Des petits extrêmes peu légitimes ?

Pour les partis extrêmes, l'abstention amoindrit la légitimité du mouvement de Macron. Pourtant, l'analyse montre que c'est plutôt eux qui sont concernés.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Electeur By: Spry - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des petits extrêmes peu légitimes ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 juin 2017
- A +

Et finalement, ce n’est pas une Assemblée si monochrome que prévue. Malgré la victoire écrasante, pardon, la déferlante, pardon, le raz-de-marée, pardon, le tsunami électoral que tous les analystes, commentateurs, chroniqueurs et autre sondageographes nous vendaient âprement depuis plusieurs jours, la République qui était au bord du gouffre et qui s’est mise En Marche récolte une majorité claire, absolue, confortable mais nettement inférieure aux plus de 400 députés qui étaient pronostiqués.

Youpi, donc.

Sauf qu’évidemment, revient inévitablement sur la table la douloureuse question de l’abstention. Parvenant à 56% lors de ce scrutin, elle place un record net et montre de façon assez claire que la plupart des Français s’étaient largement démobilisés. Bien évidemment, la presse traditionnelle s’est empressée d’analyser ce chiffre et avance la panoplie habituelle de raisons, allant de la plus niaise (il faisait beau) à la plus circonstancielle (les Français étaient lassés de voter) en passant pudiquement sur la plus probable (la foi citoyenne dans cette mascarade s’érode doucement à chaque pantalonnade démocratique), et se laisse à tendre, une fois de plus (une fois de trop) son gros micro mou aux politiciens qui s’empressent de jouer du xyloglotte en rythmes chaloupés, sur l’air maintenant connu du « ♩ il faut écouter le silence des urnes ♪ ».

De façon ni étonnante, ni particulièrement fine, chacun de ces politiciens interrogés sur cette épineuse question en profitera pour se poser la question sous-jacente de la légitimité des élus : eh oui, m’ame Ginette, avec aussi peu d’électeurs par élu, pourront-ils réellement prétendre représenter quelque chose ? Décidément, les piliers de bar n’ont qu’à bien se tenir.

Dans cette myriade de réflexions profondes, on ne pourra s’empêcher de noter celles, encore plus délicieuses, des leaders ou porte-paroles ou têtes de listes des partis extrêmes, France Mélenchonsoumise d’un côté et Front Marine Nationale de l’autre : à chaque fois et dans leur bouche, cette abstention est parée d’étranges vertus.

Ainsi, elle amoindrit de façon claire la portée du message qu’entend porter Emmanuel Macron et ses députés : élus avec une telle abstention, c’est être mal élu et, en tout cas, il sera difficile de prétendre avoir derrière soi un peuple en pleine ferveur. De ce point de vue, Marine et Jean-Luc n’hésitent pas à rappeler qu’ils feront, à chaque fois que possible, appel à la rue pour venir en aide à leurs petites troupes législatives qui s’opposeront avec bravoure à l’hydre macronesque, ♫ tsoin tsoin ♫.

Et dans le même temps, avec cette facilité du paradoxe que les politiciens sont toujours prompts à manier avec dextérité, cette même abstention ne semble pas amoindrir d’une quelconque façon les scores obtenus par les députés franco-insoumis ou les fronto-nationalistes. Le député des extrêmes sait qu’il bénéficie d’une assise populaire solide de laquelle est absente, ou quasiment, tout indigne grumeau d’abstention ; il a, lui, le peuple derrière lui, vibrant d’une seule âme, prêt à (re)prendre la Bastille si jamais le totalitarisme venait à s’installer par le truchement d’un Macron trop puissant.

Mieux encore : l’abstention peut, dans leur bouche, être carrément récupérée sans souci, car, c’est évident, ceux qui se sont abstenus auraient voté pour eux, c’est sûr.

Et tout ceci de justifier sans vergogne d’appeler, avec force trémolos, à la résistance dans la rue et à réclamer des référendums avec bruit. En tout cas, pour Jean-Luc, le combat est engagé, il est d’importance et il se voit déjà nimbé de responsabilités plus grandes encore que son groupe d’élus à l’Assemblée.

Tout cela est bel et bon, mais il y a tout de même un petit souci : c’est complètement faux.

La triste réalité est que si l’abstention a, effectivement, amoindri la prétendue ferveur populaire qui pourrait se trouver derrière le mouvement de Macron, elle l’a d’autant plus fait pour les mouvements extrêmes.

Forcément, pour Le Pen ou Mélenchon, c’est nettement moins glamour à admettre, notamment après leurs scores plutôt élevés des élections présidentielles, mais les faits sont têtus : ceux qui sont allés voter au premier puis au second tour sont très majoritairement ceux de Macron et ce de façon absolument limpide.

Cette évidence semble avoir bien du mal à pénétrer le crâne de certains élus et elle mérite donc d’être redite : si cette abstention record démontre bien quelque chose, c’est qu’au contraire de ce que prétendent nos deux populistes dans leurs péroraisons télévisées, les Français ne veulent pas de ces deux partis comme opposition à Macron.

Et le plus beau, c’est que leur si faible motivation pour les candidats du Front National ou de la France Insoumise doit se comprendre en face d’une mobilisation pour Macron déjà fort peu élevée. Autrement dit, on voit d’autant plus de députés des extrêmes à l’Assemblée que les Français ne se sont guère mobilisés pour les autres, et pas l’inverse : si les Français peu enthousiastes du macronisme les avaient jugés crédibles, ils se seraient déplacés pour voter pour eux et ils seraient plus nombreux, à coup sûr.

En somme, cette abstention record enlève beaucoup plus de légitimité aux extrêmes qu’aux partis traditionnels. Dans ce cadre, ni le Front National, ni la France Insoumise n’apparaissent donc comme des opposants légitimes à Macron et ses députés En Marche.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • cher H16
    habituellement j’apprécie vos billets mais la vous etes a cote de la plaque
    abstention au 2° tour: ne sont pas aller voter ceux dont leur candidat n’a pas ete valide au 1° tour c’est le cas pour FN et FRI

    • C’est le cas pour tout le monde donc c’est non significatif. Et relisez le billet, ce n’est pas son objet.

    • La SARL familiale avait plus d’une centaine de candidats au second tour, et les insoumis 74, donc leurs « électeurs potentiels » avaient tout à fait de quoi aller voter.

      • Pas d’accord avec votre raisonnement pour le second tour.
        Le nombre de petits candidats, par sensibilité, était ridicule en proportion.
        Un FRI ne va pas voter FN et inversement.
        Par contre le raisonnement de H16 tient la route pour le premier tour: les Français ne veulent pas encore des dits populistes, qui font peur.
        Et il faudra que Macron déçoive beaucoup pour que les dits populistes tirent leur épingle du jeu la prochaine fois.

        A la présidentielle, les Français se sont « révoltés » mollement en dégageant les anciens partis dominants sans toutefois opter pour un changement assuré.
        Une fois de plus, les Français ont voté pour un consensus mou qui ne bouscule pas le système mais le perpétue.
        Pas le gout de l’aventure tous ces plus de 50 ans qui votent et qui sont relativement bien assis dans la vie.
        les jeunes ? bah ils sont jeunes, » rien a battre de la politique  » à part quelques impliqués.
        Nous voilà avec une assemblé majoritaire, désirée par 15% de la population Française !
        Ceux qui ont adhéré au Macronisme au premier tour des législatives.

        Je vote tout le temps, sauf à ce second tour car aucun des 2 candidats ne me satisfaisait et ai choisi délibérément l’abstention comme mode d’expression. le blanc ou nul n’étant pas mieux considérés, j’ai fait l’économie d’un déplacement.
        J’aurai eu un choix qui me plaisait, je serai aller voter.
        Je ne dois pas être le seul à avoir pris cette option.

        • On ne peut pas expliquer l’abstention par l’absence de candidats FN et FI au second tour, mais vu les scores déplorables qu’ils ont eu, on peut même suposer que se sont bien leur électorat qui est allé à la pèche.

        • « Un FRI ne va pas voter FN et inversement. »

          Rien de moins sûr, leur électorat est perméable dans les 2 sens : c’est normal car les programmes sont *maintenant* identiques à l’immigration près.
          (pour l’immigration, ce n’est pas vieux : les communistes étaient anti-immigration il y a 20-30 ans, avant , quand le FN ne faisait qu’un score écolo de 2-3%.

          Marine Le Pen n’a pas gagné près de 3000 voix entre les 2 tours dans la 11ème du Pas-de-Calais avec les voix de DLF (346), des divers ExtD (166) et LR (1818)… le compte n’y est pas, surtout avec une abstention en hausse de 3 points.

    • Ils sont peu au 2 tour parce que les électeurs étaient peu nombreux pour eux au 1 tour . Donc la démonstration tien!

  • Entre une candidate FEM, élue locale et maitrisant mieux que des éléments de langage, et un médecin chercheur insoumis, bafouilleur, le choix était vite fait: la France a plus besoin de toubibs que de révolutionnaires.
    Une députée bien construite, cohérente sur les sujets économiques, me convient bien.

  • Si l’abstention représentait les antimacrons du FN ou de FI, au point de délégitimiser l’élection de Macron, pourquoi ne se sont-ils pas mobilisés pour voter pour FI ou FN pour les faire gagner ?
    Peut-être parce qu’ils savaient qu’ils perdraient quand même.

  • Ce qui est terrible avec les extrêmes, c’est que l’on se sent obligé de partir de leurs mensonges pour discuter.

    Le FN et la FI se sont pris une claque monumentale : étant tous les deux à jeux à peu près égal avec EM et LR à la présidentielle, leurs scores aux dernières élections est juste ridicule.

    Et leur discours sur pourquoi ils ont fini le match sur le score de 9/0 en expliquant que c’est la faute du public et que si on leur avait donné un ballon carré et fait jouer tout le monde dans une piscine, etc … est juste à mourir de rire.

    Ces élections viennent de donner une claque gigantesque aux extrêmes, qui bien qu’ayant beau essayer de noyer le poisson, ont été complètement incapable de mobiliser un quelconque électorat et tout aussi incapable de profiter de l’explosion totale du PS, de la disparition des écolos et du 1/2 KO des républicains.

    Clairement, si ils ont ensemble 5% des députés alors que leurs adversaires sont tous en quasi coma, c’est du à une seule raison : leur complète nullité.

    Ils ont par contre clairement confirmé leur identité : celle de groupes sectaires et intégristes, incapables de sortir de leur pré carré et de s’intéresser aux (et d’intéresser les) gens, deux groupes dont l’existence ne repose que sur la terreur qu’ils inspirent.

    • @Stéphane Boulots
      Bonjour,
      « Clairement, si ils ont ensemble 5% des députés alors que leurs adversaires sont tous en quasi coma, c’est du à une seule raison : leur complète nullité. »
      Absolument à 100% ! Face à des mauvais ils ont été encore pires !

  • On notera que FI a bien plus de députés que le FN.
    Trop 🙁
    De toute façon, la baffe au FN était attendue, nulle surprise.
    Le premier tour de la présidentielle n’était-il pas un rejet par certains électeurs des 2 partis principaux ❓

    • @ MichelC

      Je crois que votre interprétation est la bonne. De plus, L.R. et P.S. sont arrivés « battus » aux législatives: ils ne s’attendaient sans doute pas à cette « exclusion » de la présidentielle, en laissant la place à M.Le Pen!

      En face, on peut vouloir diminuer (avec un peu de mauvaise foi et d’objectivité douteuse) le succès d’E.Macron, mais jusqu’ici, ce qu’il a fait est clairement un exploit assez extraordinaire! Devenir président de la république, créer un parti qui remporte la majorité absolue, tout ça en +/- 1 an: chapeau!

      Maintenant, ce qu’il vous réserve pour l’avenir, ça, vous le verrez au fur et à mesure!
      Mais jusqu’ici, sa performance est un succès total! Et il est fair-play de le reconnaitre!

      • A vous lire, on aurait presque l’impression que ce jeune Macron est partit de nulle part seul avec sa bite et son couteau et a réussi grâce à sa belle gueule. Soyons réaliste, qui est Macron ? D’où il vient ? Quels réseaux de personnes l’ont aidé à prendre le pouvoir ? Par quels procédès il a réussi a remporter l’élection présidentielle ? En repondant à ces questions, le mot « fair-play » ne viendra aucunement à la bouche.

  • Vous oubliez tous que la média-sphère a fait une campagne éhontée sur le thème « tout sauf le FN ». Alors, entre les LR qui le disent pour garder leurs bastions électoraux, le PS qui le répète et qui utilise le slogan depuis 1991, les écolos qui s’y collent eux aussi avec leur nouveau grand chef, et les syndicats dont le but existentiel n’est pas de se substituer à la politique uniquement correcte et bien pensante du gouvernement socialiste, mais plutôt de défendre les intérêts des salariés français face aux patrons forcément de droite. Alors, on devra quand même se dire que la culpabilisation anti FN de la société française a été savamment orchestrée par le pouvoir socialiste français et mondialisé.
    On devra quand même « remercier » monsieur Mélenchon de ne s’être pas trop « investi » dans cette lutte anti FN lors du 2ème tour de la présidentielle.
    Lui, c’est la mort du PS, qu’il veut, et le FN, c’est la disparition du socialisme qu’il faut réaliser. Dans les 2 cas, ce sont les mensonges moult fois effectués et les promesses jamais tenues ou reportées qui sont les objectifs vengeurs de ces 2 formations politiques. Et monsieur Macron, n’échappera pas à la règle, puisqu’il est directement sorti du chapeau de monsieur Hollande.
    Alors, 8 députés au lieu de 2, c’est quand même bien.
    Et pour la FI, 17 députés au lieu de pas grand chose, c’est quand même bien mieux aussi.
    Alors, croire que « les Français ne veulent pas de ces deux partis comme opposition à Macron. », c’est croire que les survivants LR et PS sauront faire croire que se sont eux les opposants farouches au président jupitérien, c’est marcher un peu vite.

  • Les députés représentant moins de 50% des électeurs ,on pourrait en supprimer 1sur 2….en commençant par les extrêmes…on doit toujours supprimer les anomalies statistiques ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello.

La CSG serait relevée de 1,7 point : c’est une des mesures phares du programme En Marche. Le prétexte est triple : accroître le pouvoir d’achat des salariés en diminuant les retenues maladie et retraite sur leur salaire, accroître la compétitivité des entreprises en diminuant le coût du travail, et finalement compenser cette baisse des cotisations (donc des recettes de l’URSSAF) par un prélèvement sous forme de relèvement de la CSG.

Le dispositif était le même que celui du programme Fillon, à un détail près,... Poursuivre la lecture

Contrepoints -- Drieu Godefridi, vous êtes un intervenant régulier dans le débat public sur les thèmes de la droite américaine et de la droite française. Actuellement la droite américaine enchaîne les succès, tandis que la droite française collectionne les échecs. Comment expliquer cette divergence dans des contextes, à certains égards, comparables ?

Drieu Godefridi -- La divergence se situe d'abord et avant tout au niveau des idées. Il ne faut jamais attendre du politique une "pureté" intellectuelle qui n'existe que dans les conceptio... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

La droite française n’obtient que 126 sièges aux élections législatives. Cette défaite, alors qu’elle disposait d’un boulevard après le mandat catastrophique de la gauche sortante, est selon nous imputable aussi à l’échec de Nicolas Sarkozy. En abandonnant ses convictions et en refusant de devenir ouvertement libérale, la droite française s’est suicidée. Le même phénomène a eu lieu au Royaume-Uni avec l’échec - relatif - de Theresa May.

Normalement, les défaites él... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles