Comment sauver les paysans

La Politique Agricole Commune a eu le tort de mêler prix des produits agricoles et revenus des paysans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
agriculture matthias ripp(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment sauver les paysans

Publié le 17 mars 2017
- A +

Par Jacques Garello.

Propos iconoclastes et paradoxe apparent : les paysans ne sont-ils pas des agriculteurs ? Faut-il abandonner l’agriculture tout en rassurant les paysans sur leur avenir ? Comme nous l’avions fait l’an dernier à l’occasion du Salon de l’Agriculture, nous soutenons que la Politique Agricole Commune a eu le tort de mêler prix des produits agricoles et revenus des paysans.

Le conflit entre les dimensions économique et sociale de la question a condamné et les paysans et l’agriculture. Pour sauver les paysans, il faudrait sans doute soumettre l’agriculture aux lois de la concurrence et inviter les paysans eux-mêmes à l’innovation.

L’agriculture soumise à la loi du marché

La différence marquée depuis deux siècles entre produits industriels (ouverts à la concurrence) et agricoles (protégés) n’a d’autre raison que politique. Turgot en France, Ricardo et Cobden en Angleterre, ont lutté contre les entraves à la concurrence imaginées par les administrations, les spéculateurs ou les propriétaires fonciers. En France, Méline rétablit en 1871 les tarifs douaniers sur les produits agricoles en dépit de l’accord commercial passé avec les Anglais.

Il s’est toujours trouvé des forces et des hommes politiques pour permettre aux agriculteurs d’échapper à la concurrence étrangère. Aujourd’hui encore le libre échange mondial se heurte au protectionnisme agricole des États-Unis, mais aussi de l’Europe. Pourtant, la circulation des produits agricoles s’est accélérée et étendue. On peut prévoir qu’à très court terme – en dépit des souhaits de Donald Trump ou de l’Union Européenne – les prix agricoles seront réellement mondiaux, le groupe de pression des agriculteurs perdant de son importance et de son énergie face aux forces de la concurrence mondiale.

Dans ces conditions, parler de régulation des prix agricoles au niveau national (Le Pen) ou européen (Macron) est un vœu pieux. Ici comme dans toute activité économique, la loi du marché concurrentiel vaincra les manœuvres politiques, pour le plus grand bien des consommateurs du monde entier, et en particulier les plus pauvres, et aussi pour les producteurs du monde entier, y compris africains ou latino-américains.

Les paysans invités à l’innovation

Les hommes politiques (surtout quand ils sont en campagne ou au Salon) flattent la gent paysanne par des promesses utopiques. Même si leur pouvoir sur les prix est affaibli et bientôt nul, ils misent sur la redistribution : la nation entière sera, disent-ils, solidaire des exploitants agricoles. L’assistanat est-il la solution ? Pas plus ici qu’ailleurs, car le coût est croissant et grève les budgets, et surtout parce que les paysans sont dissuadés d’innover. Or, le milieu rural est propice à l’innovation.

Son habitat se modifie avec les jeunes et les retraités qui fuient les grandes villes, avec les propriétaires de résidences secondaires, avec les touristes du monde entier. De nouvelles techniques permettent la transformation et la commercialisation des produits agricoles bruts, et nombreux sont aujourd’hui les entreprises agricoles qui ajoutent de la valeur sans pour autant cultiver la terre.

Le crédit agricole, trop souvent dévoyé pour pousser les paysans à se suréquiper et s’endetter (en attendant la prise des terres par les entités collectivistes), peut prendre la voie du financement d’auto-entrepreneurs. Que la fiscalité et les charges s’allègent, ici comme dans d’autres secteurs, et les revenus paysans se relèveront.

Aide aux produits ou aides aux personnes

Finalement, on retrouve avec l’agriculture le même choix que celui que l’on doit faire pour le logement : aide à la pierre ou aide à la personne ? Ce n’est pas le produit agricole qu’il faut subventionner, en augmentant artificiellement son prix, c’est le paysan qu’il faut financer pour ses innovations rentables, pour moins servir la terre et davantage servir les hommes.

Le besoin de dépaysement, de tourisme et – en France notamment – de services dans la restauration et l’hôtellerie, dans le patrimoine culturel et architectural, sera de mieux en mieux ressenti et de mieux en mieux satisfait, offrant des perspectives d’emplois et de profits suffisants pour que la ruralité française continue à être une réalité au lieu de dépendre des éphémères promesses parisiennes ou bruxelloises.

L’innovation n’est pas réservée à des privilégiés issus des grands corps de l’État, tout être humain a un talent d’entrepreneur, quelle que soit sa position sociale ou territoriale. Tous les Français doivent être libérés pour exploiter leur potentiel créatif, les paysans comme les autres. Cette assertion peut-elle rapporter des voix ?

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Les agriculteurs devrait se lancer dans les plantations de tabac afin d’avoir une nicotine pure pour la cigarette electronique.

    Ludo
    http://evaps.fr

  • Certes les paysans ont du talent, et ils sont capables d’innover ! Le problème majeur réside dans le fait qu’il existe des parasites ( d’ état) qui n’ont rien d’autre à faire que savoir comment récupérer de l’argent sur la bête…Vous souhaitez utiliser vos produits maisons pour le tourisme ?Les taxes et réglementations arriveront…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les politiques n’aiment pas l’innovation. Ils la tolèrent si celle-ci se fait dans des laboratoires agréés, avec marqué « innovation » au-dessus de l’entrée et sur les papiers à en-tête, et avec des subventions décidées en commission et un planning bien défini : janvier, définition des objectifs ; février, rédaction du rapport préliminaire destiné aux politiques ; mars, échanges avec les politiques ; avril, mai, juin… décembre (des années à venir), remise du ou des prototypes et du rapport final aux politiques.

Le lamentable exemple ré... Poursuivre la lecture

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles