Coût de la pollution : l’imposture [Replay]

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
impots credits LendingMeme (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coût de la pollution : l’imposture [Replay]

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 décembre 2016
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

Le rapport de la commission d’enquête du sénat donne depuis mercredi matin des sueurs froides à tous les Français : la pollution de l’air coûte 100 milliards d’euros à la France. 42 000 « décès prématurés », « un tiers de la dette grecque » ! Les images choisies par les communiqués officiels donnent le ton. Mais comment en arrive-ton à faire ce calcul ? Voici les coulisses de cette supercherie.

Si les enfants apprennent dès leur plus jeune âge à ne pas additionner les torchons et les serviettes pour comprendre les mathématiques, il n’en est pas de même pour les auteurs du rapport qui donnent pêle-mêle les grandes causes de la pollution de l’air dans un joyeux inventaire qui va du diesel aux produits chimiques des agriculteurs, en passant par la rénovation du Panthéon1. Les particules fines cohabitent avec les pesticides, les voitures avec les monuments historiques, l’ozone avec l’azote, les cancers avec l’asthme et même l’absentéisme dans les entreprises, le tout devant achever de nous convaincre que l’homme est un loup pour l’homme et qu’il faut faire quelque chose.

Qu’on se rassure, la solution est déjà trouvée : il s’agit de faire accepter aux Français de nouvelles taxes. Comme le fameux consentement à l’impôt est un peu mis à mal, il faut, pour emporter l’adhésion du contribuable, le convaincre que tout cela est pour son bien. Et c’est très exactement ce qui est dit avec cette tentative de créer la panique : on meurt trop tôt. Sauf si on accepte de payer un peu plus d’impôts.

Ce qui laisse néanmoins perplexe est que ce chiffre affolant s’est répandu comme une traînée de poudre dans tous les médias ce mercredi alors que le rapport n’a pas encore été publié ! Comment les journalistes peuvent-ils savoir ce qu’il y a dans l’étude puisqu’elle n’est pas encore publique ? Il n’y a eu que le communiqué de presse, ils n’ont pas pu faire leur propre enquête et se contentent donc de répéter benoîtement ce qu’on leur a dit. L’État aurait tort de se priver d’un aide de camp aussi efficace.

Un coup d’œil sur le site du sénat permet de comprendre comment a été élaboré le rapport : 50 heures d’auditions (en à peine 4 mois) des « acteurs » contre la pollution, une sorte de lutte participative dont on trouve le détail ici et qui ne contient qu’un seul médecin (un chef de service de pneumologie). Le rapport a été élaboré par des politiques et des administratifs.

Mais comment a-t-on calculé le coût ? Des données ont été récoltées concernant les hospitalisations, les consultations, les transports sanitaires mais comment peut-on savoir si le patient est hospitalisé ou en arrêt de travail à cause de la pollution ? Ce n’est pas noté dans son dossier médical. Donc à moins d’avoir additionné tous les diagnostics de troubles respiratoires et de leur donner comme cause la pollution, il n’est pas possible d’identifier un rapport de cause à effet. Même un pic de consultations pour problème respiratoire, lié dans le temps à un pic de pollution pourrait n’être qu’une corrélation. Ou pire, pourrait avoir comme cause des troubles d’anxiété.

Regardons quelques détails qui, eux, sont scientifiquement prouvés et permettent de se faire une petite idée personnelle sur cette question de pollution de l’air qui coûte si cher à la société.

Prenons l’exemple le plus utilisé dans l’étude : l’asthme. D’après l’étude, il serait en forte augmentation à cause de la pollution de l’air. Or aucune étude médicale ne prouve cette corrélation. L’asthme est une maladie du système immunitaire. Ce qui est scientifiquement prouvé, c’est que l’asthme est d’origine immunitaire et génétique. Ce qui est scientifiquement prouvé, c’est que ce sont les pollens qui représentent les allergènes les plus fréquents.

Leïla Aichi explique bien qu’il y a un manque d’études scientifiques pour prouver la corrélation entre pollution et problèmes de santé. Qu’à cela ne tienne : le manque d’étude est déjà une preuve en soi qu’il y a danger caché.

senat

Enfin, lorsque l’argument avancé est l’augmentation du nombre de cas d’affections respiratoires en consultation, ce qui prouve que la pollution augmente et crée des problèmes de santé, on pourra rétorquer que le nombre de consultations médicales augmente partout, de toute façon, pour toutes les causes, et surtout celles qui sont futiles et remboursées. On peut donc faire dire aux chiffres absolument ce qu’on veut : il suffit de tordre les courbes, faute de les inverser.

La rigueur scientifique qui entraînera de nouvelles augmentations d’impôts n’est nulle part remise en cause. « Des » études prouvent… Lesquelles ? Faites par qui ? Avec quels chiffres ? Collectés de quelle manière ? La pollution est qualifiée d’ « aberration économique », comme si l’aberration économique n’était pas flagrante dans d’autres domaines. C’est ce rapport qui est une aberration scientifique. Tous les moyens sont décidément bons pour faire accepter aux Français, qui ont déjà peu de culture scientifique, des idées ésotériques pour ne pas dire franchement malhonnêtes. La taxe sur l’air qu’on respire n’est pas bien loin.

  1. L’augmentation du coût de la rénovation du Panthéon, soit 10 fois le prix prévu initialement, est attribué à la pollution (le plomb). Pas à une sous-estimation de son coût avant travaux.
Voir les commentaires (117)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (117)
  • Il serait souhaitable que le citoyen écoute d’une oreille critique les études en général bidon que les médias servent régulièrement. Ne serait-ce qu’un questionnement sur la méthodologie et sur les donneurs d’ordre. Ainsi qu’une confrontation de bon sens avec des faits réels et prouvés. Merci pour cet article.

  • La ficelle est en effet très « grosse ».

    Mais nous le savons : plus c’est gros, plus ça passe.

    La Folle du Poitou pérore de joie, caquète « 100 myards ! 100 myards ! »… Elle frémit de plaisir. En outre, la perspective du grand « sommet » de décembre, le truc écolo machin mondial climatique de son ex, l’Audacieux, la réjouit profondément.

    Pendant 2 semaines, elle sera la reine (sans les bijoux).

    Au-delà, il s’agit de pomper. Pomper. La thune. Toujours plus de thune.

    Ca n’a pas marché avec les « éco portiques »… pas grave, on monte d’un cran avec les 100 myards, et les dizaines de milliers de mooooooooooooorts par an.

    Plus c’est gros, plus ça passe.

    Ce n’est plus de l’imposture. C’est de la forfaiture.

  • Je ne connais pas bien la question mais en tout cas un exemple de bourrage de crâne de la part du pouvoir, savamment orchestré et surtout un exemple frappant d’incompétence et de malhonnêteté de la part des médias et en particulier de nos bonnes radios et télévisions dites de service public. Je ne sais ce qui l’emporte entre l’incompétence crasse de nos bons journalistes et la servilité. On n’a plus besoin de journalistes. Des fonctionnaires chargés de la propagande suffisent. A qq moiws de je sais quelle grand messe organisee par normal premier, c’est à mourir de rire ou a pleurer.

  • Soyons cynique 2 secondes, on parle d’un coût poru l’état, mais combien est ce que cela lui fait gagner ?

    Exemples en vrac :

    – Hausse du nombre et du coût des soins -> hausse du prix des mutuelles, assiette en hausse donc entrées en provenance de la TSCA en augmentention.

    – Morts supplémentaires : elles doivent se concentrer sur les personnes agées, quelle est l’économie en retraites à ne plus payer, en soins à ne plus prodiguer, etc ?

    Mon sentiment est nous ont déjà fait le coût avec la canicule, et là ils retentent avec la pollution.

    • (Désolé pour les fautes, tapé trop vite, si quelqu’un peut effacer mon commentaire précédent, merci).

      Soyons cynique 2 secondes, on parle d’un coût pour l’état, mais combien est ce que cela lui fait gagner ?

      Exemples en vrac :

      – Hausse du nombre et du coût des soins -> hausse du prix des mutuelles, assiette en hausse donc entrées en provenance de la TSCA en augmentation.

      – Morts supplémentaires : elles doivent se concentrer sur les personnes agées, quelle est l’économie en retraites à ne plus payer, en soins à ne plus prodiguer, etc ?

      Mon sentiment est qu’ils nous ont déjà fait le coût avec la canicule, et là ils retentent avec la pollution.

      • « retraites à ne plus payer » plus l’impôt sur la mort à payer par les survivants, c’est gagner sur deux tableaux. L’Administration nous fait tout un fromage avec ses dispositions pour éviter la double imposition sur l’IR alors que l’imposition multiple est généralisée (comme la CSG et bien d’autres).!

    • Le Diable probablement
      16 juillet 2015 at 10 h 19 min

      Il n’y a pas besoin d’être cynique pour savoir ce que ça apporte à l’État. Il suffit d’envisager la question dans le sens inverse : quel serait le coût de l’absence de pollution ? Quel serait le coût sur l’économie française d’une suppression totale de la « pollution » ? Est-ce qu’on ferme toutes les usines ? On arrête toutes les voitures ? Quel impact sur le PIB et les taxes perçues ?

      • Le rapport est très clair, la pollution coûte 100 milliards à l’Etat et l’Etat veut récupérer ce fric.
        Ensuite, il ne restera à l’Etat qu’à calculer le coût du tabagisme, de l’alcoolisme, de la mal bouffe, du travail (qui use plus que l’inactivité), etc.
        L’Etat considère les français comme ses employés qui doivent obligatoirement rapporter plus qu’ils ne coûtent.

        • Oui mais quand on parle du coût des fonctionnaires, on est des fascistes…

          • Tout ce que vous exprimerez de critiques sur le gouvernement de la France depuis quarante ans fera de vous un brun, un nazi, un fascho et maintenant un populiste. En gauchocrassie une seule alternative être de gauche ou être fascho, c’est simple et ça fonctionne bien, pourquoi s’arrêter.

  • Si obtenir un chiffre comme celui ci paraît bancal, nier pour autant que la pollution ait un coût relève de l’imposture intellectuelle. Si ce chiffre n’est pas remis en question par les médias, c’est bêtement parce que que la pollution soit un coût est une banale évidence. Il suffit de constater les façades des immeubles des agglomérations qui se noircissent et obligent régulièrement à des nettoyages et à des ravalements pour déduire que la population exposée à cette même pollution peut difficilement l’endurer sans craindre pour sa santé. D’où maladies respiratoires, cancers et autres saloperies. Et ce n’est pas parce qu’il s’agit là de choses difficilement quantifiables qu’il faut totalement les nier en bloc sans chercher plus loin que le bout de son nez.

    Attention donc au raisonnement qui consiste à déconstruire pour construire de la même façon la thèse opposée. Il faut davantage voir ce rapport comme les rapports DPE en habitation : on attribue une note jusqu’à F, et on essaie ensuite d’améliorer ici ou là ce qui peut l’être pour améliorer cette note. Voyons plutôt ce coût annoncé comme un argument pour des entreprises qui pourront en faire un relais de croissance efficace, pour des peintures absorbantes de polluants, des voitures moins polluantes à construire et à conduire, une écriture architecturale des villes différentes pour y intégrer ce qu’il faut d’espaces verts propres à capter certains polluants, des habitations moins énergivores et moins gourmandes à concevoir, etc. La manne est exceptionnelle.

    • Comment se fait-il qu’avec tous ces problèmes, la durée de vie augmente ?

      • À quoi sert l’augmentation d’une année de vie si son coût de financement est inflationniste ?

        • Donner en gens l’envie de reussir pour vivre plus longtemps? Alors que l’on peut etre élu en leur promettant la même chose sans travailler et avec l’argent des autres…

          • Non merci Borlo j’ ai pas spécialement envie de payer vos dizaines de cachets par mois pour que vous puissiez vivre jusqu’à 100 ans.soit vous privatisez la santé et chacun est libre de se ruiner soit c’est tout simplement voué à l’échec

      • Parce que le cerveau diminue. Non la durée de vie n’augmente plus à cause des pollutions. ..
        Pour autant l’utilisation gâté par les médias d’état est très polluante.

    • Il suffit de constater les façades des immeubles des agglomérations qui se noircissent et obligent régulièrement à des nettoyages et à des ravalements pour déduire que la population exposée à cette même pollution peut difficilement l’endurer sans craindre pour sa santé.

      Voilà exactement le raisonnement fait par le commun des mortels qui vient se fracasser brutalement sur la science. Nous ne sommes pas des façades d’immeubles, désolé de le dire. Les particules visibles qu’un bâtiment fixe sur ses façades ne sont pas nécessairement celles qui nous polluent la santé. Ou, dit d’une autre manière : Quand Marseille est couvert de sable en provenance du sahara, dois je y voir un risque pour ma santé ?

      Donc bien sûr que si, il faut éplucher ce rapport et en dénoncer les travers. Et plus encore : il faut dénoncer la manipulation médiatique qui se dresse, comme un seul homme, pour vilipender cette pollution qui ferait 42000 décès prématurés (42158 exactement, non ?), selon des rapports scientifiques parfaitement inexistant.

      • Donc selon vous, parce que les immeubles stockent une partie des particules, celle visible, le reste, incolore est forcément indolore ? Ecoutez, je vous propose de respirer à plein poumons des gaz d’échappement pendant quelques mois, et on verra si vous vous en portez mieux.

        Vous me rappelez ce délicieux moment où un lobbyiste de Monsento qui soutenait mordicus que le Round Up n’était pas impropre à la consommation refusait évidemment d’en boire quand on lui en proposait : https://www.youtube.com/watch?v=ovKw6YjqSfM

        Vous vous focalisez par ailleurs sur une partie de mon raisonnement, indiquant que de ne pas voir ou vouloir voir les méfaits de la pollution sur la santé humaine est d’une stupidité franche. Je ne mets pas en cause le fait que ce rapport soit mal fait. Reste que la pollution est néfaste pour la santé humaine, que ce rapport peut être vu comme un DPE, et que nous pouvons tous en profiter, économiquement parlant d’une part, écologiquement parlant d’autre part (ce qui répond par ailleurs à « gillib » ci-dessous).

        • « Donc selon vous, parce que les immeubles stockent une partie des particules, celle visible, le reste, incolore est forcément indolore ? »
          Mmh.. RTP n’a rien écrit de tel.

          « Reste que la pollution est néfaste pour la santé humaine, que ce rapport peut être vu comme un DPE, et que nous pouvons tous en profiter, économiquement parlant d’une part, écologiquement parlant d’autre part »
          Ce rapport amalgame tout et n’importe quoi dans l’objectif d’aboutir à un chiffre percutant. Ce serait comme faire le décompte de tous les produits ménagers présents dans votre cuisine pour ensuite affirmer que les aliments du frigo sont impropres à la consommation.
          Non ce rapport ne sert à rien : il n’apporte aucune information nouvelle. Il est même dangereux car il décrédibilise le combat (légitime) contre la pollution en faisant passer ses adhérents pour des voleurs prêts à tout pour soutirer de l’argent au peuple.

        • « Donc selon vous, parce que les immeubles stockent une partie des particules, celle visible, le reste, incolore est forcément indolore ? »

          Bref, l’argument de celui qui n’en a aucun… Faire appel à l’émotion et à la crédulité… Prendre 2 faits et établir une causalité et mettre au défis de la nier en faisant passer le fait de le nier pour une immoralité…

          « Ecoutez, je vous propose de respirer à plein poumons des gaz d’échappement pendant quelques mois, et on verra si vous vous en portez mieux. »

          Dieu que c’est ridicule…
          J’ai l’impression de lire un anti-vaccin dire à un pro-vaccin de s’inoculer une maladie incurable…

          « Vous me rappelez ce délicieux moment où un lobbyiste de Monsento »

          Et une association abusive, doublée d’un ad hominem…

          « Vous vous focalisez par ailleurs sur une partie de mon raisonnement, indiquant que de ne pas voir ou vouloir voir les méfaits de la pollution sur la santé humaine est d’une stupidité franche. »

          Il faudrait que vous ayez déjà démontré quelque chose… Je ne vois que des assertions et des sophismes.

          « Reste que la pollution est néfaste pour la santé humaine, que ce rapport peut être vu comme un DPE, et que nous pouvons tous en profiter, économiquement parlant d’une part, écologiquement parlant d’autre part (ce qui répond par ailleurs à « gillib » ci-dessous). »

          Et à quelle quantité ? Et qu’est-ce que ce qui produit cette pollution nous a apporté en échange ?
          Vous ne faites qu’analyser un plateau de la balance, et ce plateau n’a qu’une infime partie des faits.

          Sinon, ce n’est pas parce que la pollution pose quelques problème que toute étude alarmiste et biaisée traitant de la pollution est forcément vraie.
          Et ce n’est pas parce qu’on critique cette étude qu’on nie les problèmes de la pollution.
          Ne faites les non sequituur auxquels les escrolos nous ont habitués.

          • Bravo vous découvrez les bases d’une argumentation : des axiomes, des exemples, des contre-exemples. Et vous y mettez même une pincée de latin parce que ça fait bien, je suis sûr que vous pourriez vous entendre à merveille avec Najat. Et quid de votre argumentation à vous ? « étude biaisée », « forcément vraie », « dieu que c’est ridicule », « vous ne faites que… ». Bref, la même chose.

            • « Et quid de votre argumentation à vous ? »

              La stratégie du « c’est celui qui l’dit qu’y est » ? Vraiment ?
              Pas très sérieux quand on prétend donner des cours de rhétorique à ses contradicteurs.

            • Bravo a votre tour, pour cette bouffée de condescendance…
              Quant a votre réponse a l’objection soulevée, seriez-vous mauvais cheval et refuseriez l’obstacle?

            • « La manne est exceptionnelle. »
              « nous pouvons tous en profiter, économiquement parlant d’une part »
              C’est qu’il insiste l’animal.
              C’est un aveu, vous êtes attiré par les subventions gratuites (c’est gratuit, c’est l’état qui paye) pour défendre ce torchon de l’Ex.

        • Ben oui toute activité humaine a des avantages et des inconvénients.
          D’un coté la mécanisation au pétrole des activités qui sont sont très largement bénéfiques pour tous (vivez sans pétrole..) avec quelques effets secondaires qui sont montrés par les écologiques d’une manière exagérée.

          • L’oxygène que nous respirons pour vivre est un oxydant qui nous tue à petit feu.
            Comme dit plus haut, toute activité a ses avantages et ses inconvénient.
            Paris est une des villes les plus polluées de France, peut-être même la plus polluée. En revanche, c’est aussi celle avec la plus longue espérance de vie.
            Que les écolos parisiens nous foutent la paix et fassent comme ceux d’avant en allant vivre dans le Larzac…

        • Donc selon vous, parce que les immeubles stockent une partie des particules, celle visible, le reste, incolore est forcément indolore ?

          Selon vous il y a une relation entre la pollution néfaste pour les hommes et celle visible sur les bâtiments. Si les bâtiments sont pollués, alors forcément nous aussi nous subissons cette même pollution. Je vous illustre par deux situations pour vous montrer que ce raisonnement est biaisé et vous me faite dire un truc que je n’ai absolument pas dit, d’une part, et qui surtout n’est absolument pas le sens de ma remarque.
          Je reprends donc.

          Quelle pollution pour la santé subissons nous quand le sable du sahara recouvre d’une fine couche bien visible la cité Phocéenne ? Parce que les bâtiments sont parfaitement touchés, vous en convenez ? Alors puisque pour vous, si les bâtiments sont touchés par cette pollution, nous aussi nous le sommes, expliquez donc.

          Je ne vois pas le rapport avec Monsanto, le round up et la toxicité d’un produit, je ne répondrai pas sur ce point.

        • Vous avez peur de quelques particules et vous acceptez de vous laver tous jours le corps avec l’un des produits chimiques les plus dangereux de la planète : l’eau. Bonjour la cohérence. Essayez encore !

          la pollution est néfaste pour la santé humaine

          Ca n’empêche pas 500 millions d’êtres humains d’habiter à coté des ces usines géantes de produits chimiques que sont les volcans.

        • Gros trucage, le truc du round up: il faudrait proposer à boire avec une dilution proche de celle qu’on peut rencontrer une fois le produit répandu, puis digéré par la terre, puis absorbé par le légume, avec tous les stades intermédiaires: c’est de l’ordre de l’homéopathie…

        • « …un .lobbyiste de Monsento qui soutenait mordicus que le Round Up n’était pas impropre à la consommation refusait évidemment d’en boire quand on lui en proposait… »

          Viba, vous vous croyez sur un forum de Libé où vous pouvez sortir n’importe quelle idiotie que vos lecteurs gobent à bouche ouverte ?

          Donc vous allez certainement boire votre produit vaisselle vu que vous faites votre vaisselle avec, votre eau de Javel puisque vous en mettez dans votre lavelinge ou sur votre sol… et finissez avec un mélange d’antibio et un kilo de sel…

        • L’eau de javel est en vente libre et c’est un produit d’hygiène reconnu pour son efficacité pourtant vous n’allez pas en boire? idem pour de l’eau oxygénée, de l’alcool à 90, du produit vaisselle, de l’antigel pour moteur….un produit peut être parfaitement inoffensif dans ses conditions d’emploie normal et nocif dans d’autre cas…

    • « La manne est exceptionnelle. »
      Tout est dit, l’état salive, les entreprises amis salivent, vive l’économie solidaire et duraaaable.
      Quelle belle pompe à fric pour escroc de tout genre.

    • Moi je ne remets pas en cause les méfaits des polluants, je remets en cause l’absurdité de ce rapport qui ne vaut pas mieux qu’un rapport de stage d’un élève de 4ème ainsi que sa finalité : faire cracher du pognon sous pretexte de nous sauver la vie.

      J’aurais préférer des études internationales précisant si oui ou non tel ou tel polluant est nocif pour la santé, en quelle quantité, son origine, les moyens de lutte actuels, les alternatives envisageables et leurs coûts sociaux-économiques…

      On va donc mettre en place des taxes et diverses actions qui n’auront aucun effet car « nous n’avons pas été assez loin ».

      PAYS DE CONS !

    • Faut recréer les villes à la campagne … :mrgreen:

    • « Il suffit de constater que les façades d’immeubles noircissent »
      Essayez, même loin de toute pollution, de ne vous laver qu’une fois tous les trente ans, et dites-moi de quelle couleur vous serez.

    • « Attention donc… déconstruire pour construire de la même façon. »
      N’avons nous pas exigez des grecs que leur institut de statistiques soit indépendants du pouvoir

    • J’aime bien l’exemple des façades qui se dégradent, c’est tellement crétin…

      Pourquoi pas : « il suffit de regarder à quelle vitesse se dégrade un bâtiment situé en front de mer qu’il faut ravaler et repeindre tous les ans – je ne parle même pas des effets sur le bois : terrifiant ! – pour comprendre que l’air marin est très mauvais pour la santé. » ça marche aussi avec la montagne : « Il suffit de constater les façades des constructions en montagne tellement sales et grises à cause de la neige pour en déduire que les gens qui partent au ski sont des inconscients mettant en péril leur santé ».

      Bref, vous venez juste de découvrir que nos habitations servent à nous protéger, comme nos vêtements. Bravo !

  • c’est que les campagnes d’affichage dans le métro pour Paris 2015 (où sont les écolos qui râlent contre les publicités ?), ça coûte cher et il faut bien payer pour ça !

  • Merci de faire remarquer cette propagande qui était en une hier de tous les merdias reprise sans recul ni objectivité(avec François l’ambitieux!!) (Au lieu des attentats de la raffinerie, juste une petite incivilité….)

  • Nan mais enfin, demander EELV de participer à cet enquête c’est comme demander à Jean-Pierr Coffe de réaliser une enquête sur la « malbouffe » : ça pue le parti-pris !

    La première chose que je me suis demandée c’est : mais comment ont-ils réussi à en arriver à ce résultat là ?
    Si je prends un arrêt car j’ai une bronchite, c’est à cause de la pollution ?

    AUCUN SENS !

    Par contre aligner la fiscalité du diesel sur l’essence (et non l’inverse), ça, ça a du sens pour nos élus !

  • ce qui coute très cher à la France se sont les plus de 600 000 élus et les personnes qui leurs sont rattachées dans des comités bidons destinés à placer les petits copains et à orienter l’opinion.

    Souvent on a l’impression que les journalistes et les politiques n’ont aucune formation sur l’interprétation des statistiques dont ils abusent. Ainsi, par exemple, une corrélation devient facilement une relation de cause à effet, et comme c’est souvent possible de corréler tout à n’importe quoi…

  • Excellent article et bons commentaires. Les statistiques alarmistes que l’on nous bombarde tous les jours sont le résultat d’évaluations faites au doigt mouillé. Comment en effet savoir dans le cas de la pollution, plutôt moins élevée qu’auparavant vu les normes de plus en plus sévères, que telle mort ou telle maladie lui est due ?
    D’ailleurs, qui dit vie, dit forcément pollution.
    Ce qui est grave c’est que le media répètent ces billevesées sans aucun esprit critique. Ces informations n’ont en effet qu’un seul but, nous préparer à des nouvelles taxes. Eolienne impériale y réfléchit sérieusement et nous démontrera à quel point elle prend bien soin de nous et donc à quel point elle est utile.

  • A part quelques présentateurs TV roulant des yeux affolés, qui pourrait croire semblable nouvelle ?

    Chez nous, cela a été l’éclat de rire général !
    La planète qui se réchauffe, les ours blancs qui fondent, la méchante pollution qui tue massivement, et tout cela du fait de l’homme ?

    Le soleil, les volcans, les océans ont déposé plainte pour usurpation de droits d’auteurs 🙂

  • vous oubliez un truc, les sénateurs sont des représentants d’élus , élus qui ont un besoin très important de financements pour boucher les trous de leur ‘saine’ gestion des finances publiques , vu que l’état se désengage ..faute d’argent !
    cela mérite bien quelques gros mensonges !

  • Excellent article qui résume le fonctionnement de la politique française et qui alimente le climat de névrose que nous avons en France. Avec, comme toujours, un recul rationnel et une analyse scientifique des faits de la part de nos médias… Bref j’espère qu’un jour les gens enlèveront les œillères qu’ils portent et commenceront pas réfléchir par eux-mêmes.

  • L’imposture n’est pas tant dans l’évaluation fantaisiste du coût de la pollution, que dans le concept même de ce calcul « si ma tante en avait », si tout ce qui pollue était encore là et rendait les même services mais sans rien couter en terme de pollution.

    A ce compte j’évalue le cout de l’État pour la nation à pas moins 1200 milliards par an, et notre PIB pourrait être de 3200 milliards. Si l’état ne coutait rien, bien sûr, tout en continuant de fonctionner à l’identique.

    • Vous ne croyez pas si bien dire et n’êtes pas le seul à estimer que l’Etat obèse représente une perte d’opportunité d’au moins 50% du PIB. Autrement dit, le PIB de la France serait aujourd’hui supérieur à 3000 milliards d’euros sans l’Obèse, au lieu des 2000 avec, toutes choses égales par ailleurs.

      3000 milliards de PIB : budgets publics faibles et équilibrés, dette publique remboursée sans effort, pouvoir d’achat au sommet, société apaisée, chômage de masse relégué au rayon des souvenirs, intégration facilitée. Mais non, les parasites ont décidé de ruiner des Français. L’Etat obèse collectiviste est un gâchis monstrueux qui va très mal finir.

  • Ce qu’il y a de merveilleux c’est que dès qu’il s’agit de payer: taxes, redevances, impôts … la pollution disparait comme par magie

    Il faut le faire !!!!

  • Merci beaucoup pour cet article dénonçant cette supercherie financée par le contribuable. C’est précisément parce qu’ils savent très bien que les journalistes manquent de temps pour faire leur travail critique (ils exploitent quotidiennement ce fait délibérément et stratégiquement) qu’ils publient en quantité quasi industrielle ces communiqués de presse d’autant plus vite repris et illustrés par les médias qu’ils sont catastrophistes.

    Oui, l’idée est bien de faire croître un peu plus la pression fiscale. Comme vous dites, « on meurt trop tôt » sauf « si on accepte de payer un peu plus d’impôts » ; c’est exactement ça.

    Deux remarques : (a) concernant l’asthme, c’est moins une « corrélation » qu’une causalité qu’il faut démontrer, du moins conforter autant que possible ; (b) oui, l’idée est bien de proposer un raisonnement « toutes choses égales par ailleurs » isolant, pour un phénomène donné, l’ensemble des facteurs explicatifs non liés à la pollution des autres.

    Votre article oublie toutefois l’essentiel (voir néanmoins ci-dessus quelques commentaires). S’il importe d’estimer les coûts de la pollution, il faut les mettre en regard de ses bénéfices pour disposer d’une estimation pondérée ou nette des choses. Autrement dit, il faut passer par le raisonnement économique.

  • ce genre d’étude qui ne met en exergue que les coûts (surévalués) de vrait comprendre aussi la contrepartie positive de l’industrialisation. Si on supprimait toutes ces pollutions peut être le PIB de la France serait diminué de 1.000 milliards au moins !!!!

  • Rien que l’idée d’économiser sur des coûts imaginaires en surajoutant des coûts bien réels ceux-là, à savoir des impôts supplémentaires, alors que le pays a depuis longtemps outrepassé l’overdose fiscale, est une aberration pour l’honnête citoyen doté d’un minimum de bon sens. Ah oui, pour nos chers politiciens collectivistes et leurs affidés non moins coûteux, rentiers de l’Etat obèse jamais avares du fric des Français, les impôts ne sont pas un coût mais une « recette ». Contrepartie de quelle production, de quel service rendu ? Mystère… Le manque d’impôts est un « manque à gagner ». Sans blague ! L’emploi de cette terminologie démontre s’il en était encore besoin qu’ils ne sont pas au service du pays mais dans une logique d’assujettissement sans merci. Le pays est déjà fiscalement à genoux mais cela importe peu à leurs yeux. Que la Nation crève pourvu que l’idéologie triomphe !

    Afin de sauvegarder l’intérêt général, il est impératif d’appliquer le principe de précaution aux politiciens collectivistes, aux administrations non régaliennes et à la fiscalité du même ordre, à commencer par les députés et sénateurs. Une fois le pays apaisé du délire politicien, il sera bien temps de conduire des études scientifiques, établir des corrélations, mesurer finement les externalités… D’ici un siècle ou deux, peut-être que la science aura suffisamment progressé pour que la population éclairée les autorise à nouveau. Ou pas.

    Au passage, on note le silence assourdissant des partis qui se prétendent d’opposition, parfaitement en phase avec l’actuel pouvoir quand il s’agit de saccager la République en spoliant les Français jusqu’à l’os. Ce qui tient lieu de démocratie dans ce pays est décidément une pathétique carabistouille.

  • Tout cela c’est du pipeau, d’autant que le nombre de « morts prématurés » ne s’appuie sur aucune étude sérieuse. C’est un peu comme les « réfugiés climatiques » : des dizaines de millions selon le Grand Machin, mais dont le nombre réel est nul. L’objectif final n’est pas la santé de citoyens (tout comme avec les éoliennes): c’est de récolter plus de gros sous pour tenter de combler la dette abyssale dont nos gouvernants de tout bord sont co-responsables, car ils n’ont pas eu le courage de faire les nécessaires réformes structurelles.

    Le diesel consomme moins et émet moins de CO2, ce gaz que les ignares disent satanique. Donc, il aide à « sauver la planète » (slogan débile des Verts). Mais alors nous avons un grave problème cornélien : faut-il sauver la planète en favorisant le diesel ou sauver l’humanité en le surtaxant? Gaïa ou l’humanité ? That is the question…

    • Le problème du diesel est l’émission de particules fines. Et c’est sensible à Paris.

      • Les nouveaux moteurs Diesel Euro 7 en produisent bien moins que les moteurs essence qui eux bénéficient d’une dérogation.
        Et si vous voulez remplacer tous les bus par de l’électrique, bonjour les impôts locaux… Il va y avoir des fuites de contribuables…

      • Le métro parisien produit bien plus de particules fines que les automobiles diesel.

  • Les politiciens et les journalistes ont les chevilles qui enflent et la pastèque perchée au dessus de leurs épaules menace d’éclater.

    On sait bien que la politique consiste autant ou plus à insuffler un élan qu’à gérer les contingences, mais il y a quand-même des limites qui ont été pulvérisées depuis quelques années. Cela parce qu’il y a eu un glissement du but vers une totale utopie au détriment de considérations raisonnables sur l’avenir du pays dont ils se sont arrogé le droit de guider la destinée.

  • Mais alors, pourquoi Monsieur Valls prend-il l’avion pour ces deplacements footballistiques?

    • Ce n’est pas la bonne question.
      Les nouvelles taxes sont là pour financer les déplacements footballistiques; mais il faut bien trouver une raison plus vendeuse !

  • Avec ces nouvelles taxes, on mourra encore trop tôt.
    C’est toujours trop tôt.

    Mais on mourra pauvre, après avoir vécu pauvre et sans espoir que cela change.
    C’est très moral finalement !

  • Merci pour l’article. J’ai été outré hier par la présentation de ce rapport au JT de France2. Entre la sénatrice escrolo qui précise que ces 100 Mds€ sont un minima, la jeune journaliste de Fr2 qui indique que c’est le haut d’une fourchette 70-100 Mds€ et que l’OMS avait évalué ce coût à 50 Mds€ quelques mois auparavant, on se rend compte qu’on a affaire à du grand n’importe quoi.
    Quand on sait que les dépenses totales de santé ne dépassent pas 250 Mds€/an, on voit vite que ces &çà »‘! de sénateurs imputent environ 1/3 de nos problèmes de santé à la pollution ! Qui peut croire un tel mensonge ?

  • Ce qui est amusant, c’est la pseudo (re)découverte de la roue par le politique français.

    L’une des premières réelles prises de conscience active, par les politiques, de la pollution atmosphérique date de 1979, à Genève, soit un an avant que notre actuelle minustre de l’écologies finisse sa promotion Voltaire. C’était l’OMS! C’est d’ailleurs l’OMS qui traitait ce sujet dès les années 60… Elle n’était pas née la fillette!
    Le document fourni par le Sénat répond sûrement à la publication du rapport 2015 de l’OMS sur le coût de la pollution atmosphérique en Europe :
    http://www.euro.who.int/en/media-centre/events/events/2015/04/ehp-mid-term-review/publications/economic-cost-of-the-health-impact-of-air-pollution-in-europe

    Ceci dit, qu’on on prend la peine de se taper les 40 dernières pages du rapport du Sénat, en gros, les annexes. On se rend compte que les réflexions et affirmations des 260 pages précédentes sont portées par une étude de l’Agence Européenne de l’Environnement, qui elle, est scientifiquement très documentée : http://www.eea.europa.eu/publications/costs-of-air-pollution-2008-2012

    Deux choses demeurent certaines :
    – Contrairement au réchauffement climatique, l’effet des différents types de pollution est scientifiquement très bien documenté depuis plus de 40 ans (si on fait abstraction des première expériences à grande échelle pendant la première guerre mondiale).
    – Le rapport du Sénat n’est que la conséquence politique de la sortie des rapports de AEE et de l’OMS à la veille de la conférence de Paris.

    N’en doutons pas, si on se donne la peine de nous expliquer que la pollution coûte 100 milliards, c’est bien pour nous expliquer qu’on va nous les prendre en contrepartie des bienfaits d’un air pur. Nous gagnerons donc quelques années de vie de contribuable désargenté et en bonne santé. Du coup, je me demande comment on peut encore laisser produire de l’alcool et du tabac?

  • Pourquoi la pollution de l’air coûte si cher?
    Parce que des lobbys et le pouvoir actuel trompent les Français sur les causes de la majorité de la pollution et parce qu’ils ne prennent pas de mesures effectives pour réduire rapidement les causes de la majorité de la pollution. Ils font diversion par rapport aux principales causes de mortalité, et entretiennent ainsi une forte mortalité et les sources d’appauvrissement.
    Meilleur exemple actuel: le moteur diesel des automobiles qui est devenu moins polluant que le moteur à essence (il est moins nuisible pour le climat depuis longtemps en consommant moins d’énergie et en émettant moins de CO2), ce qui gêne ceux qui ont le but de saboter l’économie française. Le diesel moderne rend l’énergie et l’économie française plus efficace, il faut donc exclure socialement et matraquer économiquement les gens qui l’utilisent pour casser l’économie française.
    Remplacer le diesel par l’essence comme l’exigent les Verts, ç’est aggraver la pollution (les moteurs diesels modernes polluent moins que l’essence, principalement au niveau particules fines, le polluant le plus dangereux). Ca coûte des journées de travail, ça coûte sur les rendements agricoles, cela coûte sur la santé des personnes et cela a un coût global sur l’Etat. Ca aggrave le réchauffement climatique car les moteurs à essence consomment beaucoup plus et émettent plus de CO2 que les diesels. C’est un nouveau scandale comme celui de l’amiante, les Verts et les élus de gauche ou de droite qui les imitent servilement devraient être traînés devant les tribunaux.
    Pendant ce temps rien n’est fait contre la pollution plus importante venue des pays voisins , en particuliers depuis les centrales à charbons allemandes (il n’y a rien pour empêcher cette pollution de traverser nos frontière).
    Pendant ce temps les mesures contre la pollution intérieure des logements (dont celle due aux chauffages par combustions) sont prises à un train de sénateur agonisant, pourtant elles sont beaucoup plus importantes que le pollution des moteurs des voitures diesel modernes.

  • De toutes façons dès qu’un journaliste commence « une étude (réalisée par des scientifiques de l’unversité de blablabla) a prouvé que (prouve que)…  » le détecteur à bullshit doit normalement se mettre à clignoter très fort.

    Si en plus il y a moyen d’avoir une interprétation politisée et ou fiscalisée de la chose, arrêter d’écouter est la réaction la plus saine, c’est forcément un truc bidon.

    Sin en outre l’ « étude » en question a été commanditée et/ou compilée par un organisme gouvernemental ou para-gouvernemental sans rapport avec la science, on peut deviner déjà la conclusion « ça va très mal et ça va empirer encore (on risque de mourir dans d’atroces souffrances) si des taxes ne viennent pas corriger ça / financer une agence de l’État qui seule peut corriger ça ».

  • Personnellement j’ai entendu « la pollution coute 100 milliards par an a la France », j’ai directement éteint ma télé, rigolé un bon coup et je suis retourné bosser, qui a perdre mon temps au moins que ça me rapporte.
    Faut vraiment être un gros demeurer pour croire que la pollution coute 100 milliard/an, ont serais déjà tous écolo depuis longtemps sinon x)
    Après « la clope coûte plus cher qu’elle ne rapporte », « les femmes sont une main d’œuvre moins chère que les hommes » maintenant on a le droit a « indirectement, la révolution industrielle nous a fait perdre de l’argent » … –‘
    bientôt on aura droit a « l’invention de la roue est la cause du chômage » et puis pourquoi pas « la mécanisation, facteur de perte de productivité » .
    Alala, c’est chiant mais on peut plus faire confiance a aucun organisme de statistique de nos jours, ni a aucun rapport. C’est l’un des principaux maux des pays développé … l’idéologie, qui fait sortir des rapports bidon amenant a des mesures complétement débile.
    Conclusion, si on revient a l’âge de pierre, le pib de la France s’accroiserait de 3% . Formidable ma p’tite dame !

    • ce qui est con est surtout la forme…on achète pas la pollution ce n’est qu’une conséquence, il faut évaluer le bénéfice lié à la cause pour juger de cela.

    • Vous connaissez la notion de coût d’opportunité ?

      100 milliards € c’est la richesse perdue par la France. C’est un manque à gagner, pas une perte effective de richesse. C’est bon à savoir avant de dire des conneries.

      Sinon sur le fond du rapport je n’en sais (encore?) rien.

  • « Nombre de morts prématurés: 42000 »

    D’où peut venir ce chiffre ? Il semble qu’il viennent d’une étude faite il y a 20ans, qui proposait une estimation pour l’europe entière et dans les conditions de pollution de l’epoque !

    20ans après, le même chiffre ressort pour la France et malgré l’ameliorations des normes !

    • L’étude de base reposait sur une enquête dans des conditions spéciales: une mine américaine où tournaient des diesels sans dépollution (c’était il y a quelques décennies) et où une partie des employés étaient fumeurs. Elle a été extrapolée ensuite à la France.

  • c’est exemplaire du mode de fonctionnement de l’écologie..un vrai problème de fond…un amalgame..puis on propose une solution idéologiquement plaisante, solution qui n e risque de ne rien solutionner..mais pas grave si rien ne change ensuite ça aurait été pire.

    que le chiffre soit vrai ou pas la pollution n’est pas une fin mais un effet indésirable de l’activité humaine (et visiblement aussi de la nature ici!) or depuis bien longtemps car les nuisances sont connues, on améliore la situation j’ai cru lire quelque part qu’un rapporteur admettait que la pollution baissait d’ailleurs…

    si on ajoute que l’écologie politique a été fondée sur le rejet de l’énergie nucleaire…il ne faut surtout pas chercher à comprendre.

  • Excellent article ! Ce type de calcul, basé sur l’illusion de la connaissance de se qui se passerait si (s’il n’y avait pas de pollution, s’il n’y avait pas de fraude fiscale …) est par définition impossible, car justement, ce qui se passerait si, on l’ignore. Les adeptes de ce type de calcul font mine d’ignorer les innombrables conséquences, prévisibles et imprévisibles, que pourrait avoir la suppression de leur phobie du moment. Le résultat est donc, comme on doit s’y attendre, parfaitement fantaisiste. Un coût correspond nécessairement à la rémunération d’un travail humain. Or 100 milliards d’Euros par an, c’est la rémunération de 1 388 889 personnes payées à 6000 € par mois (charges comprises, soit un salaire mensuel net de 3000 €). Qui peut croire que 1 388 889 personnes hautement qualifiées soient occupées à plein temps à réparer les effets prétendument néfastes de la pollution ? Par ailleurs, si tel était le cas, seule une société extrêmement productive, donc « polluée » (car il n’y a pas de productivité sans machines et donc sans consommation d’énergie), pourrait se le permettre.

    • Par ailleurs, si tel était le cas, seule une société extrêmement productive, donc « polluée »

      En fait c’est plutôt le contraire. Plus une société est productive, plus elle utilise efficacement les ressources. Elle tend donc à polluer de moins en moins puisqu’elle utilise des processus de fabrication laissant de moins en moins de résidus.

      C’est la beauté du truc. On est ultra pauvre on pollue peu. Puis pauvre, on pollue beaucoup, puis en s’enrichissant on pollue de moins en moins. Finalement un bon écolo voudrait accélérer le progrès technique et scientifique ainsi que le développement économique.

      J’ai visité la Tchécoslovaquie juste avant la chute du mur. Le passage depuis l’Autriche ma réellement choqué. On arrivait d’un pays vert, propre, fleuri et on passait rapidement dans un truc salle, noirâtre, même l’herbe était « sale » (dépôts de charbon). Se balader en Chine Continentale, puis à Taïwan puis à Hong Kong donne la même idée : plus c’est riche et développé plus c’est propre, et on parle de gens ayant une culture, un sens de la nature etc. très proche.

  • Vous oubliez l’essentiel, l’argument irréfutable : il faut laisser un monde plus mieux propre à nos enfants.
    A remarquer que les plus grands défenseurs de la cause sont des gens qui justement n’ont pas d’enfant et surtout ne les aiment pas !

    • Et surtout, ce sont les mêmes qui laissent une dette abyssale à leurs enfants.
      Ces gens sont ignobles.

      • Vu qu’ils n’ont pas de descendance, c’est aux enfants des autres qu’ils la laissent, générosité socialiste oblige.

  • Tiens, je parie qu’ils vont nous ressortir l’interdiction des feux de bois dans les cheminées !

    Ces « zétudes » ont été réalisées non pas par des savants (qui souvent se disent modestement « chercheurs ») mais par, selon le nouveau mot inventé par le faux-zintellectuel Gerald Bronner, des « sachants » (sic).

    Les sachants, ce sont tous ces bureaucrates ignares et incompétents, ces journalopes qui se répètent tous en cœur dans la presse soit-disant « libre » et les mérdiats mainstream, ces « zexperts » qui défèquent des normes débiles à la louche et nous pourrissent la vie, ces politicards gavés qui nous donnent des leçons, ces bobos-bien-pensants parisiens.

    La République n’a pas besoin de sachants. Comme ces poux habitent tous Paris-à-la-con, ça ne doit pas être très compliqué de les rafler. Il faudrait s’y prendre le soir du dîner de cons mensuel du club du Siècle, on devrait en tenir déjà une grosse charretée.

  • En France en 2010, les morts par pollution atmosphérique a couté 53 milliards de $
    Il s’agit uniquement des morts, et pas de l’intégralités des malades liés à la pollution. Les 100 milliards $ semblent etre une réalité.
    (meme 53 milliards, c’est beaucoup trop)

    Source :
    http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0004/276772/Economic-cost-health-impact-air-pollution-en.pdf?ua=1

    Soit qu’on améliore la qualité de l’air, soit que l’on ne soigne plus : ça coutera beaucoup moins cher.

    Quand à la corellation entre les polluants et les effets, il y en a une synthese ici :
    http://invs.santepubliquefrance.fr/publications/extrapol/29/extrapol_29.pdf

    Les effets de la pollution sur la santé ont ete démontré depuis tres longtemps par de nombreuses equipes à travers le monde. Alors cette accusation fallacieuse sur la « qualité de l’étude », cela n’exprime que la volonté de nier la realité pour se conformer à son dogme.

     »
    Phoebe Ann Moses : Elle déteste plus particulièrement ce qui nuit au libre-arbitre et à la responsabilité.
     »
    Nous sommes en plein dedans.

    Et je pense pas que l’on attend la pollution pour mettre des taxes. Ces dernieres années, c’etait essentiellement pour raison de dette.

    • « En se fondant sur les commentaires ci-dessus, il est clair que seul un nombre limité d’études principalement locales est aujourd’hui disponible pour ce qui concerne les effets chroniques de la pollution atmosphérique.
      L’Europe a besoin d’une évaluation rigoureuse des effets à long terme de la pollution de l’air sur les physiopathologies chroniques  » p7 INVS.

      C’est votre référence qui le dit.. Donc le coût de la pollution de 100 Md c’est du doigt mouillé. Personne ne nie la pollution mais critique les gesticulations inefficaces sur les polluants et toxiques sur l’économie (c’est le but inavoué des écologistes).

      • Oui, le 100 milliards, c’est du doigt mouillé
        ce serait 90 milliards, ce serait trop, 80, 70, 60, 50 … toujours trop.
        entre le doigt mouillé et 0 doit se trouver la realité.

        A choisir, je preferais 10 milliards de prélevement investis dans les formations et les technologies, qu’à payer à réparer des dégats. Meme si ces couts sont pris en compte dans le calcul du PIB, ce n’est pas du « bon PIB »

         »
        mais critique les gesticulations inefficaces sur les polluants et toxiques sur l’économie
         »
        Alors nous sommes d’accord je pense. dans un sens, comme dans l’autre.

    • ca c’est sur ca c’est du haut niveau de preuve scientifique !!!!
      je cite la synthese extrapol
      L’exposition à long terme au trafic, après ajustement sur
      les variables de confusion (à l’exception de la région de
      résidence), était associée à une incidence plus élevée, entre
      12 et 24 mois, de sifflements, de diagnostics d’asthme,
      d’infections ORL et de grippe ou d’infections pulmonaires
      graves et, dans une moindre mesure, de toux sèche
      nocturne et de rash cutané. Cependant, seules les
      associations avec l’incidence d’infections ORL et de grippe
      étaient statistiquement significatives.

      personne ne parle d’anticyclone, d’hygrométrie, que l’hiver il fait froid….

      • c’est bien connu les infections ORL et la grippe c’est pas viral, c’est la pollution…

        • Ce que j’en peux dire, c’est que tu as lu la source, vu que tu as choisi le bon exemple.
          Si la pollution n’entrainaient que des incidences d’infections ORL, je crois que l’on s’en foutrait un peu …

    • Et je pense pas que l’on attend la pollution pour mettre des taxes. Ces dernieres années, c’etait essentiellement pour raison de dette.

      Ben si les nombreuses taxes de ces dernières n’ont pas arrêté la pollution, vu la profondeur du trou de la dette , si les futures taxes en augmentation verticale devraient arrêter net cette pollution. Ou bien on nous raconte des balivernes.
      Un instant on m’appelle…
      Ah, mais on me dit que les bus polluent aussi. Et qu’il n’y en a pas assez. Que le métro est bourré de particules fines très intéressantes… Qu’il n’y a pas de prises pour les véhicules électriques ni d’ailleurs assez de production…
      Un instant on m’appelle encore un fois…
      On me dit que si il y aura bien du jus, mais provenant des centrales à charbon teutones dont on sait qu’elles ne polluent pas…

      Allez yeeeeeeeeeeeeesssssssssssssssssssssss, vive l’écologie 🙂

      • Je crois que tu n’as rien compris.
        Pourquoi parles tu de transport en commun ? perso, je prefere largement la bagnole. Ce n’est pas pour autant que je me plierai à un discourt dogmatique, qu’il soit liberolo-ecolo (raye la mention qui te conviens).

        Personnellement, sur ce que je pays à l’etat, ce ne sont pas les augmentations des taxes ecolos dont j’ai le plus souffert ces dernieres annees.

        • Oh si j’ai compris. C’est toi qui piges que dalle.
          Ces cr.t.ns veulent que l’on prennent tous le bus. Ce n’est la mobilité « douce » qu’ils nous rabâchent mielleusement. Le tramway ne peut passer partout.
          On ne pourra se passer des véhicules à carburants d’un coup et le véhicule électrique reste hors de prix.
          Peut-être que si l’on laissait un peu de liberté économique en faisant preuve de plus de pragmatisme, l’assainissement serait plus efficace.

          • Cet article parle d’etudes sur les impacts economiques lies à la pollution (et aux problemes de santé induit), ou pas.
            Donc que vient faire « l’ecologiste » dans ton discours ?

             »
            Peut-être que si l’on laissait un peu de liberté économique en faisant preuve de plus de pragmatisme, l’assainissement serait plus efficace.
             »
            A en juger par des exemples de type Bangkok ou Singapour : absolument pas.

  • Sans coût……point de travail,remercions la pollution,sans elle, nous serions tous chômeur 🙂

    • Je vis donc je pollue
      Du latin pollutio, « souiller »

      Polluer est naturel (à ajouter parmis les lois naturelles). Il n’y a qu’à voir un troupeau d’elephants dans la nature pour s’en rentre compte.
      Ce qui est naturel aussi, c’est la reexploitation de cette pollution dans un cycle, appellé ecosysteme.
      Donc je prefere que l’on paye des gens à trouver des sollutions pour éliminer la pollution (poursuivre le cycle) plutot que d’essayer de soigner les degats (cycle rompu). Ainsi, tout le monde y sera gagnant : encore moins de chomage, et un meilleur confort de vie.

  • 42.000 morts c’était pour la version 2015. Cette semaine avec les alertes à la pollution, c’est passé a 48.000 morts…
    Mais il y a une solution évidente prônée avec la dernière vigueur : le péage urbain à Paname…

  • Il faut aussi rappeler que la pollution de l’air intérieur a bien plus d’impact sur la santé que celle de l’air extérieur. D’abord il est plus pollué, la plupart des logements , mêmes neufs, sont mal ventilés et chacun passe beaucoup plus de temps chez lui, à son bureau, à son école que dans la rue au bord du périphérique. Sauf nos malheureux SDF mais c’est bien le dernier souci de nos politicards (à part L. Jospin à l’époque) puisque cette population ne vote pas.
    Les mesures efficaces à prendre sont alors bien différentes que la diversion sur la circulation alternée.
    Dénonçons d’ailleurs l’hypocrisie totale de l’Etat qui autorise aujourd’hui des constructions neuves RT 2012 en VMC simple flux hygro A ou B notoirement sous-ventilée, au prétexte des économies d’énergie.

    • Oui, c’est clair, la pollution interieur est plus importante que la pollution exterieur. dans ‘interieur’ sont compris des halls publics ou stations de metro.
      En fait, il faudrait pouvoir différentier deux choses :
      – la pollution que je choisi (ma pollution ikea) , de type phtalates
      – la pollution subie, de types HAP
      Mais le probleme, c’est que tout le monde paye la facture. (enfin, ceux qui peuvent payer, pyent pour les autres)

       »
      Les mesures efficaces à prendre sont alors bien différentes que la diversion sur la circulation alternée.
       »
      ça c’est clair.
      mais alors quelles mesures ? interdire le plastique ? interdire les colorants et les peintures ? le béton ? …

  • Prenez le temps de lire ce document mis en ligne par :
    Société de Calcul Mathématique SA
    Outils d’aide à la décision depuis 1995
    La circulation alternée dans la Région parisienne Communiqué de la SCM
    6 décembre 2016
    […]
    En conclusion
    Les décisions prises par la Mairie de Paris : interdire la circulation à certains véhicules, ou en certains lieux (comme les voies sur berge) sont de nature dogmatique et entièrement dépourvues de fondement scientifique.
    Elles sont en tout point semblables à ces religions qui disent : à tel moment, arrêtez-vous de travailler, tournez-vous dans telle direction, prenoncez telles phrases, et les Dieux considéreront que vous vous êtes purifiés.
    Prof. Bernard Beauzamy PDG, SCM SA
111 Faubourg Saint Honoré, 75008 Paris

    http://www.scmsa.eu/archives/SCM_Communique_circulation_2016_12_06.pdf

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Richard Guédon.

Pour lutter contre le tabagisme, il ne faut plus traiter les fumeurs comme des victimes mais comme des consommateurs responsables. Et si on essayait la liberté ?

Le tabac, une catastrophe sanitaire

En matière de santé, le candidat Macron avait promis la prévention, le Président confirme et sa ministre de la Santé annonce un bel objectif : la prochaine génération sera non fumeuse.

On ne peut qu’applaudir car le tabac est une catastrophe sanitaire permanente, une petite guerre à 73 000 morts par an, à co... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

Santé Publique France et l'ANSES ont annoncé le 19 octobre 2021 le lancement de PestiRiv, une grande étude sur l'exposition aux pesticides des riverains de zones viticoles et non viticoles. L'activisme anti-pesticides a été prompt à l'instrumentaliser contre le monde viticole bordelais avec le concours des usual suspects médiatiques.

Les riverains de vignoble sont-ils davantage exposés aux pesticides ?

Santé Publique France (SPF) et l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement e... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Richard Guédon.

La campagne de vaccination 2021-2022 contre la grippe saisonnière débute ce vendredi. C’est une sorte de routine puisque chaque année à cette époque, après un marathon biologico-industriel, un vaccin fabriqué pour prévenir l’épidémie de grippe hivernale à venir est mis à disposition du public.

On le sait, la grippe est une infection virale contagieuse qui, même si ses symptômes sont pénibles, est en général bénigne chez les individus en bonne santé.

Elle peut en revanche se montrer redoutable voire mor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles