Un peu moins de Légion d’honneur, un peu plus de mérite ?

Emmanuel Macron souhaite réduire le nombre de distinctions de la Légion d’honneur. Le mérite sera peut-être difficile à discerner.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Médaille de chevalier de la Légion d'honneur by Sunny Ripert(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un peu moins de Légion d’honneur, un peu plus de mérite ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 novembre 2017
- A +

Par Philippe Bilger.

Pour la Légion d’honneur je peux témoigner sur l’honneur qu’on peut l’obtenir sans l’avoir demandée, donc sans s’y attendre du tout et en l’apprenant dans le journal, pour moi en 2000, et que par censure présidentielle la promotion comme officier peut vous être refusée, pour moi au début de cette année.

Cependant je n’aborde ma situation personnelle en l’occurrence que pour montrer que je ne suis pas le plus mal placé pour approuver le président de la République qui a décidé « de réduire drastiquement le nombre de décorations et de revenir au critère du seul mérite pour établir les prochaines promotions » (Le Figaro)

Réduire le nombre de décorations de la Légion d’honneur

Pour le premier point ce sera aisé. Emmanuel Macron d’ailleurs a déjà commencé à le faire pour la promotion du 14 juillet. Il me semble qu’au regard des doléances générales sur la dilapidation de cette distinction, éminente à l’origine en 1802 lors de sa création, un consensus sera facile à dégager puisqu’elle ne devait consacrer que « le mérite ».

Cette démarche restrictive sera d’autant plus nécessaire qu’une multitude de Légions d’honneur était octroyée de manière quasiment automatique – ou alors il fallait vraiment avoir fauté ! – à tous les officiels de la République, par exemple anciens ministres, ex-ambassadeurs et académiciens. Ceux qui s’en sont vraiment donné à tout-va, pour gratifier, sont par ordre décroissant les présidents Giscard d’Estaing, Sarkozy et Pompidou. Des lucides qui connaissaient le pouvoir des « hochets », selon Napoléon, sur beaucoup d’humains !

Le second point, incontestable dans son principe de compétence et de mérite, sera extrêmement difficile à instaurer ou à restaurer.

Revenir au critère du mérite de la Légion d’honneur ?

D’abord il a été infiniment mis à mal par une infinité de prébendes honorifiques qui n’ont pas eu d’autre finalité que de permettre au Prince et à ses ministres l’exercice d’une générosité confortable et la plupart du temps vide de sens par rapport aux exigences des origines.

Artistes, comédiens, célébrités de toutes sortes, journalistes, producteurs français ou étrangers, un immense vivier était ainsi mis à disposition pour l’octroi d’une Légion d’honneur dévoyée, ridiculisée, peopolisée. Harvey Weinstein sur ce plan également a servi de révélateur.

Je ne fuis pas, si on élimine les Légions d’honneur de commodité et d’opportunité, le débat sur celles qui apparemment paraissent avoir validé le mérite. Mais lequel ? L’inscription durable, même excellente, dans un cursus professionnel ou un parcours à ce point remarquable qu’il se distinguerait de beaucoup d’autres et appellerait en effet la reconnaissance de l’État ?

Pour justifier les nouvelles règles, on nous indique « qu’on n’a pas la Légion d’honneur à l’usure ou par copinage mais qu’il convient de conditionner son octroi au respect des grands principes ». Soit.

Quand je l’obtiens en 2000, je suis magistrat depuis vingt-huit ans et, malgré une envie stupide de faire le dégoûté et l’anarchiste, j’accueille cette distinction avec reconnaissance. Le copinage n’y a été pour rien et l’usure encore moins puisqu’elle m’est offerte comme une miraculeuse surprise. Donc mon mérite ? Je dois me résoudre à considérer qu’il a été jugé suffisant pour que la Légion d’honneur m’échoie. L’aurais-je encore aujourd’hui ? Encore plus ou encore moins, je ne sais.

Il est en tout cas sain d’éprouver, quand on vous distingue, ce léger malaise tenant à la conscience qu’on a de ses vertus modestes par rapport au courage des soldats et à l’audace de ces héros du quotidien qui honorent la condition humaine. C’est mieux que de s’abandonner à ce constat trop classique : le contingentement mais pour les autres !

La Légion d’honneur : en avoir ou pas

Je ne peux pas m’empêcher de songer à mon irritation perplexe face au lustre dont certaines personnalités étaient créditées. Tel avocat sans morale était distingué, tel autre en bénéficiait comme honoraire, des magistrats, eux, l’avaient reçue à l’usure et parfois, formidable embellie, un remarquable avocat, Jean-Yves Le Borgne, qui n’en refusait pas l’honneur et le méritait, voyait son souhait exaucé. Depuis, élevé au rang d’Officier, il s’est fait remettre les insignes par Nicolas Sarkozy.

J’imagine les débats qui surgiront sur une définition appropriée et acceptable du mérite. Chacun a la sienne mais il me semble que la plus pertinente s’attachera à l’intuition, l’impression, la certitude qu’il serait scandaleux de ne pas promouvoir celui-ci ou celle-là ou, au contraire, de placer sur un pavois honorifique cet homme ou cette femme.

Je préfère pour terminer demeurer sur cette part très infime de citoyens qui est indifférente ou hostile à la Légion d’honneur tout en la méritant plus que beaucoup d’autres. Mon ami Thierry Lévy que je ne cesse de regretter aurait considéré cette distinction avec un mépris grave et inflexible. Éric Dupond-Moretti n’en voudra jamais et pourtant il n’en serait pas indigne.

Peut-être y a-t-il moins d’orgueil dans son acceptation que dans son dédain ?

En tout cas, prosaïquement, je l’ai et je la garde.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • C’est dans le mouvement universel d’aplatissement que la légion d’honneur s’est généralisée, ce même mouvement qui fait un BAC dévalué pour tous octroyant une possible, entrée par tirage au sort à l’université, du revenu (revenu d’où, de quoi) universel, de la démocratisation distributive molle sans discernement.

    Ce sain retour au mérite est symbolique du salubre coup de frein à la mollitude institutionnelle qui tend encore à niveler tout, toutes et tous d’un gris popularisant au nom de l’égalité.

    Plus de reconnaissance des mérites implique plus de discernement, de différenciation.

    Je salue ce moins de légion et ce plus d’Honneur.

  • La légion d’honneur devrait être donnee uniquement aux non corrompus……en gros , personne car l’accepter c’est déjà faire preuve de corruption de la perception de l’honnorabilté.
    D’ailleurs , qu’avez vous fait pour la mériter que ne font pas des millions de Français non décorés ?
    Copinage..c’est uniquement sur proposition ..d’un copain que ce ruban est distribué,c’est un deal entre deux personnes où seule la France est perdante.

  •  » Une décoration, ça ne demande pas, ça ne se refuse pas, ça ne se porte pas! » (Fr.Mauriac)

  • il y a tellement de Français lambda qui l’ mériterai cette légion d’honneur …….mais en bas ,  » on  » ne regarde jamais , n’est ce pas …..

  • ce sujet ne sert qu’à masquer la vacuité de l’actualité gouvernementale : une opération de communication de plus.

  • « Je l’ai et je la garde » … Tout est dit : la vacuité de ces breloques est décidément vertigineuse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
légion d'honneur
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

Mais pourquoi Bonaparte a-t-il créé la Légion d'honneur ?

 

Une masse de granit

Napoléon Bonaparte était certes un génie militaire mais, vers 1800, sa priorité était de reconstruire une France à l'agonie, ruinée, haineuse et désespérée. La Terreur puis le Directoire avaient laissé le pays dans une déliquescence telle que "le peuple avait démissionné" selon le terme de Roederer en juin 1799 (prairial an VII).

Entre deux fulgurantes victoires, Bonaparte rentrait à Paris pour relancer l'économie, ... Poursuivre la lecture

Par Louise Alméras.

Le 7 décembre dernier, l’Élysée semblait bien appartenir au monde des morts, comme d’autres jours, en recevant le président al-Sissi pour le décorer de la Légion d’honneur.

Selon la mythologie grecque, rappelons-le, l’Élysée est le lieu des Enfers où les âmes vertueuses se retrouvent après leur mort. Les héros établis par le monde, aujourd’hui, s’y retrouvent également, faisant penser parfois aux Enfers de la culture chrétienne.

À l’Élysée, comme à l’église, on voit passer les pécheurs et les saints. L... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

En ce début d’année 2020, le dictionnaire français des horreurs économiques scrupuleusement tenu à jour par nos nombreux anticapitalistes s’est enrichi d’un nouveau mot. Après les célèbres profits, dividendes, Monsanto, glyphosate, LVMH, capitalisation et j’en passe, voici le sinistre BlackRock, du nom du premier groupe de gestion d’actifs au monde. Ses torts ? Frayer d’un peu trop près avec le concept honni de capitalisation d’une part et avec le Président Macron d’autre part.

Or ce dernier tente actuellemen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles