Somalie : pourquoi la réconciliation nationale est-elle en panne ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jeune Somalien-Samenwerkende Hupog... (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Somalie : pourquoi la réconciliation nationale est-elle en panne ?

Publié le 4 mai 2017
- A +

Par Abdurahman Baadiyow.
Un article de Libre Afrique

Après l’effondrement de l’État en 1991, la Somalie est entrée dans une nouvelle ère de sa longue histoire. Cette période a exposé la vulnérabilité de l’État postcolonial et la persistance de la culture locale basée sur le clanisme et l’islam. La guerre civile qui s’en est suivie, entre factions armées, a dévasté le pays.

Depuis lors, le discours de réconciliation a été mis en avant comme un jargon sans substance. Le conflit en Somalie a été présenté comme un conflit de clans et tous les efforts de paix et de réconciliation, ont donc tourné autour de ces diagnostics simplistes. Sur cette base, diverses conférences de rapprochement ont été entreprises depuis 1991.

Réconcilier l’État et la société

La première conférence de réconciliation réussie a été celle des membres de la société civile à Djibouti en 2000 qui a jeté les bases de la notion de réconciliation entre l’État et la société par le biais de la Charte transitoire adoptée.

Lors de la conférence de Djibouti, les élites politiques ont accepté le rôle des chefs traditionnels et celui de l’islam, et ont adopté un système de partage de pouvoir entre clans connu sous le nom de « formule 4.5 ».

Depuis, le processus est devenu un simple système de partage de pouvoirs pour les élites politiques qui ont relégué la question de la réconciliation en marge.

La réconciliation entre l’État et la société exige d’abandonner la conception unique de la modernité pour s’ouvrir dans le contexte à de multiples modernités. Dans l’histoire de la Somalie, les approches de la construction de l’État ont utilisé deux modèles extrêmes.

La modernisation a déraillé

Le premier modèle a été fondé sur le déplacement de la société vers l’État qui a été testé lors de l’édification post-coloniale de l’État. Ce modèle était destiné à transformer la société traditionnelle en une société moderne et a finalement déraillé.

C’était le modèle défendu par l’État somalien dans son ère démocratique libérale (1960-1969) et les périodes orientées socialistes (1969-1990).

Le deuxième modèle extrême était basé sur le déplacement de l’État vers la société, ce qui signifie construire des institutions étatiques modernes sur la base des affiliations claniques et des structures traditionnelles.

Cette approche de l’indigénisation a été utilisée comme arrangement intérimaire depuis 2000 lors de la Conférence de paix de Djibouti et s’est avérée insuffisante dans la construction d’institutions modernes de l’État. C’est pourquoi un nouveau modèle d’édification de l’État, qui combine la modernité et la tradition, est nécessaire pour résoudre l’énigme somalienne actuelle.

Le problème des élites

Le principal problème de la Somalie réside dans la nature de l’État postcolonial et la culture politique de ses élites. En outre, la genèse de l’effondrement de l’État et de la guerre civile catastrophique qui s’en est suivie réside dans le conflit entre l’État postcolonial, les élites politiques et les fondements de la « Somalité »: le clan et l’islam.

Par conséquent, jusqu’à ce que la source du conflit soit traitée correctement, il persistera. Cela ne signifie cependant pas que les rapprochements locaux ne sont pas importants.

Au contraire, cela signifie seulement la non viabilité des rapprochements locaux sans la création d’institutions étatiques responsables et stables. En outre, cette proposition ne nie pas les conflits entre clans mais les considère comme un conflit secondaire qui existaient déjà dans la société somalienne traditionnelle en l’absence de l’État.

Le problème pratique du modèle Etat/Société

Bien que la réconciliation par le modèle de l’État-société ait été acceptée conceptuellement depuis 2000, son application pratique pose problème. Pour ce faire, les espaces partagés et les zones distinctes de l’État et de la société devraient être identifiés, convenus et respectés.

En outre, les fondements juridiques, les institutions et les structures appropriées devraient être établis et mis en œuvre de manière transparente. Ici je réfute que le problème somalien soit simplement le résultat du clanisme et ses conflits locaux.

Aussi, je réfute l’essentialisation du conflit somalien basé sur le jargon recyclé entretenu depuis le début de notre mouvement de libération. En fait, la vraie réconciliation n’est pas autonome, elle devrait faire partie d’un mécanisme de justice transitionnelle (JT) qui n’a pas encore été incorporé dans le cadre du plan international pour la consolidation de la paix en Somalie.

La justice transitionnelle

En général, la JT renvoie à un ensemble de mesures judiciaires et non judiciaires et à un ensemble d’approches visant à remédier aux violations massives des droits de l’homme.

Ces mesures (vérité, condamnations, réparation, non-répétition) favorisent la confiance civique et l’unité, renforcent la paix et la règle démocratique du droit par des mesures qui garantissent la responsabilité. La justice transitoire n’est pas un nouveau processus de résolution des conflits inventé dans l’histoire moderne.

Il a été déjà employé par le Prophète Muhammad après la récupération de la Mecque au 8ème année de l’hégire. Le Prophète Muhammad nous offre un excellent exemple d’amnistie, de réconciliation, de justice rétributive après la violence de masse, et de réforme des institutions d’oppression fondées sur la suprématie du clan.

La nouvelle institution établie par le Prophète était basée sur le concept d’une communauté islamique « Ummah», sur la citoyenneté égale abolissant toute suprématie d’une race ou d’un clan sur les autres, de manière à ce que tous les musulmans soient des frères et sœurs.

Somme toute, nous remettons en cause le concept d’exceptionnalité somalienne qui met l’accent sur le conflit des clans. Le conflit somalien est similaire à d’autres conflits provoqués par une élite en concurrence pour s’accaparer le pouvoir et les ressources.

Ainsi, la réconciliation en Somalie devrait se concentrer sur la modification de la culture de la gouvernance (changer les institutions de l’injustice et de la corruption) et sur les griefs passés (justice transitionnelle).

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • La somalie est souvent utilisé comme contre exemple à l’anarcho capitalisme.
    La somalie n’a rien d’un modèle anarcho capitaliste. Et en plus, en somalie, la situation s’y améliore quotidiennement depuis l’abolition de l’État. Les gens sont maintenant plus scolarisés, mieux nourris, plus en santé, etc… Tout ceci est parfaitement documenté. http://fee.org/the_freeman/detail/somalia-failed-state-economic-success/


  • En somalie, l’absence d’État a permis la hausse de l’espérance de vie de quatre ans, la baisse du taux de mortalité de 3 %, la hausse du PIB par habitant de 210 $ à 600 $, la baisse de la mortalité infantile par an de 116 à 109 ‰, la hausse du taux d’alphabétisation de 24 à 38 %, et de nombreuses améliorations dans le marché des télécommunications : l’apparition de neuf réseaux qui desservent la totalité du pays, la possibilité d’appeler comme d’envoyer des messages ou même d’accéder à Internet, etc

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Parler aujourd’hui de l’utilité de l’immigration suscite souvent une réaction violente : ce serait, au mieux, de l’inconscience, une "trahison de l’identité nationale" ou, au pire, une complicité avec l’islamisme ! Pourtant l’histoire a prouvé l’utilité économique et démographique de l’immigration et une récente étude de l'OCDE vient d'en confirmer l'impact positif pour les finances publiques des pays concernés.

Les sentiments anti-immigration sont largement utilisés dans l’actuelle début de campagne président... Poursuivre la lecture

Par Malik Bezouh.

Poursuivi pour « offense aux préceptes de l'islam et aux rites musulmans », l'islamologue Saïd Djabelkhir, âgé de 53 ans, a été condamné le 22 avril 2021 à 3 ans de prison par un tribunal algérien.

Une sinistre affaire qui n’est pas sans rappeler celle de Slimane Bouhafs, cet activiste algérien converti au christianisme et qui a connu, en août 2016 les affres de l’incarcération dans une prison algérienne. Son crime : avoir porté « atteinte à la religion musulmane » en manquant de respect à la personne du prophè... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

C’est reparti ! Une femme policier a été tuée par un islamiste, après d’autres Français. Vite, certains politiques proclament qu'il faut arrêter l’immigration. Que la colère monte contre les assassins, c’est normal. Ce qui l’est moins, c’est d’utiliser un mot qui ne veut rien dire pour exploiter électoralement cette colère.

Commençons d’abord par déblayer le sens de ce mot, qui est variable suivant l’interlocuteur et son opinion politique, et ensuite voyons si l’arrêter ne déclencherait pas d’autres graves co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles