La grande convergence gaucho-lepéniste

Bizarrement, personne n’a protesté contre le protectionnisme brandi par les candidats à la primaire de gauche qui n’a rien à envier à celui proposé par le Front national.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La grande convergence gaucho-lepéniste

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 janvier 2017
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

La grande convergence gaucho-lepéniste
By: Rémi NoyonCC BY 2.0

La France est décidément un pays à part, et sa gauche un mouvement politique bien particulier. C’est le sentiment que nous avons ressenti suite aux débats entre les candidats à la primaire de la gauche. Tous font confiance à l’État et à l’Administration. Ils promettent à tout-va, du revenu universel à l’héritage universel. Ils se fichent du niveau confiscatoire de la fiscalité et des dépenses publiques qui dépassent largement les moyennes européennes. Ils veulent encore plus de fonctionnaires et de réglementations.

Cette gauche bien française est à des années lumière de la gauche britannique incarnée par Tony Blair ou de celle, allemande, de Schröder qui a réformé en profondeur le pays. Elle est aussi très éloignée des gauches suédoises ou canadiennes des années 1990 qui ont porté haut et fort les réformes libérales.

C’est en réalité une gauche qui se rapproche de l’extrême droite française. En plus de souhaiter un État encore plus fort et interventionniste, elle propose un protectionnisme radical. À chacun ses idées : taxer lourdement les importations qui seraient faites en « violation de notre modèle social », « protéger la France », « harmoniser les règles du jeu en Europe », « prôner une préférence française dans l’industrie », « nationaliser de temps en temps », « obliger les fournisseurs de l’armée à installer des usines en France », « faire une pause dans les accords internationaux », « consommer de la viande 100 % française dans nos cantines »… Qui dit mieux ?

Le protectionnisme commun à la gauche et à l’extrême-droite

Même le Front national et Mme Le Pen ne sont peut-être pas allés aussi loin ! D’ailleurs, l’étatisme et le protectionnisme sont bien les points communs entre la gauche et l’extrême droite. Si l’on remplace les immigrés d’un côté par les riches, de l’autre, les similitudes sont tellement fortes qu’ils pourraient fusionner en une grande formation « des patriotes étatistes ».

Comble de la situation, au moment où les candidats de gauche entonnaient leurs couplets protectionnistes, les émissions et les débats anti-Trump se multipliaient dans les médias. « L’inquiétant M. Trump » attaqué pour ses positions protectionnistes… Certes, à cet égard, M. Trump est inquiétant, mais alors pourquoi le copier en France sur ce terrain ?

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Bonjour, j’ai écrit un article sur un rapprochement du même type qui n’est pas à mon avis entre la gauche et l’extrême droite mais plutôt entre l’extrême gauche et l’extrême droite. Je vous invite à aller sur le blog pédagogique de Thierry : enigme-de-patricia.over-blog.com dubruly

  • Oui, l’étatisme (et donc l’antilibéralisme) est ce qui unit la gauche et l’extrême droite. Elles sont d’accord pour détruire Fillon qui se dit libéral.

  • Effectivement, le FN est complètement socialiste dans son approche, hormis le fait que le social ne s’applique pas à tous, et en fait un PS non républicain. Il est intéressant de remarquer que une bonne partie des électeurs du FN sont d’anciens socialistes ou communistes, on ne peut donc plus vraiment classer le FN à l’extrême droite, mais plutôt à gauche.

    • Le FN a même récupéré la rose pour son symbole de parti. La colorer en bleu est juste un signe d’appropriation globale du territoire historique des socialistes. La boucle est bouclée. Un parti ouvertement nationaliste et clairement socialiste. Tiens, tiens…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Cruz Marquis.

 

L'un des premiers livres d'économie que j'ai lu était L'économie en une leçon de Henry Hazlitt et je n'aurais pu demander une meilleure introduction à la science de l'action humaine. Des générations plus tard, il n'est pas nécessaire de le mettre à jour, il est tout aussi opportun et applicable au XXIe siècle qu'il l'était au précédent.

Publié à l'origine en 1946, Hazlitt écrivait dans un monde différent. La Seconde Guerre mondiale n'était plus qu'une année dans les livres d'histoire et les armée... Poursuivre la lecture

lettres de Scrabble
3
Sauvegarder cet article

Le peuple pense que le monde politique et médiatique contemporain parle la langue de bois. Il dénonce par là un langage cynique, tissé de mensonges, affreusement prévisible et parfaitement lisse. Il part du principe que tous les politiciens en usent tout au long de leurs carrières, à droite comme à gauche. C’est une des raisons principales du rejet dont ils font l’objet, car cela démontre, pense-t-on, qu’aucun n’est sincère et que tous se valent.

 

La vaine promesse de Jean-François Copé

En mars 2006, Jean-François Copé pub... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF

 

Les Européens ont mis des mois pour décrypter les dangers de l’Inflation Reduction Act (IRA), adopté en août dernier aux États-Unis.

Ce programme prévoit 369 milliards de dollars de subventions sur dix ans dont une large part sera affectée à la production de voitures électriques et à leurs composants (notamment les batteries), à l’éolien, au solaire, à l’hydrogène vert… mais ces subventions seront réservées aux produits et productions américaines, ce qui pourrait pousser de nombreuses entrepris... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles