Nationaliser les complémentaires santé ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: zerethv - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nationaliser les complémentaires santé ?

Publié le 26 mars 2017
- A +

Par Éric Verhaghe.

S’il est bien un sujet où, contrairement aux apparences, l’acquiescement des Français et le travail de conviction ne vont pas de soi, c’est celui de la Sécurité sociale et des complémentaires santé. Contrairement au mythe répandu par ses promoteurs, la Sécurité sociale continue à faire, en France, l’objet d’une résistance dont quelques exemples sont fournis par l’actualité.

L’État défend son monopole

L’IRDES, largement dépendant des pouvoirs publics mais très discret sur son financement (encore le goût de la transparence propre aux organismes publics et para-publics…), vient de publier une étude sur les complémentaires santé, dont la trame est cousue de fil blanc. C’est ce qu’on appelle le lobbying gramscien : au lieu d’avancer à visage découvert, on fait la promotion d’une idéologie en l’habillant sous couvert d’une étude scientifique produite par un organisme indépendant.

L’étude en question produit notamment ce diagramme, qui ne veut rien dire ou presque :


Si chères complémentaires santé

On comprend bien le propos de l’IRDES : les complémentaires santé coûtent plus cher aux pauvres que la Sécurité sociale. Donc, il faut les supprimer et demander aux plus riches de payer encore plus cher leur santé pour que la Sécurité sociale coûte moins cher aux plus pauvres.

Bien entendu, l’étude s’abstient d’exprimer les données en valeur absolue, et de montrer que quand un pauvre consacre environ 10% de son revenu disponible de 1 000 euros à la santé (soit 100 euros), les classes moyennes en consacrent pratiquement le double, sur une somme bien supérieure (soit près de 20% sur un revenu disponible de 3 000 euros, soit 500 euros).

Mais le propos n’est pas de rappeler que si les pauvres peuvent bénéficier d’une santé pas cher, c’est grâce aux efforts importants consentis par les autres. Le propos gramscien est d’expliquer que le monopole complet de la Sécurité sociale doit se réaliser, et donc qu’il faut supprimer les complémentaires santé parce qu’elles coûtent trop cher aux pauvres.

Décidément, on ne lésine pas avec les impôts payés par les plus riches pour justifier des positions absurdes puisque, rien ne prouve, redisons-le, qu’une santé sans remboursement complémentaire fait vivre les assurés sociaux plus vieux. Redisons-le, ce qui soigne, ce n’est pas la Sécurité sociale, ce sont les médicaments et les traitements médicaux.

Si cher hôpital public

On saura gré au Figaro d’avoir pointé du doigt le coût des audits diligentés auprès de cabinets extérieurs par les hôpitaux parisiens, toujours à tendre la sébile pour obtenir une rallonge budgétaire. L’AP-HP dispose pourtant d’une cellule de consultants internes supposée rendre inutile ce type de missions. N’empêche, les assurés sociaux, y compris ceux du premier décile de revenus identifiés par l’IRDES, ont tous participé à hauteur de 1,2 million d’euros l’an dernier pour enrichir CapGemini et autres grands acteurs du domaine, selon Le Figaro.

C’est bien connu, les frais de gestion du secteur public sont parfaitement maîtrisés !

Les employeurs investissent dans la santé de leurs salariés

On comprend pourquoi, au vu de ces dérapages, l’État aurait besoin de mobiliser les grosses ficelles du lobbying gramscien. Le monopole de la Sécurité sociale et l’absorption des complémentaires santé ne coule absolument pas de source pour les Français.

On notera au passage qu’une étude commandée par la FFA et la FNMF auprès du cabinet Audirep montre que les employeurs investissent massivement dans la santé de leurs salariés.

Principale conclusion : la majorité des entreprises vont plus loin que le minimum légal dans la couverture santé de leurs salariés. Et ce, à plusieurs titres.

Sur la cotisation, d’abord. Alors que la loi prévoit une prise en charge minimale par l’employeur de la complémentaire santé de 50%, celle-ci est de 57% pour les PME-ETI-GE [petites et moyennes entreprises-entreprises de taille intermédiaire-grandes entreprises]. Dans les très petites entreprises (TPE), les employeurs sont encore plus généreux, avec 59% de la cotisation.

Concernant la couverture, plus de la moitié des entreprises ont opté pour un niveau supérieur au panier de soins minimum prévu par l’Ani ou à celui négocié par les branches, note Audirep.

Cela montre que les éléments de liberté laissés dans la politique de santé jouent en faveur des Français, et non le contraire. Ce constat est évidemment gênant pour tous ceux qui rêvent d’une nationalisation en bonne et due forme.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Il y a aussi le plan b, que la sécu propose sa propre mutuelle…

    • Il y a surtout le plan qui devrait être le plan A : que l’assurance maladie soit intégralement mise en concurrence, sans interférence du ministère au niveau des primes et des tarifs des soins…

  • Ce que vous oubliez de préciser c’est que l’absorption prônée par FI tend à faire diminuer les coûts de fonctionnement afin de dégager des économies pour passer à moindre mal à un remboursement des soins de 100% pour tout le monde. D’un seul coup, le « prix » de la santé n’est plus un problème…pour personne.

  • Merci à Eric VERHAEGHE pour aborder un sujet qui nous concerne tous.
    Les remboursements des frais concernant la santé constituent un sujet récurent qui concerne à la fois ceux qui ont besoin de soins et de prestations et, tout le secteur des professionnels dont l’activité concerne ces mêmes soins et prestations.
    Face à la carence des services de l’Etat pour gérer les régimes obligatoires en déficit ou en équilibre financier précaire, il a été institué des régimes complémentaires assurés par des « mutuelles » proposant à cotisations égales des remboursements différenciés avec un panel d’options devenu difficilement compréhensible.
    Alors la solution est-elle dans la nationalisation des « mutuelles »?
    Je pense qu’à la place de vouloir charger la barque étatique qui est en train de couler, il serait préférable de mettre en concurrence le régime étatique actuel avec des organismes qui se verraient imposer un cahier des charges faisant qu’à cotisations égales on aurait droit à bénéficier des mêmes soins et prestations.
    Il faudrait également que la gestion et les frais généraux des régimes étatiques et des « mutuelles » soient contrôlés étroitement par un organisme dépendant de la Cour des Comptes.

  • Hi, hi, hi !
    Dans mon entreprise il avait été mis en place, en prévision de la loi qui obligeait l’instauration de la complémentaire pour les salariés, une complémentaire tip-top, choisie en partenariat avec les salariés.
    Il avait été retenu un très bon contrat, avec de très bonnes couvertures.
    Nous avons été obligés de réduire la qualité et la portée de ce contrat : notre branche professionnelle avait décidé de plafonner les prestations !
    Merci les syndicats des grosses boites !

  • Nous avons déjà la CMU, et l’obligation pour toutes les entreprises privées de souscrire une mutuelle pour leurs salariés, mutuelle qui peut être familiale. Au fait, que fait l’État à ce sujet ? A-t-il souscrit aussi une mutuelle pour ses salariés ? Ou plutôt, comme d’habitude, l’Etat se soustrait-il aux obligations qu’ impose au privé ?… Il est bien connu que tout ce qui est géré par l’Etat est beaucoup plus coûteux, pour un résultat bien moindre, que ce qui est géré par le privé. L’inverse serait indispensable pour l’avenir de notre pays : moins d’Etat et plus de liberté !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.   

La Sécurité sociale a été créée par les Ordonnances de 1945 :

 « Art. 1er. — Il est institué une organisation, de la sécurité sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et les charges de famille qu’ils supportent. »

Elle a pour objectif de « de protéger les individus des conséquences de divers événements ou situations, généralement qualifiés d... Poursuivre la lecture

Un article de la rédaction de Contrepoints.

Face à la crise covid qui a durement éprouvé notre système de santé, les Français réaffirment leur attachement à leur liberté de choix selon une étude BVA pour la fondation April réalisée du 19 au 27 juillet 2021. Ainsi, 82 % des personnes interrogées jugent important de pouvoir consulter le médecin de leur choix, même s’il pratique des dépassements d’honoraires. 72 % des Français jugent également important de pouvoir recourir à la médecine non conventionnelle.

L’i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles