Faut-il amender le programme de la droite pour les législatives ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Kevin Doncaster - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il amender le programme de la droite pour les législatives ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 avril 2017
- A +

Par Alain Mathieu.

Monsieur le ministre,

Les contribuables français vous adressent leurs plus vives félicitations. Les Républicains ont fait un excellent choix en vous chargeant de rédiger leur programme électoral pour les élections législatives de juin.
Vous avez fort justement déclaré : « Ce n’est pas la droite qui a perdu, c’est Fillon ». Son programme avait votre soutien : « Le programme de François Fillon c’est un programme de redressement du pays » déclariez-vous. Ce programme était d’ailleurs sans doute à vos yeux insuffisant, puisque vous écriviez en juillet 2015 : « Pour passer à 50 % du PIB de dépenses publiques compte tenu de l’augmentation de certaines dépenses, il faut faire 250 milliards d’économies ».

Assurer l’harmonie fiscale

Les 110 Mds d’économies initiales de François Fillon, ramenés à 100 par la suite, n’étaient pas suffisants pour assurer l’« harmonisation fiscale » européenne qui permettra de redresser la France en rendant ses entreprises compétitives.
Et pourtant vous allez être soumis à de très fortes pressions des perdants de la primaire des Républicains, comme de certains de leurs candidats aux élections législatives, pour « amender », « recentrer » le programme de François Fillon : réduire les baisses d’effectifs de fonctionnaires, les 39 heures dans la fonction publique, la retraite à 65 ans, etc.

Économiser les dépenses publiques

Contrairement à ce qu’ils vous diront, ces amendements ne leur feront pas gagner des voix et des sièges de députés. Ils vous en feront perdre en décourageant les 7 millions de Français qui ont voté pour François Fillon malgré ses « affaires ».
Dans les sondages, les Français donnent les priorités suivantes aux économies de dépenses publiques qu’ils jugent indispensables (par ordre décroissant d’adhésion) : durée de travail des fonctionnaires ; gel des allocations sociales ; suppression de postes de fonctionnaires ; suppression des départements ; relever l’âge de départ à la retraite, etc. Tenez compte des souhaits des Français.

Soyez ferme

Si vous êtes toujours convaincu qu’un programme énergique est nécessaire pour redonner à notre pays l’élan et la croissance qui lui manquent, ne cédez pas aux pressions de politiciens qui pensent trop à eux et pas assez à la France. Soyez ferme. Vous vous ferez quelques adversaires momentanés. Mais les Français vous en seront longtemps reconnaissants.

Veuillez agréer, Monsieur le ministre, l’expression de ma très haute considération

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • les républicains sont sonnés par leur défaite ;mais certains ont reconnu qu’il y avait dans leur programme un manque d’empathie envers les plus fragiles , mais aussi et surtout cette manie que cette droite et cette gauche ont de ne travailler que pour leur caste respective ; en l’occurence , si fillon avait été président , aux yeux de la plus grande partie des citoyens , il aurait été le président des riches ; je pense que les républicains vont devoir tenir compte du fait que la population française s’appauvrit , et que ce n’est pas en tapant sur les plus pauvres que l’on redressera ce pays ; un peu d’humanisme dans ce monde de brute ne peut pas mener un pays à sa perte ;

    • Il conviendrait peut être de se poser la question suivante: pourquoi la population française s’appauvrit elle ?

      Si les entreprises n’étaient pas soumises à plus d’impôts, de taxes et de réglementations que leurs concurrentes européennes, elles chercheraient à se développer , à investir et à embaucher. Le système actuel les en dissuade et après, vous chercherez pourquoi votre fille est muette.

    • « ce n’est pas en tapant sur les plus pauvres que l’on redressera ce pays  »

      Il n’a jamais été question de taper sur les plus pauvres, mais sur les dépenses publiques.
      Les plus pauvres en sont les principales victimes alors même qu’ils s’en croient les bénéficiaires.

  • Directe panier…..si on pouvait diminuer les dépenses cela aurait été fait depuis longtemps…en conséquence il faut investir….dans la diminution des coûts en entreprise,quelques années sans charges et impôts pour relancer l’économie ,devenir un paradis pour les entreprises et les investisseurs !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le clivage entre la droite et la gauche a perdu toute lisibilité. Il en résulte une extrême volatilité des comportements électoraux, un même électeur pouvant passer de la gauche radicale à la droite radicale ou de la social-démocratie au centrisme.

Les partis et les candidats font alors feu de tout bois, comme on le voit avec l’actuelle campagne présidentielle. Le marketing politique bat son plein. Il s’agit de capter un créneau électoral par une proposition adaptée. La plus extrême médiocrité est atteinte avec les petites formules ad ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Feldman.

Éric Woerth, le président de la Commission des finances de l’Assemblée nationale, a proposé lors de l’Université d’été des Républicains d’« étudier l’opportunité par les propriétaires de résidences secondaires qui seront les seuls à payer la taxe d’habitation de voter aux élections municipales sur leurs deux lieux de vie » et ce, aux fins de « renforcer la démocratie ».

Ce faisant, Éric Woerth s’est pris une volée de bois vert. Les écologistes radicaux et l’extrême gauche se sont déchaînés, qui en broc... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

On ne sait pas encore sous quelle forme exacte sera désigné le candidat des Républicains (LR) en vue de l’élection présidentielle de l’an prochain, mais une chose est d’ores et déjà certaine : que ce soit dans ou hors primaire, les candidatures s’accumulent follement – à tel point que l’on se demande si dans bien des cas, il ne s’agirait pas plutôt de marchander plus ou moins habilement un futur poste ministériel, y compris auprès des deux candidats de tête Macron et Le Pen. Après tout, il y a le précédent Le Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles