Faut-il rendre 11 vaccins obligatoires ?

Plutôt que de suivre l’exemple des États-Unis et son calendrier de vaccination en constante expansion, la ministre de la Santé devrait se tourner vers la Suède, l’Autriche ou la Suisse, des pays sans vaccination obligatoire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il rendre 11 vaccins obligatoires ?

Publié le 4 juillet 2017
- A +

Par Pavla Karon & Bill Wirtz.

Le gouvernement a annoncé qu’il pourrait rendre obligatoire 11 vaccins pour les enfants, en plus des trois déjà obligatoires (diphtérie, tétanos et poliomyélite). Dans le cadre de la nouvelle juridiction, les parents seraient forcés de respecter un calendrier de vaccination comprenant des vaccins contre la rougeole, l’hépatite B, la méningite C, la rubéole, les oreillons et la coqueluche.

Ce changement intervient après que le Conseil d’État s’est prononcé  en faveur des parents ayant fait le choix de ne pas vacciner leurs enfants, les trois vaccins obligatoires n’étant pas disponibles séparément, mais seulement en une seule prise, et combinés à des vaccins supplémentaires.

L’ancienne ministre de la Santé s’est opposée à ce que ces trois vaccins soient disponibles individuellement, ce qui a conduit le tribunal à accorder au nouveau gouvernement un délai de 6 mois afin de trouver une solution.

Au lieu d’aller dans le sens du nombre croissant de parents qui cherchent des alternatives au calendrier de vaccination prescrit par l’État, le gouvernement français veut prendre une direction différente et augmenter le nombre total de vaccins obligatoires.

La ministre de la Santé prétend également réexaminer la question en réaction à une épidémie de rubéole dans le nord-est de la France. Cependant, celle-ci ne mentionne pas que sur 61 cas enregistrés, 40% des enfants ont été vaccinés contre la maladie. D’autant plus que des épidémies se produisent également au sein de populations hautement vaccinées, que les individus complètement vaccinés peuvent contracter et propager des maladies et que l’immunité induite par le vaccin n’est pas permanente.

Le scepticisme français

À ce propos, la ministre de la Santé, récemment nommée, Agnès Buzyn, a déclaré au Parisien dans une interview :

Cela me trouble car ils ont sauvé des milliards de vies, mais on l’a oublié. On ne retient que des effets secondaires, dont beaucoup n’ont pas été prouvés.

Beaucoup de Français sont, cependant, d’un avis différent. Dans la plus grande étude sur la confiance dans les vaccins à ce jour, la France a été, sur 66 pays étudiés, le pays le moins confiant  dans la sécurité des vaccins, 41% des personnes étant en désaccord avec l’affirmation selon laquelle les vaccins sont sûrs.

Le scepticisme ne se limite pas à la population générale ; pour un quart des généralistes français, le risque et l’efficacité des vaccins restent ambigus.

L’intérêt pour le contenu et la sécurité des vaccins n’est pas l’apanage des théoriciens du complot. En effet, l’Agence européenne des médicaments – une agence décentralisée de l’Union européenne, située à Londres, responsable de l’évaluation scientifique, de la supervision et de la surveillance de la sécurité des médicaments dans l’UE a établi dans un rapport qu’au moins 1 enfant sur 10 ayant utilisé Infanrix Hexa manifeste couramment une perte d’appétit, de l’agitation, de l’’irritabilité et des pleurs anormaux. D’autres manifestations sont la fièvre supérieure à 38°C, un gonflement local à l’endroit d’injection (≤ 50 mm), enfin, de la fatigue et des rougeurs.

1 enfant sur 100 est face à une nervosité continue, de la diarrhée, des vomissements et des taux de fièvre supérieurs à 39°C. D’autres effets secondaires ont été observés, comme des infections des voies respiratoires, de la toux, un effondrement ou un état de choc, une enflure diffuse de l’endroit où a été injecté le vaccin. Ceci devient plus insidieux avec le vaccin MMR (rougeole – oreillons – rubéole), pour lequel le fabricant répertorie des effets secondaires affectant presque tous les systèmes, y compris lymphatique, respiratoire, sensoriel et nerveux.

Cela n’est pas surprenant, compte tenu de la réticence de plus de la moitié des médecins français à expliquer l’utilité de l’aluminium neurotoxique, l’un des ingrédients des vaccins.

Aux États-Unis, les Centers for Disease Control (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) ont établi une longue liste de personnes qui ne devraient pas être vaccinées, y compris un avertissement curieux : «Toute personne ayant subi une réaction allergique à une dose antérieure de vaccin MMR ou MMRV doit ne pas recevoir une autre dose. » Eh ben, merci…

Pas de responsabilité, Pas d’incitatif

Le vaccin MMR est produit par Merck & Co., Inc, une entreprise hantée par des scandales. En 2002, la société pharmaceutique a engendré un chiffre d’affaires de 14 milliards de dollars qu’elle n’a pas collecté, ce qui a amené sa cote boursière à s’effondrer. Encore plus alarmantes sont les accusations de deux anciens scientifiques de Merck.

Dans le cas de United States et al c. Merck & Co Inc, les lanceurs d’alerte affirment que la société a systématiquement falsifié les tests d’efficacité du vaccin. Reuters a indiqué en juin 2015 que, dans une réponse aux questions des avocats sur l’efficacité du vaccin,

Merck a été constamment évasif en copiant-collant des réponses, en disant qu’ils ne peuvent pas faire un nouvel essai clinique pour déterminer l’efficacité actuelle et ne fournissant que des données d’il y a 50 ans.

En France, les réparations pour dommages causés par des vaccins non-obligatoires doivent être remboursées par la société qui les a produits, mais l’État est responsable des conséquences résultant de vaccins obligatoires. Plus précisément, l’Office national pour l’indemnisation des accidents médicaux prend en charge les dommages et intérêts. En bref : rendre les 11 vaccins obligatoires exempterait l’industrie pharmaceutique de toute responsabilité.

C’est déjà le cas aux États-Unis, sur la base d’une décision de la Cour suprême de 2010. Par conséquent, le programme national d’indemnisation des blessures causées par les vaccins a dû verser des dommages-intérêts dépassant la somme astronomique de 2 milliards de dollars dans les dix dernières années seulement.

Plutôt que de suivre l’exemple des États-Unis et de son calendrier de vaccination en constante expansion, la ministre de la Santé devrait se tourner vers la Suède, l’Autriche ou la Suisse, des pays sans vaccination obligatoire, avec une absence évidente d’épidémies.

Sur un marché libre, les entreprises sont tenues responsables de leurs actions, par la loi ou par les consommateurs qui font différents choix sur le marché. Les vaccins obligatoires excluent ces deux mécanismes de contrôle en rendant obligatoire la consommation, puis en supprimant toute responsabilité des producteurs.

Une obligation est contraire à la liberté

Plus important encore, les vaccins obligatoires sont fondamentalement en contradiction avec la notion de propriété de son propre corps. En effet, l’objet des revendications d’une grande partie de la population prônant davantage de liberté, à savoir le respect de l’idée de mon corps, mon choix, semble manifestement contraire à l’injection obligatoire d’une substance dans l’organisme d’enfants, à laquelle les parents pourraient raisonnablement s’opposer.

Les individus se prononçant en faveur de la liberté individuelle devraient faire preuve de davantage de scepticisme à l’égard des décisions du gouvernement et du danger inhérent qui apparaît quand des grandes entreprises exercent une pression sur le pouvoir politique.

Certes, l’argument concernant les risques et l’efficacité, est une chose. Mais, au regard des décisions désastreuses prises par les États, lors d’actions précédentes, au nom de la santé publique, les défenseurs de la liberté devraient se méfier des obligations comme celle-ci. Dès lors qu’il est question de compromis, pourquoi ne pas aussi échanger la vie privée par la sécurité ou la liberté d’expression pour un discours plus courtois ?

Cet article est une traduction depuis un article publié par la Foundation for Economic Education (FEE).

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Les vaccins sont dangereux…. voilà , le mal est fait , j’ai introduit un doute….lorsque la ceinture de sécurité a été rendue obligatoire certains aussi ont dit qu’elle était dangereuse….le danger des ondes est encore un sujet en 2017…
    Le danger fait partie de la vie et il est plus dangereux de ne pas se faire vacciner que l’inverse , prouvez moi le contraire !

    • Bonjour reactitude.

      La question n’est pas de savoir si les vaccins sont dangereux, la question est de respecter la liberté individuelle, à chacun de peser le pour et le contre, comme en suisse suisse autriche.

      Etes-vous pour un état qui va vous contraindre contre votre gré pour votre ‘bien’, ou bien pour un état qui vous respecte?

      Etes-vous pour la servitude ou pour la liberté?

      Mon choix est fait.

      • Dans ce cas la liberté individuelle peut relever de l’abus manifeste.
        Si dans une population 1 seule personne ne se vaccine pas, alors elle est couverte par les vaccins des autres.
        Et si chacun fait le même raisonnement personne ne se vaccine !

        Sachant qu’un non vacciné peut contaminer les autres sans lui-même développer la maladie

        En économie ça s’appelle le principe du passager clandestin.

        Et malheureusement c’est assez incontournable.

        • Dans tous les système il y a des passagers clandestins et à l’usage ceux-ci prolifèrent plus dans les systèmes collectivistes.

          Encore une fois, le libéralisme ne prétend pas être un système parfait, mais c’est le seul système qui respecte les libertés individuelles (que bafoue allègrement l’obligation vaccinale) ET permet une société harmonieuse où chacun trouve sa place, en particulier des soins médicaux efficaces.

          « A l’usage, le marché semble être un moins mauvais moyen d’allocation des ressources que la répartition autoritaire et planifiée », le socialiste répond aussitôt : « Le marché ne résout pas tous les problèmes. » Certes ! Qui a jamais soutenu pareille ânerie ?
          J F REVEL

    • Si le danger fait parti de la vie, alors laissez les gens expérimenter et ne pas se vacciner.

      Vaccinez-vous si vous le souhaitez et ils ne vous mettront donc pas en danger.

      Personne ne vous empêche de vous vacciner, n’empêchez personne de ne pas le faire.

      • mais mettre en danger d’autres personnes, par exemple immunodéprimés ou nouveau né qui n’ont pas accès à la vaccination pose problème !

        « disposer de son corps » n’est pas la même chose que jouer avec la santé de son enfant, des enfants meurent en France de rougeole, infection pulmonaire à pneumocoque, méningites…. et s’il n’en meurent pas ils sont au moins hospitalisés en pédiatrie voire en réanimation, intubés…. donc le rapport bénéfice risque est bien connu de toute la profession et aucun médecin digne de ce titre ne vous dira de ne pas vacciner vos enfants !!!
        concernant l’aluminium, l’alimentation d’une seule journée en contient plus que tous les vaccins recommandés dans une vie !!!

        • Donc vous justifiez l’obligation de vaccination de millions d’enfants par l’existence de quelques enfants ne pouvant pas se vacciner ?

          Si je ne suis pas en mesure de me vacciner cela me donne le droit d’occulter le vaccin par la force a tout le reste de la population ? 🙂

  • Possible que tous les vaccins ne soient pas 100% efficaces. Mais plus il y a de gens vaccinés, plus il y a de gens efficacement vaccinés qui ne contamineront pas les autres et sont eux-mêmes protégés.
    La protection vaccinale ne dure sans doute pas toujours toute la vie. Mais ne vaut-il pas mieux être protégé (et protéger) temporairement que pas du tout ? D’autant qu’un rappel de vaccination peut restaurer la protection.
    Allons jusqu’au bout de la logique anti-vaccination: supprimons toute vaccination obligatoire et le remboursement des vaccins. Que chacun soit totalement libre de faire comme il l’entend. Et laissons faire la sélection naturelle.

    • Tout à fait. Et en même temps, autorisons ceux qui le souhaitent à refuser de financer la prise en charge des maladies contre lesquelles il existe un vaccin, et à ne pas laisser approcher une personne non-vaccinée à moins d’une distance raisonnable de sécurité ! La question des vaccins est toujours prise individuellement, comme si l’obligation visait à protéger des malades potentiels contre leur volonté. Or c’est une contre-partie à la légalisation sous forme d’obligations des bonnes règles de la vie en société. La liberté de choix individuel doit respecter deux limites inviolables : la liberté d’autrui et la responsabilité.

      •  » et à ne pas laisser approcher une personne non-vaccinée à moins d’une distance raisonnable de sécurité  »
        Si vous êtes vacciné, vous ne risquez rien, nan ?

        • Si je suis vacciné, je risque qu’on m’accuse d’avoir transmis, en tant que porteur sain, la maladie à mon interlocuteur non-vacciné.

    • oui mais introduisons la responsabilité.
      Que toute personne non vacciné paye pour les maladies que l’immunité de group aurait éradiqué.
      ce nes’t pas un choix individuel, mais une responsabilité collective, comme l’alcool au volant.

      je suis pas contre le suicide dans la douleur tant que ca ne touche que les adultes stupide qui l’on décidé, et ni les enfants dont les parents sont idiots, ni les gens qui n’ont pas de chance mais ont pris les mesure pour l’optimiser.

  • Aujourd’hui où il est devenu facile d’identifier le virus, la souche et leurs sources, etc… le principe de la responsabilité doit effectivement être étendu et les contaminations recherchées et dédommagées. Pour la rougeole, sur les dernières années, nous avons eu 10 morts (contre 0 attendus) et quelques centaines d’encéphalites (contre quelques unités) avec dans chaque cas plusieurs millions de prise en charge.

  • Bizarre pour la plupart des commentateurs d’oublier d’aborder ce sujet sous l’angle purement libéral :

    – vous voulez vous vacciner : vaccinez-vous et vous serez protégés, laissez les autres crever.
    – au surplus, c’est uniquement le problème des espaces publics, les espaces privés (crèches, écoles, lieux de travail, magasins) devant pouvoir autoriser ou interdire l’accès suivant des critères qui leur sont propres.

    Quel problème ? Pas de problème.

  • Je suis sidéré de lire l’article de Bill WIRTZ,
    devant tant d’erreurs et de de raisonnements biaisés, je suis vraiment abasourdi !!!
    Alors d’après notre cher Bill, spécialiste en vaccination, je suppose, les vaccins n’auraient pas démontré leur efficacité !!!!
    Et bien très cher Bill, voyez-vous, les 2 plus grandes avancées des 19 et 20eme siècles, ce sont précisément les vaccins et l’amélioration de l’agriculture. Et de très loin. Pas la bombe atomique surement pas , pas les antibiotiques, pas la technologie electronique ou informatique, non, les vaccins et l’amélioration des techniques agricoles!!!
    Vous ecrivez que 41% des enfants ayant contracté la rubéole des 61 cas répertoriés dans une région de la France etaient vaccinés. Sur quelle études ces chiffres sont fondés ? Puisque vous doutez de l’utilité des vaccins , ce qui est votre droit le plus strict, permettez moi de douter de vos affirmations.
    Et ce , d’autant que vous présentez les faits d’une manière biaisée et peu rigoureuse: d’une part très cher Bill , sur les boites de MMR, il est écrit: SANOFI PASTEUR MERIEUX, mais sans doute font-ils , eux aussi, partie de la bande de voyous de MERCK , voyous dont l’objet social est de tuer nos enfants à coups d’aluminium dissimulé dans leurs fameuses seringues de la mort!!
    Alors oui, quand je vaccine un enfant par INFANRIX HEXA ou pour tout autre vaccin, je préviens les parents qu’il peut y avoir pendant 48 heures une fièvre, perte d’appetit , vomissements etc…. mais c’est transitoire et le fait de ne pas l’écrire, ce n’est pas très honnete….
    Vous savez, dans ce bas monde, rien n’est parfait, y compris les vaccins, alors oui la protection par la vaccination n’est pas de 100% mais si elle est 90% , alors le fait que la grand majorité d’une population soit protégée, cela stoppe la propagation de la maladie, contrairement à ce que vous écrivez; les statisticiens vous l’expliqueront et avec la plus grande rigueur.
    Et oui, cher Bill, dans de très rares cas, une vaccination se passe très mal, et c’est logique, on stimule l’immunité très fortement ( et en plus avec de l’aluminium!!! rendez-vous compte, infame substance meurtrière!!!! ) et il peut arriver que le corps réagisse trop fortement et dans ce cas , l’immunité se retourne contre son propre corps. C’est ce qu’on appelle les maladies auto-immunes. Mais c’est très très rare.Et combien de vies sauvées par dizaines ou centaines de millions grace aux vaccins!!!!!
    Alors ,par pitié, si vous mettez en doute l’efficacité des vaccins, montrez une vraie étude bien conduite avec la bonne méthodologie, randomisée, en double aveugle…… et on en reparlera, mais de grace, épargnez nous votre impression ou votre sentiment à ce propos. Les sentiments relèvent de l’intimité et doivent le rester.
    Eh Sam PLAYER, vous devriez offrir à chaque nouveau-né un manuel du parfait petit libéral et vous entendrez peut etre un jour sonner à votre porte une armée de jeunes polios qui vous diront ce qu’ils pensent de l’absence de vaccination obligatoire.

    • Est-ce les vaccins qui ont diminué la présence de certaines maladies ou le fait qu’on ait de beaucoup amélioré la salubrité de notre environnement?

  • Le probleme de la liberte individuelle, c’est quand elle se heurte au à l’intéret d’une société dans son ensemble.
    Je ne vais pas remettre ici ce qui est dit en video :
    https://youtu.be/IGh663zSdgw

    il faudra choisir entre les deux, je vous laisse seul(e) juge.

    • « Ceux qui croient agir en fonction de l’intérêt général sont en réalité conduits à favoriser des intérêts particuliers.  » (Milton Friedman, La Liberté du Choix).

      Il n’y a pas d’intérêt général, c’est une fiction.

      Comment font les autres pays où la vaccination n’est pas obligatoire?

      Je suis pour la vaccination (pas toutes), je suis vacciné mais je respecte le choix des autres.

      C’est bien un mal français, le réflexe premier devant un pb, c’est de légiférer.

      Vite une loi!

      PS la question n’est pas de savoir si les vaccins ont des effets secondaires, de toute façon je ne fais pas confiance à l’état pour faire son boulot correctement (les scandales sanitaires l’attestent).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Faut-il rembourser les traitements des malades de la Covid qui ont refusé de se faire vacciner ? Le directeur général de l’AP-HP Martin Hirsch s’interroge. Cette question a pourtant de quoi choquer même un provax convaincu. Parce qu’elle quitte le débat scientifique pour s’engouffrer dans celui de la moralisation des soins, jusque-là essentiellement nourri par les courants antichoix se demandant si les IVG devraient être à la charge du contribuable dès lors que des moyens contraceptifs auraient pu les éviter. Dans les deux cas de figure, la l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles