Élections en Catalogne : tous vainqueurs ?

En ayant fragmenté et émietté ses adversaires, Madrid peut être considéré comme un vainqueur. C’est finalement la Catalogne qui a perdu, en sortant de ce scrutin fracturée et divisée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Catalogne - Herminio Alcaraz (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections en Catalogne : tous vainqueurs ?

Publié le 22 décembre 2017
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Plusieurs lectures peuvent être faites des résultats des élections en Catalogne, si bien que tous les partis peuvent se déclarer vainqueur ou perdant.

Une très forte participation

Avec près de 82% de participation, celle-ci est très forte. En 2015, le taux s’élevait à 75%. Il y a donc eu un vote massif, ce qui renforce la démocratie et valide le choix opéré par Mariano Rajoy et le Roi.

Les urnes n’ont pas été boycottées, comme lors des pseudo-référendums. Les élections se sont déroulées sans irrégularité et dans le calme. Le gouvernement espagnol peut donc se déclarer vainqueur : sa stratégie a gagné.

Victoire de Ciudadanos

Le parti centriste passe de 25 sièges en 2015 à 37 aujourd’hui. Avec 26% des voix, le parti arrive en tête, devant Junts per Catalunya (22%, 34 sièges), le parti indépendantiste de Puigdemont et l’ERC, le parti de gauche d’Oriol Junqueras (32 sièges). C’est la première fois que ce parti gagne les élections en Catalogne. Il fédère ceux qui ne veulent pas de l’indépendance tout en étant attachés à l’autonomie de la région.

Victoire des indépendantistes ?

Tous les journaux français titrent ce matin que les indépendantistes ont gagné. Ils peuvent effectivement revendiquer la victoire ; comme la défaite. Certes, ils sont majoritaires en siège : 70, quand la majorité est fixée à 68. Mais ils sont minoritaires en voix : 47,5% contre 52,5% pour les partis non indépendantistes. Si cette élection est considérée comme un référendum, alors les indépendantistes ont perdu.

Surtout, leur allié de la CUP, le parti d’extrême gauche catalan, a connu une défaite, passant de 10 sièges en 2015 à 4 dans cette assemblée. D’autre part, en 2015, les partis de Puigdemont et de Junqueras étaient unis dans une même coalition, le Junts pel si, qui avait recueilli 62 sièges.

Cette coalition n’existe plus aujourd’hui, les deux partis s’étant séparés. Les indépendantistes sont donc profondément divisés et, même s’ils sont majoritaires en sièges, ils auront bien du mal à avoir une politique commune. Difficile donc de dire qu’ils ont gagné.

Ce matin, la situation en Catalogne est donc des plus confuses. Il faut voir ce que diront les chefs de parti et comment ils vont organiser leurs coalitions. Cette élection, dont les enjeux étaient clairs et bien établis, montre surtout que la Catalogne est extrêmement fracturée.

Ce n’est pas la Catalogne contre Madrid, mais la Catalogne contre elle-même. Avec deux partis d’extrême gauche puissant, la CUP et Catalunya en Comun (8 sièges), l’élection rappelle la fracturation catalane au moment de la guerre civile espagnole, quand les milices d’extrême gauche s’étaient entre-tuées, avant que les troupes de Franco ne puissent entrer dans Barcelone.

Le processus révolutionnaire est toujours en activité et en mouvement. La propagande indépendantiste aussi, dont les manuels et les programmes scolaires, notamment en histoire, sont des caricatures de tracts politiques.

En ayant fragmenté et émietté ses adversaires, Madrid peut être considéré comme un vainqueur. C’est finalement la Catalogne qui a perdu, en sortant fracturée et divisée de ce scrutin.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Et la victime collatérale c’est l' »Europe des cent régions », une belle construction intellectuelle hors sol dont nos élites ont le secret.

  • Curieux ce règlement qui en Catalogne pondère le vote des habitants des villes au bénéfice du vote des ruraux…….

  • Dans les 52,5%, c’est sympas d’inclure Pödemos qui n’est ni indépendantiste, ni anti-indépendantiste mais qui appelle au referundum.

  • Le panorama de l’ espagne politique est assez surprenant. D’ abord il n’ y a aucun parti étiqueté d’ extrême droite style FN, UKIP anglais ou AfD allemand. Puis autre difference avec la France, il existe une multitude de partis nationalistes, autonomistes, régionalistes qui sont implantés dans chacune des 17 régions autonomes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains de mes amis, partisans comme moi de l’exploration de Mars par vols habités, ne partagent pas mon opinion sur le caractère indispensable et quasiment inéluctable d’un établissement permanent et autonome sur la planète rouge (du moins autant qu’il lui sera techniquement possible de l’être). Je leur réponds.

Il y a plusieurs raisons de vouloir envoyer des hommes sur Mars. La première ou plutôt la plus immédiate, c’est son exploration scientifique. On voit bien qu’avec le décalage temporel résultant de la finitude de la vitesse de... Poursuivre la lecture

Le 9 janvier 1822 marque le début de l'indépendance du Brésil. Fico ! Un mot, un seul, et tout a basculé ce jour là . « Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico » proclame Dom Pedro. Ce qui donne en bon français approximativement : « puisque c'est pour le bien de tous, dites au peuple que je reste ». Ce « je reste » (Fico) jeté à la face du Portugal était l'aboutissement d'un processus déclenché plusieurs années auparavant.

L'indépendance brésilienne est la plus originale du continent américain. Les h... Poursuivre la lecture

Depuis une semaine, un enfant de 5 ans et sa famille sont harcelés et menacés par le nationalisme catalan dans la ville de Canet de Mar. Leur tort ? Avoir demandé l’application d’une décision judiciaire du Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne, qui consacre le droit des enfants catalans à recevoir 25 % de leur éducation en espagnol. Revenons sur ces évènements, témoins de l’apartheid linguistique qui sévit en Catalogne.

Eléments de contexte : qu’est-ce que l’immersion linguistique ?

La décentralisation politique est un des princip... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles