Et Theresa May choisit le hard Brexit

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: DonkeyHotey - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et Theresa May choisit le hard Brexit

Publié le 26 janvier 2017
- A +

Par Ferghane Azihari.

Et Theresa May choisit le hard Brexit
By: DonkeyHoteyCC BY 2.0

La conférence de la Première ministre britannique tenue le mardi 17 janvier a permis de mettre fin à l’indécision qui lui avait valu le surnom de « Theresa Maybe ». Pour le gouvernement, rester dans le marché unique impliquerait d’être soumis à la bureaucratie et à la paperasserie bruxelloises contre lesquelles les Britanniques ont voté le 23 juin 2016.

Le Royaume fondera donc sa politique commerciale sur la conclusion de multiples traités. Mais il n’est pas dit que cette voie constitue la meilleure manière de traiter avec les gouvernements européens. Remarquons dans un premier temps l’incohérence des Britanniques qui disent vouloir s’affranchir des règles bruxelloises tout en s’engouffrant dans la négociation de traités qui servent en réalité à harmoniser les normes des uns et des autres.

La conclusion d’un accord bilatéral est ensuite incertaine dans la mesure où les dirigeants européens ont politiquement peu intérêt à négocier un accord satisfaisant. Cela confirmerait la possibilité d’accéder au marché commun sans adhérer au versant politique de la construction européenne. Or il s’agit là d’une distinction inacceptable pour les dirigeants européens. Elle affaiblirait la légitimité de l’édifice communautaire. Après tout, à quoi servent les institutions bruxelloises si elles ne sont pas indispensables à la sauvegarde du commerce sur le continent ?

Pour Bruxelles, éviter la contagion

Bon nombre de défenseurs acharnés du centralisme bruxellois ont intérêt à rendre la sécession britannique la plus douloureuse possible pour éviter tout risque de « contagion ». Il s’agit de faire un exemple pour dissuader les mouvements indépendantistes qui sévissent dans la plupart des États-membres. Ce chantage n’est d’ailleurs pas seulement réservé aux mouvements hostiles à l’intégration politique du continent. Il est aussi appliqué aux mouvements régionalistes, même lorsque ces derniers sont en faveur de l’intégration politique du continent européens. C’est par exemple pourquoi l’État espagnol met un point d’honneur à rappeler aux sécessionnistes catalans que l’accès au marché européen leur serait refusé dans l’hypothèse d’une sécession.

Les Britanniques sont conscients des postures qu’ils devront affronter. C’est pourquoi le Chancelier de l’Échiquier, Philipp Hammond, a brandi la « menace » d’une concurrence fiscale exacerbée dans l’hypothèse où l’Europe fermerait son marché aux entreprises britanniques. Le Royaume-Uni sait que le continent cherche actuellement à harmoniser sa fiscalité pour réduire la concurrence fiscale et la capacité des contribuables européens à alléger leur fardeau. Un nouveau paradis fiscal aux portes de l’Europe serait malvenu.

Il est déplorable que la sobriété fiscale soit ici conçue comme un moyen de pression diplomatique alors qu’elle devrait être l’objectif de tout gouvernement soucieux d’encourager la production globale de richesses, indépendamment des comportements des États étrangers. Il en va d’ailleurs de même pour l’ouverture du marché local au commerce international. Madame May n’a cessé de faire l’éloge d’un Royaume-Uni ancré dans la mondialisation pour dissiper les inquiétudes des investisseurs qui redoutent que la vague protectionniste qui frappe la plupart des démocraties occidentales submerge également le Royaume-Uni.

La recherche de la réciprocité en matière commerciale traduit des préoccupations mercantilistes et la volonté d’aménager les intérêts protectionnistes de certaines industries locales. Autrement l’approche unilatérale se suffirait à elle-même. Elle constituerait un véritable pied-de-nez vis-à-vis de tous ceux qui défendent l’idée que l’érection de grands blocs politiques et commerciaux serait indispensable pour « affronter » sereinement la mondialisation. Cette idée est en pratique démentie par la vigueur économique des petits pays qui se sont dotés unilatéralement d’un régime commercial relativement ouvert par rapport aux autres grandes puissances : Nouvelle Zélande, Hong-Kong, Singapour….

La réussite des Britanniques ne dépendra que de leur propre politique. À eux de prouver qu’ils n’ont pas besoin de Bruxelles pour s’ouvrir au monde.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « soumis à la bureaucratie et à la paperasserie bruxelloises »

    Depuis quand le Brexit a été voté pour ça ? Theresa May l’a dit elle même contrôle de l’immigration et renforcer l’intervention de l’Etat dans l’éco’omie.

    • euh il y a davantage de motifs que ceux la… revoyez la campagne de David Hannan sur les:
      -lobbies a Bruxelles
      -l’accumulation de réglementations pour protéger les grosses compagnies et barrer la route aux nouveaux entrants
      -les négociations avortées a cause des intérêts dans tel ou tel pays… par ex. l’accord du libre-échange avec l’Inde, bloqué depuis 9 ans par le secteur textile italien… en quoi est ce dans les intérêts du UK?

      L’UE y apparaît pour ce qu’elle est: monstre technocratique oligarchique pas liberal pour un sou.. et comme Dominogris ci-dessous, « Le but – non avoué – depuis le début est l’unification politique ».

      A voir: https://www.youtube.com/watch?v=tzNj-hH8LkY

  • « à quoi servent les institutions bruxelloises si elles ne sont pas indispensables à la sauvegarde du commerce sur le continent ? »
    Le but – non avoué – depuis le début est l’unification politique.

  • « réduire la concurrence fiscale et la capacité des contribuables européens à alléger leur fardeau »

    La démonstration en une simple phrase que le projet d’Union se construit aux dépens des populations et non à leur service. Quelle misère !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de l'article ici

L'augmentation des prix et les embouteillages dans la chaine logistique vont finir par s’atténuer une fois que les retards accumulés au cœur de la crise seront résorbés ; les prix de l’énergie redeviendront à un niveau plus proche de celui d’avant la pandémie (partie gauche de la Figure 2 et de la Figure 3).

Voilà pour l’immédiat. Ceci aura eu le mérite de montrer combien est essentielle l’énergie dans notre vie quotidienne et surtout de révéler à ceux qui l’ignoraient que la demande en énergie n... Poursuivre la lecture

Par Bernard Landais.[1. Bernard Landais est l’auteur de Réagir au déclin ; une économie politique pour la droite française, VA éditions, 2021.] Un article de Conflits.

Le Traité de Rome de 1956 instituant le marché commun pour les six pays fondateurs (France, Allemagne, Italie, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) a inauguré une ère de grande prospérité pour ces pays et plus récemment pour la plupart de ceux qui ont adhéré, même tardivement. Les principes économiques sous-jacents sont la valorisation des avantages comparatifs et l’extensi... Poursuivre la lecture

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles