L’économie britannique a créé 10 millions d’emplois de plus que l’économie française

L’économie française repose donc sur à peine 16 millions de personnes créatrices d’activité marchande, soit un quart de la population totale, preuve que la France n’a pas réalisé les réformes nécessaires.

Par Jean-Baptiste Boone.
Un article de l’Iref-Europe

Bonne nouvelle de la semaine dernière : 187 200 emplois ont été créés en France en 2016. C’est la deuxième année de progression, ce qui n’était pas arrivé depuis 2011. Le même jour, on apprenait la même bonne nouvelle aux États-Unis, mais là-bas, d’un mois sur l’autre (+ 261 000 et + 298 000), avec des records de 11 ans dans le secteur de la construction ou de 5 ans pour l’industrie manufacturière !

Il y a certes 5 fois plus d’habitants aux États-Unis, mais relativement, c’est tout de même 4 fois plus de créations par an ! La France reste très mal dotée en nombre d’emplois marchands et le pourcentage de la population qui travaille dans ces secteurs n’est que de 25%.

Les comparaisons en termes de taux d’emplois marchands mesurant la santé économique d’un pays sont peu utilisées en France, on leur préfère les taux de chômage. Ils sont pourtant très significatifs.

La réalité de notre modèle social

Le taux d’emploi est généralement considéré comme le nombre de personnes ayant un emploi relativement à une population donnée comprenant les actifs (15 – 64 ans en France). Cet indicateur masque la réalité dans nos pays où une part importante du modèle social repose sur les cotisations des actifs.

Un indicateur plus réaliste est celui qui compare le nombre de personnes ayant un emploi à la population totale. En France, en 2014, 46% de la population est considérée comme active (relativement à la population totale), c’est-à-dire travaillant ou cherchant un emploi.

C’est 5 points d’écart avec le Royaume-Uni et 3 avec les États-Unis. Pour une population très légèrement supérieure, la France compte 3,23 millions d’actifs de moins que son voisin outre-manche selon l’OCDE.
Source : OCDE, INSEE, ONS, BLS

Une autre mesure encore, celle des emplois marchands, permet de connaître bien plus précisément la part de la population qui produit effectivement les richesses grâce auxquelles un pays prospère.

Selon l’INSEE, on considère qu’une unité rend des services marchands lorsqu’elle les vend (en grande partie ou en totalité) à des prix économiquement significatifs.

Un taux d’emploi marchand très bas

Handicapée par un fort taux de chômage et dotée de 5,45 millions de fonctionnaires, la France présente, relativement à sa population totale, un taux d’emploi marchand extrêmement bas !

Source : OCDE, INSEE, ONS, BLS

Plus de 10 millions d’emplois marchands séparent la France du Royaume-Uni, soit un écart de 61%. Et la situation tend à se dégrader, puisque ce taux s’est réduit de 2 points en 7 ans tandis qu’après avoir connu une contraction plus forte, les deux autres économies repartaient rapidement.
Source : OCDE, INSEE, ONS, BLS

L’économie française repose donc sur à peine 16 millions de personnes créatrices d’activité marchande, soit un quart de la population totale, preuve que la France n’a pas réalisé les réformes nécessaires. Elle doit rendre son indépendance à la société civile avec les moyens de prospérer !

Sur le web