Présidentielle : la gauche divisée, Fillon favori

Publié Par Contrepoints, le dans Politique

Par la rédaction de Contrepoints.

Présidentielle : la gauche divisée, Fillon favori

François Fillon 2014 By: European People’s PartyCC BY 2.0

Un sondage BVA pour Orange et La Presse Régionale de décembre 20161 s’intéresse aux intentions de vote pour la Présidentielle de 2017.

Présidentielle : François Fillon au second tour dans tous les cas

L’ancien Premier ministre désormais investi par Les Républicains pour la candidature à la Présidentielle se qualifierait pour le second tour dans tous les cas de figure. Face à l’incertitude qui domine au centre et à gauche, plusieurs hypothèses ont été testées :

D’autres combinaisons sont bien sûr possibles mais n’ont pas été traitées. Quoi qu’il en soit, aucune hypothèse ne semble aujourd’hui en mesure d’empêcher François Fillon et Marine Le Pen de se qualifier ensemble au second tour.

Le Parti Socialiste en grande difficulté

rocky-fillon-rene-le-honzecLes intentions de vote au premier tour de la présidentielle sont en défaveur du candidat du Parti Socialiste. Seul Manuel Valls, sans Emmanuel Macron et sans François Bayrou serait à même de dépasser 20% mais l’absence des deux centristes profite aussi à François Fillon et à Marine Le Pen, plaçant le jeune ex-Premier ministre à 5% du second. Comme BVA, on peut considérer qu’aujourd’hui, le potentiel électoral maximal de Manuel Valls est de 21%.

Dans les autres cas, Manuel Valls à 13% serait cinquième derrière Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron et Arnaud Montebourg ne ferait que 6.5%, relégué en sixième position par François Bayrou (8%). Dans ce dernier cas, Emmanuel Macron, avec 19% serait à seulement 4 points de François Fillon.

Intentions de vote au premier tour de la présidentielle - BVA décembre 2016.

Intentions de vote au premier tour de la présidentielle – BVA décembre 2016.

Un second tour acquis à François Fillon sur fond de chômage et d’insécurité

Au second tour, François Fillon l’emporterait face à Marine Le Pen avec 67% des voix alors que 33% des sondés n’ont pas exprimé d’intention de vote.

Les sujets qui ont le plus impacté les choix des sondés sont le chômage, la sécurité, la menace terroriste, la crise des migrants et la loi Travail. Comme souvent, les priorités des électeurs de Marine Le Pen sont cantonnées à la sécurité, la crise des migrants et la menace terroriste. Les électeurs de François Fillon ont placé le chômage en tête de leurs préoccupations, devant la sécurité et la menace terroriste. Pour Manuel Valls, ce sont les deux derniers éléments qui changent d’ordre mais le chômage reste en tête.

Photographie d’un monde en mouvement

Les sondages ne sont qu’une photographie, à la marge d’erreur près, de l’état de l’opinion durant une brève période et certainement pas une prévision. Les indications apportées par les intentions de vote présentées dans ces lignes sont quoi qu’il en soit assez significatives.

En l’état, la gauche est en grande difficulté. Seule l’absence de candidats centristes peut lui permettre d’approcher les 20%, dans une élection ou l’une des deux places au second tour semble inévitablement occupée par Marine Le Pen.

Dans ce contexte, François Fillon est confortablement installé dans la quasi assurance d’être élu Président de la République.

Mais l’opinion évolue très vite, on l’a vu avec la primaire de la droite, et il reste 5 mois jusqu’au premier tour de la présidentielle. 5 mois durant lesquels les nombreux candidats de gauche s’affronteront pour désigner leur candidat, 5 mois durant lesquels on saura si Emmanuel Macron et François Bayrou se présentent réellement, 5 mois durant lesquels beaucoup d’événements peuvent survenir…

  1. Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée par Internet du 2 au 4 décembre 2016. Échantillon de 934 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d’un échantillon représentatif de 1000 Français âgés de 18 ans et plus.

    La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorie d’agglomération. Les intentions de vote qui figurent dans ce rapport reposent, pour chaque hypothèse, sur la base des personnes inscrites sur les listes électorales, certaines d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote. Les résultats d’intentions de vote ne constituent pas un élément de prévision du résultat électoral.

    Ils donnent une indication significative de l’état du rapport de forces à moins de 5 mois du 1er tour du scrutin, en fonction des différentes hypothèses envisagées pour le 1er et le 2nd tours. La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages qui la rend publique sur son service de communication en ligne.

  1. Il manque clairement une option avec macron et sans Bayrou…

    La simulation devient alors bien plus ouverte entre les 3 premiers… et le vote utile change de tête pour les électeurs qui redoutent devoir choisir entre lepen et Fillon

  2. Bayrou vraisemblablement n’ira pas. Pas faute d’avoir la grosse tête, mais le risque trop élevé de ne pas être remboursé des frais ce campagne électorale.

  3. Macron à 19% dans un cas? Une plaisanterie, cette bulle médiatique va éclater.

    Séduire les jeunes c’est très mignon, pas de bol ils ne votent quasi pas.

    On va voir Macron en campagne et se rendre compte de ses faiblesses et qu’il est.. tout seul.

    1. Mais non pas les jeunes… les ménagères, qu’il est mignon mon Macron ! Et le Fillon qui fait craquer les grands-mères, Vu le niveau de la campagne, que ce soit niveau offre ou niveau demande, C’est s’abaisser rien que le fait de rédiger des articles dessus.

      1. En dehors des jeunes bobos assez mondialisés pour comprendre que le collectivisme ne marche pas personne ne s’y intéresse.

  4. Ce qui m’inquiète, c’est que la somme des extrêmes (Arthaud, Poutou, Melanchon et Le Pen) représente 40% des intentions de vote.
    Ca veut dire que 40% des français veulent un état qui décide de tout. Avec ça le libéralisme n’est pas prêt à se développer dans notre pays.

    1. Vous oubliez les indécis, qui sont indécis précisément parce qu’ils ne peuvent plus voir aucun politique, particulièrement les pseudo-libéraux qui nous gouvernent. Vive la France.

    2. Je suis d’accord avec vous, je me demande si Fillon est elu, vous pensez qu’il pourra reformer le pays en sachant que les extrêmes représentent 40%des intentions de vote, je doute.. Fillon va vite desenchanter . second tour Marine Lepen contre Fillon? on ne sait pas vraiment avec les indecis, ils ont nombreux?

  5. Sauf à nous faire une Strauss-Khan, et ce n’est pas le genre de la maison, Macron sera au 1er tour.

    1. DSK est tombé sur sa première chausse trappe. Sexuelle. Mais rien ne dit que d’autres n’existaient pas : fiscales, influences, relations…

      1. On l’a attrapé par le bout le plus sensible.

  6. Quel que soit le résultat, il sera catastrophique. À quand un vrai candidat libéral pour la France?

Les commentaires sont fermés.