Le nouveau politiquement correct prétend dépasser les clivages politiques

Le dépassement des clivages défendu par Emmanuel Macron et ses soutiens est une nouvelle corde aux violons du politiquement correct.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le nouveau politiquement correct prétend dépasser les clivages politiques

Publié le 27 juin 2017
- A +

Par Nathalie MP.

Maintenant que la séquence électorale 2017 est (enfin) terminée, maintenant que le Président et les députés sont élus et les ministres nommés, il ne reste plus à tout ce beau monde qu’à se mettre au travail.

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé qu’il prononcerait son discours de politique générale le 4 juillet prochain à l’Assemblée, lequel sera suivi d’un vote de confiance des députés. 

Un vote purement formel

• Compte tenu de la vaste majorité obtenu par le parti du Président lors des élections législatives (308 sièges de députés en propre pour une majorité absolue à 289), ce vote relève clairement de la pure formalité pour le gouvernement. Il aura en revanche un rôle de révélateur politique pour toutes les autres formations. Comment vont-elles se positionner par rapport au gouvernement ?

Ce devrait être simple. Lors des mandats présidentiels précédents, les partis politiques ont généralement toujours su dire s’ils étaient dans l’opposition ou la majorité. À quelques exceptions près, le fameux clivage gauche droite organisait la vie politique autour de deux grands blocs opposés et quelques petits extrêmes. Il fallait s’appeler François Bayrou pour naviguer de l’un à l’autre, ou Marine Le Pen pour être systématiquement contre tous les autres.

On brouille les pistes

Mais plus récemment, en 2012 très précisément, les pistes ont commencé à se brouiller. François Hollande avait alors trouvé une majorité en vertu du fait que son ennemi c’était la finance qui n’avait pas de visage. Positionnement bien à gauche donc.

Mais une fois de plain-pied dans la réalité de la France et du monde, il avait dû faire évoluer ses conceptions, jusqu’à abandonner l’idée de la tranche d’imposition à 75 % pour les riches et proposer une réforme du Code du travail et des allègements de charges pour les entreprises. Bref, pour la gauche de la gauche et les frondeurs du PS, pour les Poutou, Mélenchon, Filoche, Aubry, Hamon, etc… , il était devenu « de droite ».

Ce grand écart entre les promesses et les réalisations n’a porté chance ni à François Hollande qui s’est retrouvé détesté sur sa gauche et sur sa droite, ni au Parti socialiste qui ne sait plus du tout quelle est sa ligne politique entre les archéo-marxistes façon Mélenchon et les socio-démocrates façon Hollande.

Faire campagne à gauche pour gouverner au centre

Pour éviter cet écueil d’avoir à faire campagne à gauche pour être élu puis gouverner au centre parce que c’est un minimum inévitable quand on veut maintenir la France la tête hors de l’eau, Emmanuel Macron a préféré « dépasser les clivages » d’entrée de jeu, de façon assumée et annoncée : il n’est ni de gauche ni de droite, mais il est à la fois de gauche et de droite, accueillant toute proposition, pourvu qu’elle soit la plus consensuelle possible. Prendre tout ce qui rime avec changement, modernité, pragmatisme et high-tech, d’où que ça vienne, pourvu que cela rencontre une large adhésion populaire.

On comprend la force d’attraction d’une telle idée. Qui ne voudrait dépasser les petites disputes politiciennes, se montrer ouvert et tolérant, œuvrer en faveur du consensus national, réconcilier les points de vue antagonistes pour qu’enfin nous puissions avancer tous ensemble vers notre avenir ensoleillé ?

Dépasser les clivages, pour la paix éternelle !

Dépasser les clivages, c’est un accord enthousiasmant, printanier et raisonnable formé entre des personnes de bonne volonté, c’est le désir de concorde qui dépasse les différences, c’est la paix éternelle enfin assurée. Les clivages étant dépassés, il n’y a plus ni raison ni nécessité que des opinions divergentes s’expriment.

On a enfin trouvé l’harmonie parfaite et indépassable qui permet à chacun, quelle que soit les exigences de son oreille, de se fondre avec bonheur dans la partition générale. Le dépassement des clivages, c’est une nouvelle corde aux violons du politiquement correct.

Dès lors, aux yeux de l’opinion qui a porté Macron et ses députés au pouvoir dans des proportions assez larges (si l’on s’en tient aux votants), ne pas voter la confiance, c’est refuser la paix, c’est se montrer intolérant et fermé, c’est camper sur des positions politiciennes d’un autre âge, c’est refuser que la France progresse et que ses habitants soient heureux.

Soit vous êtes avec Macron, soit vous êtes archaïque

Soit vous êtes avec Macron, du côté de la France ré-enchantée, soit vous êtes contre Macron, du côté de la France pourrie et archaïque de Le Pen ou Mélenchon, au choix.

• On voit le piège. Il s’est refermé brillamment sur la droite et le centre, c’est-à-dire le groupe de députés non LREM le plus important de l’Assemblée (112 députés).

De ce côté-là, nombreuses sont les voix qui se sont élevées pour dire qu’il faut être « constructif » et « bienveillant », et ce d’autant plus que dans La République en Marche, dont la teneur initiale est essentiellement socialiste, le Premier ministre est LR (Les Républicains), le ministre de l’Économie est LR, le ministre du Budget est LR et moult conseillers ministériels sont LR.

Mieux, moult députés LR, Pierre-Yves Bournazel à Paris par exemple, ont reçu l’appui de LREM à l’égal de leur opposant socialiste : dépassement des clivages, on vous dit ! Dans ces conditions, ce serait faire montre d’un esprit vulgaire d’opposant rétif à tout progrès que de refuser de « donner sa chance à Macron ».

Ces députés de droite et du centre pro-Macron

C’est une indélicatesse dont on ne pourra accuser la quarantaine de députés LR et UDI menés par Thierry Solère qui se sont constitués en groupe particulier avec l’intention de soutenir le gouvernement chaque fois que cela sera possible et de s’abstenir dans les autres cas.

On devine que ce groupe ne se prendra pas trop la tête pour savoir s’il accorde sa confiance au gouvernement. Il n’est même plus question de soutenir l’exécutif dans ses bonnes idées pour s’y opposer dans les mauvaises, il s’agit purement et simplement de se rallier au gouvernement sans conditions.

Les Républicains se retrouvent ainsi éclatés entre les « constructifs » qui donnent un chèque en blanc au gouvernement et les « opposants systématiques » qui veulent dire non à tout, y compris aux bonnes réformes (ligne Wauquiez).

Au milieu, on entend des voix telles que celle de Xavier Bertrand qui prônent une opposition qui soit aussi une force de proposition. La droite et le centre ont encore quelques électeurs, mais pas plus que le Parti socialiste ils ne savent où ils en sont sur le plan conceptuel.

Dépasser les clivages, concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ?

• Une fois le « dépassement des clivages » bien ancré dans les esprits comme étant le nouveau politiquement correct le plus abouti, il reste à se demander ce que cela peut vouloir dire une fois transposé à l’action politique concrète.

À ce titre, il sera donc du plus haut intérêt d’écouter ce que le Premier ministre aura à proposer dans son discours de politique générale concernant la feuille de route de ses ministres, tant le projet d’Emmanuel Macron est resté à dessein très flou pendant la campagne électorale pour faire venir à lui qui plutôt « de  droite » et qui plutôt « de gauche ».

On attend les orientations concrètes qui font tant défaut dans le discours gouvernemental où il est surtout question de se réunir, d’examiner la situation, de demander des audits et de se prononcer on ne sait ni vraiment quand ni vraiment dans quelle direction.

La réforme du code du travail

L’un des grands thèmes du quinquennat, la réforme du Code du travail, a donné lieu à des déclarations extrêmement précises sur le calendrier des 48 réunions avec les syndicats, mais beaucoup plus vagues et lénifiantes sur les mesures effectives envisagées.

Hier encore, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a déclaré que des propositions émises par les syndicats seraient retenues, mais n’a pas précisé lesquelles. Il semblerait de plus que les décisions admises à être prises par accords d’entreprise ne soient plus aussi nombreuses que promises.

C’est étonnant. Y a-t-il plus grand ami des entreprises qu’Emmanuel Macron ? N’a-t-il pas coutume de dire, en déplacement ou dans ses discours enflammés sur l’innovation et l’esprit pionnier des entrepreneurs, que le pays est à l’aube « d’une nouvelle dynamique, d’une nouvelle vague » et qu’il faut venir investir et travailler en France car tout y devient possible ?

Un gouvernement beaucoup trop prudent

Mais dans la réalité du dépassement des clivages, le gouvernement marche sur des œufs pour ne froisser personne. Dans sa négociation, il a l’air de vouloir donner autant ou plus qu’il n’obtiendra.

Tout laisse malheureusement prévoir que, comme d’habitude lorsqu’il s’agit de faire évoluer nos structures fossilisées, la montagne va accoucher d’une souris, à l’image même des lois Macron et El Khomri du quinquennat précédent.

Seule différence avec la période antérieure, faute de réformer quoi que ce soit en profondeur, le dépassement des clivages nous épargnera peut-être un affrontement radical avec les syndicats. Plutôt que d’avoir à dévitaliser les réformes sous la pression de la rue et de la CGT, les 48 rendez-vous programmés avec les partenaires sociaux permettront peut-être de le faire avant l’embrasement.

Dans la mesure où le dépassement des clivages implique de ne rien faire qui puisse pousser quiconque à l’opposition ou à la radicalisation, tout en signifiant également de ne faire que ce qui reçoit l’assentiment général, le meilleur résultat qu’on puisse espérer, c’est d’arriver à mettre tout le monde d’accord sur des réformes qui seront aussi hautement médiatisées qu’elles seront totalement vides de substance décisive pour impacter quoi que ce soit.

Conclusion

Le dépassement des clivages a permis à Emmanuel Macron d’anéantir le PS, de dynamiter la droite et d’être élu. Belle idée qui fleure bon la paix, la générosité et la tolérance, c‘est le nouveau politiquement correct auquel tout le monde se rallie avec enthousiasme par désir de faire de la « politique autrement ».

Mais le malentendu politique est total car pour fonctionner, le dépassement des clivages ne peut déboucher que sur l’immobilisme. Seule l’inaction, ou une action très limitée, est capable d’obtenir l’assentiment du plus grande nombre sans blocages inutiles.

Pour la plus grande gloire auto-proclamée d’Emmanuel Macron, très fort dans la forme et sans consistance sur le fond, dépassement des clivages oblige.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Cet exposé est assez confortable dés lors qu’on ne prend nullement en compte le contexte sociétal et culturel français, son histoire socialisante, son inertie syndicale, son addiction providence et la dépendance réelle de prés de la moitié de la population à la ressource étatique (les fonctionnaires et assimilés plus tous les dépendants d’aide ou subventions). Comme nous l’ont enseigné nos profs de gestion, tout projet collectif suppose chronologiquement : 1) de partager et s’entendre sur les éléments du contexte 2) d’en déduire et faire partager une cible à atteindre 3) de s’entendre sur le chemin critique (timing et planning) pour atteindre cette cible. La cible réformiste et libérale que vous préconisez est probablement la bonne et je la partage certainement , mais la méthode que vous préconisez pour l’atteindre, pour vous la manière forte, n’est pas réaliste au regard du contexte français évoqué ci-dessus. Ne juger Macron que sur sa méthode (particulièrement réussie à ce jour) en oubliant que ses résultats (nous sommes en France) seront classiquement inférieurs à nos besoins est certainement d’une grande naïveté – vous avez raison de le souligner – mais critiquer Macron a priori sur cette probable issue en déniant les obstacles et les efforts culturels, pédagogiques, consensuels qu’il aura forcément à traverser et partant faire peu de cas de la méthode nécessaire à l’action n’est pas réaliste.

    • @gaston comment pensez vous que l’on puisse de manière consensuelle aligner les régimes de retraite privé/public/régime spéciaux ?
      Comment pensez vous réformer le statut de la fonction publique (comme l’on fait tous nos pays voisins) dans la grâce et la pédagogie ? La fracture entre le statut des uns (privé des petites PME , indépendants etc ) et les autres (publique, CDI de grandes sociétés plus ou moins étatiques) est telle que le climat va devenir insurrectionnel . D’autant plus que les uns sont entretenus par les autres … et les autres disparaissent (faillites , fuite des cerveaux etc) forcément ça va bien se passer comme disait quelqu’un de célèbre.

      • Vous abondez dans mon sens en détaillant quelques éléments du contexte méritant un exposé « total » et patient aux français (sur la FP, sur les régimes de retraite, sur le taux de dépenses publique et son emploi, sur la formation pro, sur la représentativité syndicale via par exemple le rapport Perruchot, sur l’inefficience de l’EN via les rapports de la CDC…), autant d »éléments que les français méconnaissent totalement et qui , à défaut, leur fera considérer les réformes comme brutales et réductrices. Il faut par ailleurs présenter un plan « global » de réforme (une cible) dans lequel toutes les catégories sont touchées au même moment et que toutes devront contribuer au regard du contexte évoqué préalablement. S’il n’y a pas cette pédagogie qui fait défaut depuis 40 ans, c’est la rue qui décidera.

        • Que la « manière forte » passe ou que la rue décide, le résultat final sera le même avec qq années de décalage. Si le gouvernement réussit à imposer des réformes efficaces (et non des mesurettes cosmétiques), le pays pourra infléchir la pente dangereuse sur laquelle il s’est engagé depuis 40 ans. Si ces mesures ne passent pas, la rue engagera le pays pour, au mieux une continuité, et au pire encore plus d’Etat-providence, ce qui se traduira immanquablement par une catastrophe à la grecque ou des mesures radicales seront prises dans la douleur. Et donc in fine, par la prise de ces mesures impopulaires initialement honnies par le peuple bénéficiant de cette providence étatique.
          Je me demande même s’il ne vaut pas mieux pousser l’Etat-providence dans l’extrémisme pour qu’il s’effondre avec fracas plutôt que d’engager des mesures de redressement qui, même si c’est un succès, permettraient à nos collectivistes de soutenir qu’une « autre politique » « plus respectueuse des individus » aurait permis d’obtenir les mêmes résultats…

          • D’accord avec vous Cyde . Mais de toutes façons nous n’aurons pas de réformes réelles car il n’existe pas de réformes efficaces non douloureuses surtout au stade où nous en sommes . Donc il nous reste à subir le supplice de la mort lente de notre pays.

        • @gaston cette pégagogie comme vous dites (rien que ce mot me hérisse) est impossible tant que la presse de gauche (c’est à dire toute la presse) niera les faits. Lisez le monde , libé et autres joyeusetés et vous verrez que pour eux : il faut recruter plus de fonctionnaires , ils faut augmenter leur paye, que non ils n’ont pas un bonne retraite , que oui ils travaillent beaucoup , que l’Ed Nat fait superbement son travail mais manque de moyens, que non les dépenses publiques ne sont pas trop hautes etc etc . Vous n’avez donc pas de connaissances de gauche ? Pour eux tout va bien , non les prélèvements ne sont pas trop élevés, les gens du privés sont au mieux des râleurs au pire des menteurs.
          Donc non je n’abonde pas dans votre sens , je pense que la « pédagogie » est impossible. Expliquer , former fonctionne quand l’interlocuteur est sincère et ouvert d’esprit, mais là nous avons des gens accrochés idéologiquement à leurs acquis et aucun argument ne pourra les faire lâcher le grisbi des zavantagesaki. Seul une lutte frontale à la Tatcher pourrait changer la donne mais ce n’est pas Macron qui le fera . Alors attendons la faillite en profitant du temps qui reste.

  • Les clivages politiques sont souvent artificiels.

    « Donner sa chance à Macron » présuppose « connaitre le vrai Macron ». C’est le cas de combien de personnes ?

    Marionnette ou marionnettiste ou les deux ?

    « Si les humains ont généralement besoin de mots pour penser, il ne faut pas laisser les mots – tel justice, droit, démocratie, peuple, république, guerre, dignité ou encore racisme ou …phobe (qui signifie « seulement » crainte) –   penser pour nous. Or c’est hélas une habitude très répandue, y compris chez ceux qui nous représentent et/ou gouvernent, ce qui a entraîné, entraîne et entraînera encore bien des maux.

    Alors que rares, sinon très rares sont les personnes qui ont le souci du juste mot pour la juste chose, le souci des mots pesés pour éviter d’accroître, voire pour contribuer à réduire les maux pesants ».

    • « Donner sa chance à Macron »
      on n’est pas à Roland Garros, ou c’est très chic d’applaudir les deux joueurs.
      Si Macron se plante, on aura un deuxième tour LePen Mélanchon en 2022.
      Pour réformer, il faut le vendre à son électorat au moment de l’élection, mais Macron ne l’a pas fait. Maintenant, s’il veut imposer une mesure impopulaire, il ne pourra plus le faire, c’est déjà trop tard.
      Tous les pays sociaux-démocrates qui ont procédés à des réformes importantes l’ont fait.

  • Qui ne voudrait dépasser les petites disputes politiciennes, se montrer ouvert et tolérant, œuvrer en faveur du consensus national, réconcilier les points de vue antagonistes pour qu’enfin nous puissions avancer tous ensemble vers notre avenir ensoleillé ? »
    MOI!!
    j’imagine que c’est de l’ironie? qui pourrais croire que l’avenir radieux existe parque tout le monde y marche du même pas? l’avenir à toujours été construit par des originaux qui devaient briser les chaines du conformisme et s’extraire du tout venant des pensées usées jusqu’à la corde. En gros exactement le contraire de ce que fait macron et son consensus mou qui essaye de ménager la chèvre et le choux, de faire coucher ensemble le loup et l’agneau. Bref c’est de la merde parfumé…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Emmanuel Macron
3
Sauvegarder cet article

Avez-vous vu des hôpitaux pris d’assaut par des hordes de fanatiques brandissant des pancartes ? Des avions à destination de l’étranger bondés de jeunes filles désespérées ? Lisez-vous chaque jour des histoires affreuses d’arrière-cuisines transformées en salles d’interventions de fortune avec des aiguilles à tricoter ? Voyez-vous des affrontements dans la rue, dans les tribunaux, dans les salles de conseil municipal ? Observez-vous médusés des prises d’otages de médecins et d’infirmières ?

Ne dites pas oui par pur esprit taquin, même ... Poursuivre la lecture

Personnes en rang regardant un écran diffusant un visage
7
Sauvegarder cet article

La stupéfaction est totale : on apprenait il y a quelques jours que la France, pourtant pays du miel et du lait, serait le terreau fertile à l’apparition de certaines sectes et autres groupuscules louches à caractère sectaire. C’est en tout cas ce que s’est époumoné à dire la mission interministérielle dédiée, la Miviludes, dans un récent rapport dont il a rapidement été question dans tous les médias grand public.

Pire encore : ces dérives sectaires seraient même en pleine augmentation dans le pays, à tel point qu'entre deux restrictio... Poursuivre la lecture

Face à la montée des prix de certains produits dits essentiels consécutive à l’inflation, le président a inventé ou plutôt remis à l’honneur le concept de bouclier financier.

 

Le bouclier financier

Qu’est-ce donc qu’un bouclier financier ?

Pour les médias, c’est un procédé consistant pour l’État à prendre en charge le paiement d’une partie du prix de produits considérés comme essentiels, mais de façon générale sans évoquer la provenance de l’argent nécessaire considéré comme magique.

Cependant, comme l’État n... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles