Macron : protéger plus pour dominer mieux

Protéger et libérer est la doctrine officielle du président de la République. Mais, avec le projet de loi de financement de la sécurité sociale qui se dessine, c’est plutôt la doctrine « protéger pour dominer » qui se dessine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by Mutualité française(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron : protéger plus pour dominer mieux

Publié le 4 novembre 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Si l’on devait inscrire Macron dans l’histoire politique profonde des 70 dernières années, on pourrait le placer dans un grand mouvement d’accélération : celui d’une mutation d’un État qui exerce sa domination par l’autorité vers un État qui l’exerce par la protection.

Dans tous les cas, l’ère Macron est bien celle d’une expansion de l’autorité étatique, à rebours des discours qui le caricaturent en libéral, ce qu’il n’est absolument pas.

La protection par l’État au coeur de son projet

Macron annonce une étatisation de l’assurance chômage, et son extension à des populations non contributrices jusqu’ici. Ce projet-là porte en lui-même la quintessence du projet macronien : protéger davantage de Français, pour mieux les placer sous la coupe d’un État dominateur, pour ne pas dire orwellien.

Il suffit de lire le projet de loi de financement de la Sécurité sociale et d’écouter les dernières annonces en matière de protection sociale pour comprendre le projet fondamental, téléologique diraient les philosophes, du président de la République, pour le comprendre.

Entre l’absorption du RSI par le régime général, et la dissolution du régime étudiant de la Sécurité sociale, la majorité actuelle ne peut plus dissimuler la dynamique historique dans laquelle elle s’inscrit : celle d’une Sécurité sociale universelle, telle que les hauts fonctionnaires de Vichy avaient pu la concevoir, et qui a trouvé sa réalisation, n’en déplaise aux post-vérités bobos, en 1945.

Qu’une même doctrine d’une protection universelle par l’État parcourre la France depuis le régime autoritaire de Vichy jusqu’à la Cinquième République d’Emmanuel Macron, que cette doctrine soit propulsée de façon inlassable par la même classe sociale depuis 80 ans maintenant (la doctrine de la Sécurité sociale était préparée par  le conseiller d’État Pierre Laroque dès les années 30), celle des hauts fonctionnaires d’État, constitue déjà un indicateur puissant du mouvement qui est à l’oeuvre.

Si l’on admet l’hypothèse que les démocraties libérales vivent une profonde crise interne de légitimité, alors on détient ici la clé d’une lecture historique profonde : celle du resserrement des appareils d’État à partir d’un cheval de Troie baptisé au sens large « protection », et au sens le plus apparent « protection sociale ». Ce cheval de Troie est colonisé par la technostructure qui assure sa survie et sa domination par ce projet politique caché.

La profonde continuité sociale d’Emmanuel Macron

Certains, notamment du côté de la France Insoumise, dénoncent les ruptures qu’Emmanuel Macron introduiraient dans les protections. Rien n’est plus faux.

Dans le domaine de la protection sociale proprement dite, Emmanuel Macron s’inscrit dans la droite ligne de la politique étatiste menée depuis plusieurs années (souvent de façon caricaturale) par Marisol Touraine. On citera pour illustrer ce propos quelques exemples évidents.

Comme Marisol Touraine, la ministre de la Santé dégrade les garanties offertes par le système pour équilibrer les comptes. Dans la pratique, la hausse du forfait hospitalier frappe la prise en charge des risques les plus lourds pour continuer à rembourser des médicaments de confort.

On sacrifie la prise en charge des plus malades pour ne pas s’attaquer aux droits les plus véniels mais qui concernent le plus d’électeurs. Cette politique ne vise pas à protéger contre les maladies, mais à ménager la popularité du gouvernement en visant le moins d’électeurs possibles, et tant pis si ce sont les plus malades qui trinquent.

On voit bien ici que le propos de la Sécurité sociale n’est pas de protéger contre les risques, mais de donner l’image la plus sympathique possible du pouvoir en place. Protéger pour mieux dominer, disions-nous.

Mais on pourrait dire la même chose des ordonnances qui, dans le temps où elles ouvrent effectivement la possibilité aux petites entreprises (soit 95% des entreprises françaises) de négocier des accords, renforcent aussi le pouvoir « protecteur » des branches. Dans la pratique, les ordonnances renforceront sur bien des points sensibles le corset corporatiste français.

À chaque étage, donc, mieux protéger signifie toujours mieux dominer.

Cette doctrine-là n’est pas nouvelle. Il revient au président Macron le mérite de non seulement la continuer, mais de l’accélérer, et même de l’ériger en système conscient.

Le projet orwellien du Big Mother

Ainsi, lorsqu’Emmanuel Macron dit « protéger et libérer », il faut entendre « protéger pour dominer », à la manière de la Novlangue que George Orwell avait brillamment décrite dans son roman 1984.

Pour fabriquer le consentement des citoyens libres à leur assujettissement, il faut chaque jour les convaincre que les vessies de la servitude sont des lanternes d’émancipation. C’est ce que fait Emmanuel Macron avec une obstination manifestement jouissive qui mérite le respect.

Dans la pratique, le discours dont il entoure sa politique (qui ne diffère guère sur le fond, répétons-le, des discours tenus depuis plusieurs décennies) utilise la doctrine de la protection, du care comme avait proposé en son temps Martine Aubry finalement battue par François Hollande aux primaires de la gauche, pour justifier une expansion nouvelle de la sphère d’influence et d’autorité dont la technostructure a besoin pour assurer sa domination sur une société en pleine transformation intellectuelle.

D’une certaine façon, Macron ne dit pas autre chose lorsqu’il propose d’inclure les start-upers dans l’assurance-chômage. Il s’agit bien ici de faire boire à une génération d’entrepreneurs bouillonnants le sirop hallucinogène de la « protection » mutualisée. L’ambition consiste ici à transformer ces rebelles à l’ordre étatiste en chantres de la « solidarité ».

C’est en ce sens que le projet orwellien de Macron mérite le titre de Big Mother plutôt que de Big Brother. Dans la vision présidentielle, on sait le réconfort obscur du sein maternel comme clé de voûte doctrinal. Les psychanalystes pourraient s’amuser ici à extrapoler la façon dont le Président passe de ses visées personnelles, intimes, à des mécanismes politiques.

Autorité et protection, les deux mamelles du macronisme

Au demeurant, il serait erroné de croire que la « protection » dont Emmanuel Macron soit tout en douceur.

Si le macronisme aime à asservir par la protection, il aime aussi agiter le bâton et la menace pour mieux persuader les impétrants de se ranger à ses injonctions. Le fait qu’un Président ait éprouvé le besoin de se déplacer devant la Cour Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme pour justifier son projet de loi liberticide sur la lutte contre le terrorisme en donne un indice.

La France de Macron ne vit pas seulement dans le réconfort du sein maternel qui protège. Elle vit aussi un régime de terreur balbutiante où les pouvoirs policiers de l’État sont élargis, approfondis jusqu’à inquiéter officiellement les démocraties libérales.

Sur ce point, on ne soulignera jamais assez la complicité objective qui existe entre la culture de l’excuse et celle de l’oppression.

Parce qu’il est politiquement incorrect de désigner les coupables de la petite délinquance devenus pas à pas dans un certain nombre de cas des terroristes, il faut bien se résoudre à supprimer progressivement les libertés de la population entière. Parce qu’il ne faut pas cibler les musulmans dans la lutte contre le terrorisme, on cible tous les Français.

En ce sens, l’ère Macron ne diminue certainement pas la dimension autoritaire, coercitive de la domination étatique. Elle utilise simplement le champ de la protection pour mieux faire consentir à cette augmentation de la coercition.

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • dictature douce et sournoise ;

  • Le « tout Etat » est son credo.
    La comparaison avec Bonaparte est justifiée même si le contexte et donc la grandeur de l’un et de l’autre ne peuvent se comparer.
    Très loin s’en faut!
    Un peu de modestie s’impose au jeune Macron.

  • je trouve cette analyse mais il me semble, malheureusement, que peu de gens aient envie de l’admettre! la servitude leur sied apparemment.

    • Exact, les français ont horreur des responsabilités et donc de la liberté qui les impose! En fait leur rêve c’est être payé à ne rien faire, d’où leur engouement pour le statut de fonctionnaires auquel tous aspirent.
      Ce pays est foutu parce qu’il est peuplé par des français!

  • Lire: analyse très juste

  • Les mères n’ont rien à faire dans cette histoire. La dictature selon Macron, ce n’est pas ni Big Brother, ni Big Mother, mais Big Child. Si l’épouse du Président n’était pas une femme de l’âge d’être sa mère mais la fée Clochette, on appellerait ce Président pour ce qu’il est : Peter Pan, un éternel enfant qui veut empêcher les autres enfants de grandir. C’est cela la dictature de Big Child, la dictature de l’infantilisation de toute une population qui doit absolument être empêchée de grandir.
    Ce maintien dans l’immaturité n’est la volonté ni des femmes en général ni des mères en particulier. Si un homme ou une femme a un partenaire plus jeune ou plus âgé, ce n’est en général pas pour avoir un enfant ou un parent, c’est pour avoir un partenaire, c’est tout. Merci de ne pas tout mélanger. Peter Pan avec la fée Clochette, qu’elle soit jeune ou âgée, c’est toujours Peter Pan, et le problème qu’il pose, c’est la dictature qu’il installe lui comme enfant et nous pas celle d’un hypothétique féminin qui dans l’histoire est totalement réduit à l’impuissance par cet enfant surpuissant.
    Avec Macron comme Président, ce qui nous saute à la figure, c’est que le problème que nous avons n’est pas un problème d’Etat Big Mother, mais un problème d’Etat Peter Pan qui nous terrorise pour nous empêcher de grandir. Parce que les hommes ratés de cet Etat veulent rester des enfants capricieux et qu’ils doivent nous empêcher de grandir pour continuer de jouer avec nos vies. Pour sauver nos vies et enfin retrouver la liberté de grandir, nous devons réduire la puissance de cet Etat Peter Pan et lui couper les vivres.

    • c’est hélas beaucoup trop tard pour le faire pacifiquement. Une large partie de la population a été irrémédiablement infantilisé et s’opposera violemment à tout retour de ses responsabilité.

      • S’opposer violemment à se prendre en charge soi-même, c’est quand même un peu sans issue…

        • oui c’est effectivement sans issue. Quand une personne s’abandonne totalement a une autorité extérieur il est quasiment impossible de faire machine arrière. c’est un phénomène qu’on retrouve dans les secte et dans l’état sociale qui procède de la même démarche : faire des individus des êtres totalement privé de la moindre autonomie et entièrement dépendant.

  • L’état moderne démocratique n’a jamais signifié la fin de la tyrannie mais uniquement sont raffinement dans le but d’aller encore plus loin dans l’oppression. Ce que les pire régimes dictatoriaux n’ont jamais réussi à imposer, la soumission totale et inconditionnelle à l’état, devient possible en démocratie tant ce régime a été perverti.

  • Je suis surpris que dans cet article critiquant la tentation totalitaire de l’Etat-nounou, on se contente une nouvelle fois de causer pognon et que par exemple, pas un mot ne soit dit sur les 11 vaccins obligatoires. Car voilà un bel exemple d’infantilisation du citoyen, que l’on se met en tête de protéger, y compris contre sa propre volonté !!
    On va m’objecter que c’est une question de santé publique collective et qu’il ne faut pas plaisanter avec ça. Ce qui est faux. Certains vaccins offrent une protection purement individuelle (comme le tétanos, la polio, la diphtérie… la première n’est pas une maladie contagieuse, et le vaccin pour les deux autres vous laissent porteur sain de la maladie…). Par ailleurs, la moitié des pays européens se contentent de recommander la vaccination. Voilà qui est un vrai comportement libéral. Voilà le premier signe d’une politique libérale. Bien plus fort que la privatisation de la sécu, qui n’est après tout qu’une autre manière de faire payer les gens.
    Si l’on veut fonder une vraie société libérale, ou si l’on veut tenir un vrai discours libéral, on ne fera pas l’économie d’une plus grande autonomie accordée à l’individu dans ses choix de vie. C’est par là qu’il faut commencer si on veut qu’il finisse par trouver des points positifs au libéralisme et à la liberté que celui-ci promeut.
    Il est paradoxal de vouloir en même temps libérer les forces économiques et priver les individus de leur libre-arbitre.
    Aussi cocasse qu’en matière de sécurité routière d’en appeler à la responsabilisation des conducteurs et de leur imposer le port des gants ou celui de la ceinture. Injonctions contradictoires.

    • En effet, plutôt que d’obliger à la vaccination, il suffirait de bien médiatiser un seul cas d’enfant atteint par la polio attaquant en justice ses parents ayant refusé de le vacciner pour résoudre définitivement la question sans passer par la loi.

      • Par exemple. On pourrait aussi tenir un discours un peu plus individualiste : dire aux gens qu’ils se vaccinent d’abord pour eux et pour leurs proches. Plutôt que d’en appeler à une hypothétique « santé collective », seul argument de nature à emporter l’adhésion à la vaccination obligatoire.
        On vient de décerner le « nobel » de l’économie à Richard Thaller, et on continue pourtant en France à mépriser le paternalisme libertarien, au profit exclusif de l’hygiénisme sécuritaire.

  • Bravo, vous tapez fort et au bon endroit : l’argent, la cupidité, l’envie de déposséder les autres, voilà leurs buts.

    Notre parasitocratie masque ses vices dans un discours de « vivre-ensemble » et de « justice sociale ».
    Tout est fait pour détourner l’attention des pauvres, et leur faire les poches.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Pendant cinq ans le Président Emmanuel Macron a décidé seul de tout, avec une majorité de députés dociles. Il a été le Président Absolu de la République pour reprendre l'expression et le titre du dernier livre de Philippe Fabry.

Emmanuel Macron est donc le responsable au premier chef de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays et qui a été occultée par les épouvantails Zemmour puis Le Pen pendant la campagne des présidentielles.

Après cinq ans de surdité, il a prétendu mercredi soir avoir entendu les Français.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles