Éolien offshore : les permis de construire contestés

La Fédération Environnement Durable demande l’annulation des permis de construire des parcs éoliens offshore à Fécamp.

Un communiqué de la Fédération environnement durable

Éolien offshore : les permis de construire contestés
Éolien offshore (Crédits Statkraft, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

La Fédération Environnement Durable confirme qu’elle s’est jointe au recours déposé devant la justice pour faire annuler le permis de construire du parc éolien offshore de Fécamp.

Cette décision est motivée par le fait que les parcs éoliens offshore français sont en réalité de gigantesques usines électriques les pieds dans l’eau, implantées au raz du littoral, et couvrant chacune l’équivalent de la surface d’une ville comme Paris. Ces implantations industrielles sont ruineuses et elles remettent en cause la préservation du littoral de la Manche et de l’Atlantique.

Électricité intermittente

Alors que l’économie de la France traverse une phase critique, des dizaines de milliards d’euros vont être engloutis pour fabriquer une faible quantité d’électricité intermittente de mauvaise qualité et cinq fois plus chère que le prix du marché de cette énergie1.

L’argent nécessaire sera pris notamment sur la facture d’électricité, entraînant une hausse vertigineuse du tarif de l’électricité des consommateurs alors que 8 millions d’entre eux sont déjà en situation énergétique précaire et doivent être socialement assistés.

Ces constructions industrielles sont en contradiction avec les politiques de l’environnement, de la préservation de la nature et du sauvetage de la biodiversité, mises en place depuis des décennies.

La Fédération Environnement durable proteste contre l’absence d’étude globale sur l’impact des six centrales éoliennes marines prévues, concernant les fonds marins, et les espèces protégées. Chaque dossier ayant été fait séparément sans tenir compte des interactions entre les sites, ce qui est un non-sens environnemental2.

L’économie littorale impactée

L’économie littorale va être impactée, par le saccage des grands paysages marins que viennent chercher les touristes et les plaisanciers, par la destruction des emplois de marins pêcheurs due à la pollution de la ressource halieutique et à la restriction toujours accrue des espaces de pêche.

Tous les investissements majeurs effectués depuis des décennies, fruits d’une saine gestion pour préserver le littoral, soutenir ses filières : le Tourisme, la Plaisance et la Pêche, seront ainsi perdus. La France sera appauvrie pour satisfaire les intérêts privés particuliers.

  1. En dissimulant cette intermittence due aux aléas du vent, la production réelle sera inférieure au tiers du potentiel installé. Cette information officielle de la puissance en Méga Watts (MW)  est destinée à tromper le public.

    Les  coûts de mise en place des moyens complémentaires liés sont loin d’être chiffrés : plus d’une centaine de milliards à l’horizon 2050 que devra supporter le contribuable et le consommateur français. Réseau THT, aménagement d’infrastructure portuaire, centrale thermique de production d’électricité pour compenser l’intermittence de ces usines.

  2. Les éoliennes sont et seront de plus en plus la cause d’une destruction massive des faunes aviaires et marines, de la dégradation des sols et des nappes phréatiques, d’une émission de gaz à effet de serre supplémentaire induite par le recours à une production supplétive d’électricité au moyens de centrales thermiques polluantes.