Canada : le printemps érable cinq ans plus tard

Les événements liés au « printemps érable » au Canada ont eu le mérite de mettre la question de l’enseignement supérieur au cœur du débat public. Avec le recul, quel bilan en tirer ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Canada : le printemps érable cinq ans plus tard

Publié le 17 février 2017
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon et Kevin Brookes.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Canada : le printemps érable cinq ans plus tard

Il y a cinq ans, le Québec vivait son « printemps érable » avec son cortège de manifestations et de grèves pour contester la hausse des droits de scolarité à l’université proposée par le gouvernement Charest. Ces événements ont eu le mérite de mettre la question de l’enseignement supérieur au cœur du débat public. Avec le recul, quel bilan en tirer ?

Force est de constater qu’une fois la proposition de l’augmentation des droits d’inscription enterrée, rien d’innovant et de concret n’en est sorti. La tenue du sommet sur l’enseignement supérieur en février 2013 n’a pas non plus abouti à grand-chose, si ce n’est à la légère indexation de 3 % des droits. Depuis, le sujet n’a quasiment plus été abordé, à part l’augmentation des droits pour les jeunes Français qui viennent étudier au Québec.

Doit-on se réjouir que le débat ne soit plus à l’ordre du jour ? Certainement pas.

Le problème principal demeure strictement le même qu’il y a cinq ans : le sous-financement chronique du système universitaire québécois lorsqu’on le compare au reste du Canada, lequel a récemment été évalué par les recteurs à 1 milliard annuellement.

Ce manque de moyens a pour conséquence l’indisponibilité de professeurs de haut niveau, de collections dans les bibliothèques ou d’équipement scientifique de pointe. Alors que le nombre d’étudiants augmente, de plus en plus de postes d’enseignants-chercheurs ne sont pas pourvus tandis que certaines formations sont menacées de disparition. Le taux de décrochage d’étudiants à l’université a quant à lui progressé ces dernières années et demeure plus élevé que la moyenne canadienne.

Les contribuables paient

Si les ressources pour pallier le manque de financement ne peuvent provenir du gouvernement provincial, largement endetté faut-il le rappeler, pourquoi ne pourraient-elles pas venir des principaux intéressés ? L’un des traits marquants du système québécois est la déconnexion entre la contribution des étudiants à leur scolarité par rapport à son coût. Ils ne contribuent qu’à hauteur de 14,8 % aux recettes des universités contre 24,7 % dans l’ensemble du Canada, selon les plus récentes données de Statistique Canada.

C’est donc le contribuable québécois qui en finance la majeure partie. Dans le système actuel, l’ouvrier qui n’a pas bénéficié du système d’enseignement supérieur paie une partie des études du chirurgien de demain !

Situation d’autant plus inéquitable que c’est au Québec que les enfants de familles nanties paient les droits les moins chers en Amérique du Nord.

L’argument principal des carrés rouges s’appuyait sur l’idée fausse que l’augmentation des droits de scolarité entraînerait une exclusion des étudiants issus de familles défavorisées. Pourtant, le Québec est la province qui a les droits les plus faibles tout en étant celle où la proportion d’étudiants issus de milieux favorisés est la plus élevée. Les études sur la question montrent que d’autres facteurs comme les résultats scolaires ou le niveau d’éducation des parents sont plus importants que les contraintes financières pour expliquer l’accessibilité à l’université.

Dépasser le débat sur les droits d’inscription

Il serait donc grand temps de dépasser le débat stérile entre partisans du gel et partisans de la hausse uniforme des droits d’inscription. On devrait plutôt discuter de leur modulation en fonction, notamment, des formations dont les coûts diffèrent considérablement.

Est-il légitime qu’un étudiant en médecine paie la même chose qu’un étudiant en lettres alors que la scolarité du dernier coûte quatre fois moins cher ? Une telle politique uniforme n’a aucun sens.

Les établissements d’enseignement supérieur devraient être libres de fixer leurs droits d’inscription et d’adapter leur offre à leur clientèle, ceci dans un contexte où le gouvernement adapterait par ailleurs son programme de prêts et bourses destinés aux moins fortunés en conséquence.

Pour avancer dans la bonne direction, il convient de dépasser la nostalgie pseudo-révolutionnaire du printemps érable et de s’attaquer enfin aux vraies questions comme celle de l’autonomie des établissements et du sous-financement chronique de nos universités.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Il y a aussi les programmes garderies, les « sciences » humaines forment beaucoup de gens qui ne servent à rien sinon nuire aux étudiants dans les vrais programmes et la société en général. Ce département est en bonne partie une secte payée par les contribuables et une garderie hors de prix. Il faudra songer à y mettre la hache un jour car cela tire la qualité de l’enseignement vers le bas.

  • d un autre coté vous voyez aux USA ou les droits sont tres eleves des etudiants qui finissent de rembourser quand ils ont 40 ans. une partie qui ne pourra jamais rembourser. Et cet argent ne va pas que dans la construction de bibliotheques mais aussi d installation somptuaires genre stades …. Est ce vraiment ce qu on veut ?

  • L’article oublie de mentionné que les recteurs ont joué au casino: mulitiplication des campus qui vienne concurencer les autres campus existants, investissement immobilier qui tourne mal (îlot Voyageur, projet ayant coûté 60 millions qui tombe à l’eau)… Y’a du travail à faire du côté des recteurs aussi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
décroissance
3
Sauvegarder cet article

Par Germain Belzile et Alexandre Moreau, depuis le Canada. Un article de l'Institut économique de Montréal

 

Récemment, une série de capsules vidéo sur la « décroissance économique » et ses bienfaits a enflammé la toile québécoise. Cette série, produite par Radio-Canada, suggère que nous vivons sur une planète de moins en moins propre, plus pauvre, mal nourrie et que la santé des humains diminue.

Il n'y aurait qu'une minorité de riches qui tirent profit de la situation actuelle et ceux-ci alimentent une croissance ef... Poursuivre la lecture

Par Oliver Rancourt[1. économiste à l’IEDM], depuis le Canada.

Le chancelier allemand Olaf Scholz vient de visiter le Canada pour parler, entre autres, d’importation de gaz naturel canadien vers l’Europe. À la suite de l’invasion de l’Ukraine et des sanctions qui ont suivi, l’Allemagne, qui importait 55 % de son gaz naturel de la Russie en 2021, a dû rouvrir des centrales au charbon et a commencé à chercher d’autres sources d’approvisionnement en gaz naturel.

Bien que cette situation soit difficile pour le public allemand, ce tr... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles