Trump, Macron, Corbyn, même combat ?

En Grande-Bretagne, aux États-Unis et en France, les grands leaders politiques n’hésitent pas à prendre des risques idéologiques pour le meilleur et pour le pire. Inversement, ceux qui restent dans l’équivoque, à l’image de Theresa May, sont en difficulté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trump, Macron, Corbyn, même combat ?

Publié le 3 juin 2017
- A +

Par Henri Astier.

En apparence, aucune tendance particulière ne se dégage du choix des électeurs en Grande Bretagne, au États-Unis et en France depuis un an.

Avec le Brexit, une nation marchande a décidé de se libérer des chaînes bureaucratiques où elle se considère empêtrée, espérant conclure des accords commerciaux avec le vaste monde. En élisant Donald Trump, les États-Unis ont en revanche renoué avec une ancienne tradition d’isolationnisme et de nationalisme économique.

La France, de son côté, a choisi avec Macron la voie du multilatéralisme. Le nouveau président est un chaud partisan de la mondialisation et voit l’avenir du pays pleinement au sein de l’UE.

Mais au-delà de ces différences éclatantes, les trois résultats sont liés par un fil conducteur, qui pourrait trouver des prolongements dans les élections législatives de jeudi en Grande-Bretagne.

Des prises de position audacieuses

Les vainqueurs de ces scrutins n’ont pas eu peur de prendre des positions claires et audacieuses, au mépris des partis et politologues.  On peut dire ce qu’on veut de Trump ou des partisans du Brexit, mais on ne peut pas les accuser d’avoir couvert leurs arrières ou biaisé avec les électeurs.

C’est un mérite qu’on ne reconnaît pas assez à Macron, qui il est vrai a fait figure de favori dans les derniers mois de la campagne. Mais s’il avait joué la sécurité, il n’aurait pas créé de toutes pièces un parti contre sa famille socialiste, un an avant les élections. Personne ne donnait cher de ses chances à l’automne dernier.

S’il avait joué la sécurité, il n’aurait pas prôné le libéralisme dans le pays occidental le plus antilibéral de tous. S’il avait joué la sécurité, il ne serait pas, à quelques jours d’un premier tour serré, allé devant des ouvriers en grève menacés de délocalisation pour leur expliquer qu’il ne dépenserait pas un centime d’argent public pour préserver leur emploi.

Macron iconoclaste

Loin d’être le candidat du « consensus mou », Emmanuel Macron a mené une campagne tout aussi iconoclaste que Trump dans le contexte américain (je rappelle que je ne compare pas leurs programmes, ni la sagesse de ces programmes, mais leur degré d’audace).

Leur succès respectifs confirme le vieil adage qui veut que l’électorat ne croit en rien, mais qu’il croit en ceux qui croient en quelque chose.

Bien sûr, il y a des limites à l’avantage que peuvent conférer la conviction et le culot.  Toutes les idées n’ont pas le même potentiel de séduction, et on peut pécher par surcroît d’hétérodoxie. Aux Pays-Bas, Geert Wilders, homme de certitude s’il en est, a été battu aux législatives de mars par un centriste opportuniste. Au second tour de la présidentielle française Macron l’a largement emporté devant une candidate encore plus anticonformiste que lui.

Le courage est risqué

En Grande-Bretagne, vers 1990, la capacité de Margaret Thatcher à défier l’establishment et les sondages a fini pas lasser son peuple.

Par définition, le courage est risqué. Mais en ces temps de polarisation et de recomposition politique, la prudence et l’équivoque le sont également. Theresa May, Première ministre britannique en mal de légitimité, en a fait les frais ces dernières semaines.

Ses palinodies sur la taxation des travailleurs indépendants ou la contribution des personnes âgées aux soins dont elles bénéficient, sans parler de son retournement de veste originel concernant le Brexit, lui ont valu une chute spectaculaire de popularité avant les législatives. Mise à part l’intransigeance envers l’UE, beaucoup d’électeurs ignorent ce que Theresa May incarne. Elle paraît trop molle pour ce qu’elle a de dur, et trop dure pour ce qu’elle a de mou.

Corbyn, clair comme Mélenchon

Avec le leader travailliste Jeremy Corbyn, par contre, les Britanniques savent à quoi s’en tenir : nationalisations en masse, fort relèvement du salaire minimum, relance par la dépense publique, hausse d’impôts pour les entreprises et les riches… Corbyn est tout aussi clair qu’un Jean-Luc Mélenchon, dont il partage la méfiance envers l’OTAN et l’admiration pour Hugo Chavez et Fidel Castro (qualifiant ce dernier de « champion de la justice sociale »).

Si les électeurs savent où ils vont avec Corbyn, le nombre de ceux qui veulent l’y suivre semble insuffisant pour lui assurer la victoire. Il est probable que ses idées font partie de celles qui repoussent plus de monde qu’elles n’attirent, et les Tories conserveront leur majorité aux Communes.

Mais une telle victoire à la Pyrrhus, dans un contexte qui paraissait il y a peu de temps si favorable à Mme May, démontrerait les risques qu’encourent les politiques qui répugnent à en prendre.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • pour l’instant , macron vient juste d’être élu ; il n’a donc pris des risques qu’en paroles et promesses ; nous vérrons bien s’il va faire ce qu’il a dit qu’il ferait ;

  • Un peu HS, mais tant pis : Trump est un mélange subtil (enfin façon de parler…) de Le Pen père, Berlusconi et Bernard Tapie.
    Donc côté audace, pas de problème, pour le reste ..

  • Macron prône le libéralisme? Il semble qu’Henri Astier ignore ce que c’est ou qu’il n’est pas lu le livre de Macron où il n’est nulle question de libéralisme, mais d’étatisme!

  • L’auteur est-il scénariste chez Marvell pour nous inventer ainsi des super-héros dotés de super-pouvoirs ?

    Macron le libéral, Trump l’iconoclaste … pourquoi pas WonderWoman et Hulk pendant qu’on y est …

    Macron et Trump sont juste d’excellent marketteux, qui ont su complètement embobiner les médias sans cervelle qui ont foncé tête baissé dans la gamelle qu’ils leur donnaient.

    Theresa May ne fait pas le job médiatique : elle n’est ni Wonder Woman, ni Hulk … et la pauvre n’a pas fini de se voir décerner des casseroles par la presse qui ne trouve pas en elle le seul truc qui intéresse les journalistes : du sensationnel qui leur permet d’écrire des papiers qui se vendent sans avoir aucun talent et sans avoir bossé ni réfléchi plus de 2 secondes.

  • Macron « prônant le libéralisme », j’ai dû manquer un épisode… Macron est un étatiste, adepte de la dépense publique. Nulle part dans son programme il n’y a de baisse réelle de la dépense publique et il donne déjà des signes évidents d’interventionnisme cf. affaire STX. On voit mal quels risques il a pris, son programme était flou et sans aucune force hormis son parti pris européiste et globaliste. Attention Macron est un globaliste et non un mondialiste, c’est-à-dire qu’en bon « young leader » et bilderberg il est pour le maintien du leadership américain dans le monde.

  • Les promesses des politiques n’engagent que ceux qui y croient !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un mois après sa réélection et à trois semaines des élections législatives, le président de la République (sur proposition du Premier ministre) a choisi son gouvernement. L’attente a été longue, ne serait-ce que par les spéculations sur le nom du successeur de Jean Castex. Sinon, on garde les mêmes et on continue. Deux surprises cependant : le maintien du garde des Sceaux et le nouveau titulaire de la rue de Grenelle.

https://twitter.com/Elysee/status/1527657628540755969

Il faut dire que, soutenu par une coalition hétéroclite qu... Poursuivre la lecture

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Par Adelin Remy.

Le débat sur le voile (n’importe lequel, pas seulement le voile intégral) existe en France depuis 1989 : il est considéré comme un vêtement religieux et une marque de soumission de la femme, généralement musulmane, et son interdiction est vécue comme une agression par la plupart des femmes musulmanes qui revendiquent la liberté de le porter.

Le 24 octobre 2019, le président Macron a déclaré :

« Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire [...] Dans les services publics, à l’école, c’est mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles