Comment évaluer le potentiel de vos collaborateurs

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Alper Çuğun - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment évaluer le potentiel de vos collaborateurs

Publié le 12 octobre 2016
- A +

Par Alain Goetzmann.

Comment évaluer le potentiel de vos collaborateurs
By: Alper ÇuğunCC BY 2.0

Ah ! qu’ils sont ennuyeux, ces entretiens d’évaluation. C’était une fois par an, dans le temps, une corvée dont on se serait bien passé ; maintenant, c’est une fois par trimestre et – l’information vient de tomber – General Electric, qui a institutionnalisé cette pratique depuis des dizaines d’années, vient d’y renoncer au profit d’une application mobile qui permettra désormais d’évaluer en continu le potentiel de chacun.

L’exercice difficile du feedback permanent

Il va donc falloir changer et adopter un rythme de retours d’information et d’évaluation permanents. Or, donner des feedbacks pertinents, dans le feu de l’action, est un exercice difficile. Il faut être clair et direct mais empathique et montrer que ce que vous exprimez vient du plus profond de vous, tout en démontrant à votre interlocuteur que vous le tenez en haute estime.

Certains, compte tenu de la forte relation humaine qui se noue au quotidien, ont peur de fendre l’armure et tentent de s’y soustraire. D’autres, au contraire, incapables d’être aussi directs qu’exige l’exercice, l’enrobent de tant de circonvolutions que le message en devient inaudible.

4 étapes du processus de feedback

Allégez-vous de ce poids, vous et votre interlocuteur, collaborateur, collègue ou actionnaire, en vous montrant honnête, direct et attentif dans vos observations. Même si ce que vous avez à dire vous mine depuis un certain temps parce que vous le ressassez à foison en tentant d’éviter tout risque de conflit, cessez d’attendre. Jetez-vous à l’eau ! Plus vite on donne ses feedbacks, plus vite les problèmes sont résolus. Suivez un processus en quatre étapes :

  1. Réfléchissez bien à la façon dont vous allez vous comporter avec votre interlocuteur. Évaluez ses traits de caractère et mettez-vous à sa place lorsqu’il recevra votre feedback. Sa première réaction sera de vouloir savoir ce qui vous a amené à le lui donner et pourquoi. Vous serez alors forcément contraint de vous découvrir. Travaillez aussi votre ton. Soyez calme et empathique alors même que votre message sera direct et franc. C’est, en définitive, ce que les gens attendent d’un vrai leader.
  2. Transcrivez, sur une feuille de papier ou un fichier numérique, le fil de votre message avec les mots exacts que vous voulez employer, de façon à ne pas blesser ou à devenir inaudible. Apprenez par cœur ces mots-clés pour être en confiance quand vous les prononcerez et garder à l’entretien une certaine sérénité.
  3. Rodez votre message sur quelqu’un en qui vous avez toute confiance. Un membre de votre famille, un ami ou un pair, votre coach. Il saura vous donner son ressenti et les conseils nécessaires pour renforcer ou, au contraire, pour adoucir les termes et le ton employés.
  4. Restez vous-même au cours de l’entretien. Reposez fermement sur vos valeurs tout en restant ouvert à votre interlocuteur pour bien comprendre ses réactions sans pour autant le juger. Votre capacité d’écoute et votre refus de jugement lui démontrera votre estime.

Le rythme des affaires crée aujourd’hui de multiples occasions de recadrage tout au long de l’année. Nous commettons tous des erreurs en permanence. Ceux qui n’en font pas jouent « petit bras ». Mais ce n’est pas une raison pour ne pas en tirer les leçons.

Travaillez votre pratique du feedback. Elle vous permettra d’aider votre organisation à aller plus vite, au jour le jour, grâce aux recadrages auxquels vous saurez procéder régulièrement.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a deux façons d’affronter une crise : l’une est de refuser de voir la réalité des indicateurs qui en signalent l’arrivée et, surpris, se retrouver en position de survie, mal préparé, dirigeant au réflexe et à la peur ; l’autre, au contraire, est de l’avoir anticipée et conduire la sortie de crise avec difficulté, certes, mais en confiance et dans la sérénité.

Ne parlons pas de la première hypothèse ; elle est généralement fatale. C’est pourquoi chaque entrepreneur doit être convaincu de la nécessité de maîtriser l’évolution de se... Poursuivre la lecture

Par Gilles Martin.

Il y a des questions que l’on n’ose poser qu’à un consultant. Une que j’entends souvent, et encore cette semaine, c’est « Comment faire changer les comportements et la culture de l’entreprise » ?

Pour certains, la réponse est évidente : on ne change pas la culture d’une entreprise, on doit faire avec et, au contraire, s’en servir comme levier pour imaginer, construire, et exécuter les plans de changement.

Pour d’autres, même évidence : mais bien sûr qu’il faut pouvoir changer la culture. Passer d’une cu... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzmann.

Il y a ceux qui pensent savoir faire accomplir les choses importantes et ceux qui savent s’occuper de leurs collaborateurs. Quand ils font les deux, leurs entreprises réussissent brillamment. Les bons chefs d’entreprises accordent leur confiance et ainsi, font sept cadeaux précieux à ceux qui les entourent.

1 – L’autonomie et l’indépendance

Les grandes organisations ont besoin de processus et de procédures. Les PME ont besoin de personnes autonomes et indépendantes qui prennent et assument leurs responsabili... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles