La moralisation de la vie publique passe d’abord par celle de l’État

Est-ce que si l’on avait eu toutes ces lois de moralisation de la vie politique on aurait pu éviter les affaires Elf, Urba, Péchiney, Falcone, Méry… ? Pas vraiment, car le problème est bien plus profond.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La moralisation de la vie publique passe d’abord par celle de l’État

Publié le 9 juin 2017
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Les mesures annoncées par François Bayrou n’auraient pas changé la donne et elles frisent le ridicule avec cette proposition de création d’une Banque de la démocratie qu’on croirait tout droit sortie des propositions du XXIVe Congrès du Parti communiste de l’URSS qui s’est tenu en 1971 sous la direction de Léonid Brejnev.

La mise en place de cette Banque est justement une mesure anti-morale car elle instaurerait un monopole du financement des partis politiques. Il faudrait, au contraire, encourager le financement privé comme c’est le cas dans d’autres pays (Allemagne, États-Unis, Royaume-Uni) car il n’y a aucune raison que l’argent des contribuables soit utilisé par les partis politiques.

Réformer le pays en priorité

Lors d’un précédent article, nous avons montré qu’on ne pouvait pas moraliser la vie politique avec des lois. Mais on pourrait rendre la vie politique plus morale si les élus étaient efficaces en réformant le pays. Ils pourraient commencer par diminuer le poids de l’État (la France est le seul pays à ne pas avoir réformé son secteur public) et par mettre un terme aux inégalités entre le public et le privé.

Une excellente mesure morale serait de supprimer l’ENA, cette école de la noblesse d’État qui dirige (très mal) le pays depuis des décennies.

Un grand pas vers la moralisation de la vie politique serait la fin du pantouflage et du va-et-vient entre l’administration, les entreprises privées et les grandes institutions de l’État comme la Cour des comptes, le Conseil d’État, etc…

Outre les conflits d’intérêt qui n’échappent qu’à ceux qui en profitent, ce système permet aux bénéficiaires de cumuler des retraites dont les niveaux choquent à juste titre les contribuables français.

Fin de l’impunité des syndicats

Enfin, moraliser la vie politique, ce serait mettre fin au financement et à l’impunité des syndicats français qui ne représentent personne mais qui se nourrissent de l’argent public et profitent aussi du fameux paritarisme à la française en colonisant les caisses de retraite et de formation professionnelle.

Faire toutes ces réformes aurait largement contribué à moraliser la vie politique et économique du pays.

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Est-ce que le modem a mis en place le même système de rémunération des assistants parlementaires que le FN ? Est-ce que LR et le PS sont touchés ? Fillon n’était-il pas le plus honnête puisqu’il rémunérait une personne qui lui était directement utile pour la pleine réalisation de sa vie professionnelle ?
    Une porte a été ouverte, elle va avoir du mal à se refermer maintenant. Mais aller voir dans les abattoirs l’origine de la viande peut effectivement souvent gâcher le plaisir et couper l’appétit.

    • Arriver à devoir créer des lois pour moraliser la vie publique de nos élus est le comble de l’hypocrisie et de l’aberration. ce n’est qu’un constat de plus de la dérive sociétale dans la quelle nous vivons et de l’imposture de ces mêmes élus. nous continuons à voter pour des gens immoraux qui de plus s’offusquent de notre rejet vis à vis de leur absence de scrupule à piller un pays déjà au bord de la faillite. Peut on réellement encore espérer quelque chose de positif de la part de cette population élitiste?

      • YL
        « La population élitiste » issue du passage par la case ENA n’est que la conséquence d’un état de fait qui aspire à se renforcer et à perdurer.
        La gestion d’un pays par une caste d’intouchables n’est pas la manifestation d’un esprit démocratique.
        La France est gérée par un système monarchique de type Bonapartiste. Un comble…!

  • création d’une banque de la démocratie….avec bien entendu l’argent des contribuables ….il est ou le changement ? à peine élu , et l’élite commence à dilapider l’argent qu’ils n’ont pas ; que les partis politiques se démerdent pour exister , mais qu’ils le fassent avec des fonds privés et qu’ils arrêtent de nous ponctionner pour exister ;

  • Merci à l’auteur de poser la question de la moralisation de l’Etat.
    L’Etat est-il donc immoral dans la gestion de la France?
    Si l’immoralité consiste à avoir un comportement anormal qui abouti à des prélèvements excessifs sur les uns pour payer des prébendes injustifiées à d’autres, alors oui, nous sommes dans l’immoralité d’un comportement malhonnête.
    Si l’immoralité consiste à promettre monts et merveilles sachant qu’il est impossible de faire face à des engagements électoraux, alors, nous sommes également dans l’immoralité de la tromperie et de l’imposture.
    Rendre l’Etat moral et honnête consisterait à définir de nouvelles règles de la gestion de notre pays au moyen d’un changement de constitution qui aboutirait à tendre vers plus de démocratie directe et, ainsi, à transférer le pouvoir décisionnel et le pouvoir de contrôle aux citoyens.
    Un tel concept d’organisation étatique fonctionne correctement dans la Suisse confédérale.

    • L’Etat ne respecte déjà pas ses propres lois : délais de paiement, abus sur les CDD, etc.
      Oui, il faudrait commencer par là avant de prétendre imposer aux autres.

      Et la bonne nouvelle pour l’Etat c’est… que ça ne dépend que de lui, il peut le faire.
      La mauvaise nouvelle est que c’est quasiment invisible, et donc aucun profit politique à court terme pour les décideurs en mal de réelection.

      • @AxS
        « il faudrait commencer par là avant de prétendre imposer aux autres. »

        Non, il serait préférable de faire un nettoyage par le vide et s’amputer des largesses inutiles de l’état. Il faut cesser de penser « état ». Tant qu’il en sera autrement, cela fera le jeu des politiques qui peuplent l’état…

    • Le changement de constitution est une idée mélenchoniste pour détourner le sujet : ce n’est pas la constitution le problème mais le fait qu’elle n’est déjà pas respectée. C’est exactement comme les lois, ça ne sert à rien d’en faire de nouvelles si celles existantes ne servent à rien.

  • La moralisation selon les valeurs morales des hommes politiques français à la morale plus que douteuse…..cela ne peut que finir mal…pour nous.
    J’aimerais connaître le nom des conseillers , on sait tous que les ministres ne sont que des plantes vertes dans le décor de la République !
    Bayrou dans le rôle de Mr loyal, y a de quoi rire !

  • Est-ce que mon idée de rendre les régions de France indépendantes les unes des autres permettrait que le provincial moyen, ne subventionne pas le parigot dans toute sa grandeur.
    Et que les impôts des provinciaux restent aux provinciaux, avant de servir les élites nationales élues par les provinciaux.
    « Vivre et travailler au pays », clamait un vieux slogan des années 90, On pourrait le moderniser en clamant: « Vivre, travailler, et enrichir sa région en lui payant des impôts régionaux ».
    Ce n’est plus « Il faut supprimer le socialisme d’état », ce sera « Il faut supprimer l’État socialiste », qu’il nous faudra clamer, pour libérer nos petits enfants des dettes nationales contractées par nos élites provinciales depuis 40 ans.

    • C’est Paris qui fait vivre la province, pas l’inverse.

    • « Vivre et travailler au pays », c’est un slogan prisé des factions indépendantistes gauchistes (Occitanie libre, Front de libération de la Bretagne) dans les années 60.
      Votre idée serait intéressante, à condition de changer radicalement le fonctionnement de notre système politique, dans l’esprit un mandat par élu(e), pas de cumul, pas de renouvellement, et elle, il retourne à la vie publique. Sans quoi, rendre indépendantes les régions, sur le mode des landers allemands et des cantons suisses, renforcerait la logique de fief qui est déjà à l’oeuvre dans nos régions rurales, et on reviendrait bien vite à un Moyen Age des terroirs où se perpétueraient aux manettes les mêmes vieilles familles de notables autochtones. On y est déjà dans certaines régions, où postes et prébendes se distribuent allègrement entre copains et coquins, au sein de ce mille-feuilles bureaucratiques qui sévit dans chaque région, département, qui nous coûte un bras pour un bilan souvent proche de zéro, et qui vaut pour un déni de démocratie.

      • L’indépendance des régions (ou des départements au sein d’une même région) c’est appliquer le principe de subsidiarité et ça émulerait la concurrence entre régions : aucun risque d’y voir des fiefs car dans l’indépendance, quand y a plus de sous, y a plus de sous et les idées moisies disparaissent.

  • Un moyen de moraliser serait déjà de rendre responsable nos décideurs de leur décisions.
    Par exemple, rendre économiquement responsable les décideurs (ceux qui proposent et ceux qui votent pour) de l’équilibre financier d’un budget (ou d’un projet) permettrait d’éviter cette gabegie d’argent des autres. En cas de dépassement ou de déficit (hors catastrophe naturelle… et encore, il y a des assurances pour cela), on se rembourse sur le patrimoine des décideurs.
    C’est ce qui se passe dans une entreprise privée (soit directement soit sur la valeur des actions et du dividende).

    • Rappelez moi les actions ,le travail effectué par Hollande pour permettre sa retraite ?
      Biensur ,c’est valable aussi pour monsieur toutlemonde….donc c’est un emploi fictif , Mr Hollande , pire, vous nous devez du pognon !

  • Quand c’est Bayrou qui veut moraliser cela me fait bien rire, lui qui ne sait plus à quel saint se vouer pour devenir ministre!

  • La moralisation, c’est comme le principe de l’escalier, il faut toujours commencer à le balayer à partir du haut. Mais je doute que les tenants de l’état, car c’est d’eux qu’il s’agit, non pas envie de couper la branche sur laquelle ils sont assis. I-E Un gouvernement de fonctionnaires, par les fonctionnaires et pour les fonctionnaires. Nous avons après deux siècles reconstruits le triptyque français : Monarchie Clergé-Tiers état par : Haute administration et Syndicalistes-Fonctionnaires-Tiers-état, démonté à la révolution. Il va falloir que le peuple grogne de plus en plus fort pour que certains entendent ce grondement, car ce sont certaines élites lors de la révolution française qui ont menés l’abandon des privilèges. N’en déplaise aux historiens marxistes. Et oui camarade tu es révolutionnaire de 1789 ou de 1793, ce n’est pas pareil. Notre problème aujourd’hui c’est le formatage des cerceaux à partir de l’EN et des médias. Les français ne reçoivent pas la bonne information. Cependant l’internet, comme en son temps l’imprimerie permet de relayer celle-ci. De là le grondement des français. Alors que faites vous ELITES intellectuelles….êtes vous tous morts en 14-18 ou en 39-45… Allez-vous laisser ces parangons de vertu socialo-communistes détruire la France. L’honneur n’était-elle pas la vertu des grands hommes (de la noblesse). Entendez-vous….. Amis entend-tu…
    « Quiconque empêche une révolution pacifique rend une révolution violente inévitable » JFK

    • Détruire la France……quelle importance,la France les paiera jusqu’à la mort même si il faut sacrifier tous les français !

  • Traiter les causes et non les conséquences. Nul ne peut ignorer que notre faillite et notre république bananière sont dû à l’état providence aux écoles nationales du gaspillage ENA, ENM, ENS & IUFM et aux capitalisme de connivence. Vous l’avez si bien écrit : »c’est l’état qui tue la France » Comme le disait si bien un de mes ancien PDG : »lorsqu’une entreprise va mal, licencier ne résout pas le problème, il faut couper les têtes » !

  • Finalement, on répète la même chose à longueur d’articles, de commentaires, de mois et d’années.. Et on fait quoi ? Le jour où il y aura tous les français qui râlent contre la pesanteur administrative, ou la pression fiscale ou ….dans la rue, je pense qu’ils comprendrons un peu mieux . Mais, même pas cap !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
réforme syndicats
0
Sauvegarder cet article

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

 

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, dans sa grande m... Poursuivre la lecture

Après avoir été mis en examen en juillet 2021 pour des faits de « prise illégale d’intérêts » commis dans l’exercice de ses fonctions, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a été avisé avant-hier (lundi 3 octobre 2022) qu’il était renvoyé en procès devant la Cour de Justice de la République.

Le même jour, on apprenait qu’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée depuis 2017 et très proche conseiller d’Emmanuel Macron depuis plusieurs années, avait été mis en examen le 23 septembre, également pour « prise illégale d’intérêts... Poursuivre la lecture

Je ne sais si nous aurons froid cet hiver par manque de gaz et d'électricité - la faute au covid et à la guerre russe en Ukraine, et c'est tout (sic), d'après nos dirigeants. Mais nous sommes d'ores et déjà saisis d'un tournis épouvantable par le seul fait de suivre les oscillations frénétiques du discours gouvernemental sur la question, entre rassurance pas très sereine sur les approvisionnements en énergie, alarmisme hyperbolique d'Emmanuel Macron et prétexte inespéré pour obtenir une baisse des émissions de CO2. Petit condensé des déclarat... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles