Témoignage : l’Aéroport de Paris m’a dégoûté de la France !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Laurent Neyssensas - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Témoignage : l’Aéroport de Paris m’a dégoûté de la France !

Publié le 17 janvier 2017
- A +
By: Laurent NeyssensasCC BY 2.0

Venue passer les fêtes de fin d’année à Paris chez un couple d’amis français rencontrés au Chili, j’ai été enchantée par cette ville. Le jour du départ, mon ami m’a raccompagné à l’aéroport. Heureusement qu’il était à mes côtés, sinon, je n’aurais jamais réussi à prendre mon avion de retour.

À l’aéroport de Santiago, tout est fait pour faciliter la vie des gens. Ici, c’est le contraire. C’est aux voyageurs de faciliter la vie de l’administration.

Mon ami était tout autant choqué que moi par l’image que cet aéroport de fous donnait de la France. Et dire que c’est la dernière chose que les touristes verront de Paris ! Quel gâchis !

Parcours du combattant

Avant d’atteindre la zone d’enregistrement, nous sommes passés par un véritable parcours du combattant.

D’abord, pour rejoindre Roissy, nous avons emprunté un train de banlieue. Alors que nous discutions en chemin, un couple d’Australiens nous a demandé à quelle station ils devaient descendre. En effet, il n’y a pas une mais deux stations nommées Aéroport. « Ch. De Gaulle 1 » et « Ch. De Gaulle 2 ». Mais l’avion des Australiens partait du Terminal 3. Donc, à quelle station devaient-ils sortir ? Après avoir regardé le plan de près, mon ami leur indiqua la sortie 1. Sans lui, nos nouveaux amis de Sydney auraient probablement raté leur vol !

Une fois descendue, nous cherchons l’escalator pour sortir du quai. En panne. Nous nous retrouvons à monter avec nos bagages à bout de bras. Il y avait bien un autre escalator, à l’autre bout, mais rien ni personne pour nous l’indiquer.

 

 

Devant l’escalator (en panne), des piquets d’aluminium empêchent de passer facilement sa valise. C’est la première fois que je vois ça et je me demande bien à quoi cela peut servir ! Même mon ami s’interrogeait.

 

En haut des marches, essoufflés, nous sommes accueillis par des agents. Je crois d’abord qu’il sont là pour nous orienter et nous aider. Mais j’oubliais que nous étions en France : ils étaient venus contrôler nos billets ! Une queue se forme, car les touristes devant nous n’ont pas compris que les tickets « normaux » de métro ou de bus ne fonctionnent pas ici. « Nous sommes sortis de Paris, c’est plus cher », m’explique mon ami. Lui m’a acheté un billet spécial à 10€ à destination de l’aéroport. Mais cela, qui le sait ? Même dans mon guide de voyage, ce n’est pas précisé.

Pire : les agents ne savaient même pas expliquer en anglais pourquoi ils empêchaient les touristes de passer. Ils répétaient « cinquante yuroz » « cinquante yuroz » en gesticulant. 50€, c’est le prix de l’amende, par personne, que les trois-quarts des touristes devant moi ont dû payer pour pouvoir prendre leur avion. Certains pleuraient, car ils n’avaient plus d’argent. D’autres criaient sur les agents, qui menaçaient en criant « I call Police, I call Police ! ». C’était terrible. Si mon ami n’avait pas acheté ce billet spécial pour moi, j’aurais été dans la même situation qu’eux.

Mais même si nous avons le bon « sauf conduit », nous n’étions pas encore sortis de la gare RER. Il nous restait à passer les portiques de sécurité. Ils étaient de la largeur d’une petite valise. Les miennes ne passaient que de côté. Évidemment, les agents étaient trop occupés à extorquer cinquante yuroz aux touristes et les invectiver pour nous aider. Mon ami est donc passé avant moi et nous nous sommes synchronisés pour qu’il m’aide à sortir la valise avant que les portes ne se referment sur mon sac à dos avec violence.

J’ai dû me contorsionner pour m’en extirper et faire passer mon sac par-dessus le portique. Pendant que je remettais mes bagages en ordre, un agent de contrôle, qui avait assisté à toute la scène sans broncher, s’est moqué de nous, disant, en Français, qu’il y avait un grand portique, plus loin, sur la droite, derrière un pilier. Merci de nous l’avoir si bien caché !

La maison des fous

Une fois dans l’aéroport, nous rejoignons le terminal E2. C’est une immense structure, une des plus grandes d’Europe, avec une vingtaine de longs comptoirs d’enregistrement. À l’entrée de chacun, une rangée de machines devant lesquelles les gens font la queue. Des petites queues qui se mélangent à d’autres grandes queues. Personne ne sait où ça commence et où ça finit. Les gens tentent de dégager leurs énormes caddie à bagages, des enfants crient, et, pour gérer cet afflux incontrôlable de voyageurs, une seule femme, en petit uniforme chic et apparemment d’origine espagnole. Nous choisissons une queue au hasard.

Au Chili, le système est simple : il n’y a qu’un seul comptoir d’enregistrement, avec une cinquantaine de bureaux en enfilade. Des agents vous orientent vers la queue unique, ou vers une queue express pour les familles avec des bébés ou les handicapés.

On attend 10 minutes environ pour accéder à une hôtesse qui enregistre les bagages et vous indique votre porte d’embarquement. On peut lui demander de modifier son siège, d’ajouter un équipement spécial, et, si le poids de la valise dépasse les 23kg réglementaires, on peut toujours négocier. À la fin, quelqu’un vous indique le chemin vers l’ascenseur. On est totalement pris en main, on voyage l’esprit (presque) tranquille.

À Paris, c’est le « démerdez-vous ! ». Personne pour m’indiquer ce que je dois faire, où je dois aller. Des queues dans tous les sens, pleines de gens stressés. Chacun a un long ticket vert à la main, du genre de ceux que l’agent colle sur la valise avant qu’elle ne parte en soute. Je comprends (après avoir perdu 5 minutes de queue) que je dois retirer moi-même cet autocollant aux bornes automatiques. Je scanne mon passeport dans la borne et obtient mon document en quelques clics. C’est si simple… une fois qu’on a compris !

Après avoir (re)fait la queue pour atteindre les bornes, il faut la re-refaire pour enregistrer les bagages. Huit minutes plus tard – après m’être faite doubler deux ou trois fois par des familles entières qui profitent du chaos – j’arrive devant la jeune femme en uniforme chic. Apparemment, il faut lui donner le ticket, afin qu’elle le contrôle et l’accroche à la valise.

Ouf ! On accède enfin aux guichets d’enregistrement… tous vides. Personne aux pupitres, là où,  d’habitude on présente ses passeports et cartes d’embarquement. Seulement un écran. « Présentez votre carte d’embarquement ». Horreur. Je n’ai pas pu l’imprimer. Heureusement, j’ai téléchargé le pdf dans mon smartphone. Je saisis le pistolet-scanner, du genre de ceux qu’utilisent les caissières de supermarché, et tente de scanner mon code barre. Ça ne passe pas. On se tourne pour chercher une âme secourable. Personne. Mon ami retente de scanner le QR code. Ouf ! Ça fonctionne. Je pose ma valise sur le tapis, elle pèse 23,2 kg. Refusée. Avec un humain en face, ç’aurait pu passer. Mais là, je dois rouvrir ma valise.

En agissant ainsi, je fais bugguer le système, qui se met en panne. Nouvelle vague d’adrénaline. Je dois changer de tapis, re-scanner mon QR code, retirer un pull de mon sac et refaire la pesée. 22,92. Nouveau soulagement. À notre droite, un Français, visiblement excédé, hurle des jurons. Il faudra qu’il commence à frapper sur l’écran pour qu’une hôtesse se déplace. Quant à ma valise, elle part, tout seule, sur le tapis roulant automatique.

À part mon passeport, le talon de l’autocollant vert, je n’ai aucun papiers en main pour passer les contrôles… et, dans un pays comme la France, ça ne me rassure pas.

Bikini !

Où doit-on aller maintenant ? Aucune idée. L’hôtesse, qui en a fini avec le râleur, passe devant nous sans un regard. Mon ami l’interpelle et lui pose une question. Elle montre, d’un doigt, l’écran du guichet d’enregistrement. Il indique, en caractères peu visibles, « Boarding M24 ». Mais où je trouve la M24 ? L’hôtesse est déjà loin. Nous marchons, le nez en l’air, jusqu’à un autre espace : celui du contrôle aux frontières. En toute logique, je vais devoir passer par ici. Je me mets donc à la queue.

J’ai dû abandonner mon ami ici. On se dit au revoir, encore abasourdis par l’absurdité de ce système et je serpente, seule, dans la queue. « Pour des raisons de sécurité, les contrôles d’identité ont été rallongés » répète une voix, en français et anglais, dans un haut-parleur. Il n’y a pas à dire : cet aéroport m’angoisse. Après vingt minutes d’attente, je présente mon passeport à un douanier, et mon smartphone. Il le regarde, étonné : « boarding pass », je dis. Il regarde l’écran et me rend mon téléphone. « Next time, paper » exige-t-il. La France se la joue moderne avec ses e-pass et ses bornes automatiques, mais au final, dans ce pays, il faudra toujours un bon vieux papier.

Le douanier pianote sur son ordinateur et me demande « soltera ? » avec un sourire. Je réponds « Si ». « Es el verano, en Chile » il réplique, rigolard, avant de conclure par un mot : « Bikini ! ». Enfin, il me rend mon passeport. Après tout ce stress, ce périple et, surtout, cette dernière réflexion humiliante, j’ai pensé « ciao la France, je ne te dis pas à bientôt ! ».

  • Traduit de l’espagnol par Jacques Tibéri.

 

Voir les commentaires (119)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (119)
  • Évasion de la République d’Absurdie!

  • Probablement le pire aéroport d’Europe.

    Pour ma part ça fait bien longtemps que je le fuis comme la peste, je préfère payer un peu plus cher et allonger mon voyage de quelques heures que de passer par cet enfer.

    À l’allée il y a cet immense couloir où se succèdent les fils, où c’est encombré à de multiples reprises…. Aéroport particulièrement mal pensé.

    Le retour est gratiné également.

    Au guichet des douaniers, la dernière fois que j’y suis passé, il devait bien y avoir 2 douaniers pour les passagers qui débarquaient de 2 gros avions… royal.

    Une fois qu’on a passé ça, on récupère nos bagages… Dans tous les aéroports du monde le tapis roulant qui exhibe les bagages est en forme de 0 et les passagers se trouvent sur les côtés, tout autour. À CdG, c’est un L, on est à l’intérieur du L et comme si ça ne suffisait pas, c’est là que sont entreposés les chariots… Donc quand t’as finalement ton bagage, c’est le parcours du combattant pour s’extirper de ce merdier.

    Ajoutez à ça le RER, la SNCF… C’est un exploit que des touristes aient encore l’idée passer par CdG !

    • En Grèce et à Londres, les aéroports aussi sont très mauvais.
      Je ne suis pas sûr que ce soit à Paris que les passagers ont la moins bonne expérience.

      • L’aéroport « London City » est tout petit et saturé: les gens ne peuvent même plus s’assoir et doivent attendre des heures serrés les uns contre les autres comme dans le métro – sachant qu’un sur deux parle à haute voix (pour couvrir la voix des autres) dans son téléphone portable pendant des heures.

        Certains « chanceux », assis, ont un portable (GSM) à l’oreille et un laptop (Wifi) sur les genoux.

        Double-punition pour les électrosensibles: vous devrez vous terrer comme un animal traqué quelque part dans un couloir d’embarquement pour éviter la proximité des émetteurs Wifi et GSM – ce qui n’est pas chose aisée et risque de vous faire rater votre avion (il faut revenir périodiquement près d’un écran pour surveiller l’heure d’embarquement).

        Le contrôle des bagages est très stressant: beaucoup de bruit ambiant, des agents qui hurlent des ordres avec un accent incompréhensible (NB: j’ai vécu en Angleterre et aux USA)… et des body-scanners micrométriques (moins dangereux que les rayons-X). Contrôlé « sans raison » (bien qu’en costume-cravatte) m’a-t-on dit.

        Pour ne rien arranger, mon avion a été retardé… 5 heures. Les écrans signalaient « une heure de retard »… toutes les heures.

        Au départ de Zurich, l’avion SwissAir a aussi été retardé de 5 heures… toutes passées concés dans l’avion (merci pour la dose de kérozène respirée sur le tarmac). Le personnel de bord a offert « aux gens pressés » de descendre après la première heure, et il sont dû attendre 4h30 à l’avant de l’appareil pour que la passerelle soit avancée.

        Zurich (la ville comme l’aéroport) affectionne les codes (« bâtiment ED25, room 762 ») sans aucun lexique et les marquages au sol (pas visibles quand des véhicules se suivent au pas, ce qui est la norme).

        Bref, si vous voulez mon avis, la sélection des responsables (architecture, urbanisme, etc.) donne la priorité au copinage (famille, amis, cooptations rémunérées) depuis trop longtemps au détriment de la compétence – et cela se voit: plus rien ne fonctionne correctement, de la finance à l’économie en passant par la politique, le commerce et l’industrie.

      • Stéphane Boulots
        18 janvier 2017 at 18 h 28 min

        Vous avez déjà mis les pieds au terminal 5 d’Heathrow ?

    • Ca n’est pas une excuse, mais CdG est un des plus grand aéroports du monde.
      Ca donne des défis à relever que quasiment aucun autre aéroport au monde – et certainement pas ceux du Chili – n’ont à relever.

      Mais ça n’est pas une excuse pour avoir un niveau de service aussi faible…

      • Stéphane Boulots
        18 janvier 2017 at 18 h 37 min

        Lol, les aéroports de Copenhague ou d’Amsterdam, le terminal 5 d’Heathrow sont bien plus gigantesques que le plus grand des terminaux de CDG. Clairement pas du tout la même expérience.

  • Il suffit de voir la tete du personnel de l’aéroport, surtout au niveau de la sécurité et de la main d’oeuvre bagage pour ne pas avoir envie d’y retourner. Est ce encore la France?

  • Si cdg est effectivement assez mauvais, vous faites preuve d’un manque de sens pratique assez effarant. On ne vous a pas bordé dans l’avion du retour ?

  • Quand on va aux urgences on va en ambulance, quand o va a Roissy on prend un taxi ou une auto…. sont fous ces touristes !

  • Normalement, quand on a un transfert qui dure moins de 30mn dans un aéroport, on a un bandeau « bagage prioritaire » pour augmenter les chances d’avoir son sac dans l’avion. Quand on passe par CDG, on a droit à ce bandeau pour les transferts de moins de 1h30 tellement les bagagistes sont nuls.

    • C’est faux.
      Le tag prioritaire c’est uniquement pour les First, Business et Carte de fidélités haut niveau.

    • Et j’ajouterai qu’il est de La responsabilité du passager de prendre un temps de correspondance assez long pour permettre le transfert…

  • J’ai pris l’avion en décembre dernier à Orly. Pas de soucis particulier…
    Concernant votre expérience à CSG, ce qui me paraît être l’énorme défaillance du système c’est l’agent humain.
    Les agents RATP ne savent pas s’expliquer en anglais à des touristes étrangers. Il n’y a malheureusement pas de personnel à l’aéroport pour votre enregistrement… pourtant on prends pas le tram ou le métro… Et concernant le douanier, il se voulait plaisantin mais je comprends qu’on soit pas d’humeur.
    L’erreur est ici bien humaine !

  • Leçon de démocratie chilienne à notre pré-dictature.

  • Article qui noircit le tableau de manière excessive. J’ai « utilise » l’aéroport CDG à plusieurs reprises l’hiver dernier avec de gros bagages et en prenant le RER ou là taxi.
    Je comprends qu’un étranger puisse se faire piéger parce qu’il a pris le RER jusqu’à l’aéroport avec un ticket simple, mais nulle part au monde, il me semble, on ne peut se rendre à l’aéroport avec un simple ticket de métro.
    Je n’ai pas compris la nécessité des potelets devant les Escalators, mais ils ne m’ont pas gravement gêne.
    Par contre, j’ai beaucoup apprécié les sas de contrôle automatique accessibles aux détenteurs de passeport biométrique, fini la longue file d’attente pour le contrôle d’identité.

    • « mais nulle part au monde, il me semble, on ne peut se rendre à l’aéroport avec un simple ticket de métro »
      Vous avez l’Aéroport de Munich, pour ce que j’en sais, que vous pouvez rejoindre directement.
      Par contre, si CDG est effectivement un beau bordel en terme d’agencement (les différents terminaux sont assez éloignés les uns des autres), et que le personnel peut de temps en temps laisser à désirer, c’est surtout le manque de débrouillardise qui me frappe à la lecture de l’article… D’autant plus qu’il y a eu de sacrés efforts de réalisés par Aéroport de Paris au sein des aérogares et hall d’embarquement.

      • à unknown

        Malheureusement, se rendre à CDG avec un ticket de métro est très probable car ce ticket permet d’accéder à la ligne B sans que quelque chose vous prévienne que vous êtes en tort. Il faut bien comprendre que la ratp et la sncf n’ont aucune idée de ce qu’est la transmission de l’information auprès du voyageur (surtout quand ce dernier n’est pas un usager). Il ne l’envisage que de leur point de vue.

        • C’est bel et bien à l’usager (et oui dans les transports en communs nous sommes tous des usagers… et pas qu’à Paris) c’est au voyageur de faire la démarche de savoir quel billet il doit acheter. Il est normal de pouvoir emprunter le RER avec un billet normal en zone car personne ne peut savoir où vous aller descendre. À Londres c’est la même chose. Vous DEVEZ vous acquitter du bon tarif pour voyager tranquillement. Les outils sont suffisamment nombreux autour de nous pour se renseigner…

          • Sauf que dans certain GRANDs pays, on vous laisse le droit de vous tromper… Ex au Japon avant chaque sortie.. un automate permet de payer la différence si votre ticket ne couvre pas votre trajet. On a pas la JR ou autre companie qui limite profite de la méconnaissance des touristes pour s en foutre plein les poches.

            • Le Japon a son fonctionnement. Mais à Londres cest exactement pareil qu’à Paris. Et dans la plupart des villes d’Allemagne cest pire car personne ne vous oblige même à prendre un billet. Vous avez des machines automatiques et des composteurs et à vous de les utiliser ou non… vous vous retrouvez dans le train sans avoir rien payé. Si vous vous faites contrôler vous payez le prix fort…

              • Ce n est pas parce que certains autres sont aussi mauvais que nous que cela justifie les choses.. c est exactement comme quand on parle de la SNCF.. c est pas parce qu ailleurs en Europe c est pire que cela rend le ferer français bon.. tout au plus peut on dire qu il est moin mauvais.

          • @jimmy009: je suis francais et bien la premiere fois que je suis alle a la defense, je me suis fait avoir (j vais pourtant demande mon chemin gare de lyon).
            comment voulez vous que quelqu un qui ne soit pas de paris sache que la defense c est pas zone 1 ou CDG zone 5 ….

            • Mais c’est comme ça dans tous les métros du monde! Allez vous repérer dans le métro de New York. Je sais qu’il y a une logique à connaître, il suffit juste de préparer son déplacement…

      • Si à l’aéroport de Porto!

      • SI… à Bangkok on accède depuis le centre ville à l’aéroport principal dans l’aérogare même par le métro sans erreur possible, et pour le reste, pour avoir pratiqué plusieurs aéroports de par le monde, je suis ENTIEREMENT d’accord avec cet article.
        Et pour l’arrivée de 3 gros porteurs en même temps avec seulement 3 guichets « ouverts » pour le contrôle alors que d’autres agents discutaient dans un autre malgré la queue interminable et les protestations d’un passager qui ont entraîné le « zèle » d’un des agents actifs, donc, ralentissement du débit.

    • Le reproche n’est pas de savoir ce qui se fait ailleurs dans le monde mais que si la majorité des clients se sont trompés ce n’est pas qu’ils sont malhonnêtes mais qu’ils ne sont pas informés.

      Ce qui ne nous dérange pas ne veut pas dire que cela ne dérangera pas autrui.

      Chercher des excuses au lieu d’une solution est une des pires plaies Française.

    • Les pots devant les escalators, tu le comprends bien en regardant les étiquettes sur les plots. Il y a des « cons » qui veulent prendre les escalators avec les chariots à bagage. Autant dire, que quand cela arrive, cela fout une belle merd. .
      Ils ont donc opté pour un système radical.

      • Comment se fait-il qu’on ne puisse pas conserver un chariot à bagage depuis le coffre de la voiture jusqu’au dépôt et l’enregistrement des bagages ? C’est ça qui est vraiment « con ». Quelle est l’andouille triple AAA qui a pu valider un parcours d’obstacles aussi stupide et pénalisant pour le client ? N’y a-t’il donc aucun professionnel compétent pour analyser le bâtiment afin de faciliter les déplacements ?

        Quand on voit à quel prix exorbitant ADP facture ses « services » sur les billets, on comprend ces pauvres touristes découvrant l’arnaque typiquement franchouillarde, où le client n’est plus un client à qui on doit un service contre rémunération raisonnable, mais un usager à peine toléré par l’un ou l’autre des innombrables monopoles hautains qui facturent à prix d’or leur absence totale de service.

        • @Cavaignac
          Tout à fait ! « un usager à peine toléré » qui a eu l’outrecuidance de profiter/utiliser des services qu’il a justement payés.
          Et des « agents » qui menacent d’une amende de 50 euro les touristes (ça ressemble effectivement à une belle arnaque et à un beau racket !), et d’appeler la police (Tiens !? Ca ils savent le dire !) si le touriste rouspète. Comment dans un aéroport international, des agents aussi nuls en anglais peuvent-ils avoir été embauchés ? Et comme les touristes (nationaux ou étrangers) ne peuvent pas rester coincés dans l’aéroport, ils sont piégés.
          CdG ou une autre usine à gaz à la française.

        • Depuis le temps qu’existent les escalators pour personne avec chariot!

    • Japon, Corée du Sud, Hong Kong, … Dans toutes ces villes même pas besoin de ticket, votre carte de transport suffit (utilisable dans le métro de ces villes)

      • C’est clair. Dans toutes les villes modernes, donc surtout en Asie, on peut se rendre à l’aéroport depuis le centre-ville très facilement.

        Ma meilleure expérience : HONG-KONG, arrivé en retard, seulement 40min avant le vol. Ils sont tellement efficaces que je n’ai pas raté l’avion, et même mes bagages ne sont pas arrivés en retard.

        Canton, Singapour, Pekin, Shanghai… Là aussi, autrement plus efficace que dans l’ouest. Mais ces aéroports sont meilleurs et plus moderne pour une raison simple : Ils sont plus récents, donc ils sont plus adaptés que nos aéroports qui ont été construits ils y a des dizaines d’années.

    • Stéphane Boulots
      18 janvier 2017 at 18 h 34 min

      « nulle part au monde, il me semble, on ne peut se rendre à l’aéroport avec un simple ticket de métro. » Clairement il n’y a pas de metro + RER dans tous pays. Mais la France est je crois le seul pays où l’on peut rentrer dans le RER avec en ticket de métro et n’avoir comme autre choix que de payer une amende.

      A Tokyo, vous avez dans toutes les stations des distributeurs automatiques (même pas besoin de passez au guichet) auquel vous pouvez payer la différence (ou vous faire rembourser) quand vous n’avez pas le bon ticket (la différence, pas un amende)

    • Si, plein. Un exemple parmi de nombreux autres : Madrid. Métro direct de l’aéroport au centre de Madrid. 20 Minutes, 2 euros, métro climatisé.

    • L’accès à l’aéroport de Lisbonne avec un simple ticket de metro

  • Je comprends que les personnes âgées peuvent avoir du mal sur les enregistrements automatiques mais lâ c’est un manque d’intelligéce certain : tout est expliqué il suffit de lire ce que dit La borne même pour l’étiquette bagage !
    Pour la limite de pied il faut bien en fixer une. L’agent pourrait tres bien refuser également said que la on insulterait l’agent !
    Ensuite les portes d’embarquement sont toutes indiquées bording 2E puis K et le VAL pour L et M.

    En fait il suffit de connecter son cerveau une fois à l’aéroport !

    Pour ce qui est des transports et des passages douanes je suis par contre d’accord. Même si le billet Aéroport est clairement visible sur la borne a l’achat et si le guide ne le mentionne pas c’est de la faute du guide pas de l’aéroport quand même.

    • C’est bien français de nier les faits et de trouver des excuses au lieu d’améliorer les choses. Après vous vous plaignez quand les étrangers nous jugent le peuple le plus bête du monde? Pas étonnant le chômage de masse endémique depuis 1981, et on remarque qu’aucun des candidats de gauche n’a l’intention de faire quoi que ce soit. Au contraire leurs propositions visent toute à aggraver le chômage!

      • C’est bien français de toujours tout critiquer.
        Après vous vous plaignez quand on vous juge le commentaire le plus bête du forum?

    • la dame ne prétend pas être intelligente, elle donne juste son expérience personnelle…et dit ne comptez pas que je revienne…
      un service est bien conçu si il n’y pas besoin d’etre intelligent ou d’avoir de l’expérience pour l’utiliser!!!
      Dans un monde normal des gens utiliseraient à leur profit ce genre experience pour améliorer les choses..pas ici…il faudrait juste que les gens soient moins cons…

  • C’est vrai que c’est une daube cet aeroport, mais elle est pas degourdie pour 2 sous cette souris. Et donc a Santigo le prix du trajet pour l’aeroport est celui d’1 ticket de metro.

  • mon frer pour aller de nice a montreal preferait aller a frankfurt ,maisjamais a roissy …!!

  • Je vis en Suisse. Lorsque je prends l’avion à Genève ou Zurich (Mulhouse aussi) pour une destination lointaine, je ne passe plus jamais par un hub en France, à fortiori par CDG à Paris. Pour une raison simple. Lors des départs en vacances ou des fêtes ou des dates importantes, il y a toujours une grève quelque part. Les aiguilleurs, le personnel navigant, celui de l’aéroport, les transports publics, la RATP. la SNCF, etc…
    Mais la pire expérience dans le domaine aéroportuaire a été il y a quelques années faites à l’aéroport d’Athènes. Un bon tiers des personnes dans la file au comptoir d’enregistrement a raté son avion et nombre pleuraient. Il n’y avait qu’une file pour plusieurs destinations à des heures différentes. L’attente dans la file largement supérieure à une heure pleine. Aucune alternative et aucune assistance.

  • La RATP organise le rackette des étrangers. Lors de l’ouverture d’un salon international, les visiteurs étaient accueillis par une armée d’agent pour contrôler les tickets et bien évidemment beaucoup n’avaient pas le bon ticket. Pas étonnant quant on voit que les agents affectés aux caisses ne parlent pas un mot d’anglais….

  • Ces poteaux « jamais vus ailleurs » à l’entrée et à la sortie des escalators sont là pour éviter aux génies de tenter d’engager un chariot à bagages dans ces derniers. Nous conviendrons que ceci est plutôt une bonne chose. CDG n’est certainement pas l’aéroport le plus plaisant mais cet article le dépeint comme une arnaque a touriste et tente de prouver que la France met tout en œuvre pour gâcher les derniers moments de nos chères touristes de façon diabolique. Ce que vous décrivez la ne sont que les aléas qu’un touriste peut rencontrer à l’étranger et ne sont, à mon avis, pas propre à la France.

    • Y’a pas d’autres solutions que des poteaux? Allez, en réfléchissant 1/3 de seconde : des portes automatiques qui ne font passer que dans un sens?
      Dites quel est votre problème, on vous dira pourquoi vous êtes bête, comme les 49785489754 avant qui ont eu le même problème. On va quand même pas remettre en cause la solution en place!

    • Et pourquoi pas descendre ou monter avec son chariot? Ce problème est résolu depuis longtemps en escalier bloquant les roues ou en plan incliné (chaise roulante)! mais doit y avoir du vrai dans le récit d’Andrea:

      http://www.slate.fr/story/106207/roissy-charles-de-gaulle-dix-pires-aeroports-monde

  • Aéroport dirigé par des énarques passés par la Caisse des dépôts, dont l’expérience du voyage se limite certainement à la limousine qui les a conduit du 7ème arrondissement au boulevard raspail, où se trouve le siège d’Aéroports de Paris, qui n’ont jamais pris la peine de s’intéresser au « service » qu’ils sont censé rendre aux passagers ni aux aéroports étrangers qui, eux, sont dirigés par des personnes qui ont compris !

    et sur son site web, le groupe ADP ose même se présenter comme « leader mondial au service des clients ».

    http://www.parisaeroport.fr/groupe/groupe-et-strategie/organisation/comite-executif

    • Assez d’accord sur ce point. Il est possible partout dans le monde d’avoir des experiences effarantes. Mais d’être confronté a cette indifférence mêlée de discourtoisie, a une logique, une organisation, une signalétique, reprise comme d’habitude nulle part ailleurs au monde, aucun doute possible, nous sommes en France. Vous n’êtes plus client. Vous êtes un voyageur, un usager, un machin qui devrait obéir au labyrinthe qu’un Enarque a pondu pour vous. Et si vous n’y arrivez pas, comme nombre de commentaires le reflètent ici, c’est que vous n’êtes décidément pas le plus coupant des couteaux. Pour les Français qui habitent en France, ce n’est pas choquant, mais pour les étrangers, si.
      Apres, traiter les touristes de cons et comme des cons, sans se remettre en question, c’est une stratégie qui marche pour Paris depuis tellement longtemps qu’on est en droit de se poser la question.

  • Entre la RATP 100% publique et ADP qui l’est à moitié, pas de surprise. Faut privatiser tout ca.

  • Jean De Valestrel
    17 janvier 2017 at 12 h 34 min

    L’article est incomplet. Il manque les SDF qui croupissent dans leurs excréments que l’on croise dans les couloirs que l’on parcourt à pied puisque 9 fois sur 10 les trottoirs roulants sont H.S

  • et ben, l’auteure de cet article me semble particulièrement peu douée. Cdg fonctionne comme la plupart des aéroports de cette taille, c’est sur que si on le compare a Santiago fréquenté par 3 passagers par an… Je lui déconseille de se rendre dans n’importe quelle autre grande ville du monde.

    Franchement, même pas savoir que les billets de train sont différents en fonction de la destination. Au Chili un billet de métro permet d’aller n’importe ou dans le pays ?

    Article d’une mauvaise foi effarante tout juste bon à faire du french bashing de base

    • @Arkadyuzs
      Quand on prend un billet d’un transport en commun qui a deux arrêts nommés « Charles de Gaulle », on s’attend à arriver à l’aéroport, pas à un terminal pour prendre un autre billet pour un transport spécial. C’est comme si l’arrêt « Gare de Lyon » se trouvait à Sarcelles ou dans le 13ème et qu’il fallait prendre un express, (hors de prix en plus, 10€), quelconque pour arriver à la dite gare.
      De plus ,elle s’attendait à voir des personnes physiquement présentes et capables de l’aider dans son désarrois. Ce qui n’a pas été le cas. Des personnes capables et présentes, cela va devenir rare.

      Pas de French bashing ici, juste un point de vue différent. L’auteure n’a pas les mêmes points de référence que vous. Heureusement pour vous, si un jour vous allez à Santiago, il y aura de vraies personnes pour vous orienter et vous épauler dans votre désarrois.

      • Effectivement l’auteure n’a pas les mêmes references : la négociation sur les limites de bagage autorisé est sans doute une autre conception du voyage. Mais encore une fois, à CDG, elle n’est pas toute seule à voyager et on ne peut pas lui accorder des heures et des heures pour  »négocier ».
        Pour information, une fois arrivé à CDG, pas besoin de nouveau ticket pour changer de terminal. Renseignez-vous.
        De plus, il existe des panneaux permettant de s’orienter vers le terminal de votre choix. Il faut savoir lire bien sûr.

        Si il existe des défaillances à CDG, le rejet en bloc et la critique pour la critique ne servent a rien.

        • @Odd
          « Pour information, une fois arrivé à CDG, pas besoin de nouveau ticket pour changer de terminal. Renseignez-vous. » Ce n’est pas ce que dit l’auteure vu que quand elle est sortie à l’arrêt « Charles de Gaule », au sommet de l’escalator en panne, il fallait un autre ticket à 10€ (quelle avait grâce à son ami) pour aller jusqu’au terminal (et la menace de l’amende à 50€ proférée par les agents) ?
          De plus avec le stress d’un horaire à ne surtout pas manquer, du monde, des agents incomptétents mais racketteurs, d’autres absents ou tellement hautains qu’ils ne daignent pas faire leur boulot qui est normalement d’informer les clients en faisant pour eux le tri sur le flot d’informations disponibles et présentées, il n’est pas aisé de rester concentré et de se retrouver.
          Au vu de votre commentaire, je suppose que vous devez envoyer paître les touristes ou autres chauffeurs étrangers ou non qui auraient l’audace de vous demander leur chemin vu qu’ « Il faut savoir lire bien sûr. » un plan Michelin ou un écran GPS.

          • ces agents ne sont pas La pour renseigner mais pour contrôler… ce sont des « contrôleurs ». Vous n’avez pas le Bon ticket ? Vous payez! Il ne s’agit pas de racket… lorsque vous manquez à vos obligations dans tous les domaines de la vie, vous payez.

            Le client doit prendre l’habitude de s’adapter et Que tout ne doit pas systématiquement aller dans son sens…

          • Je ne reprendrai pas la différentiation entre contrôleur et agent, explicitée plus haut.
            Je ne suis pas un agent, mais je réponds volontiers aux gens quand ils me demandent leur chemin: peut être l’auteure aurait-elle du utiliser cette capacité à communiquer avec les personnes autour d’elle qui l’auraient sans doute aiguillée. Mais se plaindre de l’absence d’information quand celle-ci est belle et bien présente, c’est être incapable au mieux ou de mauvaise foi voire malhonnête.

    •  » juste bon à faire du french bashing de base »

      On ne fera jamais assez de french bashing tant que ce pays sera pourri par le socialiste, et pour parvenir à éliminer l’effroyable cancer, aucune mauvaise foi ne sera jamais assez mauvaise. Le mal est trop profondément ancré pour que la thérapie soit légère. La chirurgie à venir va devoir couper en profondeur dans les organes pour sauver ce qui peut encore l’être. Ceci dit, les socialistes peuvent renoncer tout de suite pour disparaître à jamais, et le socialism bashing cessera immédiatement, son objet ayant disparu. A eux de voir puisqu’ils se prétendent responsables.

      • Ce pays restes le plus touristique du monde et ce n’est pas prêt de changer… alors arrêtez de nous servir votre discours politique sans fondements et apprenez à vivre avec le système français tel qu’il existe puisqu’il marche. Et ces petits inconvénients n’empêcheront pas les touristes de continuer à venir.

        • « Ce pays restes le plus touristique du monde et ce n’est pas prêt de changer…  »
          Tout faux. La France est dépassée depuis longtemps, et régresse encore ; elle n’est plus que 4ieme en terme de recette, derrière les USA, l’Espagne, et maintenant la Chine.
          L’illusion en terme de nombre de touristes est maintenu par un comptage qui inclut le routier qui passe une nuit en France… mais dès qu’on en revient à l’important (le pognon), l’illusion se dissipe.

        • Stéphane Boulots
          18 janvier 2017 at 18 h 26 min

          La fréquentation touristique est en chute libre. Tapez « baisse tourisme France » sur Google au lieu de sortir des arguments d’autorité.

          • Vous confondez valeur absolue et valeur relative. Je ne sais trop que vous conseiller au lieu de sortir des arguments de mauvaise fois.
            Et plus sérieusement les statistiques c’est utile, mais il faut connaître le contexte pour les utiliser, typiquement les attentats…

            • Stéphane Boulots
              18 janvier 2017 at 20 h 07 min

              2007 : 9% des touristes mondiaux
              2011 : 8,5%
              2014 : 8,1%
              2015 : 7%

              « … et ce n’est pas prêt de changer ! » Ah bon ?

              • Cest juste à cause des attentats mon brave monsieur… et malgré les attentats ça reste le 1er pays touristique… vous croyez vraiment que ca baisse à cause des Escalators en panne ? Vous êtes très drôles…

                • 6 tres bon amis japonais, 4 correens.. aucun ne reviendront en France.. tous ont eu de mauvaises expériences à des niveau différents.. et oui l escalator en panne pour un jap c est presque incompréhensible.. pour eux le plus beau pays mais avec le pire service du monde.

                  Mais oui continuez à penser que tout est du au terrorisme.. tain décidément.. il a vraiment bon dos..

                  • Et bien ils iront en vacances ailleurs… si ca se trouve La Tour Eiffel et le Louvre sont plus attrayants dans d’autres pays 🙂 allons allons! Continuez de ramer cher monsieur 🙂

                • Stéphane Boulots
                  20 janvier 2017 at 11 h 58 min

                  Oui on sait : c’est soit a cause des musulmans qui sont terroristes, soit a cause des étrangers qui sont stupides … quoi d’autre ? A cause de la CIA, du mossad, du KGB, des iluminatis ?

                  Il est clair que les Francais n’ont absolument aucune responsabilité ni dans les grèves de RER, ni dans l’urbanisme du 93, ni dans l’organisation (et la propreté) de CDG, ni dans l’amabilité des fonctionnaires… on se demande juste à quoi servent nos impôts puisque tout cela c’est de la faute des autres.

                  • À un excès vous répondez par un autre excès : pourquoi seriez vous plus crédible ?
                    Les attentats ont fait diminuer la fréquentation touristique, c’est avéré.
                    Vos velléités complotistes ne regardent que vous.
                    Si cet article est d’une mauvaise fois totale, il est évident que CDG aurait besoin d’une meilleure gestion.
                    Ne faites pas de faux procès à CDG, ce sont souvent les compagnies aériennes qui génèrent les retards, malgré les goulots d’étranglement fort peu judicieusement placés.
                    Essayons d’être raisonnables, et de ne pas se vautrer dans le pathos, une position constructive pourrait en ressortir.

                    • Stéphane Boulots
                      21 janvier 2017 at 16 h 50 min

                      @Odd:

                      Je ne cherchais pas à être crédible, mais ironique.

                      Oui, les attentats ont fait diminuer la fréquentation touristique, mais pas depuis 2007. Hors c’est une tendance qui se confirme depuis au moins une dizaine d’année et dire que « ce n’est pas près de changer » est absolument démenti par les faits. Continuer de le nier et chercher toutes les excuses possible est dans ce cas effectivement de la très mauvaise foi.

                      https://www.contrepoints.org/2017/01/17/278048-temoignage-laeroport-de-paris-degoute-de-france#comment-1260561

                      Refuser d’écouter ce que disent les gens (même si ils n’ont pas raison) est typique de ce pays qui a une notion toute particulière de la liberté d’expression et de la liberté de façon générale : « tout ce qui ne nuit pas à autrui, borné par la loi », c’est à dire uniquement ce que l’Etat nounou (qui fixe les lois) et le politiquement correct (qui est sensé protéger autrui), autorisent.

                      Désolé, mais je n’éprouve aucun devoir de solidarité nationale pour les défauts d’organisation de CDG, je trouve même cela complétement inacceptable. Dans le pire (le pire oui) des cas, CDG devrait être #1 en terme de satisfaction des voyageurs étrangers. Et ce ne sont pas les excuses, les apitoiements, les pleurnicheries, les appels au sentiment national etc… qui changeront quelque chose.

                    • Il n’y a vraiment qu’en France qu’on doit se sentir obligé de tout critiquer… personne n’est fier d’être en France. On a toujours l’impression qu’on ne fait pas assez d’efforts, que c’est mieux ailleurs… et bien moi, je ne trouve pas que c’est mieux ailleurs. Il y a des choses à améliorer certes mais La France est un beau pays avec énormément de points positifs.
                      Mais comparer des petits aéroports nouveaux comme SCL avec CDG c’est stupide. Comparer des réseaux de metro modernes avec le metro parisien qui est l’un des plus vieux du monde c’est stupide également. Et par dessus tout, vanter les mérites du Japon (un pays où l’on travaille jusqu’à La mort sans compter ces heures, où les gens n’ont même plus le temps de tomber amoureux et de faire des enfants et où les gens dorment dans des pièces de 5 m2 par manque de place), c’est stupide aussi. Pas une seconde, je n’envie leur pays et leur façon de vivre… je parle du Japon mais c’est valable avec La plupart des pays cités.
                      Et à ceux qui critiquent les « fonctionnaires » en lisant cet article, les gens d’ADP et de la SNCF ne sont pas des fonctionnaires. Les seuls fonctionnaires sont les policiers. Et des policiers souriants, j’en ai vu nulle part dans le monde. J’insiste bien sur le nulle part.

                    • @Stephane boulots
                      C’est votre ironie, et donc votre absence de nuance, ne permettent pas d’accorder de crédibilité à vos propos.
                      7% des touristes mondiaux: en ramenant ce chiffre à la population française ou à la superficie du territoire, la France ressort extrêmement bien placée par rapport aux autres pays. Il reste donc un peu (voire beaucoup) de marge, et c’est le sens des commentaires ici.
                      Vous dites que les « excuses, les apitoiements, les pleurnicheries, les appels au sentiment national » n’y changeront rien.
                      En termes de pleurnicheries, cette article n’a pas de leçons à recevoir. Quant à l’appel au sentiment national, fort bien, mais dans ce cas ne faites pas d’appel au sentiment contre-national.

                      Vous vous sentez apparemment brimé, et on vous empêche de vous exprimer.
                      Je ne vous dirai pas d’aller faire un tour en Corée du Nord.
                      Simplement, avoir une vision dans l’absolu de la société parfaite, et voir en relatif les différents fonctionnements existants, c’est autre chose. Le fait que vous puissiez vous exprimer sur ce forum peut être un moyen de faire changer ce qui ne fonctionne pas bien.

                      Pour ce qui est de CDG, ma position n’a pas changé : s’il y a bien des reproches à faire, se complaire dans les pleurs et les accusations de mauvaise foi, sans être factuel et/ou argumenté, n’aide pas voire nuit à son amélioration.
                      Je n’ai par contre pas compris pourquoi CDG devrait être #1 en terme de satisfaction des voyageurs étrangers :
                      par rapport à quoi ? aux autres aéroports mondiaux ? Ce serait être très exigeant envers ce pays, ou très méprisant envers les autres.

                      Cordialement,

                    • Stéphane Boulots
                      22 janvier 2017 at 20 h 14 min

                      @Odd :

                      La seule conséquence que l’on peut tirer du fait que la France soit (pour l’instant encore) #1 en terme de touristes étrangers, est que CDG (qui est pour nombre d’entre eux la première et la dernière impression) devrait être classé #1 en terme d’accueil.

                      Quand au besoin d’être constructif … désolé, mais ce n’est pas comme cela que fonctionne ce pays, même si on peut le regretter. Nous sommes dans une démocratie (et vu que le domaine des actions collectives reste plus que limité et de toute façon ne comprenant pas la sphère publique), donc nous (ayant été classés de façon autoritaire comme gens du Peuple et non comme clients), n’ayant aucune voie de recours direct, n’avons par conséquent aucun devoir moral vis à vis de l’Etat et des sbires en dépendant (comme ADP).

                      D’ailleurs, et de la même façon, eux aussi n’ont aucun devoir envers nous : l’Etat s’est arrogé ce privilège de tout décider, de tout contrôler, de tout organiser, de légiférer et de réguler les droits et devoirs de chacun.

                      Et quand on regarde CDG (entre autre, les urgences des hôpitaux un dimanche soir c’est pas mal non plus, les lignes Inter-cités idem, la circulation à Paris, le RSI et la CIPAV de même, etc…) il semble clair que les rustines, les bonnes idées et les bons sentiments sont dépassés depuis longtemps.

                      Ce pays est foutu.

                      @Jimmy009 :

                      Ben si on est fier d’être Français, c’est bien pour cela que présenter une image aussi déplorable (comme le fait CDG) de notre pays, se foutre aussi royalement des touristes qui viennent nous honorer de leur visite (et accessoirement dépenser leurs brouzoufs), traiter avec autant de dédain et d’arrogance les opinions des gens (qu’elles soient justifiée ou non), est juste inacceptable.

                    • @Stephane
                      Je ne vois pas le rapport entre nombre de touristes et la qualité de l’accueil.
                      En fait, stratégiquement parlant, quand on est sur un segment avec de gros volumes, on peut se permettre d’avoir un niveau de qualité moindre que sur des marchés de niche: faire de la qualité coûte cher, d’autant plus que le volume de voyageur est important. Mais passons, je suis en faveur d’un niveau minimum de qualité.

                      Nous sommes dans une démocratie, certes imparfaite, mais une démocratie tout de même.
                      En 2 mots et en théorie, la démocratie, c’est la représentation du peuple, par le peuple, pour le peuple: le droit de vote entre autres permet (de manière plus ou moins efficace) d’exprimer son opinion.
                      Encore une fois, c’est le « moins pire » des systèmes de gouvernement.
                      Mais il est possible de s’exprimer, au moins à minima. L’appartenance à ce système, ce don de liberté consenti, donne en retour le droit à la sécurité, la justice… bref toutes les fonctions régaliennes de l’Etat. Il ya donc une interdépendance, même si vous la réfutez.
                      Le débat argumenté est l’instrument de la raison, et s’il n’est pas assez utilisé, ce n’est pas une raison pour le faire disparaître.

                      Je sens votre désespoir mais il ne fait pas avancer les choses: il faut toujours travailler en relatif (voir les autres pays, etc…).
                      Que vous pensiez que le pays soit foutu est une chose, mais il faut avoir conscience qu’après nous, sauf bouleversement majeur, la France sera toujours la France. Reste à savoir si l’on reste immobile à contempler le bateau couler ou si on essaie de faire progresser l’ensemble. Et quitte à choisir, autant avoir de bons sentiments, mêmes dépassés, que pas de sentiment du tout.

                    • Stéphane Boulots
                      22 janvier 2017 at 22 h 21 min

                      @Odd : vous confondez démocratie et Etat de Droit, confusion savamment entretenue mais totalement fallacieuse.

                      Tout pouvoir a besoin d’une légitimité pour constituer un Etat de Droit, légitimité qui ne peut exister que si ce pouvoir garantit des droits et libertés (Article 2 de la DDHC de 1789, Bill Of Rights britannique et US …) hors la démocratie s’arroge le privilège de redéfinir droits et libertés.

                      Dire que le Peuple est un souverain légitime par nature est un sophisme.

                      Le droit de vote ne permet pas d’exprimer une opinion, vous vous bercez d’illusions, il permet juste à entretenir le mensonge de la légitimité du pouvoir populaire : les gens débâtent, votent en espérant le meilleur, nourrissent des espoirs, font des compromis, se rangent à la majorité, prônent l’unité et la solidarité … et ensuite … cherchent des boucs émissaires pour expliquer leurs désillusions une fois la dure réalité constatée.

                    • @Stephane
                      Si je suis effectivement allé un peu vite, mon idée était de dire que je ne connais pas de système prenant en compte la voix de chacun. Si vous avez un exemple du contraire, je suis curieux.
                      Dans l’hypothèse d’un système imparfait, dire « ce pays est foutu » est biaisé, il faudrait dire « les pays sont foutus ».
                      Et si tous les pays sont foutus, relativement les uns par rapport aux autres, on serait amené à penser que certains sont moins foutus que d’autres.
                      Le droit de vote permet, même si de manière imparfaite, d’exprimer un choix ou un refus d’une orientation.
                      C’est le seul élément concret qui puisse représenter les différentes constituantes du pays, et qui soit une sorte de « notation » du mandat précédent comme des politiques proposées. Le rééquilibrage de la politique nécessaire se fait avec la montée des extrêmes, qui poussent les partis de gouvernement à se remettre en question.
                      La rhétorique du pathos et la criminalisation de la pensée ne dure q’un temps, comme on peut le voir avec la poussée du FN: les partis doivent se réinventer ou disparaître.
                      Je suis toutefois d’accord avec vous sur les problèmes de représentation liés à la taille (notamment) du pays. Mais je réitère ma position: dans un système imparfait par nature, on ne visera jamais que le « moins pire ». Et effectivement la vie en société aura toujours sont lot de négociation, compromis et autres espoirs déçus.

                    • Stéphane Boulots
                      23 janvier 2017 at 14 h 26 min

                      @Odd :

                      Les pays les plus libres ont ceci en commun : le common law et ce ne sont pas des démocraties, mais des structures constitutionnelles (monarchies constitutionnelles et/ou Etats fédéraux). Dans ces pays, les citoyens et l’Etat sont sur deux bancs opposés dans les tribunaux.

                      Ces pays prennent en compte la voix de chacun, et non en sélectionnent quelques unes pour l’imposer aux autres : dans les démocraties, le droit positif est le fait de l’Etat et les tribunaux ne rendent pas la justice, mais interprètent la loi.

                      Faute de pouvoir se faire entendre, il ne reste plus que l’invective, même si je suis entièrement d’accord avec vous, ce n’est absolument pas la bonne façon de régler les problèmes (qui d’ailleurs ne sont jamais vraiment réglés ainsi … et ce qui fait que ce pays est foutu …)

      • Vous êtes ridicule : vous êtes aussi dogmatique que ces horribles socialistes qui vous font tant de mal.
        Calmez vous, respirez, essayez d’être moins clivant et plus crédible, dans votre intérêt et celui de votre dogme.

  • Mouais. Pour la RATP je veux bien croire que c’est n’importe quoi, mais pour CDG, franchement, je ne suis pas d’accord. Je ne suis pourtant pas un fervent défenseur de nos « institutions », mais ces critiques sont un peu ridicules. Notamment la comparaison avec l’aéroport au Chili, inadéquate, le plus gros aéroport du Chili passe six fois moins de passagers que GDG…. L’accueil est forcément plus personnalisé et l’aéroport plus à taille humaine. Il faut comparer ce qui est comparable.
    Sinon, effectivement, si je compare à Frankfurt Hahn, CDG est très compliqué. Mais c’est hors sujet. J’ai eu l’occasion de visiter d’autres aéroports de grandes capacité, et franchement, je n’ai pas noté de grandes différences entre chaque. Gatewick à Londres, Kennedy à N-Y ou Pudong à Shanghai, c’est très similaire à CSG. Et encore, les agents dans l’aéroports sont bien plus aimables à Paris qu’à N-Y, Londres ou en Chine…. Quant à la douane et au personnel de controle, ils ne sont jamais aimables. Qu’elle s’estime humiliée si elle veut, mais franchement, le mec ne lui a rien à dit de mal et a juste tenté un trait d’humour. Qu’elle aille à Londres ou N-Y, elle va voir ce que c’est etre désagréable…. Quant à la Chine, la moitié du temps, ils ne savent pas ce qu’ils doivent faire, s’en foutent, vous dégagent, vous font revenir, vous redégagent, jusqu’à ce qu’un chef passe par là et mette fin au manège… Même au Cambodge, pourtant pays Ô combien sympathique s’il en est, les mecs sont bien moins agréables qu’à CDG… Espagne pas mieux. La seule exception que j’ai connu, c’est l’Irlande, à Dublin, ils sont très sympas. Mais c’est loin d’être la règle. Et je doute qu’en allant au Chili on me reçoive avec des grands sourires aux douanes.

    Pour ce qui est du service et de la clarté, il y a effectivement un endroit, pour les portes d’embarquement, ou c’est un peu caché dans le E2. Mais en dehors de ça, c’est franchement pas compliqué. Et à chaque fois que j’ai eu un soucis, le personnel m’a toujours très bien aiguillé.

    Au passage, les répétition du style « des enfants qui crient », ça semble être d’avantage là pour faire du volume et ajouter des griefs artificiels que toute autre chose. Des enfants crient dans un aéroport???! Mais qu’attendent les vigiles pour passer à tabac ces marmots braillards et leur passer le gout des pleurnicheries! Une fois dans le coma, ils ne feront plus de bruit. Non, sérieusement, qu’est ce que ça vient foutre là?

    Bref, encore une fois, je ne suis pas du genre à défendre nos tres chères institutions à tout va, mais là franchement, ça semble plus etre de la mauvaise foi, ou tout au plu, une expérience malheureuse, mais guère plus. Des mauvaises expériences, je suis certain que des tas de voyageurs en ont aussi eu au Chili, et dans tous les aéroports du monde.

    Pour finir, je rappellerai aussi que le coup des transports plus chers pour rejoindre l’aéroport, c’est partout ça…. A New York, vous n’avez pas de metro, vous payez un taxi ou une navette qui coutent bien plus cher. A Dublin c’est un ticket de bus de 20€ pour 20 minutes de transports. A Gatewick c’est encore plus drole, on nous a laissé le choix entre 100£ de Taxi ou 90£ de train (avec en prime 2h d’attente avant le prochain….). Ceci ne valant que pour un simple aller évidemment… Même à Phnom Penh, vous payez 9$ le tuk tuk même pour 10 minutes de route, alors que vous payez 20$ la journée complète, sans négocier, le reste du temps…. C’est comme ça.

    • à Dublin la navette rapide coûte 6 ou 7 euros, le bus coût un peu moins mais est beaucoup plus long, par contre en taxi c’est bien 20 Euros…

  • Plusieurs choses concernant ce témoignage :
    1- effectivement il reflète pas mal les problèmes que rencontrent les touristes en France et je suis d’accord avec vous il nous force à trouver des solutions (on a la totale bureaucratie / manque d’information). Il est clair qu’un aéroport au chili n’a pas le même volume de passager mais comme il a déjà été dis çe n’est pas une raison.
    2- sauf que nous avons aussi à remettre en cause notre modèle de pensée (attitude pas sympa et incommunicabilité en anglais, et le pire humilitation et jugement à la fin)
    3- ce qui me dérange dans çe témoignage c’est que j’ai l’impression que cet article arrange contrepoints car il met en accusation surtout des entreprises publiques (RATP etc…) ou presque (aéroport de paris). Seulement ce modèle de pensée (jugement envers autrui, humiliation, manque de communication) se reflète aussi dans les entreprises privées et dans le management de tous cela (et donc du personnel qui est habitué à fonctionné de la même manière entre eux). Ca me fait penser à l’article « témoignage de ceux qui quittent la France » (en gros parce qu’ils sont riches alors qu’on peux la quitter uniquement à cause d’un management de classe (en fuyant « la caste des 3-4 écoles qu’il faut avoir fait pour avoir un job »)… C’est toujours dans un sens ou une interprétation unique. Ici le message en gros c’est de faire comprendre que la privatison va résoudre les problèmes. Sauf que ce sera pareil car, encore une fois, c’est un état d’esprit à changer ! Et c’est bien plus compliqué à faire qu’une privatisation….

  • Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir ne s’accorde jamais avec le sujet mais avec le COD si celui-ci est placé avant le verbe.

    « L’aéroport de Roissy m’a dégoûtée* » si c’est une femme qui écrit, donc.

    Quitte à niveler par le haut commençons par la base.

    • Le participe passé ne s’accorde pas lorsque le verbe pronominal réfléchi ou réciproque admet un C.O.I. Quitte à niveler.

  • C’est où la France ?

  • SCL n’est pas du tout comparable à CDG, même si l’organisation de celui-ci est déplorable.

  • Il y a plusieurs choses que je trouve absurde dans ce témoignage ! Tout d’abord, à ma connaissance, toutes les grandes ou moyennes villes que j’ai pu visiter avaient un tarif spécial aéroport pour la desserte en transport en commun ou taxi. Sur les cartes du réseau, les limites tarifaires sont indiquées, des dépliants pour les visiteurs étrangers existent, et sur les bornes d’achat (qui proposent plusieurs langues) un tarif spécial aéroport est également présent. A moins d’être né de la dernière pluie, je ne vois pas comment rater cela. Surtout pour des gens qui viennent à l’aéroport pour repartir, ils ont forcément du payer le tarif spécial à l’aller. Pour les portillons de sortie spécial « bagages », ils ne sont pas bien dur à trouver, et même mes parents venant du fin fond de la campagne et découvrant l’aéroport pour la première fois ont su se débrouiller. Il y a un moment où il faut arrêter de tout avoir servi sur un plateau et savoir se repérer un minima !
    Par ailleurs, cet histoire de potelets devant les escalators, pour lesquels la personne faisant le témoignage et son ami ne comprennent pas à quoi ils servent : n’ont-ils pas vu le pictogramme indiquant qu’il s’agissait d’empêcher les gens de descendre jusque dans la gare avec leur chariot ?
    Concernant les différents comptoirs d’enregistrement, cela existe dans les grands aéroports, car il n’est en effet pas possible de faire un seul comptoir central vu le flux d’un aéroport comme CDG, cela semble évident.
    Certes tout n’est pas parfait à CDG, mais il est facile de se plaindre sans regarder ce qui se fait ailleurs ou en comparant un petit aéroport du Chili à l’une des plus grandes plateformes aéroportuaires mondiales. Après, si les gens attendent que tout viennent à eux sans bouger, c’est leur problème.
    En tout cas, je remarque souvent des touristes, notamment dans le RER B – encore plus dans les rames rénovées, surtout lorsqu’ils sont direct jusqu’à Paris, s’affaler, leurs chaussures sur les sièges, ceux-là même qui diront que le RER manque de propreté…

  • Il y a plein de choses à dire sur cet article… avant de remettre en cause l’aéroport il faut d’abord essayer d’être débrouillard…
    Depuis quand les transports pour aller aller à l’aéroport coûtent 1,5 euro comme en ville. Bien évidemment que c’est plus cher. Cest sur toutes les machines RATP « billets pour aéroports » et en 5 langues.
    Ensuite les agents qui ont été aperçus devant les portiques sont des agents de contrôles et pas des agents d’accueil. Ils représentent l’autorité, ils ne sont pas La pour sourire et pour aider à porter la valise. Dans tous les pays du monde on se soumet à l’autorité… en France on y arrive pas.
    Quant aux bornes automatiques, pour avoir testé les aéroports allemands c’est pire. Tout est automatique il faut s’y faire. En in bagage de 23 kg cest 23 kg pas 23,2 kg. Les clients « roi » ont toujours été habitué à ce qu’on les brosse dans le sens du poil. Il serait peut-être temps de se remettre en question.

    • Mesdames messieurs, la mentalité qui ruine la France, en 1 commentaire.

      • La mentalité qui ruine la France c’est celle qui consiste à tout critiquer… moi quand je vais à l’étranger, je me renseigne à l’avance et je prévois du temps quand je ne connais pas. Et s’il m’arrive de devoir poser une question à quelqu’un je n’arrête jamais quelqu’un en plein milieu je me dirige vers le comptoir informations… à Paris comme ailleurs, cest surprenant, ils informent… au comptoir informations… et encore plus surprenant, ils sont payés pour ca…

    • @Jimmy009
      « Depuis quand les transports pour aller aller à l’aéroport coûtent 1,5 euro comme en ville »
      Chez moi, c’est 1.60€, le prix d’un voyage de bus; de métro ou de tramway. Avec ce ticket, on peut même avoir pris, le bus et/ou le métro avant d’avoir pris le tram’ qui vous dépose à l’aéroport, grâce à la correspondance « bus/métro/tram » d’une heure.
      http://www.toulouse.fr/web/transports-mobilite/transports-en-commun/tramway/-/content-agregator/anvbrTsaWu7N/2?
      Autrement, il y a la navette, dont les correspondances sont annoncées automatiquement par les haut-parleurs dans le métro et écrites sur des panneaux sous les noms des stations, marquées aussi aux arrêts de bus.

      « Ensuite les agents qui ont été aperçus devant les portiques sont des agents de contrôles et pas des agents d’accueil. Ils représentent l’autorité, ils ne sont pas La pour sourire et pour aider à porter la valise. Dans tous les pays du monde on se soumet à l’autorité… en France on y arrive pas. »
      Je ne vois pas pourquoi il serait logique ou normal que des agents de contrôle tirent la gueule. Sans même faire les porteurs, je ne vois pas comment ils peuvent être en contact avec du public sans avoir la moindre once de savoir-vivre/politesse ? Ils auraient peut-être dû asséner quelques coups de matraque à ces grossiers touristes ! D’ailleurs pourquoi ne sont-ils pas dans les rames à vérifier les tickets comme le font la plupart des contrôleurs de billets (SNCF par exemple) ? Pour avoir été de l’autre côté du comptoir, je sais qu’avoir une gueule fermée, se la jouer « pas commode ou pas content » augmente la part des soucis. Etre souriant et aimable (tout simplement) réduit les mécontents potentiels de 95%.
      « Autorité » « on se soumet » ! Désolé, mais la France n’est pas encore un pays d’esclaves soumis à une autorité toute puissante.

      « Les clients « roi » ont toujours été habitués à ce qu’on les brosse dans le sens du poil. Il serait peut-être temps de se remettre en question. » Je voudais bien vous voir être brossé dans le mauvais sens du poil après avoir payé un service ou un produit, juste pour savoir le temps qu’il vous faudra pour que le « roi » en vous se manifeste.

      • Comparer Toulouse à Paris, je vais faire comme si je n’avais pas lu.

        Pour parler de sourire et de savoir vivre, on voit bien que vous navez absolument aucune idée de ce que vit un contrôleur dans les trains de banlieue. S’il sourit on lui crache au visage ou on l’insulte. Cest le quotidien de ces gens là. Confrontés à des gens qui ne veulent pas payer etc…

        Et en tant que client, peu importe l’endroit où je voyage, je m’adresse aux employés de manière cordiale et surtout je ne demande jamais de faveur. Quand jai fait une erreur je l’assume. Voilà pk je parle de client roi. Et je pense pas me comporter comme tel. Par contre on a plaisir à faire des gestes pour moi car en tant que client je suis agréable. Vous devriez peut-être inverser vos statistiques… un client aimable et de bonne foi sera plus à même de susciter chez son interlocuteur un plus grand intérêt. À CDG, La majorité des clients se comportent comme des goujats. Pas étonnant que le personnel fasse le minimum…

  • Il faut être bien naïf de prendre le RER pour aller a CDG, histoire de faire des économies. Vous prenez le risque de traverser la réserve du 93 a vos risques et périls, et ce depuis la gare du Nord assez mal famée. Le taxi ou Uber sont également une mauvaise piste car parfois plus onéreux que votre billet d’avion low-coast, a 60 ou 70 euros du trajet; et gare aux clandestins qui vous hèlent a l’arrivée des vols dans l’autre sens. Le mieux semble être la navette par autocar depuis l’Opéra, l’Etoile ou Denfert-Rochereau. Il faut se renseigner absolument a l’avance.

    • En effet, il faut être bien naïf pour venir en France.
      Autre précision pour touristes : ne prenez surtout pas un A 380 pour arriver à Roissy, le service de douane n’est pas prévu pour recevoir 600 passagers d’un coup, et après une demi-heure de file, un pandore se réveille enfin pour venir nous dire : passeports français et européens, venez par ici. C’était sûrement trop compliqué de le prévoir d’office.
      Ah, autre point de détail, si vous êtes une maman avec un bébé, ne cherchez surtout pas un local avec table à langer, je crois qu’il doit y en avoir un pour tout l’aéroport, et je ne l’ai encore pas trouvé. Mais tout le monde sait bien qu’un haut-fonctionnaire ça ne voyage pas avec des bébés…
      De tous les aéroports que j’ai pratiqué dans le monde, Roissy est un de ceux que je déteste le plus, et que j’essaye d’éviter au maximum. Je le laisse aux petits malins, rois de la débrouille, adeptes du Petit Futé, et chauvins avant tout.

      • Des tables à langer yen a dans tous les terminaux à peu près partout où y’a des toilettes handicapées. Il faut juste ouvrir un peu les yeux… quand au service de douanes il n’y a pas pire que JFK où l’on poireaute 3h à chaque et où il n’y a pas de file prioritaire…

    • Très mauvais choix…
      RoissyBus et OrlyBus sont super dangereux car ce sont des bus RATP de base qui roulent sur autoroute, donc sans ceinture de sécurité et sans compartiments bagages adaptés.
      Le mieux ce sont les ex cars AF repris par ADP.

  • CDG est le plus mal noté des aéroports dans le monde. Je ne peux que compatir avec vous et les touristes qui ont eu à passer par cet « aérodrome ».
    Tout ce que vous dites est malheureusement vrai pour l’avoir également vécu à de maintes reprises.
    Un détail: à la fin la personne que vous appelez un douanier est en fait un policier affecté au service de la police aux frontières (PAF). Les douaniers sont en général plus « professionnels ».

  • Arrivée en transit depuis Genève, j’ai raté l’avion qui devait me faire traverser l’Atlantique. Pourquoi? Parce que j’ai demandé mon chemin à un préposé de l’aéroport et qu’il m’a dirigé vers la sortie. Le temps que je comprenne, de moi-même, que j’aurais dû rester dans le bâtiment pour suivre le chemin de transit, l’avion était parti. Avec mes bagages (bonjour la sécurité)! Et je me suis tapée une nuit à l’hôtel, à mes frais.
    Maintenant, je passe par Amsterdam, Frankfurt ou Londres – mais plus jamais Paris, plus jamais Air France!

  • J’adore les commentaires du genre « il suffit de » ou « elle n’est pas très débrouillarde » plutôt que de reconnaître l’évidence absolue pour tout voyageur qui est passé par plusieurs aéroports dans le monde: CDG est une nullité absolue. Tellement absurde qu’on se demande si ce n’est pas fait exprès pour punir les gens de voyager. Il y a quelques années, je voyageais énormément en Asie, Australie et US au départ de Bruxelles et ma condition numéro un à l’employée en charge des voyages était d’éviter A TOUT PRIX de transiter via CDG. Mon « plus grand souvenir » de faire l’erreur d’y passer étant un retour du Vietnam à CDG un dimanche matin: plusieurs long courriers arrivant en même temps et un seul préposé aux douanes pour traiter le flux, il y avait une queue de 7 bus avant de pouvoir même rentrer dans le terminal. Aucune excuse pour CDG, il y a des dizaines d’aéroports aussi importants que celui là qui font nettement mieux, en fait à part quelques aéroports en Afrique (Kinshasa) ou Philadelphia et LaGuardia, je n’arrive pas à penser à un aéroport aussi nul que CDG…

  • Je suis français, habitué du RER, et pas moins débrouillard qu’un autre, et pourtant je comprend parfaitement les affres de cette touriste dépitée.
    Et c’est pas elle qui a écrit la section « critique de l’aéroport » de wikipédia.

    CdG est une calamité, et ça pourrait facilement être autrement.
    En terme de pure logistique des flux, il n’est pas mal foutu. Mais l’information est calamiteuse et au lieu d’y remédier, la logique est celle de Jimmy009 plus haut : « tavéka X pov c* » , avec X = « te renseigner avant », « prévoir plus de temps », « regarder là, l’information y est » (merci captain obvious, si je savais à l’avance où l’information se trouve, j’aurai pas eu besoin de toi).
    Bref : démerde toi j’en ai RAF je ferai pas le moindre effort pour te faciliter la vie, je peux, vu que je suis gentil, vu que je suis favorable au « social ». La France c’est la culture, et la culture ça se mérite, ça ne se paye pas, soit déjà heureux qu’on accepte ton fric, salaud de richard (un touriste est un richard, par définition).
    Et bien sûr bon courage pour trouver une information pratique sur le site internet corporate : http://www.parisaeroport.fr

    • Ma logique s’applique aussi à moi quand je vais à l’étranger cher monsieur… je me renseigne sur internet à l’avance sur le terminal de départ de mon vol et l’arrêt du train (La base), je prends de la marge (et bizarrement quand on est pas pressé La queue on s’en fiche), et quand je suis perdu et Que je dois me renseigner, je cherche par moi même les panneaux, ou je vais au comptoir information (qui est l’une des choses les plus visibles à cdg). Quand je suis à l’étranger, je suis extrêmement mal à l’aise d’arrêter les travailleurs dans les aéroports au vol comme ça alors qu’ils sont pressés et ont du travail… pas étonnant qu’ils sont pas forcément souriants… d’autant plus que lorsqu’on est stressé, on oublie soi-même les bonnes manières et on ne s’adresse pas forcément de La bonne manière au personnel. Le personnel n’est pas la pour être le punching ball des voyageurs inquiets et encore moins pour les prendre par la main…

  • ce pays est foutu

  • Je veux bien que CDG ne soit pas terrible, mais honnêtement :
    1 – c’est largement comparable aux autres aéroports internationaux en terme de casse-bonbonitude, y compris ceux des pays riches
    2 – elle est quand même pas hyper dégourdie on dirait, y’a quand même des trucs à anticiper, genre par exemple le numéro du terminal qui est TOUJOURS écrit sur le billet

  • Franchement, je suis d’accord sur certaines choses. CdG c’est sale, ça pue parfois, le contrôle des passeports est mal organisé (toujours une queue monstre, horrible) et en France on a des progrès a faire en Anglais. Mais d’autres choses… L’escalator qui marche pas, ça m’est arrivé et j’avais une valise énorme de 23 kg, et ben j’ai longé le quai et j’ai trouvé…un ascenseur ! Il faut donner la main aux gens ou quoi ? Et ces personnes qui ne savaient pas à quel arrêt descendre, désolée mais on se renseigne avant, comme pour le ticket de métro/rer. Les zones ça existe aussi à Londres par exemple. Si les choses sont bien préparées on a moins de problèmes. Par contre la queue à l’enregistrement des bagages, je dois admettre que c’est un peu confus au début, tout comme les transferts entre terminaux (ce système de navette…). Je sais pas mais de mon côté je me suis toujours débrouillée seule et je suis toujours arrivée à destination sans trop de problèmes. Et allez faire un tour en Russie, vous allez voir comme les douaniers sont sympathiques 🙂

  • Article non pertinent : la voyageuse manque simplement de jugeotte par moment et les comparaisons avec l’aéroport de Santiago sont irrelevantes.
    Il est tout de même assez classique de payer un ticket différent lorsqu’on va en banlieue !
    Les bornes à la sortie des escalators, c’est pour empêcher les petits malins de monter/descendre avec leur chariot et risquer de créer de graves accidents (j’ai failli m’en prendre un à l’aéroport de Genève…)

    Il y a beaucoup de raison de critiquer la France, autant choisir de vrais combats !

  • Peut-être que si la personne en question était arrivé en avance, elle n’aurait pas eu à courir… quand tu voyages dans un pays étranger tu te renseignes…
    Sûr, les bornes avec lesquelles on ne peut pas négocier, c’est chiant, oui les personnes ne parlent pas anglais dans le métro (en même temps, je ne vois pas où est le problème), oui les personnes à l’aéroport pourraient faire un effort avec leur niveau d’anglais… le coup du boarding pass… là bizarre… les bornes automatiques, il n’y a rien de compliqué… Tout ça pour dire qu’effectivement, il pourrait y avoir des amélioration à apporter, mais au final, la personne qui a écrit cet article n’est juste pas très douée… Je vis en Chine, j’ai un petit frère de 17 ans qui vient me voir chaque années depuis 4 ans, seul… aucun problème… Moi-même, j’ai fait plusieurs pays d’Europe, d’Asie, la Russie… j’ai vu bien pire que la France…

  • Quelle honte d’être français, quelquefois !
    Tous ces cons de fonctionnaires, sous couvert de la sécurité, inventent des systèmes absurdes. Et ces mêmes cons n’ont jamais voyagé donc ne peuvent pas comprendre. Réveillez vous, bandes d’abrutis, nous sommes au XXI ème siècle !!!

    • Effectivement, en voyant votre commentaire et sa grossièreté, on peut s’interroger sur le système d’éducation français, car de toute évidence il y a des failles.
      Dans quel siècle comptez vous être respectable ?

  • Pour avoir travaillé sur le Terminal 3 je comprend le désarroi de cette dame, le rer b lorsqu’il n’y a pas d’incident est déjà une épreuve à surpasser quand le train est autorisé d’allez jusqu’au Terminal 2, une gare rer en travaux depuis des mois avec des indications incompréhensibles pour des étrangers lorsqu’ils doivent se diriger vers le terminal 1 ou 2 dans le cdg val avec le t3 au milieu. ces fameux piqué pour éviter que l’on se déplace d’un terminal a l’autre avec les charriots, les sdf qui ne peuvent etre virer qui dérange les voyageurs. Le plus drôle reste le terminal 1 avec les vols pour l’Afrique et ses interventions de CRS pour dégager les blocus de voyageurs ou encore les tunisiens qui bloque l’enregistrement sur le t3 a cause de leur compagnie lowcost et qui en arrive aux mains avec les turques ou les israéliens ( choc des cultures garantie) en parlant de ça pour avoir était le seul blanc dans mon équipe dans une chaîne de restauration, il existe un vraie communautarisme entre arabes et un réel clientélisme avec les syndicats qui son aux ordres de la direction, ADP qui ferme les yeux sur ce genre de chose et vient te prendre la tête pour un papier qui traine devant l’enseigne, le vol omniprésent des employés, les cafards, les chaines de froid non respecter, des règlementations d’hygiène non respecté que ce soit en labo ou en point de restauration, autant vous dire acheté un sandwich dans un relay ou mangé chez vous avant de partir. le central de taxi ( là où ils attendent et prennent leurs pauses ressemble plus au tiers monde qu’autre chose avec d’un coter les chinois, ensuite les noirs et les arabes vacant a leurs occupations ) et j’oublie beaucoup de chose.

  • beaucoup de choses fausses dans ce récit, parti pris…..je déteste ADP et CDG mais faut voyager un peu quand même ……

  • la même chose et bien pire pour moi et pourtant je parle Français

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

Par Sylvain Kahn. Un article de The Conversation

Les candidates et candidats à l’élection présidentielle française ont pris l’habitude d’annoncer aux électeurs les lois et les décisions qu’ils feront adopter par l’UE sitôt élus.

Cette attitude relève de la pensée magique.

En effet, l’UE est un régime politique qui se caractérise par un pouvoir réparti entre une pluralité d’acteurs et de centres de décision. Les institutions qui regroupent les dirigeants des gouvernements nationaux doivent ainsi composer avec cette sorte d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles