L’élection présidentielle dans une France de jaloux

L'actuelle campagne électorale ne laisse planer aucun doute : c'est la France des jaloux qui votera pour savoir qui on va pouvoir sanctionner d'être riche.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
jalousie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’élection présidentielle dans une France de jaloux

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 février 2017
- A +

Aaaah, finalement, qu’il fait bon vivre en France. Outre des paysages époustouflants, une cuisine de renommée mondiale, des vins et des fromages aussi variés que bons, un patrimoine culturel d’une richesse incroyable, le pays est aussi celui qui, depuis plus de 40 ans, a livré une bataille permanente et sans merci contre les inégalités. Et après toutes ces décennies de combats pied à pied, le résultat est là et personne ne peut le nier.

Grâce à la pluie drue de lois toujours plus précises et qui auront permis d’encadrer progressivement tous les aspects de la vie, depuis le téton jusqu’au sapin et même au-delà, la société française hérite à présent d’un cadre solidement construit, sans lequel il n’aurait pas été possible de mettre fin à toutes les discriminations, toutes les ségrégations et toutes les inégalités dont le pays était truffé jusqu’alors.

Rendez-vous compte : il n’y a plus de vagabonds ni de SDF dans nos rues, devenues à la fois propres et sûres. Le chômage, cheval de bataille pour tous les étatistes de plus en plus collectivistes qui se sont succédé depuis plus de 40 ans, a fini par disparaître dans un pays qui est maintenant regardé comme une locomotive du dynamisme mondial. Les entreprises, chouchoutées par une fiscalité légère, des normes adaptées et des politiciens compréhensifs, continuent d’aligner les performances les plus extraordinaires. Quant aux politiciens, émulés par un environnement tonique et une vitalité démocratique renouvelée, ils sont rapidement devenus des références en matière de probité, d’éthique et d’âpreté au travail.

Mmmh.

Attendez, je regarde rapidement mes petites statistiques et les éléments en provenance directe du gouvernement qui indiquent clairement que ça va de mieux en … Ah, pardon, je regardais les courbes à l’envers.

Mmmh.

Il semblerait qu’en fait, chaque jour qui passe apporte son lot de catastrophes et de consternations.

Quand on y pense, c’est plutôt surprenant puisque le constat de base, celui d’une lutte sans merci contre toutes les discriminations et toutes les inégalités, reste, lui, parfaitement exact. De loin et en première analyse, tout se passe comme si plus on combattait les inégalités, et plus elles se développaient. Oh. Zut alors.

Un peu comme si on cherchait à imposer un cadre à la solidarité ; un peu comme si on forçait chacun à consacrer une part de son temps, de son travail ou de ses revenus aux autres, de façon bien évidemment non discriminante et tout ce qu’il y a de plus bisou-compatible ; et un peu comme si en réponse, chacun tentait par tous les moyens de réduire cette part obligatoire de don altruiste officiellement dirigé.

Que c’est étrange.

D’autant qu’en outre, chacun, ayant à cœur de faire allégeance à la doxa générale qui veut que, merde à la fin, on doit être toujours plus solidaire des autres, chacun comprendra que ce sont bien ces autres qui ne remplissent pas la part du contrat : si tout le monde ne joue pas le jeu de la solidarité, ça ne peut pas marcher !

Or, ça tombe bien : les politiciens ont des solutions à ce problème. Ils ont toujours plein de solutions à plein de problèmes, d’autant plus qu’ils créent les problèmes de façon industrielle. Et pour celui qui consiste à aider les autres, les politiciens ont LA solution. Il suffit d’obliger à aider ceux qui ne le veulent pas (les vilains), cet égoïsme ne pouvant avoir cours au pays de la solidarité.

Chacun se fera donc un devoir de voter pour le politicien qui offrira la panoplie de solutions les plus à même d’augmenter la contribution de tous, voire de traquer celui qui tente d’y échapper. De fil en aiguille, la demande d’égalité n’a pas cessé d’augmenter.

L’actuelle période électorale en est une illustration frappante, où tous les candidats se réclament le plus bruyamment possible de la nécessité d‘en finir avec les inégalités, les discriminations et les injustices décrétées par une société vraiment trop méchante. Et lorsqu’on évoque la liberté, c’est dans le contexte d’un encadrement, forcément strict, d’un État fort qui ne se laisse pas abuser.

Le constat de ces décennies de dérive n’est guère ambigu : tout ce qui peut introduire une disparité entre les individus est immédiatement pourchassé. Et comme, dans le monde réel, seule l’égalité en droit peut raisonnablement être atteinte, c’est par ce droit, des kilomètres de lois et des tombereaux de décrets, normes et autres règlements qu’on va égaliser tout le monde.

Certains ont un job alors que d’autres sont au chômage ? Assurément, il n’y a qu’en ponctionnant ceux qui bossent qu’on recréera de l’emploi ! Et si on ne les ponctionne pas, on va diminuer leur nombre d’heures, ce qui en fera plus pour ceux qui n’en ont pas. C’est évident.

Les gens n’héritent pas tous, et certains héritent de beaucoup plus que d’autres ? Cette inégalité est insupportable. Vite, amputons ce qui peut l’être pour le redistribuer. C’est ainsi que les impôts sur la mort continuent de s’empiler en France, sans aucun espoir de les voir disparaître.

Certains parviennent à amasser des fortunes, pendant que d’autres croupissent avec de petits salaires ? Cette inégalité est un scandale. Vite, taxons et redistribuons ! C’est ainsi que l’impôt sur la fortune existe depuis plus de 30 ans et que personne n’osera y toucher dans ce pays.

Certains possèdent plus que d’autres ? Cette inégalité ne peut être que le fruit de basses-œuvres, de viles pratiques ou d’abus manifestes ! Qu’à cela ne tienne, taxons, ponctionnons et surtout sanctionnons puisqu’à l’évidence, même si tout ceci est légal, ça ne peut pas être moral ! C’est ainsi qu’à Paris, si vous avez une résidence secondaire, vous allez déguster !

Pour certains candidats, d’ailleurs, « S’enrichir est immoral, je vous le dis mes amis ! »

Mélenchon, sympathique et jovial

Et voilà : il ne s’agit plus de droit, mais de morale, cette dernière permettant, drapée de justice et d’équité, de transformer la jalousie, la plus basse des motivations humaines, en nécessité publique adoubée par le vote démocratique.

Dans un pays normal, dans une société vraiment solidaire, le seul moment où l’on regarde dans votre assiette, c’est pour s’assurer que vous avez effectivement assez. Dans cette société, les politiciens se battent pour que chacun puisse la remplir, en laissant à tous la liberté dans la méthode, dans le respect du droit naturel.

Dans une société jalouse, tout le monde regardera dans votre assiette pour s’assurer que vous n’avez pas trop. Ce « trop » sera justement défini par les politiciens, avec une échelle toujours changeante. Dans cette société, chacun se bat pour avoir l’arbitraire trop-plein des autres.

En France, nous en sommes là : chacun des candidats présente la façon dont il va pouvoir extorquer, plus ou moins doucement, plus ou moins gentiment, plus ou moins moralement, l’argent des uns pour le distribuer, parfois, aux autres. Et ce, depuis plus de 40 ans. Comme en 40 années, les résultats ne sont pas là, c’est forcément qu’on n’est pas allé assez fort, assez loin, assez profond. On va donc remettre ça, encore plus.

Forcément, ça va bien marcher.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Que l’Etat s’occupe du régalien, de la défense du territoire, et c’est tout. Quand les hommes de l’Etat, les princes du vol et de la solidarité forcée (à coup de tatanes dans la gu..) parlent de morale on voit le mensonge à deux kilomètres.

    La République ne tient son existence que par le vol, par la violence, des missions sociales historiquement tenues par les communautés et les Eglises (scolarité, charité, hospitalité..). Ce n’est donc pas un hasard si la secte des bouffeurs de curés dirige les hautes administrations et les mutuelles.

    Inutile de perdre son temps à parler de budget en déficit ou de nombre de fonctionnaires, c’est par l’angle d’attaque sur l’immoralité de l’Etat que l’on pourra faire reculer le pouvoir de la bureaucratie.

    Depuis St Thomas d’Aquin, l’ENVIE est un péché CAPITAL. On peut se poser la question deux minutes pourquoi nos anciens ont détecté dans cette « passion anti-sociale » une déviance majeure.

    Wikipedia. Envie : la tristesse ressentie face à la possession par autrui d’un bien, et la volonté de se l’approprier par tout moyen et à tout prix (à ne pas confondre avec la Jalousie).

    • « Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. »

    • Le clergé de robe a tout simplement mué en clergé bureaucrate. Leur prêche est de toujours continuer à augmenter en nombre règlements, lois, folliculaires, cerfas et autres joyeusetés pour atteindre l’au-delà fiscal de la saine égalité égalitaire.

  • « L’envie » c’est ce avec quoi en entreprend. Elle est (pour moi) synonyme d’enthousiasme, de désir, c’est l’énergie première qui permet de se lever le matin en allant bosser.J’ai envie que mon entreprise continue sur sa lancée, j’ai envie de créer des espaces pour mes collaborateurs… En revanche, la frustration, la convoitise, la jalousie, me semble des termes plus appropriés et portent une dimension négative que ne devrait pas porter l’envie.

    • L’anglais n’aidant pas ! « Envy » est l’un des sept péchés capitaux.

    • Il n’est pas utile de jouer sur le sens des mots, surtout après cet article de H16 si clair. Restons sur le sens classique du mot envie qui fait que l’on parle d’envieux. Etre envieux n’est pas avoir envie de. Ce n’est parce que vous êtes envieux que vous entreprenez.L’envie est destructrice, profondément. Il faut toujours rappeler ce livre que Popper avait qualifié ainsi: « Ce livre brillamment écrit est absolument essentiel » L’envie de Helmut SCHOECK, toujours en vente. vous avez quelques articles à son sujet sur l’Institut coppet

  • Les derniers paragraphes sont tellement bien dits..
    Je fais suivre à quelques contacts, des fois que ça leur ouvre les yeux.

  • Une réflexion de Nassim Taleb sur les inégalités:
    «  » »
    39% des Américains vont passer une année dans le top 5% de la distribution du revenu, 56% vont passer une année dans le top 10%, et 73% vont passer une année une année dans le top 20%.
    Ce n’est visiblement pas la même chose pour la plus statique mais nominalement plus égale Europe. Par exemple, seulement 10% des plus riches 500 américains ou dynasties étaient la il y a 30 ans; Plus de 60% de ceux sur la liste française étaient des héritiers et 30% des plus riches Européens étaient les plus riches il y a des siècles …
    «  » »

    Plus de détails (en Anglais):
    https://medium.com/incerto/inequality-and-skin-in-the-game-d8f00bc0cb46#.knc7h0phy

  • « D’autant qu’en outre, chacun, ayant à cœur de faire allégeance à la doxa générale qui veut que, merde à la fin, on doit être toujours plus solidaire des autres, chacun comprendra que ce sont bien ces autres qui ne remplissent pas la part du contrat : si tout le monde ne joue pas le jeu de la solidarité, ça ne peut pas marcher ! »

    Voici qui me rappelle le discours irrésistible de Tony Blair en 1998 à l’Assemblée Nationale.
    Il raconte sa première leçon de socialisme appliquée.
    http://www.ina.fr/video/CAB98012534

  • Bravo pour l’article tout est dit avec beaucoup de talent. L’état de la France me consterne, une société collectiviste (dépenses publique 57% PIB), une totale prise en charge du citoyen du berceau au tombeau avec une règlementation délirante, la chasse à la propriété privée avec un impôt confiscatoire, verrouillage de l’information et enfin parti unique, le socialisme de l’extrême gauche à l’extrême droite après l’élimination du seul candidat qui a osé proposer quelques réformes. Cela ne vous rappelle rien? Pas d’alternative, l’exil et la liberté ailleurs.

  • Bonsoir à toutes et à tous,
    Qui parle de « réduire les inégalités » ?
    https://www.contrepoints.org/2017/01/31/279420-lutte-contre-les-inegalites-comment
    Amitiés,
    Pierre

  • Analyse très juste.

    J’ajouterai volontiers que la passion égalitaire des Français, si bien décrite par Tocqueville dans « De la démocratie en Amérique », les pousse à exacerber d’autant plus les différences existant entre eux qu’elles sont minimes. C’est le « narcissisme des petites différences » décrit, lui, par Freud.

    Les Français sont les premiers responsables des politiques publiques marquées par un égalitarisme forcené, puisqu’ils choisissent régulièrement depuis 40 ans le même genre de gouvernants : des étatistes de plus en plus collectivistes, comme le relève justement H16.

    Merci pour cet article.

  • Mais …
    Mais quel que soit le candidat à la présidence qui sera élu: Tout, absolument tout ira bien mieux ….
    Puisque Tous le promettent …….

    Je crois que je suis d’une naïveté crasse ….

  • « S’enrichir est immoral, je vous le dis mes amis ! »
    Est-ce Mélenchon qui a sorti une phrase pareille ? Vu qu’il y a sa photo en dessous, je me demande. Auquel cas, il est lui-même immoral, vu comme la soupe l’engraisse déjà. Si cette clique stratosphérique touchait 1500€ brut, elle n’aurait pas ce genre de discours.

  • Qu’une Politique de redistribution organisée par l’Etat ne fonctionne pas en France alors qu’on a les meilleurs politiciens du monde montre à l’évidence que le coupable c’est cette plèbe qui ne comprend pas ce qui est bon pour elle, selon le dogme socialite maintenant centenaire.
    Ce dogme a échoué partout dans le monde sauf en Corée du Nord ; c’est donc l’exemple qui doit inspirer maintenant les politiciens français.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

22 h 14

Emmanuel Macron : «J'invite nos concitoyens quelles que soient leurs sensibilités, quel qu'ait été leur choix au premier tour, à nous rejoindre. Certains le feront pour faire barrage à l'extrême droite» pic.twitter.com/gknhf89zwa

— CNEWS (@CNEWS) April 10, 2022

Tous contre Marine Le Pen ! Emmanuel Macron remercie Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Valérie Pécresse et Fabien Roussel pour leur "soutien". « Le seul projet crédible contre la vie chère, pour les travailleurs, pour la France, l’Eu... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Éric Zemmour déteste les libéraux, et les libéraux le lui rendent bien, mais ils n’aiment pas non plus qu’on tente de l’empêcher d’écrire et de dire ce qu’il pense, même s’ils jugent ses propos désolants, racistes ou haineux.

À travers ses paroles, ses écrits et jusque dans son apparence physique - cheveux gominés coiffés en arrière, costume croisé un peu trop large, regard intense sous d’épais sourcils - cet homme évoque la nostalgie des années d’avant-guerre et peut-être aurait-il aimé naître plus tôt. Sans d... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Si ce n’était navrant sur le plan de la production des idées politiques, ce serait très amusant à observer. À un an de l’élection présidentielle de 2022, les principaux candidats, ceux qui semblent faire la course en tête pour l’instant, se sont tous mis à chasser ouvertement sur les terres de prédilection de leur(s) adversaire(s), quitte à revenir sur leurs positionnements antérieurs avec une incohérence et une mauvaise foi à couper au couteau.

Ma remarque ne concerne pas ce qui se passe à la gauche d’Emm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles