CSA, Marseillaise et petits drapeaux

Et maintenant, le CSA entend réguler la présence de drapeaux français dans les clips de campagne. Oui. Vous avez bien lu...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeaux français (France) (Crédits Quinn Dombrowski, licence CC-BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

CSA, Marseillaise et petits drapeaux

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 avril 2017
- A +

Parmi les objets politiques, quel est celui qui est le plus dangereux, qui, bien utilisé, peut faire le plus de dégâts ? On pourrait croire que c’est une affaire financière, ou un slogan, un débat qui envoie du steak ou une affiche particulièrement sexy. Il n’en est rien. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a fait des recherches et ses conclusions sont formelles : ce sont les drapeaux et l’hymne nationaux qui sont, de loin, les éléments les plus susceptibles de déclencher une catastrophe dans le panorama politique actuel.

Dit comme ça, certains m’accuseront d’exagérer (comme si c’était le genre de la maison, vraiment !). Pourtant, la réalité est encore plus invraisemblable. Elle est rapportée par le journal l’Opinion qui est récemment tombé sur la pépite pondue par le CSA pour en faire un article, mi-consterné, mi-halluciné.

On le serait à moins : alors que la campagne va officiellement entrer dans son côté pointilleux puisque les temps de parole seront, à partir de lundi, scrupuleusement comptés pour chacun des onze baltringues candidats, le CSA a remis aux différentes parties un document de onze pages décrivant l’ensemble des règles attenantes aux clips de campagne, leur production, leur programmation et leur diffusion.

Que voulez-vous, au Pays Des Droits de l’Homme, la liberté d’expression est millimétrée et la licence artistique ou le matériel de propagande électorale doivent méticuleusement respecter l’imprimatur du régime administratif officiel dans lequel baigne tout le pays (avec un délice étrange à la limite du syndrome de Stockholm). Et pour ce faire, le CSA entend bien définir ce qui est permis de ce qui ne l’est pas. Or, dans son article 9 (ah, ce parfum délicieux de légalisme léger !), le CSA pose l’interdiction dans ces clips de « faire apparaître tout emblème national ou européen », ainsi que proscrire tout hymne national.

Certes, la consigne existait mollement pour les précédents scrutins, mais le Conseil avait admis certaines latitudes qu’il entend bien ne plus conserver dorénavant. Si, jadis, on pouvait imaginer quelques images du drapeau tricolore flottant sur fond de ciel bleu et de Marseillaise, il n’en sera plus ainsi. Pour le CSA, utiliser ces marqueurs pourtant relativement normaux (pour ne pas dire bateau) dans un clip de campagne d’une élection nationale, ce serait prendre le risque que certains candidats « misent sur un nationalisme délirant » ; plus précisément, cette interdiction vise surtout à éviter que ces drapeaux (et cet hymne) soient « maltraités ou utilisés de manière négative ».

Diable. Fichtre. Palsembleu.

Diagramme OMG WTF

Nous sommes en France, au XXIème siècle, qui a apparemment rendu complètement les armes devant le politiquement correct et les lubies mentales de contrôle de la population d’une partie des « élites » zélées en charge de la pénible bureaucratie française.

À la découverte de cette information, l’esprit est pris de cette stupeur qui bloque ceux qui ont encore au moins deux doigts de lucidité. Devant l’avalanche de WTF épais et gluant qui déferle à l’occasion d’une telle décision, il devient immédiatement difficile de savoir par où commencer.

Comment ne pas voir l’atteinte liberticide invraisemblable et parfaitement disproportionnée posée par ce Conseil dont une dissolution dans l’acide sulfurique décamolaire impacterait favorablement le paysage audiovisuel français ? Comment ne pas voir que ce Conseil vient, avec la souplesse et la prestance des cuistres les plus dodus, de décréter ce qu’un clip de campagne devait ou pas contenir, privant ainsi les électeurs de la vision exacte des candidats qui se retrouvent, de façon indubitable, cantonnés dans l’expression de leurs idées ?

Et si on admet (ce qui est une erreur de raisonnement) qu’on puisse imposer des règles particulièrement contraignantes lors de l’exercice le plus spécifique du droit d’expression démocratique (puisqu’il s’agit d’une élection, celle du président, rien moins) comment ne pas être un minimum outré devant le choix des contraintes ? Tant qu’on y est, pourquoi ne pas interdire une couleur en particulier (le brun, au hasard ?), voire des angles de prise de vue (« pas de panos, coco, on veut des plans serrés, exclusivement ») ou au contraire, imposer un style musical tant qu’on y est ? (Ça aurait du chien : cette année, le CSA impose du zouk pour tous les candidats).

D’autre part, il est tout aussi difficile de refréner un petit réflexe glutéal lorsqu’on lit les raisons invoquées pour justifier ce nouveau trait de génie chez notre Haute Administration Télévisuelle.

Qualifier l’apparition d’un ou de plusieurs drapeaux tricolores ou européens dans un clip de campagne de « nationalisme délirant », c’est proprement… délirant : si ce n’est pas dans un clip de campagne pour un candidat à la présidentielle qu’on peut voir apparaître un drapeau, on se demande exactement quand on le peut sans sombrer dans un « nationalisme délirant », d’ailleurs surtout pas défini par le Conseil.

Et ce problème de définition floue se retrouve de la même façon lorsque le CSA entend prévenir toute utilisation contre nature de ces même drapeaux : alors que leur utilisation (leur existence même ?) est la preuve d’une tendance louche au « nationalisme délirant », leur non-utilisation est prônée pour éviter qu’ils soient « maltraités ou utilisés de manière négative ». Il faudrait savoir, à présent, si le risque est le plus fort que, pour un même drapeau, on tripote le nationalisme délirant par la face nord, ou qu’on le maltraite ou l’utilise de manière négative par la face sud, dans un « pile je gagne face tu perds » assez caractéristique des excuses bidons pour fermer le clapet de ceux qui ne pensent pas comme il faut.

Car avec une telle définition floue (« manière négative », wtf ?), tout peut alors être interdit. On pourrait interdire fleur ou costume dans ces mêmes clips au motif qu’ils sont employés de « manière négative ». Après tout, lorsque Marine Le Pen utilise une rose bleue, c’est quasiment un clin d’œil à la fleur du Parti Officiellement Socialiste, détournement évident d’une symbolique pourtant si humaniste tagada et pleine de lutte sociale tsoin-tsoin ! Après tout, lorsque François Fillon enfile une veste, un soupçon de connivence, de corruption ou de dons indus plane immédiatement, n’est-ce pas ? Allez, zou, supprimons l’un et l’autre de ces clips de campagne : Marine devra se contenter d’un pot de chrysanthèmes (jaunes, pour ne froisser personne), et François pourra à la limite enfiler un petit pull jacquard, à condition qu’il bouloche et que ses manches soient un peu trop longues. La démocratie et la bonne tenue du Paysage Audiovisuel Franchouille sont à ce prix, mes enfants.

On peut, ou pas, être patriote. On peut, ou pas, trouver cette valeur désuète. Soit. Ces positions sont défendables. Mais en tout cas, en combattant ainsi l’expression de ce patriotisme, admis depuis des lustres, entré dans les mœurs et pour tout dire, franchement banal, en l’aspergeant de nationalisme avec un gros pinceau idéologique, le CSA ne fait qu’une seule et unique chose : exacerber le ressentiment à son égard et surtout, donner des arguments forts à tous ceux, nombreux, qui trouvent que trop d’institutions sont allées trop loin dans la lutte contre ce patriotisme au motif qu’il serait nationaliste.

Le CSA est un habitué de ces colonnes tant le ridicule répété de ses propositions défie l’entendement. Une fois encore, il se montre à la hauteur de sa réputation catastrophique et impose qu’on envisage, sérieusement, sa disparition pure et simple.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • je n’aurai jamais pensé que le csa pouvait imposer ce type de débilités ; et je serai étonnée que certains , comme le pen , se plit à cette injonction ; mais c’est quoi ce pays à la fin ?

  • Bienvenue en socialie. Cet article méritait la une! Well done h16!

  • De toute façon cette campagne était déjà foutue, alors un peu plus, un peu mois ….

  • Ecoutez monsieur Macron, le chouchou des médias et du CSA et vous comprendrez. La France n’existe pas pour ce monsieur, pas plus que que pour la majorité des candidats. Monsieur Macron nous explique clairement son point de vue : il n’existe pas d’histoire de la France si ce n’est dans des crimes contre l’humanité, pas de racines françaises, pas de culture et d’art français. Ah si nos ouvriers sont des alcooliques et des illettrés. Pour le reste nous sommes seulement un mélange hétéroclite de marocains, espagnols, italiens, etc, etc…( discours de Marseille)
    La France avec un grand F n’existe plus et ne doit plus exister ! …

    • Dans le pourtour méditerranéen français, la (grande?) majorité des gens a au moins un aïeul de 1ère, 2ème, 3ème ou 4ème génération (suivant l’âge) espagnol ou italien. Bref, il voulait draguer la foule locale marseillaise.

  • En même temps, il suffit d’avoir assisté au moins une fois à un match de foot pour les comprendre, à défaut de les approuver : ça fout les jetons, quand même.

  • c quoi ce pays faschisant qui n ‘arrête pas d’interdire!!!
    le CSA devrait plutôt être attentif à tout le déverssoir de violence proposé le soir sur les TV….
    il ne remplit pas son rôle et manipule

  • Ô Maître, veuillez pardonner mon outrecuidance, ou mon ignorance, mais il me semble que vous avez affublé l’élève François d’une marinière plutôt qu’un pull Jacquard…
    La marinière ayant été largement (re)-popularisée par l’apprenti Arnaud il y a quelques temps, essayez-vous de nous montrer la véritable nature du Francois en question par un habile jeu de costumes ?
    À moins que votre choix de la marinière ne soit destiné à évoquer de façon subliminale l’élève Le Pen, prénommée Marion Anne Perrine ?
    Nous montrant ainsi par cet habile travestissement la face cachée du sus-prénommé François ?
    OMG !
    WTF même !
    H16 nous manipulerait-il ?
    ?

  • Mais non, c’est du troisième degré. Afin de valoriser les candidats des petits partis (et pas les petits candidats), le CSA prône la présentation de Poutou. RAF de la France, pas envie d’être élu et je viens comme je me lève le matin, voire après la dernière teuf. Une sorte de publicité M.cD.n.ld, qui fait en même temps clin d’oeil à l’atlantisme de rigueur. Finalement, ils sont très à la page les pontes du CSA…

  • J’ai beaucoup ri, merci !!

    Mais quand même, nos impôts servent aussi à payer de genre de truc !!??

  • Énorme ! ça devient vraiment craignos la France, un pays avec une histoire aussi riche, qui sombre petit à petit dans la décadence…. un peu comme l’Empire romain en son temps, c’ est quand même fou de vivre une tragédie pareille…

    • Dans un pays où l’on élit ses politiciens, remarquez que je ne qualifie pas la France de démocratie, la décadence commence à la base puisque le peuple élit ces olibrius! On a les politiciens que l’on choisi.

  • – Déjà que le CSA a montré son incapacité de faire respecter l’équité de temps de parole , maintes fois bafoué par nos directeurs de chaînes télé notemment et 1 grande partie de la Presse inféodée à l’Oligarchie… voilà qu’il tombe dans l’anti-souverainisme le + primaire ?.. mais les gens sont attachés à leur Pays et ses valeurs : ils ont lancé le bouchon trop loin même au nom de l’UE dont beaucoup contestent la légitimité et ses symboles !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une transition énergétique durable et soutenable doit s’appuyer sur trois piliers en parfaite bijection avec ceux du développement durable : le climat, la sécurité énergétique et la compétitivité des entreprises.

La convergence gauche-droite sur le localisme

Par construction, le climato-gauchisme hypertrophie le pilier climat aux dépens de la compétitivité et de la sécurité énergétique. Son principal dessein est de mettre à bas la société de croissance et son « démon capitaliste » pour prôner un retour vers des « sociétés vernaculaires... Poursuivre la lecture

élection tour
0
Sauvegarder cet article

Quelle que soit l’issue du scrutin du second tour, il est certain que l’élection présidentielle de cette année aura représenté un tournant majeur dans l’histoire de la Ve République. Au-delà du fait, original si on le compare avec ce qui se passe dans les autres grandes démocraties occidentales, que c’est la troisième fois sur les cinq dernières élections que le candidat du parti lepéniste se qualifie pour le deuxième tour, les résultats du 10 avril contiennent d’ores et déjà de riches enseignements :

Deux familles politiques d'importanc... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles