3 constats sur ce qui menace la croissance française

L’an prochain nous devrions enregistrer une croissance d’à peine 1,7% du PIB, au prix d’un déficit de 2,9% du PIB.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 constats sur ce qui menace la croissance française

Publié le 5 décembre 2017
- A +

Par Nicolas Marques.
Un article de l’Institut économique Molinari

La conjoncture européenne est bien orientée. Cette année, la croissance du PIB devrait atteindre 2,3% selon les dernières prévisions de Bruxelles. Le ralentissement attendu en 2018 et 2019 serait modéré.

Le chômage et les déficits publics continueraient de se résorber significativement (7,9% et 0,9% en 2019). Une bonne nouvelle pour les pays européens dont la France. Pour autant, il semble important de ne pas tomber dans un optimisme démesuré. La dernière livraison des projections européennes montre que nous ne sommes pas encore tirés d’affaire.

Sortir du déficit

Premier constat, l’enjeu pour la France reste de sortir de la procédure de déficit excessif. Les déficits publics continuent de friser les 3%, à 2,9%. L’administration centrale, qui vivait 55 jours à crédit l’an passé, devrait être encore plus déficitaire l’an prochain.

Selon le projet de loi de finances la situation empirerait, l’État financerait l’an prochain 1/5ème de ses dépenses en émettant de la dette. Fort heureusement les collectivités locales et la Sécurité sociale seraient bien moins dispendieuses, ce qui permettrait de sortir de la procédure de déficit excessif début 2018. Mais la France resterait dans une bien mauvaise posture, avant dernière de l’UE en termes d’équilibre budgétaire.

Deuxième constat, la persistance des déficits ne s’explique pas par une quelconque faiblesse des recettes publiques. En dépit des discours à sensation fustigeant l’évitement de l’impôt, les administrations françaises optimisent leurs revenus.

Elles figurent même parmi les champions en la matière, avec des recettes représentant 53% du PIB. Elles collectent bien plus que nombre de nos voisins arrivant à financer des Etats providence significatifs tout en équilibrant leurs comptes (Allemagne, Pays-Bas, Suède…). Le problème est ailleurs. Au-delà d’un certain seuil, l’espoir d’augmenter les recettes publiques diminue en raison de l’impact négatif de la fiscalité.

Cette réalité, connue sous le nom de la « courbe de Laffer », invite la plupart des gouvernants à la prudence. D’où la multiplication de mécanismes de respiration (niches, crédit d’impôt…). Ces mécanismes sont périodiquement présentés comme la source de nos déficits. Il s’agit d’un contresens économique. Au contraire, ils ont permis d’accompagner la montée en puissance de la fiscalité, en limitant ses effets pervers sur le tissu économique.

Le problème de la dépense collective

Troisième constat, la France souffre d’un problème d’efficacité de la dépense collective. En dépit de l’importance des dépenses publiques, la croissance est moins vigoureuse chez nous.

Sur la période 2017-2019, l’hexagone détiendra le record de dépense publique (56% du PIB), bien au-delà de la moyenne de l’Union européenne (46%). Si l’on se fie au multiplicateur budgétaire keynésien, nous devrions constater une croissance du PIB plus forte qu’ailleurs. Or ce n’est pas ce que montrent les chiffres. La France est avant-dernière de l’UE en termes de croissance du PIB, seule l’Italie faisant moins bien.

Cette contre-performance est doublement inquiétante. D’une part, le calcul du PIB intègre les services non marchands offerts par les administrations. D’autre part, une partie significative des dépenses publiques sont financées à crédit, par de la dette. Selon la logique keynésienne ces façons de faire sont censées soutenir significativement l’activité. C’est l’inverse qu’on observe, nous achetons cher à crédit une croissance faible. L’an prochain nous devrions enregistrer une croissance d’à peine 1,7% du PIB, au prix d’un déficit de 2,9% du PIB.

Le choix est simple

En dépit de la reprise, la France reste donc au milieu du gué. Le chômage devrait rester endémique, à plus de 9% en 2018 (24ème rang dans l’UE, seuls Chypre, l’Italie, l’Espagne ou la Grèce devraient faire moins bien). Nous ne disposerons d’aucune marge de manœuvre budgétaire en cas de ralentissement de la conjoncture. Contrairement aux autres pays européens, dont les déficits pourraient en moyenne tripler tout en respectant le seuil des 3%, nous n’avons plus aucun amortisseur.

Dans ces conditions le choix est simple. Ou profiter de la fenêtre d’opportunité pour réellement remettre à plat nos façons de faire. Ou continuer comme aujourd’hui, en cherchant à optimiser l’existant.

La première voie implique un réel courage collectif, pour surmonter les clivages conceptuels. L’enjeu est de comprendre que nous avons tous intérêt, quelles que soient nos conceptions, à vivre dans un État bien géré.

La deuxième voie implique de disposer, in fine, d’une capacité de résistance significative, pour absorber sans aucun filet les chocs que l’avenir nous réserve. La sagesse impliquerait de privilégier la première voie.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • On ne trouve quasiment nulle part d’ étude sérieuse sur les effets modélisés du multiplicateur keynésien, icône des économistes « de gauche » justifiant toutes sortes de gabegies dépensières « sociales » au prétexte que ces dépenses auraient un effet de levier sur l’ensemble de l’économie. Il est pourtant évident et de bon sens, l’article le signale d’ailleurs ici, que cet effet de levier s’il existe ne peut être, conformément à une loi universelle sur la décroissance des rendements, que de moins en moins efficace. Lorsque les dépenses publiques consomment déjà 57 % du PIB, il est quasi certain que l’euro supplémentaire dépensé par l’Etat ne rapportera pas un euro en valeur ajoutée, privant même le secteur marchand de l’utiliser avec une meilleure efficience.
    Il serait donc particulièrement bien venu que des économistes libéraux s’attachent à démontrer à partir de quel montant de dépenses publiques (dont redistribution sociale), l’Etat devient concrètement inefficient, justifiant a minima , si ce n’est une « règle d’or », un contrôle budgétaire digne de ce nom.

    • La France est le vivant exemple de la fausseté de cette assertion, uniquement destinée à justifier le clientélisme de la gauche. En effet si c’était vrai la France serait le pays le plus riche au monde avec l’économie la plus florissante. Or de 18,5% de parts du marché européen nous n’en avons plus que 12% et le secteur industriel du pays de 24% est tombé à 12%.
      Les chiffres sont implacables. C’est l’état et sa gabegie qui ruine le pays, il suffit de lire les données de l’iFRAP.

  • Je ne vois pas comment la dépense publique pourrait produire de la croissance puisque l’Etat ne produit rien et doit prélever sur l’économie avant de pouvoir dépenser (ou emprunter ce qui revient à reporter le prélèvement sur la prochaine génération).
    D’ailleurs si le déficit public produisait de la croissance nous devrions être champions de la croissance, nos budgets étant déficitaires depuis plus de 40 ans.

    • S’il récupère la même année, il ne produit ni dette ni déficit, mais il augmente le PIB. Et comme il appelle toute augmentation du PIB « croissance », le tour est joué !

  • Précisons que pour le chômage l’Espagne le réduit , l’Italie et la Grèce
    iraient mieux aussi.

  • Les 3% seront dépassés car Micron n’a pris aucune des mesures nécessaires pour redresser les finances et l’économie française. Alors les pronostics ne servent à rien.

    • @ Virgile
      Parce que les dégâts faits en 40 ans doivent se résorber en 6 mois?
      Vous rêvez, éveillé? Vous en avez pour 10 à 20 ans pour retrouver un certain équilibre en payant chaque année l’insouciance désinvolte de ces 40 années: il faudra bien ça pour que les Français ne se tournent plus d’office vers l’état pour payer chaque pot cassé: c’est aussi ça, la culture française!

      Et un redressement radical mettrait les « travailleurs » dans la rue, bloquerait toute activité dans le pays qui est, conformément à vos a priori, « de gauche » puisque vous restez attaché à ce système binaire qu’É.Macron a déclaré dépassé!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Facchini. Un article de l'Institut économique Molinari

La dépense publique en France est un thème récurrent des campagnes électorales depuis la prise de position de Valéry Giscard d’Estaing, alors troisième président de la Cinquième République, qui affirmait qu’au-delà d’un ratio de 40 % de prélèvements publics obligatoires sur la production (produit intérieur brut), le régime économique pouvait être qualifié de socialiste.

Elle a aussi été au cœur des débats de l’élection présidentielle de 2017 et indirectement au ... Poursuivre la lecture

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

socialisme
3
Sauvegarder cet article

Le doute n’est plus permis, nous vivons dans une ambiance socialiste assumée.

Que droite ou gauche gouverne importe peu. D’ailleurs, ce clivage politique a perdu de sa puissance fédératrice. Voter à gauche puis ensuite à droite n’était même pas envisageable il y a cinquante ans. Cela n’effraie plus personne aujourd’hui. L’explication fondamentale de ce phénomène apparaît à tout observateur de la vie politique : le socialisme a gagné. L’opposition libéralisme-socialisme n’existe plus dans la réalité économique et sociale française.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles