reste n’est que subjectivité ou clientélisme.

Les taxes sur les sacs en plastiques dans l’UE et le Royaume-Uni ne sont pas une politique efficace ou écologique. Non seulement elles présentent un inconvénient pour les consommateurs, mais leur bénéfice écologique n’est pas établi.

 

Pour plus d’informations, c’est ici

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Bah la politique écolo consiste..à augmenter la consommation d’hydrocarbures.exemple avec le roundup , remplacé par des heures de tracteur supplementaires.
    Et ça marche,l’industrie pétrolière n’est pas morte….

  • « Après l’introduction d’une taxe sur les sacs en plastique, le pays a généré 200 M€ sur une période de 12 ans et a également réduit la présence de déchets des sacs en plastique de 5% à 0,13% . »

    On appréciera le « également », comme s’il ne s’agissait que d’une heureuse conséquence inattendue…

  • J’étais contre aussi, mais j’ai change d’idée, j’utilise un sac en tissus que je lave en machine quand il est sale.

    • Cool, consommation d’eau , d’énergie et encombrement des stations d’épuration…

      • C’est nettement mieux, que de voir des sacs plastiques partout, surtout en mer.
        Sans compter que l’extraction de pétrole pour faire des sacs c’est super écolo !!!
        J’ai le même sac en tissus depuis 4 ans, c’est mieux que de faire ses courses 1 fois par semaine avec minimum 1 sac, 52 sacs / an, 28 sacs pour 4 ans.

        • Je suis bien tranquille que jamais un seul des sacs plastiques que j’ai utilisés n’a fini en mer. Sans compter que le pétrole est une ressource naturelle dont les écolos prônent de protéger l’enfouissement, au contraire des déchets de certaines industries. Et le sac en tissus, pour envelopper le poisson ou protéger des contaminations, je ne trouve pas ça super, mais si vous me laissez faire à ma mode, je vous laisserai faire à la vôtre.

          • J’ai habite 16 ans a Hong kong, et les sacs plastiques se voient très facilement le lendemain d’un typhon, des tonnes de détritus plastique sur les plages.

        • Il existe dans les océans une zone nommée communément le 7ème continent, ou la plastisphère. Immense zone marine contenant des milliards de particules de plastiques, elle héberge en son sein toute une faune et une flore endémiques. Supprimer tous les plastiques reviendrait à éradiquer des écosystèmes originaux desquels nous aurions sûrement beaucoup à apprendre. Peut-être même que la plastisphère est le berceau d’une nouvelle espèce intelligente avec laquelle nous pourrions commercer dans quelques millions d’années.
          Oui à la vie, non à l’eugénisme.

          • En même temps, les éléments plastiques de ce 7ème continent font crever pas mal de poissons… et le plastique, par un genre d’effet boomerang se retrouvent dans nos corps à nous, qui mangeons du poisson.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles