Plaidoyer raisonné pour Pôle Emploi

Pôle emploi est l’objet de nombreuses critiques. Mais quel chef d’entreprise, aussi performant soit-il, réussirait la mission impossible d’écouler son stock en l’absence d’une demande suffisante ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Entrée d'une agence de l'ORBEM, le Pole-Emploi belge

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plaidoyer raisonné pour Pôle Emploi

Publié le 6 avril 2017
- A +

Par Gilles Rigourex.
Un article d’Emploi 2017

Fin décembre 2016, selon les chiffres publiés par Pôle emploi, il y avait 5.846.527 demandeurs d’emplois de catégories A, B et C (ceux qui sont tenus de chercher un emploi) en France. Ce chiffre monte à 6.653.791 si l’on prend en compte toutes les catégories, y compris les personnes dispensées de faire des recherches (personnes en formation, personnes en contrats aidés, etc.).

Face à ce « stock » (ce n’est nullement péjoratif, c’est pour faire mieux comprendre) à écouler, Pôle emploi avait en tout et pour tout 606.800 offres d’emplois, soit de quoi satisfaire au mieux 10,3% des demandeurs ayant l’obligation de chercher un emploi, et 9,1% du total des demandeurs.

Mission impossible

En admettant qu’il réussisse à faire parfaitement coïncider les demandes et les offres, donc qu’il ait une efficacité de 100% en plaçant tous les demandeurs, ce qui est illusoire, il aurait encore plus de 5 millions de demandeurs non satisfaits, c’est-à-dire de chômeurs.

Donc, mission impossible.

Une analyse par région est encore plus criante, et explique en partie les évènements actuels en Guyane. En ne prenant en compte que les catégories A+B+C, les chiffres sont les suivants :

Métropole Outre-mer
Demandeurs d’emplois 5.546.692 299.835
Offres d’emplois 601.100 5.700
% offre / demande 10,8% 1,9%

Par métier, le pourcentage des offres d’emplois par rapport aux demandes varie de 1,2% dans le « spectacle » (vive les intermittents en grand nombre pour peu de jobs) à 28,3% dans la « banque, assurance, immobilier » (vive la finance et l’immobilier qui sont les secteurs les plus « honnis » mais néanmoins les plus performants en matière d’embauches).

Toujours le même discours

Depuis des décennies, sous tous les gouvernements et dans tous les partis politiques, le discours est toujours le même : il vaut mieux former les personnes et surtout les jeunes, il faut réformer l’université et les grandes écoles, il faut recycler les personnes qui perdent leur emploi, il faut favoriser l’apprentissage et la formation professionnelle, il faut contrôler l’immigration, etc.

Il faut, il faut, il faut… Tout cela ne vise en réalité qu’à adapter la demande d’emploi à une offre inexistante. C’est typiquement la culture « publique » où l’on pense « moyens et dépenses » avant « objectifs et production ».

Un exemple de ce discours déconnecté des réalités : il faut pousser les formations dans les métiers des services à la personne. Il existe un gisement considérable qui ne fera que croître avec le vieillissement de la population.

Créer des emplois d’abord

Ce n’est pas faux. Mais le constat immédiat est qu’il n’y a que 81.000 offres d’emplois dans ces métiers pour 1,2 million de demandeurs, soit de quoi satisfaire à peine 7% des demandeurs.

Ainsi, on dépense depuis des années des milliards en pure perte, voire pour financer la formation de personnes qui, ne trouvant pas de boulot en France, partent à l’étranger.

Car le vrai problème est qu’il n’y a pas assez de boulot en France !

Pôle emploi pourra être réformé ou doté de plus de moyens. Pôle emploi pourra passer des accords avec des sociétés privées pour sous-traiter certaines missions. Ni l’un ni les autres ne pourront réussir car ils ne pourront pas fournir aux demandeurs d’emplois des jobs qui n’existent pas.

Mettre le paquet sur les entreprises

On pourra réformer l’école et l’apprentissage (c’est indispensable), recycler les chômeurs, faire une immigration choisie, l’énorme risque, déjà perceptible, est de susciter des espoirs impossibles à combler, et de faire encore davantage de mécontents et de banlieues explosives.

Et ce n’est pas en embauchant toujours plus de fonctionnaires ou en augmentant le nombre des contrats aidés temporaires, à de pures fins électorales populistes et démagogiques, que l’on commencera à soigner le mal endémique, la gangrène qui ronge l’économie française, le manque d’emplois marchands !

Pour résorber le chômage et donner du pouvoir d’achat, il n’y a pas d’autre alternative que de mettre le paquet sur les entreprises, et surtout sur les nouvelles entreprises, sans céder à la démagogie ambiante : faciliter et encourager l’investissement via notamment les business angels1, simplifier non seulement la règlementation du travail mais aussi sa pratique quotidienne dans les entreprises, redorer l’image des métiers techniques, etc.

L’entreprise a bonne presse dans le public, presque autant que les hôpitaux et l’armée, et bien davantage que les partis politiques et les médias.

Alors qu’attendent les politiques pour redorer leur blason et tenter de monter dans les sondages, en affirmant haut et fort que le cœur de leur politique est l’entreprise, source d’emploi et de pouvoir d’achat !

  1.  Investisseurs personnes physiques qui investissent directement dans les jeunes pousses en apportant non seulement leur capital mais également leurs compétences et leur réseau.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Il suffit juste de privatiser pôle emploi, et on aura plus d efficacité : leur problème, c est qu ils sont trop nombreux et qui ils ne travaillent pas assez

  • Sur le marché du travail, ce sont les ménages qui offrent leur force de travail à l’entreprise. Les entreprises sont demandeuses de force de travail. Je trouve dommage de devoir le rappeler systématiquement.

  • Le problème de Pôle Emploi, ce n’est pas son efficacité, forcement limité, c’est son coût.
    La question est : à quoi peut bien servir le maintien de cette administration structurellement impuissante, comme le démontre bien cet article.

  • L’un des problèmes de l’emploi tel qu’il est décrit en France est que ce terme désigne une sorte de droit divin, une possibilité propre au demandeur, un « produit » dont en effet on peut constituer un stock.
    Hors, il n’en est rien : l’abstraction et l’obsession faites par les énarques et les politiciens sur « leur » définition de l’emploi leur fait perdre de vue ce qu’il en est vraiment.
    L’emploi prend vie uniquement quand il y a rencontré entre un « employeur » et un « employable », qui, en cas de succès dans la rencontre, devient « employé ».
    Hors, cette rencontre ne peut avoir lieu quand l’employeur sait au préalable qu’il sera engagé au-delà de ses capacités de prévisions (donc de direction d’entreprise).
    Ainsi, l’employeur reste sous-toilé délibérément. Il limite volontairement (ce qui est aberrant) la croissance de son entreprise, durable ou temporaire, puisqu’il ne peut pas ajuster ses ressources humaines à volontè.
    L’extrême protection des employés nuit à l’employabilité.
    Une solution comme une autre : supprimer l’essentiel du contenu du Code du Travail pendant une année. Pour voir. Tout contrat de travail conclu durant cette période pourrait été révoqué sans motif par n’importe laquelle des deux parties (bien entendu, aucun syndicat d’aucune sorte n’est aurorisé a s’immiscer dans le sujet durant cette année).
    Au bout du compte on regarde combien il y a d’emplois (forcément marchands) stables : si le nombre à augmenté, alors on poursuit l’expérience.
    Si le nombre à diminué, alors on me jette en prison et on me privé définitivement de tous mes biens et de tous mes droits…
    Chiche ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le taux de chômage baisse enfin en France et les pouvoirs publics ne manquent pas de faire du triomphalisme.

Ainsi Bruno Le Maire interviewé le 18 février dernier par Ouest-France, a évoqué avec la plus grande satisfaction une « grande victoire  française ».

On lit sur le JDN, un site d’information très suivi :

« Du jamais vu depuis 2008 : le taux de chômage a atteint son plus bas niveau à 7,3 % de la population active au premier trimestre 2022 selon l’INSEE, contre 7,4 % au trimestre précédent. Le nombre de chômeurs au s... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l'Iref-Europe

 

Comme nous l’avons déjà exposé, les politiques publiques actives de l’emploi (assurance-chômage non comprise donc) ne brillent pas par leur efficacité. Une situation que la crise sanitaire n’a pas substantiellement modifiée, même si les dispositifs spéciaux mis en œuvre se doivent d’être étudiés à part.

Il s’agit surtout de savoir si des conséquences pérennes pourraient s’observer sur le marché du travail et d’examiner l’impact des politiques publiques anciennes et no... Poursuivre la lecture

Par Claude Sicard.

La crise du Covid-19 s’éloigne et l’activité économique reprend dans le monde. L’économie française redémarre donc, et d’une manière sensiblement plus vive que prévu.

La note de conjoncture de l’INSEE nous indique ainsi qu’au cours du second trimestre 2021 la croissance a été de 1,1 % et que le pouvoir d’achat des ménages a augmenté de 0,6 %. Le taux de chômage baisse d’une manière inattendue : le journal Les Échos annonce qu’il s’établira à 7,6 % en fin d’année, niveau le plus bas constaté depuis la fin 2008.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles