8 nouvelles contributions et taxes du quinquennat Macron

Pas de nouvel impôt -a priori- pour ce quinquennat… mais déjà des nouvelles contributions et taxes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

8 nouvelles contributions et taxes du quinquennat Macron

Publié le 26 janvier 2018
- A +

Un article de l’Institut fiscal Vauban

Notre ministre de l’Économie l’a dit et répété la semaine dernière : il n’y aura pas de nouvel impôt pendant ce quinquennat ; en omettant cependant de préciser qu’avaient d’ores et déjà été instaurées pas moins de sept contributions et taxes en huit mois. À celles-ci s’ajoute une nouvelle taxe locale héritée du quinquennat Hollande.

Les contributions et taxes votées par le nouveau gouvernement

La première loi de finances rectificative pour 20171 a introduit deux contributions sur l’impôt sur les sociétés au taux de 15%, qui peuvent se cumuler et donc atteindre 30%, pour les très grandes entreprises2. Ces deux contributions sont dites exceptionnelles ; mais n’ont en réalité d’exceptionnelles que le nom dès lors qu’elles s’inscrivent dans le prolongement de la contribution exceptionnelle instaurée en 2012, laquelle a déjà été prorogée et augmentée une fois.

La deuxième loi de finances rectificative pour 2017 a, quant à elle, instauré deux taxes :

  • la taxe sur l’exploration d’hydrocarbures3;
  • la taxe sur l’exploration de gîtes géothermiques à haute température4.

La loi de finances pour 2018 a également introduit trois taxes :

  • la taxe pour le développement des industries de fabrication du papier, du carton et de la pâte de cellulose5;
  • la taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules de tourisme6;
  • la taxe sur les plus-values réalisées à l’occasion des cessions de logements par les organismes d’habitations à loyer modéré et par les sociétés d’économie mixte agréées7.

À ces nouvelles contributions et taxes s’ajoutent deux nouveaux impôts qui, certes, viennent remplacer des impôts supprimés, mais qui ont un champ d’application sensiblement différent :

La taxe héritée du précédent gouvernement

La taxe Gemapi8, rebaptisée « taxe inondation », a été instaurée en 2014 mais est seulement entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2018. Il s’agit d’une nouvelle taxe locale gérée par les EPCI à fiscalité propre, qui est optionnelle et additionnelle puisqu’elle s’ajoute au montant des autres taxes locales (taxe d’habitation, etc.). Elle pourrait s’élever en 2018 jusqu’à 40 euros par habitant (et non par) ; ce qui pourrait largement venir compenser le gain fiscal résultant de la diminution d’un tiers du montant de la taxe d’habitation en 2018.

En résumé

Les 8 nouvelles contributions et taxes du quinquennat sont :

  • les deux contributions exceptionnelles sur l’impôt sur les sociétés aux taux de 15% -qui peuvent se cumuler et donc atteindre 30% ;
  • la taxe sur l’exploration d’hydrocarbures9 ;
  • la taxe sur l’exploration de gîtes géothermiques à haute température10 ;
  • la taxe pour le développement des industries de fabrication du papier, du carton et de la pâte de cellulose11 ;
  • la taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules de tourisme12 ;
  • la taxe sur les plus-values réalisées à l’occasion des cessions de logements par les organismes d’habitations à loyer modéré et par les sociétés d’économie mixte agréées13 ;
  • la taxe Gemapi.

 

  1.  Article 1er de la 1ère LFR pour 2017.
  2.  Dont le chiffre d’affaires dépasse respectivement 1 milliard € et 3 milliards €.
  3. Article 40 de la 2ème LFR pour 2017 ; article 1590 du CGI.
  4. Article 42 de la 2ème LFR pour 2017 ; article 1591 du CGI.
  5. Article 139 de la LF pour 2018.
  6. Article 34 de la LF pour 2018 ; article 963 A du CGI.
  7. Article 130 de la LF pour 2018, article Art. L. 443-14-1 du code de la construction et de l’habitation.
  8.  Article 53 de la loi du 27 janvier 2014 ; article 1530 bis du CGI.
  9. Article 40 de la 2ème LFR pour 2017 ; article 1590 du CGI.
  10.  Article 42 de la 2ème LFR pour 2017 ; article 1591 du CGI.
  11.  Article 139 de la LF pour 2018.
  12. Article 34 de la LF pour 2018 ; article 963 A du CGI.
  13.  Article 130 de la LF pour 2018, article Art. L. 443-14-1 du code de la construction et de l’habitation.
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • À propos de la taxe GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et de Prévention des Inondations), quelques précisions :
    .
    Les communes ont le choix de faire supporter cette charge à leur budget général ou de lever un nouvel impôt, la taxe GEMAPI – dite « taxe inondation ».
    Cette taxe plafonnée à 40 € (maximum) par habitant (et non par foyer fiscal) et par an doit être impérativement affectée au financement d’un projet préétabli de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations.

  • Souriez ! vous allez être taxé …

  • Merci.
    Tous les journaux devraient faire ce travail.

  • les limites d’un employé de banque..n’est pas capable de réduire la dépense publique (( le chef d’État )) écouter bien ses discours contradictoire. …

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Macron sanctions contre la Russie
0
Sauvegarder cet article

La colère n’a pas bonne réputation. Il en est une nouvelle victime mise en évidence par Le Figaro de lundi 9 janvier sous la plume de François-Xavier Bourmaud.

Lui, c’est bien sûr Emmanuel Macron : dans la salle des fêtes de l’Elysée, à l’occasion d’une réception avec les boulangers pour la galette, il a eu un petit moment de colère (pas vraiment une grosse colère quand même) en proférant : « Moi, j’en ai ras le bol des numéros verts dans tous les sens ». Une colère plus dans les mots que dans le ton de la voix qui est resté raisonnabl... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu. Un article de l'IREF Europe

Le discours prononcé par Emmanuel Macron le 6 janvier à l’hôpital de Corbeil-Essonnes était politiquement habile.

Les soignants qui l’écoutaient ne pouvaient qu’approuver sa description des défauts d’un système dont ils souffrent quotidiennement :

bureaucratisation excessive qui leur fait perdre 20 % de leur temps, 35 heures qui désorganisent leurs plannings de travail, numerus clausus qui a diminué le nombre de médecins, gouvernance alourdie par la centralisation au niveau des... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles