Présidentielle : la jeunesse qui vote est radicalisée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Rémi Noyon - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle : la jeunesse qui vote est radicalisée

Publié le 4 mai 2017
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Tous les ans plus de 150 000 jeunes quittent l’école sans aucun diplôme, ou quelque formation que ce soit ! L’une des causes principales en est notre enseignement scolaire.

L’école française ne prépare pas les jeunes à devenir des entrepreneurs. Pire encore, elle leur apprend à se méfier du monde de l’entreprise, de l’économie mondialisée, du libre-échange et en général de tout ce qui vient de la société civile.

Il est intéressant de consulter les manuels d’économie de première et de terminale à ce sujet, afin de constater comment y est présentée l’économie de marché et la place qui est réservée à l’entreprise et à l’entrepreneur.

Dans la plupart des manuels, le constat est accablant ! Les auteurs des manuels donnent la priorité pour ce qui concerne l’économie à la mission de l’État et des acteurs publics, plutôt qu’à l’entreprise.

On parle du « social » et de la « solidarité » plus que de l’entrepreneuriat ou des chefs d’entreprise. D’ailleurs, dans ces manuels, on ne trouve pas de portraits d’entrepreneurs ayant réussi et qui donneraient envie aux jeunes d’entreprendre.

Échec des politiques publiques

Des milliards d’euros ont été distribués afin de « lutter contre le chômage des jeunes » ou leur accorder des aides les plus farfelues les unes que les autres, le RSA jeunes étant l’une des dernières…

Cela fait plus de trente ans qu’on empile les mesures en faveur des jeunes, depuis les fameux TUC mis en place par Laurent Fabius lorsqu’il était Premier ministre jusqu’aux emplois d’avenir du gouvernement Ayrault.

Tous les ans, plus de 6 Mds d’euros sont dépensés en faveur de l’emploi des jeunes. Avec quels résultats ? Le taux de chômage des jeunes est à 24%, trois fois plus élevé qu’en Allemagne !

Chômage des jeunes actifs (15-24 ans)

Et les jeunes sont devenus des assistés qui votent pour les plus antilibéraux au lieu de se prononcer pour davantage de libertés économiques et entrepreneuriales. La démagogie du « jeunisme » et les discours paternalistes ont fait croire aux jeunes qu’ils ne sont que des « victimes de la société » et qu’aucun effort ne leur est demandé afin de s’en sortir.

Au Royaume-Uni, les jeunes sont libéraux

Par comparaison, dans un pays comme le Royaume-Uni où l’assistanat n’est pas vraiment la caractéristiques des politiques, environ 70% des jeunes ont voté contre le Brexit et en faveur du maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne.

Au Royaume-Uni, le chômage des jeunes est à 14,6%, dix points de moins qu’en France. Et l’avantage principal accordé aux jeunes Britanniques est un prêt bancaire pour payer leurs frais d’inscription en faculté, qu’ils ne remboursent que lorsqu’ils sont dans la vie active et qu’ils gagnent plus de 21 000 livres sterling /an (26 600 euro).

Il faut aussi mentionner le fait que les jeunes qui travaillent ont droit à leur propre… SMIC horaire : 3,87 livres (4,90 euros) pour ceux de moins de 18 ans, 5,30 livres (6,70 euros) pour les 18-20 ans, 6,70 livres (8,49 euros) pour les 21-24 ans et 7,20 livres (9,12 euros) pour les plus de 25 ans alors qu’en France c’est le même montant pour tous : 9,67 euros/brut de l’heure. Mais la flexibilité britannique n’empêche pas d’être payé…

Enfin, lorsque David Cameron a baissé l’IS (Impôt sur les sociétés) à 20%, il a dit qu’il s’agissait aussi d’une mesure en faveur des… jeunes. Mieux vaut embaucher des jeunes que payer beaucoup d’impôts comme en France où l’IS est à 34%, 14 points de plus qu’au Royaume-Uni.

L’école, l’assistanat et le « jeunisme » ont fabriqué une jeunesse qui attend tout de l’État et qui ne veut pas s’en sortir par ses propres moyens. En votant pour les deux candidats extrémistes, elle montre qu’il y a urgence à réformer l’Éducation nationale mais aussi le marché du travail.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • jacques lemiere
    4 mai 2017 at 7 h 27 min

    et ça augure mal.

  • C’est sûre qu’avec un héritage de 100% du PIB, qu’il va falloir rembourser avec des contrats Uber payer 15% de moins que normal, des problèmes d’accès au logement hors de prix, des départs en retraite qui deviennent inatteignable pour beaucoup, ça fait rêver d’être jeune. Je ne vois pas le rapport avec le vote pro Europe des jeunes anglais, ni le formatage de l’éducation nationale, ou encore l’assistanat comme projet de vie, par contre l’absence de remise en question de leurs aînés qui les piétinent, certainement.

    • Vous avez raison, la situation des jeunes est de plus en plus difficile, mais le responsable est l’état, et non les entreprises.
      La remise en question que vous évoquez ne pourra se faire sans revoir le rôle de l’état à la baisse.

      • Quand les jeunes ont grandis en voyant leurs parents se faire virer des boites, parties on ne sait ou ? (enfin si, en chine ou en asie, car les ouvriers etaient payés une misere).

        Que pensent ces jenes 15 / 20 ans apres ? ont ils totalement tord ?

        Qu’elles le veuillent ou non, les entreprises on une fonction social. Le soucis est que cela ne correspond pas à leur objectif. On ne peut blamer ni l’un ni l’autre, mais dire que c’est uniquement de la faute à EN, c’est juste un peu court niveau réflexion.

        • Les entreprises payent les salaires et les cotisations sociales de leurs employés. Les délocalisations sont dues au racket de l’état spoliateur, et à sa bureaucratie qui pond des règlement débiles comme une poule pond des oeufs!
          Cessez donc d’accuser les entreprises qui n’y sont pour rien!

  • si tout ces millards octroyés à la jeunesse ne servent à rien , hé bien que l’on s’en serve pour les plus de 50 ans qui ont beaucoup de mal à trouver un emploi y compris lorsqu’ils sont diplomés ; une jeunesse qui ne travaille pas , ne cotise pas , ne rapporte rien , que de temps et d’argent perdu ….et qui va payer pour nos futurs retraite ?

    • Vous croyez encore au système de retraite?

    • le systeme de retraite s’ecroulera dans 20 ans max, quand il n’y aura plus assez de travailleurs pour cotiser (ou qu’ils seront payer tellement bas que les cotisations dessus seront trop faibles)

  • « environ 70 % des jeunes ont voté contre le Brexit »
    Je ne sais pas si voter contre le Brexit est un vote libéral….

    L’UE a de bons et de mauvais cotés pour un libéral, voter contre pour faire moins libéral ? ou voter contre, pour faire plus libéral ensuite ?

    Le libéralisme ça serait une Europe économique, de libre échange, et non une Europe politique qui réduit la concurrence inter Etat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

L’IFOP vient de publier un sondage sur l’intention de vote de la jeunesse française pour les présidentielles 2022. Cette enquête a été effectuée sur les 18-30 ans. Force est de constater qu’elle ne vote pas comme le reste de la population.

Une jeunesse abstentionniste

Selon le sondage, 58 % des jeunes s’abstiendront de voter. Cette tendance est particulièrement élevée chez les personnes ayant une sensibilité politique proche de la France insoumise (62 % veulent s’abstenir). Ce phénomène est encore plus imp... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Une volée d’articles s’est abattue sur la presse économique, dont le thème peut être résumé par « la France n’attire plus les cerveaux les plus qualifiés, et ça devient très grave ». On évoque même le succès de la Silicon Valley aux États-Unis, largement peuplée de cerveaux non-américains.

C’est une très saine réaction par rapport aux propos de plus en plus anti-immigration qui se multiplient. En particulier, les candidats à la candidature présidentielle du Parti Les Républicains surenchérissement l’un sur l’a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles