En abandonnant le libéralisme, la droite s’est tiré une balle dans le pied

La défaite électorale que vient de subir la droite servira-telle à lui faire comprendre ses erreurs ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
balle_dans_pied

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En abandonnant le libéralisme, la droite s’est tiré une balle dans le pied

Publié le 22 juin 2017
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

La droite française n’obtient que 126 sièges aux élections législatives. Cette défaite, alors qu’elle disposait d’un boulevard après le mandat catastrophique de la gauche sortante, est selon nous imputable aussi à l’échec de Nicolas Sarkozy. En abandonnant ses convictions et en refusant de devenir ouvertement libérale, la droite française s’est suicidée. Le même phénomène a eu lieu au Royaume-Uni avec l’échec – relatif – de Theresa May.

Normalement, les défaites électorales servent à tirer des leçons pour l’avenir. Celle que vient de subir la droite servira-telle à lui faire comprendre ses erreurs ? On peut en douter. Pour comprendre la situation d’aujourd’hui, il faut remonter à l’élection et à la présidence de Nicolas Sarkozy.

En 2007, l’ancien président faisait campagne autour de la « rupture avec le modèle social français » et pour des réformes drastiques dont la France a besoin. Élu brillamment (rappelons, par rapport aux résultats obtenus par Emmanuel Macron et par En Marche, que Sarkozy a obtenu 31 % des voix au premier tour et le parti de la majorité présidentielle, 45 % aux législatives, avec un taux de participation de 60 %), il n’a pas suivi le message des Français qui souhaitaient une vraie transformation du pays.

Alors qu’il bénéficiait de la majorité aussi au Sénat, dans les régions et les départements, Sarkozy s’est contenté d’une politique de compromis qui lui a fait perdre toutes les élections suivantes.

En reniant le libéralisme et la volonté de réformer, la droite s’est tirée une balle dans le pied

Aujourd’hui, la droite n’a toujours pas compris la leçon. Elle n’est pas la seule. La conservatrice Theresa May a voulu faire du « conservatisme étatique » en espérant attirer des électeurs du Parti travailliste. C’est exactement le contraire qui s’est produit aux élections.

En reniant les idées libérales, elle a fait fuir une partie de ses électeurs et gonfler les rangs des travaillistes. Les conservateurs ont perdu la majorité absolue gagnée haut la main par l’ancien Premier ministre, David Cameron, après avoir mené, depuis 2010, une politique de réformes. Theresa May a eu un discours très flou sur la baisse des impôts et sur la continuation de la réforme de l’État alors que David Cameron, entre 2010 et 2015, avait supprimé plus de 600 000 postes de fonctionnaires (15 % du total) et lancé une forte baisse de l’IS jusqu’à 17 % pour 2020.

Évolution du nombre d’agents publics (base 100 en 2011)

Evolution du nombre d'agents publics (base 100 en 2011)

INSEE, ONF (Office for National Statistics)

À l’inverse, les leaders libéraux étrangers qui ont maintenu leur politique et leur discours ont eu plus de succès. Début avril, aux Pays-Bas, Mark Rutte, le leader du centre-droit, était donné battu par son adversaire d’extrême-droite.

Au pouvoir depuis octobre 2010, Rutte a préféré insister sur la nécessité de continuer les réformes libérales tout en singeant le discours anti-immigrés de son adversaire. Aux Pays-Bas, sur le marché du travail, la flexibilité joue un rôle très important.

L’employeur bénéficie d’une totale liberté de licencier pendant deux ans tandis que le chômeur a tout intérêt à accepter les emplois qui lui sont proposés. À cela il faut ajouter le système néerlandais de retraite avec trois piliers, dont la capitalisation. Et le départ à la retraite est à 67 ans.

Enfin, l’école aux Pays-Bas est libre et concurrentielle. Plus de 75 % des élèves sont scolarisés dans une école privée. Ces écoles sont autonomes, disposent d’un budget propre et bénéficient de la liberté d’embaucher et de débaucher les enseignants qui sont des employés de droit privé.

Il faut espérer que la droite française apprenne de ses échecs et des exemples étrangers. Il est temps qu’elle devienne représentative des Français qui souhaitent effectivement que la France soit réformée.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Seuls les imbéciles se tirent une balle dans le pied.
    La conclusion s’agissant de la « droite » française s’impose d’elle-même.

  • La Droite n’a de « droite » que l’étiquette qui lui est collée. Ses membres sont des socialistes déguisés.

  • « Le libéralisme? C’est 6% des voix (Nicolas Sarkozy) »

  • Aucune chance car pour cela il faudrait devenir intelligent et cultivé, en étudiant pour apprendre ce qu’est le libéralisme! La gauche se charge tous les jours de le diffamer pour éviter qu’il se répande dans les esprits. Rien que l’idée de liberté dégoûte les français.

  • La droite actuelle, étant héritière soit de la démocratie chrétienne (les « cathos de gauche » style Bayrou) soit du Gaullisme (communisme soft indépendant de l’URSS ), ne peut pas être libéral. Jusqu’à Macron, elle se contentait d’être « gestionnaire » de la protection sociale étatiste avec une « maîtrise comptable », dénoncée hypocritement par le camp d’en face et les syndicats, qui étaient en fait soulagés que les meubles soient sauvés. Le but des réformes des retraites de Fillon (2004), de la sécu de Juppé(1996) était de « sauver le modèle social ». Problème : Macron a réuni gestionnaires étatistes de gauche et gestionnaires étatistes de droite. La droite si elle ne veut pas disparaître n’a donc d’autre choix que d’en finir publiquement avec notre « modèle social » Gaullo-communiste et de proposer la transition vers un système concurrentiel d’assurances privés pour la maladie et vers la retraite par capitalisation pour tous, associée, par exemple à une flat tax et/ou une TVA « sociale », pour financer la solidarité nationale envers ceux qui en ont vraiment besoin .

  • LR portent une étiquette de droite mais en réalité ce sont pour l’essentiel des centristes de gauche (Raffarin, Juppé) et d’autres qui se disent gaullistes, c’est à dire profondément étatistes. C’ est Chirac qui a un jour déclaré que le libéralisme était plus dangereux que le communisme. Il suffit d’écouter Guaino, F. Baroin et d’autres pour comprendre que le libéralisme n’est pas dans leur système de pensée. Cette nouvelle défaite de LR, aidera-t-elle à une rénovation profonde? Pas si sûr!!

  • Liberte5 : Justement, je suis d’accord, la solution n’est pas la rénovation de LR. Le mieux est qu’ils rejoignent tous Macron., de mêmes que le FN version Marine/Philippot, Guaino et NDA rejoignent Mélenchon. Une fois cette clarification faite, de nouvelles têtes pourront créer un parti libéral-conservateur assumé, débarrassé de l’héritage gaulliste et/ou centriste, à partir de zéro. Problème….qui trouver ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’été se déroule tranquillement du côté des Républicains. Les législatives n’ont pas été l’échec retentissant envisagé. De 101 députés qu’ils étaient, coincés entre Emmanuel Macron et Marine le Pen, les plus pessimistes craignaient de se compter sur les doigts de la main tel le PS en 2017. Finalement, 62 députés sont encore à l’Hémicycle. Assez pour exister. Ils ont pris leur place au Palais-Bourbon, proposent et votent des textes avec la majorité. En somme, rien n’a changé, la vie parlementaire continue.

Au loin, pourtant, des nuages ... Poursuivre la lecture

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

boris johnson libre échange Royaume-Uni
2
Sauvegarder cet article

Par William Yarwood.

Eh bien, ils ont finalement eu Boris Johnson. Mais il leur a fait une peur bleue... ou pas ? Le mandat de Boris Johnson en tant que Premier ministre a été marqué par des turbulences politiques, un coronavirus et des scandales, trois éléments que beaucoup pensaient qu'il pourrait surmonter avec une relative facilité et une bonne santé. Mais hélas, sa position est devenue intenable en raison de l'implosion de son propre parti après le dernier scandale - impliquant des allégations sexuelles concernant son adjoint Chri... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles