Livrer par drones : les entreprises sont-elles prêtes ?

Malgré la multiplication des projets de développement dans le secteur industriel, les managers ne sont pas prêts à adopter la livraison par drone dans leurs chaînes logistiques.

Par Mame Bigué Gningue.
Un article de The Conversation

Les délais de livraison sont passés de 48 heures il y a quelques années, à moins de 24 heures aujourd’hui pour un grand nombre de produits. Désormais, les clients exigent des délais de livraison de plus en plus courts, des produits et services éthiques, plus respectueux de l’environnement et de meilleure qualité.

Ces exigences, couplées à la maîtrise des coûts et des délais de livraison, sont un vrai casse-tête pour les logisticiens, qui agissent dans un environnement mondialisé et très concurrentiel. Mais des stratégies de distribution se développent pour répondre à ce besoin, grâce aux nouvelles technologies.

Des drones pour livrer plus vite

Pour faire face à ces exigences, de grands groupes tels qu’Amazon, UPS, Cdiscount et DHL, ont lancé d’importants projets de recherche sur l’utilisation des drones, afin de livrer leurs produits à leurs clients. Dans le secteur industriel, les drones permettraient de livrer des colis rapidement et de manière peu coûteuse.

Les drones peuvent être contrôlés à l’aide d’une télécommande et peuvent communiquer avec une station au sol via un réseau wifi. Cependant, ils ne peuvent transporter que des colis de faible poids (4kg maximum).

Les drones peuvent aussi permettre d’améliorer la sécurité des entrepôts avec l’aide de caméras de surveillance intégrées. Aussi, les drones peuvent contribuer à la facilitation et à l’optimisation des opérations logistiques internes à l’entreprise, dans la mesure où ils peuvent voler dans un espace 3D, à faible vitesse, et avec un haut degré de précision.

Amazon est une des premières entreprises a avoir expérimenté, en décembre dernier, la livraison de colis par drone, 30 minutes après réception de la commande. UPS a testé en Floride l’utilisation d’un drone posé sur le toit d’un camion pour assurer une livraison, en même temps que le livreur humain, dans un rayon de quelques kilomètres.

Quant à Cdiscount, l’entreprise a récemment testé une livraison de colis par drone en milieu urbain, avec l’autorisation spéciale de la Direction générale de l’Aviation civile. Et les expériences vont s’accélérer au cours des mois à venir.

Mais à ce stade d’expérimentation dans le secteur industriel, il est important de savoir si les managers des entreprises sont vraiment prêts à utiliser les drones dans leurs chaînes logistiques ?

Les managers sont-ils prêts à utiliser les drones ?

Pour répondre à cette question, nous avons mené une étude auprès de vingt entreprises, dans les secteurs agroalimentaire, électronique, médical, et dans la grande distribution. L’échantillon est composé de petites entreprises (10 %), de grandes entreprises (20 %) et de très grandes entreprises (70 %).

Cette répartition est un choix délibéré, car les petites entreprises sont particulièrement confrontées à un manque de ressources pour financer de telles innovations technologiques.

L’étude a montré que 85 % des managers interrogés ont connaissance de l’existence de drones commerciaux. 90 % de ces managers sont conscients de l’impact positif que les drones pourraient avoir sur leurs activités. Les principales raisons évoquées sont synthétisées sur le diagramme ci-dessous.

Les impacts positifs des drones selon les managers interrogés

Les impacts positifs des drones selon les managers interrogés.
Mame Bigué Gningue

Cependant, si ces managers choisissaient d’utiliser les drones pour supporter leurs opérations internes (distribution des matières premières, sécurisation d’entrepôts), 10 % des interrogés pensent que l’utilisation des drones pourrait impacter négativement leurs entreprises. Voici, ci-dessous, les principales raisons qui expliquent leur avis.

Les impacts négatifs des drones selon les managers interrogés

Les impacts négatifs des drones selon les managers interrogés.
Mame Bigué Gningue

La principale préoccupation de ces managers est la sécurité du colis (45 % des réponses). En effet, les drones peuvent présenter des défaillances et une chute pourrait endommager le produit transporté, ce qui imposerait des coûts additionnels d’assurance.

La sécurité des personnes en cas de chute constitue également un vrai souci pour les managers (35 %). Les drones, en eux-mêmes, ne sont pas très sûrs (30 % des managers s’en préoccupent) et peuvent facilement être source de cyberattaques, servir d’armes, et il existe un risque de collisions lié à l’occupation de l’espace aérien.

Les résultats de cette étude ont finalement montré que seulement 40 % des managers interrogés sont prêts à implémenter des drones dans leurs activités logistiques. 60 % des managers interrogés ne sont pas prêts pour des raisons listées ci-dessous.

Les raisons pour lesquelles managers interrogés ne sont pas prêts à utiliser des drones

Le drone et ses contraintes, selon les managers interrogés.
Mame Bigué Gningue

 

Le manque de ressources financières et les risques sécuritaires constituent les plus grandes contraintes pour les managers. Nous retiendrons de cette analyse que, malgré la multiplication des projets de développement dans le secteur industriel, les managers ne sont pas prêts à adopter la livraison par drone dans leurs chaînes logistiques.


The ConversationCette étude a été menée avec Mana Mohan Rajanna, étudiant en Master 2 « Supply Chain Management » à l’École de Management de Normandie, dans le cadre de son mémoire de fin d’études.

Mame Bigué Gningue, Assistant Professor in Supply Chain Management, École de Management de Normandie – UGEI

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.