Croissance : la France parmi les mauvais élèves européens

L’espoir de croissance en France en 2017 repose sur une rupture au printemps prochain. Cela n’a pas échappé aux observateurs étrangers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Croissance : la France parmi les mauvais élèves européens

Publié le 18 février 2017
- A +

Par Jacques Garello.

Croissance : la France parmi les mauvais élèves européens
By: hobvias sudoneighmCC BY 2.0

1,1 % de croissance en 2016 pour l’économie française : le chiffre publié à l’instant par l’INSEE n’a pas l’air d’affoler le pouvoir en place (éjectable). Il ne nous affole pas non plus puisque nous savons que la stagnation française n’est que le produit inéluctable d’une économie délabrée par le socialisme et les politiques économiques qu’il inspire. Soyons optimistes : la tendance pourrait bien s’inverser en 2017 si la rupture libérale s’amorçait.

La croissance la plus faible en Europe en 2016

Merci aux Italiens : avec 0,9 % ils sont les plus mauvais élèves de la classe européenne, de sorte que nous ne sommes pas les derniers. La moyenne de la zone euro aura été de 1,7 % cette année. Les Espagnols ont fait 3,2%, les Portugais et les Allemands 1,5 %. Anglais et Américains sont en dessus de 2%. Tout en nous traînant nous régressons par rapport à l’an dernier : 1,2 %. Mais qu’importe, dit Michel Sapin il y a quelques semaines : « La croissance n’est pas nécessaire pour créer des emplois ».

Et de se féliciter de ces créations massives et du « recul du chômage », fruits des bonnes techniques de l’INSEE. Notre ministre de l’Économie a changé d’avis depuis mai dernier où il déclarait : « Nous poursuivrons la croissance avec détermination dans les prochains mois ». Le budget 2016 avait été bâti sur la base d’une croissance de 1,5 %, puis rectifié pour l’ajuster sur 1,4 % et au résultat c’est 1,1 % : le gouvernement très déterminé s’est épuisé dans cette poursuite, il abandonne maintenant.

Conjonctures et structures

Voilà des années que nous faisons remarquer ici que les indicateurs conjoncturels – et le taux de croissance du PIB en tête – ne font que mesurer la santé d’une économie. La mesure de la croissance est un baromètre, elle ne fait pas la pluie et le beau temps. Poursuivre la croissance, « aller la chercher avec les dents » (Sarkozy, qui y a laissé son dentier) n’a aucun sens.

Seuls les keynésiens (hélas très majoritaires parmi les professions de politiciens et d’économistes) sont fascinés par le court terme, alors que ce sont les tendances qui comptent, parce qu’elles traduisent les blocages ou les changements structurels d’une économe nationale. Que les manifestations et grèves du printemps, les attentats terroristes, n’aient pas favorisé la vie des entreprises et donné espoir aux ménages, c’est incontestable. Mais le fond de l’affaire, et depuis des décennies, est le même : l’économie française est détruite par Bercy, par la CGT, par la Sécurité sociale, par la dette publique, par la bureaucratie et la politique.

La croissance en 2017

De la sorte, si l’on s’interroge sur la croissance en 2017, on doit être très circonspect. Le pessimisme peut se justifier. Il vient surtout de la crainte du statu quo, le socialisme demeurant au pouvoir. Même dans l’hypothèse d’une alternance politique, il n’est pas dit que de vraies réformes libérales puissent se mettre en place rapidement et pacifiquement. Il faudra compter avec l’héritage très lourd des gouvernements précédents, avec le désordre dans la rue, avec les perturbations politiques mondiales. Et compter encore avec la hausse des taux et peut-être l’inflation. Mais l’optimisme est aussi légitimé dans le cas où la rupture avec le socialisme serait nette, bien exploitée, bien expliquée.

La volonté populaire clairement exprimée dans le vote démocratique rendrait confiance à une nation qui vient de traverser des années de déclin et de désespoir. On ne peut sous-estimer les bienfaits d’un tel choc psychologique, s’il se produit. Les Français enfin libérés retrouveraient le chemin de l’initiative, du travail, tandis que les « enrayeurs » seraient neutralisés. En quelques mois, l’Espagne a accumulé des performances spectaculaires, simplement parce qu’un gouvernement de tendance libérale a repris en mains une économie plombée par une crise politique majeure. L’espoir de croissance en France en 2017 repose sur une rupture au printemps prochain. Cela n’a pas échappé aux observateurs étrangers.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • J’ai bien peur qu’une deuxième resucée de socialisme bien cuit soit nécessaire. Je ne suis pas sûr que les Français comprennent l’utilité de moins d’État.
    Votez Micron pour une chute plus rapide.

  • Le Luxembourg, ce sera près de 4%. Ils n’ont visiblement plus besoin de … dentiers ❗

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Par Saul Zimet.

Les chiffres de la croissance économique pour le premier trimestre de cette année sont tombés, et ils sont lamentables. Dans l'économie très réglementée des États-Unis, nous en sommes venus à nous attendre à des taux de croissance faibles. Mais une croissance négative est particulièrement mauvaise, ne se produisant que dans des conditions économiques terribles. Et pourtant, décroître est précisément ce qu'a fait l'économie américaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Selon un communiqué du département du ... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles