L’utopie : l’opium des écologistes

Publié Par Michel Gay, le dans Environnement

Par Michel Gay.

Opium By: UnklNikCC BY 2.0

 

« En politique, il vaut mieux avoir tort avec ses amis que raison avec ses adversaires. » Voltaire, dictionnaire philosophique (1764).

Au cours d’un débat télévisé entre Aron et Sartre au sujet de l’art abstrait défendu idéologiquement par Jean-Paul Sartre, Raymond Aron le laissa s’expliquer longuement, avant de lui montrer brillamment le non-sens artistique de l’abstraction. L’argumentation de Raymond Aron fut si claire et logique que Sartre en resta sans voix. Le lendemain, un journaliste de gauche ne pouvant se résoudre à se ranger aux côtés de Raymond Aron, philosophe libéral de droite et donc réputé infréquentable, aurait eu cette formule qui a fait florès : « Mieux vaut avoir tort avec Sartre que raison avec Aron ». Plutôt le lyrisme de certaines idées erronées que l’appartenance pondérée au cercle de la raison. Plutôt la pensée flamboyante que l’analyse désenchantée des illusions.

Mais nier le réel permet-il de vivre ensemble longtemps ?

Aron distinguait « les intellectuels qui cultivent les illusions, et ceux qui les déracinent »1. Se classant parmi les seconds, il était donc moins séduisant que Sartre qui soutenait « l’existence du fait moral » contre « le veau d’or du réalisme« . Mais c’est Aron qui fut l’un des premiers à partir pour Londres rejoindre de Gaulle afin de combattre le nazisme, alors que Sartre, héraut de l’engagement, fut pendant l’occupation à Paris « un écrivain qui résistait et non un résistant qui écrivait » selon ses propres termes.

La cause écologiste est « la meilleure »

Les idéalistes écologistes s’imaginent que la cause qu’ils défendent est la meilleure. Ils refusent simplement de voir la réalité. Comme ces voyageurs qui font connaissance avec un pays et une population sans quitter le train, ils prétendent être les porte-parole de l’humanité entière dont ils ignorent les besoins et, de ce fait, aggravent les problèmes au lieu de les résoudre. Comme le communisme a commis ses crimes au nom du Bien, l’écologisme se justifie par la noblesse et la générosité des intentions. C’est bien ce qu’a écrit Aron : « la fin sublime excuse les moyens horribles. »

L’écologie vit dans un monde étrange de simplification et de falsifications qui rend toute chose claire, libre et simple. Elle fait vagabonder l’esprit dans le superficiel et la facilité en se payant de mots creux et de faux raisonnements. Elle entretient sans scrupule, et ingénieusement, l’ignorance pour faire croire à un futur merveilleux où les énergies renouvelables et le bio remplaceront les énergies fossiles, l’énergie nucléaire et l’agriculture intensive. La population pressée n’a pas le temps de vérifier les absurdités régulièrement déversées sur ce sujet par les médias acquis à la cause verte qui fait pourtant des milliers de victimes dans le monde.

L’idéologie plutôt que la vérité

L’intelligentsia écologiste a choisi la mystification par passion idéologique, plutôt que la vérité et la justice.

Ainsi :

  • qu’importe que le nucléaire progresse dans le monde comme énergie propre et décarbonée, il suffit de répéter en France qu’il est moribond
  • qu’importe que les OGM soient un progrès pour l’humanité comme l’ont reconnu récemment 100 prix Nobel, il suffit de clamer le contraire à l’unisson des campagnes de propagande de Greenpeace
  • qu’importe que les énergies renouvelables, notamment les éoliennes et les panneaux photovoltaïques soient des impasses techniques, économiques et écologiques, il suffit d’affirmer qu’elles représentent l’avenir de nos enfants
  • qu’importe que le charbon fasse 23 000 morts par an en Europe et que la houille soit subventionnée comme énergie renouvelable depuis 2014 par l’Union européenne sous la pression de l’Allemagne verte, mais grande consommatrice de charbon, et aussi de gaz. Il suffit de dire que l’Allemagne est vertueuse et « en avance sur la France » puisqu’elle veut arrêter le nucléaire.

L’important est que suffisamment de gens y croient pour obtenir une majorité ou… des subventions.

Mensonges et exagérations ont toujours fait partie du répertoire politique, pas seulement écologistes. Généralement, les politiques s’accrochent obstinément à leurs erreurs, utilisant au besoin la dénégation ou l’argumentation sophistique pour soutenir une thèse s’étant révélée fausse.

On manque de temps pour réfléchir

Néanmoins, auparavant les faits restaient épargnés dans les débats. Aujourd’hui, ils deviennent facultatifs, notamment dans les domaines de l’économie et de l’écologie. Peu importe la réalité, c’est sa perception qui compte. L’information n’a plus le temps de mûrir.

Une minorité informée peut bien démentir des rumeurs et décortiquer l’hypocrisie et le cynisme de certaines « études » partisanes, encore faut-il que ces analyses soient relayées et lues.

Comme le temps manque pour penser, les opinions qui divergent de la pensée dominante sont balayées. Elles sont mêmes haïes. Avec l’accélération de la vie, l’esprit s’est accoutumé à une vision partielle et à un jugement faux. Les gens actifs, c’est-à-dire sans repos, n’ont jamais été aussi estimés. Au milieu de cette agitation du monde, la France semble cultiver le plaisir et le repos, alors qu’en réalité la majorité pédale frénétiquement le nez dans le guidon vers une nouvelle barbarie : l’écologisme. L’URSS et, plus généralement, tous les régimes communistes dont les méthodes inspirent les idéologues écologistes, furent de véritables enfers.

La démocratie suppose que le peuple décide en étant éclairé et informé des enjeux de son vote. Or, le mensonge devient le cœur même des stratégies politiques écologistes et aussi des médias décrédibilisés qui se sentent obligés d’être complice pour plaire à une partie de leur clientèle endoctrinée par une idéologie verte. Nous sommes loin de la promesse utopique d’un âge de l’information qui formerait l’aboutissement de l’idéal démocratique.

De plus, les réseaux sociaux et les algorithmes de type Facebook ou Amazon choisissent à notre place ce qui est susceptible de nous intéresser. Ils ne cherchent pas à proposer un regard critique mais ils vont, au contraire, encore renforcer l’opinion établie par nos précédentes recherches. Parmi ce maelstrom de visions manichéennes et simplistes comment faire des choix essentiels en votant sans être informé correctement des conséquences ?

Antonio Gramsci, un penseur italien marxiste du début du XXe siècle, soutenait que quiconque prenait le contrôle de la culture prendrait automatiquement le contrôle de la politique trente ou quarante ans plus tard, ce dernier tombant comme un fruit mûr une fois le lavage des cerveaux terminé2. La situation culturelle française actuelle dominée par une écologie de gauche, dont l’emprise politique ne cesse de s’alourdir sur la société française, vérifie ce pronostic.

Le ministère de l’Écologie voudrait-il imiter le succès du ministère de la Culture en mettant en scène le théâtre d’une vie factice sur un socle d’illusions et d’utopies ?

  1. En 1955, Raymond Aron publie L’opium des intellectuels. Il y analyse l’aliénation des intellectuels. Les intellectuels français seraient des révolutionnaires détestant une société qui leur donne un niveau de vie confortable et préserve leurs libertés.
  2. Les cahiers de prison
  1. Ne confondons pas, SVP, les « militants éGologistes » des Palais de la république, avec quelsques rares exceptions qui ne le restent pas toujours, et les militants éCologistes de terrain dont les premiers salisssent l’image.

    Alors que notre environnement est en très triste état , y compris à cause de ceux qui critiquent systématiquement tout ce qui est écolo

    1. « Notre environnement est dans un triste état » -> sans plus de precision, ce lieux commun resume tout à fait le pret-a-penser servi par les merdias mainstream et la pensée unique auquel l’auteur fait reference.
      Merci de preciser de quoi vous parlez, chiffres et source à l’appui, au lieu de repeter des généralités sans le moindre sens.

      1. +1

        Je ne sais pas à quoi fait allusion Jean-Marie, mais, en Europe au moins, l’air est plus pur, les fleuves sont plus propres, les déchets sont mieux traités, les véhicules polluent moins… qu’il y a 40 ans!

        1. Et l’eau des STEP peut être rendu potable si on y met les moyens.

      2. ben sans chiffre et source à l’appui, je pense que vous avez assez de jugeote pour faire la différence entre un député farci de casserole, biberonné au lobby, avec une belle étiquette les verts parce que c’est tendance… et le vieux paysan dans son trou perdu, qui aimerait bien s’essayer à des techniques à l’ancienne, sans emmerder ses voisins, mais qui peut pas parce que la législation lui dit merde. Et pour ce dernier, si vous avez peur de consommer ses produits qui pourrait etre empoisonné ou que sais je, je vous rassure,il ne passeront jamais dans le circuit « traditionnel ».

      3. Arrêtez un peu la mauvaise foi partisane. On comprend très bien ce que veux dire l’intervenant. Quelle est l’utilité à rebâcher l’éternel refrain du « source et chiffre à l’appui. Je vous propose d’en faire de meme en prouvant l’inverse.

        1. On ne peut pas prouver ce qui n’existe pas car une preuve est par nature positive.
          On peut juste noter que dans les prélèvements de tous milieux (air, eau, sol) les analyses sont correctes et largement en dessous des valeurs limites qui, elles, baissent d’années après années et sont aussi largement en-dessous des niveaux tolérés mondialement comme si le but était de mettre en faute.
          Certes vous trouverez quelques cas ponctuels et temporels ici et là mais ils prouvent bien que le contrôle est réalisé.

          1. lehamstersortidesaroue

            La vie du sol baisse partout dans le monde et n’est pas du tout prise en compte par l’agriculture classique.
            Seuls les Bourguignon tiennent cette discipline à bout de bras en France
            20 mn de votre vie pour en savoir plus :
            https://www.youtube.com/watch?v=K7wbDr_P8NU

            sinon je suis d’accord avec vous sam player au niveau chimique il y des améliorations, sans doute grâce à l’agriculture dite raisonnée et la progression des norme environnementales pour les industries et la délocalisation aussi 😉
            De part son principe, l’agriculture chimique n’évitera jamais la pollution par ruissellement et ne mettra jamais en route le cycle vertueux de la vie du sol.

        2. Non, désolé, mais l’environnement n’est pas dans « un triste etat » partout. En occident et dans une bonne partie de l’ex bloc soviétique, l’environnement est beaucoup plus sain qu’il y a 40 ou 50 ans, sur presque tous les plans (pollution des sols, de l’eau, de l’air), diminution de la plupart des pathologies liées à l’environnement etc. Ailleurs la situation est effectivement beaucoup moins rejouissante, avec une nette correlation entre environnement niveau de développement economique. Les sources (ocde, fondation Heritage, ONU…) sont accessibles facilement sur le net.
          Voilà une description certes grossières mais qui apporte les precisions necessaires à la tenue d’un debat sain que j’appelle ds mon premier post et que vous ne prenez surtout pas la peine d’apporter, car cela nuit evidement au fond de votre argumentaire.

          Quand à la revendication du « petit paysan qui veut tenter son xp en bio » contraint par la LEGISLATION et la bureaucratie : vous etes ici sur un site libéral, une doctrine dont la traduction politique la plus partagée est précisément la lutte contre l’intrusion legislative dans les decisions economiques et personelles de l’individu, fût-il paysan bio.
          Vois me trouverez personne ici qui ne soutienne son droit absolu de cultiver ce qu’il veut, comme il veut, sur sa propriété. C’est précisément le fond du sujet , et par là que vous inversez les termes du debat de manière perverse et avec la plus grande mauvaise foi.

          Car c’est bien les ecologistes qui ont réclamé, et obtenu, à grands renforts de sabotages citoyens et autres destructions volontaires de parcelles, le moratoire sur les OGM en europe.

          En d’autres termes, vous vous empressez de reclamer pour d’autres (qui veulent aussi tenter leurs « expériences » ) ce que vous ne supporteriez pas qu’on vous fasse.

          1. lehamstersortidesaroue

            J’abonderai dans votre sens, on peut des aujourd’hui cultiver ce que l’on veut chez soi et comme on veut. (encore heureux ! :))

            Pour les OGM, ça peut se discuter à cause de la dissémination des pollens et du principe de précaution:
            il est notoire que des plantes sauvages de la même famille que la plante OGM cultivée devienne résistantes au roundup, si la plante OGM cultivée à le gene de la resistance à cet herbicide.
            Il y a bien transfert du patrimoine OGM vers le vivant autours (cultures voisines, plantes sauvages).
            est ce un risque que l’on souhaite prendre, ça se discute.
            personnellement j’y vois un coté apprenti sorcier.
            copier la nature donne de bons résulats alors pourquoi prendre un risque.

            1. Votre conception de la liberté est curieuse. Quant à vos propos sur les OGM, ils dénotent la même ignorance teintée de propagande bobo que sur le reste.

              1. lehamstersortidesaroue

                du vide, c’est bien ce que je pensais….

                1. « Tu fais ce que tu veux dans ton jardin tant que c’est bio, engrais, sans pesticides ni ogm » : conception très étriquée de la notion de libertés individuelle.

                  Quant aux ogm, je rapelle quand même que c’est vous qui affirmez, sans le moindre debut de l’ombre d’une source ou d’une reference :
                  « il est notoire que des plantes sauvages de la même famille que la plante OGM cultivée devienne résistantes au roundup, si la plante OGM cultivée à le gene de la resistance à cet herbicide.
                  Il y a bien transfert du patrimoine OGM vers le vivant autours (cultures voisines, plantes sauvages). »

                  Ne renversez donc pas la situation : la vacuité est bien de votre côté.

                  Commencez par apporter la preuve de ce que vous avancez au lieu de bavasser.

                  1. lehamstersortidesaroue

                    *Ah mais pas de souci vu que c’est notoire…
                    « Du pollen et des gènes d’OGM

                    Le pollen des plantes GM voyage lui aussi. Ces plantes peuvent donc échanger leurs gènes avec des espèces domestiquées ou avec des espèces sauvages sexuellement apparentées. »
                    source:http://www.ogm.gouv.qc.ca/sante_et_environnement/environnement/risques_potentiels/dispersion_genes/envi_dispersion.html
                    puis:http://www.terresacree.org/moutarde.htm

                    ma source initiale était un reportage TV qui date, voilà pourquoi je n’avais pas sourcé, si vous voulez tout savoir.

                    A vous maintenant de prouver vos dires maintenant.

                    * »« Tu fais ce que tu veux dans ton jardin tant que c’est bio, engrais, sans pesticides ni ogm » : conception très étriquée de la notion de libertés individuelle ».
                    compréhension étriquée de mes propos, ça veut juste dire encore heureux que l’on peut faire ce qu’on veut chez soi.pas dans un pays si liberticide que ça, c’est tout.

                    En résumé, heureusement qu’il a des lois qui limitent les libertés des inconscients finalement.
                    liberté ou sécurité contre les inconscients manquant de discernement, pas facile de choisir finalement…

  2. lehamstersortidesaroue

    En fait les énergies fossiles sont à terme vouée a disparaître.
    Les énergies renouvelables actuelles sont tout ce que nous connaissons actuellement pour se substituer aux énergies fossiles. Officiellement en tout cas.
    Il est donc prudent de penser à ne pas gaspiller les fossiles et de commencer à promouvoir le renouvelable puisque nous sommes accro dépendant à l’énergie et que nous ne connaissons que les renouvelables pour se substituer aux fossiles déclinantes par nature.

    Juste une question de bon sens et de prudence en attendant la découverte miraculeuse d’une nouvelle source d’énergie qui ne vient toujours pas.

    Pour l’agriculture, il y des a des systèmes de production agricoles bien plus productifs que l’agriculture intensive basée sur la chimie et qui sont pérennes et non polluantes.
    Ce sont des méthodes qui se rapprochent du cycle de la vie, comme la foret qui n’a besoin de personne pour être productive et pérenne sous climat tempéré.
    Le problème, dans notre monde mercantile, est qu’il faut un peu de temps de convertir les hommes et surtout les terres pour y réintroduire le cycle de la vie.

    1. « Pour l’agriculture, il y des a des systèmes de production agricoles bien plus productifs que l’agriculture intensive basée sur la chimie et qui sont pérennes et non polluantes.
      Ce sont des méthodes qui se rapprochent du cycle de la vie, comme la foret qui n’a besoin de personne pour être productive et pérenne sous climat tempéré »

      Je ne demande qu’à vous croire mais je préfère les FAITS et non pas de vagues promesses. Or, force est de constater que les propositions « alternatives » sont extrêmement aléatoires et parfois farfelues (exemple entendu récemment: la productivité des céréales est améliorée entre des plantations de noyers…). L’INRA a lancé un programme en 2012 sur comment produire des céréales sans pesticides. Pour l’instant, je n’ai pas vu une seule donnée de rendement, sinon des demandes de budgets supplémentaires.

      Bref, nous sommes en plein dans le domaine de la pensée magique.

      1. lehamstersortidesaroue

        Rassurez vous je n’attend plus a ce que l’on me croit sur parole ! 🙂
        Je mets en pratique petitement et j’ai été moi même déçu par certaines annonces tapageuses.
        Je préfère me focaliser sur qui fonctionne plutôt que de me focaliser sur les échecs de ci de là.
        il ne me serait jamais venu a l’idée de cultiver entre des noyer quand on sait que les feuilles du noyer lorsqu’elles tombent imprègnent le sol d’une substance herbicide (la juglone). certaines plantes résistent malgré tout, dont le blé visiblement.
        http://www.jardiner-autrement.fr/partageons-nos-bonnes-pratiques/reponses-aux-questions/5-plantes/44-/details-fiche/1499-plantation-d-arbres-ou-d-arbustes-a-cote-d-un-noyer-
        j’ai résolu le problème en ne cultivant rien a proximité d’un noyer, à part un noyer.

        En exemple concret et positif il y a :
        la ferme du bec hellouin, pour ce qui concerne le maraîchage. L’INRA travaille avec eux pour comprendre leur productivité « magique ».

        Les méthodes de la permaculture ne sont pas applicables a la mécanisation, donc pour la culture de céréales qui demande de la mécanisation il y a
        l’expérience concrète de l’agriculteur Konrad Schreiber et les gens qui le suivent, qui est là pour appuyer ses dires.
        je précise qu’il a repris des études agricole à assez haut niveau pour résoudre l’équation imposée par les dirigeants : »produire plus, polluer moins ».
        Il est très pragmatique.

        Après c’est une question de sensibilité, un sol qui se dégrade sans cesse au niveau de la vie et de l’humus suite a une agriculture chimique (engrais, pesticides)
        et d’un autre coté un sol qui s’agrade au fur et a mesure des récoltes en produisant de plus en plus, oui ça peut paraître magique mais la vie est magique ! 🙂
        ce n’est pas facile, ça demande intelligence de cultiver une terre en agradant le sol, ce n’est pas juste suivre les conseils du technicien agricole qui vend ses produits.

        élévation par le haut…

        1. J’attends des données de rendement. Ce n’est pas compliqué que je sache.
          Les rendements de la ferme du bec hellouin, quels sont ils?
          Et puis, merci d’éviter des transpositions de rendements obtenus dans des jardins à de plus grandes surfaces.
          Si c’est du même tonneau que ceux du mas de beaulieu, haut lieu de l’agroécologie:
          http://afis-ardeche.blogspot.fr/2012/09/humanisme-notre-visite-chez-des.html#more

          Quant au sol « qui s’agrade au fur et à mesre des récoltes », j’attends toujours un élément significatif parce qu’en France, je ne vois rien, nada.
          Au contraire, des terres qui étaient considérées comme « pauvres », sont devenues des terres à haut potentiel, où l’on sort plus de 100 quintaux de blé (Champagne « pouilleuse », des « landes » en Bretagne).
          Ce n’est pas en ressassant 1000 fois que les sols se « stérilisent » que ça en devient une réalité.

          1. Merci pour votre lien, précis et instructif

          2. lehamstersortidesaroue

            Bien sur que l’agriculture intensive actuelle peut fonctionner sur une terre morte et c’est ce qui se passe en Beauce par exemple, vu qu’elle introduit engrais, eau, pesticide. La terre est considérée comme un substrat inerte.
            Personnellement ça ne me dérange pas plus que ça, si ce n’est les résidus de pesticide que l’on mange.
            Le seul souci c’est que tout cela ne tient à bout de bras que sous perfusion d’énergie fossile et mines de phosphate (en passe de s’épuiser).

            « Ce n’est pas en ressassant 1000 fois que les sols se « stérilisent » que ça en devient une réalité. »
            C’est pourtant le cas. figurez vous que mon terrain est pour moitié une prairie jamais cultivée et pour motiée une terre cultivée intensivement.
            c’est la même terre à l’origine.
            il suffit de comparer la couleur de la terre, comment les plantes poussent et l’on immédiatement que la partie cultivée intensivement est devenue pauvre, stérile par rapport à la prairie jamais cultivée.
            N’attendez pas de moi que je sois un expert avec des chiffres, ce n’est pas ma partie.
            N’hésitez pas à les chercher si cela vous est nécessaire pour forger votre conviction, moi je n’en ai pas besoin. j’expérimente et je constate.

            1. « c’est ce qui se passe en Beauce »
              Mon prof d’agronomie début des années 80 (!) nous affirmait:  » dans 10 ans, la Beauce sera devenue stérile »…

              1. lehamstersortidesaroue

                Je vous rassure, il avait raison, c’est le cas mais ce n’est pas un problème pour les plantes si on leur donne ce qu’il faut (engrais, pesticides, eau)
                ce n’est juste pas pérenne si l’on considère que les ressources pour faire les engrais sont épuisable.

                1. Et même si cette terre est morte, quel est le problème si ?
                  – en jachère 10 ans elle retrouvera naturellement sa diversité biologique (ce que chacun de nous peut constater si il connait un morceau de campagne depuis longtemps)
                  – elle produit 100 quintaux à l’hectare, c’est son but, certaines terres servent à produire des biens industriels, d’autres à nous loger.

                  La terre sous laquelle votre habitation est morte, celle où vous travaillez, où vous faites du sport, etc, tout est mort parce que nous y vivons et c’est très bien.

                  Nous créons des réserves naturelles pour préserver la diversité, une plus grande productivité à l’hectare permettra de laisser plus de place aux milieux naturels dans certains cas.

                  1. lehamstersortidesaroue

                    ça fait 5 ans que mon voisin a converti sa terre cultivée en prairie et l’herbe pousse très mal, s’en est presque risible.
                    mais on peut accélérer le processus de remise à la vie de la terre avec des apports de BRF.
                    et non il continue à mettre des engrais….

                    façon de raisonner un peu curieuse vu qu’il existe des techniques agricoles qui préservent la vie du sol et vu que l’agriculture pétrochimique n’aura de fait qu’un temps. Pourquoi se priver de solutions vertueuses et durables ?

                    nivellement par le haut ou pas ?

                    1. Vertueuses ? Produire beaucoup pour nourrir à moindre prix toujours plus de gens (mais je pense qu’en économie non plus nous ne serons probablement pas d’accord) c’est vertueux. Les méthodes que vous idéalisez jusqu’à preuve du contraire ne produisent pas, lisez les articles linkés dans ces posts.
                      Durables ? En France une agriculture non productive peut être subventionnée, on subventionne déjà des millions de fonctionnaires, le temps de travail des uns et des autres étant sans communes mesures. Rires. Quand est-il dans les pays en développement ? Durable c’est que les vermisseaux survivent ou bien est-ce les hommes ?

                  2. Et même si cette terre est morte, quel est le problème ?
                    Je vous invite à vivre dans cette triste et monotone dalle calcaire où l’arbre est sir rare.
                    Il suffirait de faire apparaitre à nouveau haies et bois pour améliorer qualitativement les terres. Un exploitant beauceron a déjà pris l’initiative et les résultats sont bien entendu au rendez vous.

                2. « ….si l’on considère que les ressources pour faire les engrais sont épuisables. »

                  Bah c’est pas demain la veille, on sera mort avant :
                  Les engrais azotés sont fabriqués à partir de l’ammoniac NH3, obtenu par la combinaison de l’azote de l’air N2 et de l’hydrogène H provenant du gaz naturel CH4 (procédé Haber-Bosch).
                  Et puis en plus c’est super bien car ça offre un débouché pour le gaz dont certains pays ne savent que faire… alors on fait des usines, ça donne du travail et ça valorise un produit…

                  Mais peut-être parlez vous des phosphates… dont l’épuisement est prévu après celui du fer… PTDR… j’vous jure !

                  1. lehamstersortidesaroue

                    Pas si PTDR que ça, vous avez traité N de NPK, voyez les autres, surtout P….

                    1. lehamstersortidesaroue

                      http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2014/02/19/penurie-phosphore-bombe-retardement
                      On estime qu’un pic de production sera atteint dans les années 2030-2040, marquant l’entrée dans une période de carence (la demande en phosphore dépassera l’offre). Et pour couronner le tout, la «liquidation totale jusqu’à épuisement des stocks» est prévue dans une centaine d’années.

                      alors qu’il existe des agricultures respectueuses de la vie ne nécessitant pas d’apport de phosphate….

                    2. Pour le P du NPK, il y en aura toujours dans les STEP, source du futur 🙂

                    3. @Hamster
                      Décidément et sans vouloir vous froisser, soit vous ne savez pas lire, soit vous ne savez pas que le phosphore est extrait des phosphates car c’est ce que j’avais indiqué..
                      Les articles qui avaient fait la une sur ce pseudo problème (tous pompés l’un sur l’autre à partir d’un allumé) ont en général été retouchés suite aux commentaires : perso j’en ai fait modifier un en fournissant des références.
                      Ceux qui ne l’ont pas retouché sont juste malhonnêtes.

                    4. lehamstersortidesaroue

                      @sam player
                      Non vous ne me froissez pas 🙂 je commence à m’y faire à être en terrain hostile 🙂
                      il y a des gens civilisés, avec de l’humour voire même des gens sympathiques. 🙂

                      http://www.encyclo-ecolo.com/Epuisement_des_ressources#La_disparition_du_phosphore

                      Le pic est prévu pour 2030 soit dans 14 ans ce n’est pas si éloigné.
                      Les problèmes arrivent déjà au pic, c’est-à-dire bien avant l’épuisement, à moins de diminuer la consommation après le pic.
                      Car nous sommes dans une perspective de croissance au niveau population mondiale, ça implique une croissance d’aliments à produire donc une croissance en besoin de phosphore alors que la production baissera à cause du pic…Bon ça fera une sélection naturelle par l’argent.

                      si vous avez des info contraires n’hésitez pas, ça m’intéresse.

                      Je vois par ailleurs les phosphites(Riffraff) comme une source alternative mais il faut adapter les plantes, un peu apprenti sorcier comme solution mais à voir…

                      Sinon, les pratiques agricoles respectant la vie et ne nécessitant pas de phosphate (ou très peu) ça ne tente personne ? lol

                    5. @lehamster
                      Vous vous rendez compte des sites débiles que vous mettez en lien au niveau de l’épuisement des matières premières ? Vous les lisez au moins ?

                      Je prends juste un exemple : l’argent, épuisement en 2021. Ce doit être le peak puisque un peu plus loin il est écrit entre 2021 et 2037. Sérieusement pensez vous qu’un minerai aussi important qui commencerait à s’épuiser dans 5 ans coûterait $20 l’once sans déco-nner ? Je fabrique des équipements utilisés dans les mines et l’argent est un co-produit de l’exploitation du cuivre et il y a des années où l’on en produit vraiment trop d’où le cours cahotique.

                      Sur le phosphore regardez le comique des chiffres : il y a plein d’erreurs et de contradictions. 340 ans de réserve et la production annuelle fait 80 fois les ressources en millions de tonnes (non ce n’est as une erreur de sens de lecture : on consomme 80 fois les réserves par an). Un peu de sérieux svp !

                3. Les phosphates seront épuisés dans une limite de 70 à 200 ans disons et bien sachez que bien avant cette échéance on commence déjà à trouver des solutions :
                  http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2116

            2. « N’attendez pas de moi que je sois un expert avec des chiffres… »

              Oui, comme ils disent à la télé, n’ennuyons pas nos téléspectateurs avec un débat trop technique… des chiffres pouah !

              1. lehamstersortidesaroue

                effectivement je viens là pour sensibiliser aux limites de notre mode de vie et je ne suis aucunement expert en agronomie et n’ai pas envie de chercher des chiffres pour vous convaincre.
                si ça vous intéresse, vous cherchez.
                si j’ avais les chiffres en tête je vous les donnerait.
                sans doute que ça dessert mon discours, je conçois.

                1. « je ne suis aucunement expert en agronomie et n’ai pas envie de chercher des chiffres »

                  En bref, vous ne savez rien et n’avez pas envie de savoir.
                  Vous êtes un magnifique exemple de ce qu’on dénonce : une bande de fanatique ignorants habités de croyances diverses et de solutions farfelues.

                  En d’autre temps un type aussi ignorant et farfelu que vous a fait 30 millions de morts en tripotant l’agriculture:
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Bond_en_avant

        2. apparemment vous ne méritez pas du tout de vous qualifier de « sorti de [ma] roue ». ou alors c’est au sens de « sorti de route » .
          J’ai lu les CR de la la ferme du bec hellouin, qui sont en ligne ( http://www.fermedubec.com/inra/Rapport_etude_2011-2015_Bec_Hellouin_30112015.pdf ), et vous feriez mieux de les lire au lieu de parler de « productivité magique ».
          Ils bossent juste comme des malades pour un chiffre d’affaire minable, et un revenu pitoyable. Comme n’importe quel maraicher, en fait. Ah, et c’est quasiment du « hors sol » : le sol lui-même ne vaut rien et tout en fait en « anthroposol »

          Et c’est tout sauf un modèle, il suffit de lire la conclusion (in extenso)

          Chaque projet est singulier et situé. Les résultats de l’étude ne constituent en aucun cas des références ou des préconisations à appliquer au pied de la lettre. Tout juste esquissent-­ils une partie encore trop limitée d’un horizon des possibles. Dans ce rapport, nous voulions rester au plus près des données réellement produites, justement pour que chacun puisse s’en emparer et les interpréter pour son propre compte. L’étude conduite à et par la ferme biologique du Bec Hellouin a suscité de nombreux débats et polémiques et continuera sans doute à le faire. Sa fonction était justement de les provoquer et de les alimenter. Elle n’était certainement pas de les trancher.

          1. lehamstersortidesaroue

            Alors puisque faut traduire, voici:
            – sorti de sa roue, veut dire sorti autant que faire se peut du système de croissance à marche forcée, de la soumission au capitalisme, s’exciter dans un travail qui n’a aucun sens, etc…
            – la ferme du bec hellouin est UN exemple positif pour répondre au fait que la personne n’en voyait pas. Ce n’est en aucun cas un exemple généralisable pour tout type de culture, j’avais bien fait la distinction….
            – La productivité de cette ferme est importante car ils produisent beaucoup de légumes par unité de surface avec peu d’intrant achetés. aucun je pense même.
            – hors sol si l’on veut mais surtout sur sol vivant maintenant . Le hors sol est généralement un substrat stérile sous perfusion de chimie. ce n’est donc pas du tout le cas dans cette ferme.

            la réussite financière est un autre problème qui ne concerne que vos critères personnels de réussite. moi je trouve qu’ils ne s’en sortent pas si mal, comme quoi tout est subjectif à ce niveau.

            si vous voulez jouer sur les pseudo on peut dire que le votre ne fait que passer de manière nauséabonde.

            1. si vous voulez jouer sur les pseudo on peut dire que le votre ne fait que passer de manière nauséabonde.

              Ah ben voilà un hamster sorti de la route:mrgreen:

              1. lehamstersortidesaroue

                Oui sortie de route, un peu agacé…, désolé. 🙂

            2. « sorti autant que faire se peut du système de croissance à marche forcée, de la soumission au capitalisme, s’exciter dans un travail qui n’a aucun sens, etc… »

              C’est une aspiration individuelle. Elle est probablement partagée par la plupart des jeunes. Encore faudrait-il prouver que le monde peut fonctionner sans croissance et surtout que l’on peut financer les progrès sociaux et sanitaire sans croissance : les systèmes ont tendance à fonctionner par tout ou rien !

              Quant au travail qui n’a « aucun sens » : seriez vous capable de ne rien faire (vraiment rien) pendant un mois. D’autre part, même avec une armée de robots à votre service, vous vous plaindriez encore de devoir faire votre toilette (toujours à refaire !) ou surveiller le travail des robots (qu’ils sont bêtes ces robots !). Le problème du « sens du travail » est de soit apprécier ce qu’on a et aimer ce qu’on fait – même si c’est une contrainte – soit de créer sa propre activité conforme à ce qu’on aimerait faire – ce qui demande en général beaucoup plus de dur labeur que la première solution, et pour le coup donne tout son sens au terme « marche forcée ».

              Notez cependant que les « patrons » intelligents tentent de rendre agréable le travail des employés motivés – pas par altruisme, mais par simple logique productiviste.

              1. lehamstersortidesaroue

                Juste pour réflexion : imaginez le monde tel qu’il est, on ne change rien, tout le monde joue le jeu et continue a faire ce qu’il fait, juste on retire l’argent du monde.
                Du coup chacun se sert dans les magasins pas plus que ce qu’il achetait avant, chacun continue a faire son travail, gratuitement du coup, tout tourne comme avant…

                Bon les gens qui ont une activité autours de l’argent sont un peu au chômage… : ) mais il trouveront bien autre chose à faire de plus concret.

                Dans ce monde, qu’est ce qui limite les progrès sociaux genre autoroute, hôpitaux, écoles, centres de recherche etc.: les ressources en matière et en personnel. Juste pour vous voyez la place et le pouvoir qu’à l’argent dans nos vies.

                Bien sur ce n’est qu’un exercice d’imagination car pourquoi travailler dans un tel monde. Cela suppose une conscience assez élevée de continuer à travailler si votre travail ne vous plait pas ou si l’oisiveté vous plait plus que tout.

                Pour le travail qui n’a aucun sens je parlais de mon ancienne profession par rapport à mes aspirations personnelles.
                Et pas du travail en général. Pas facile de communiquer par écrit…

                Je vous suis parfaitement sur le travail, ne rien faire n’est de toute façon pas l’objectif de la vie.
                L’objectif de la vie étant l’expérimentation et le progrès selon ma philosophie personnelle.
                Quoique ne rien faire peut être une expérience à tenter aussi. en homme libre.

                1. « imaginez le monde […] juste on retire l’argent du monde. »

                  Vous raisonnez comme un enfant.

                2. juste on retire l’argent du monde.

                  Pas de panique : votre rêve se réalise, avec les taux d’intérêts négatifs …

                3. On supprime l’argent du monde.
                  –> Celui qui veut se procurer un panier de légumes ou les services d’un électricien, il fait appel à la bonne gentillesse de l’électricien?
                  –> Si nous sommes d’accord sur le fait que ça ne marchera que localement, alors nous admettons qu’un outil de troc est nécessaire. « Je te donne un panier de légume et en contrepartie tu viens réparer ma fenêtre ».
                  L’argent, c’est juste ça. Un outil pratique permettant de quantifier les échanges humains. Echanges qui existeront toujours, si demain vous enlevez l’€, les gens commerceront avec autre chose.

                  1. lehamstersortidesaroue

                    Ouah je n’y avais pas pensé !

                    si vous m’aviez bien lu ou compris, vous auriez compris que ce n’est ni réaliste, ni pour demain, ni un projet, il s’agissait juste d’un exercice intellectuel.
                    Un exercice intellectuel d’imagination pour que chacun se rende copte de la place que prend l »argent dans nos vie.
                    En gros c’est lui qui décide à notre place, alors qu’il serait plus intelligent de raisonner en ressources matérielles et humaines avant d’ engager des projets.
                    Souvent l’argent ajoute des limites et des contraintes à la réalisation de choses utiles.
                    pour faire de iphone qui se vendent, là il y a de l’argent, j’attend le 7 avec impatience…
                    Bon dieux où est le sens des priorités !?

                    1. Exercice intellectuel. manifestement c’est un peu rouillé chez vous.
                      ll vous a échappé justement que la valeur d’une ressource augmente quand elle se raréfie et que ce n’est pas le cas des ressources qui selon vous et vos liens seraient au bord de l’épuisement.

                      Et sur votre société utopique, ça s’appelle le communisme et ça ne fonctionne pas : les gens ne branlent rien s’ils n’y ont pas un intérêt, c’est comme ça. Et qu’est ce que ça peut vous faire que des gens veuillent un iPhone 7 ? C’est vous la police de ce qui est bien ou pas ? De quel droit ? du droit de sauver la planète ? Elle n’a pas besoin de vous.

                    2. lehamstersortidesaroue

                      @sam player
                      il vous aura echappé:
                      – que ce n’est pas une proposition de système.
                      – que savoir si les ressources sont disponibles revient à donne une échelle de valeur.
                      – oui, je pense qu’en tant qu’humains nous pouvons faire mieux que ce qui est actuellement comme société.
                      si mon voisin est heureux, je suis en paix.
                      Juste des considerations egoistes qui me motivent.
                      par contre il me semble être en droit de dire qu’au niveau priorités on marche parfois sur la tête.
                      tous le monde un i phone 7 ou un hôpital ?

                    3. « tous le monde un i phone 7 ou un hôpital ? »

                      Au lieu de partir en vacances, versez l’argent que vous alliez dépenser à une oeuvre.
                      Vous ne regardez certes pas les chiffres mais vous n’avez même pas compris que c’est parce qu’il y a des iPhones qu’il y a plus d’hopitaux.

                      D’ailleurs regardez en l’an 1000, pas d’iPhones, pas d’hôpital ou très peu, plutôt des mouroirs.

                    4. lehamstersortidesaroue

                      @sam player je note que comme beaucoup vous avez du mal a extraire le sens général du cas particulier.
                      pour être est ce ma façon de m’exprimer avec des exemple pour faire passer un message qui ne convient pas?
                      ou est ce une mauvaise foi rancunière de votre part ?
                      vous me direz

                    5. @lehamster
                      Je n’ai fait que reprendre vote exemple.
                      Pourquoi croyez vous qu’il y a des hôpitaux ? Pensez-vous que l’argent nécessaire pour les construire se matérialise subitement ?
                      C’est parce que l’on crée des richesses qu’une partie issue des taxes permet de construire ces hôpitaux.

                      Ca vous paraîtra peut-être économiquement contre-intuitif mais si un investisseur a 100M€ il est préférable d’investir dans une usine plutôt que dans un hôpital car l’investissement produira plus que l’hôpital et générera de quoi construire l’hôpital et permettre d’assurer son fonctionnement. C’est dans ce sens là que les choses se passent généralement : la richesse économique permet d’améliorer la santé et l’espérance de vie. Faire l’inverse serait du one shot.

                    6. lehamstersortidesaroue

                      @sam player
                      vous ne voyez pas que vous êtes hypnotisé par l’argent.
                      Normal on vit avec depuis notre enfance et on ne connait rien d’autre.

                      Dans les faits les richesses correspondent à des bien ou services réalisés. ça vous ne pouvez qu’être d’accord ?

                      Pourquoi devrait- on réaliser des biens et des services avant d’avoir le droit de réaliser un autre bien utile (l’hopital par exemple) ?
                      s’il n’y a pas les ressources ou la main d’oeuvre disponible OK on attend mais attendre de l’argent… donc que des biens et des services qui n’ont rien à voir soient réalisé, c’est absurde.
                      Nous vivons dans cet absurde sans plus ne remarquer ce c’est absurde.
                      Je vous laisse juge.

            3. lehamstersortidesaroue: « la réussite financière est un autre problème qui ne concerne que vos critères personnels de réussite »

              Votre détachement des biens est honorable et tombe pile, j’ai justement des tas de projets écolos qui vont coûter assez cher et je pensais vous les faire payer.
              Auriez-vous une adresse email que je vous envoie la facture ? Il me tarde de commencer.

              1. lehamstersortidesaroue

                Ah désolé, puisque je tente de limiter l’emprise des biens matériel dans ma vie vous comprendrez que je ne suis pas riche pour financer vos projets. 🙂

                1. Pas de problème, sans fossile et produits on parle justement de bras et j’en manque pour mes 50 hectares de terre écologique.
                  Je vous loge et vous travaillez à l’année de la bonne terre naturelle dont vous mangerez les produits. Vos rêves et visions pour une autre planète peuvent être réalisés dès cet automne.

                  Votre niveau de vie consomme 100 esclaves-équivalent-pétrole (cf. lien plus bas). Je vous propose de réduire cette empreinte que vous considérez comme mortelle au lieu de palabrer sans fin.
                  https://www.manicore.com/documentation/esclaves.html

            4. sortir de la roue (de hamster) suppose de sortir d’abord de sortir de son bocal (mental). Vous en êtes loin.
              La ferme du bec Hellouin n’est pas un exemple positif, c’est un exemple lamentable. On peut leur savoir gré d’avoir fait l’essai de leur convictions, sans les imposer à personne, mais ça restent des illuminés qui bossent comme des malades pour des résultats minables, exemple parfait de ce qu’il ne faut surtout pas faire. Alors le généraliser … lol.
              « La productivité », il faut préciser par rapport à quel facteur vous la mesurer, la productivité : la surface ? l’eau ? le travail ? l’énergie ? le temps ? le capital investi ? Et pour ça, la question n°1 est : quel est le facteur limitant, qu’il faut exploiter le plus possible ? Et au bec Hellouin ce N’est PAS la surface (la ferme fait 20 ha, quel sens ça a de se concentrer sur 0,1 ha ?), mettre en avant ce facteur n’a juste aucun sens. Ça démontre seulement une vision étriquée du système.
              « la réussite financière est un autre problème qui ne concerne que vos critères personnels de réussite. moi je trouve qu’ils ne s’en sortent pas si mal, comme quoi tout est subjectif à ce niveau. » La réussite financière est un signe, un indicateur, qui comme tout indicateur n’a rien d’infaillible, mais qu’il est encore plus mesquin de négliger que ça l’est d’y voir l’alpha et l’oméga. Et vous les trouvez « pas si mal » , les résultats, mais … pas au point de les imiter. Pourtant c’est « facile », non ? il suffit de 1000 m² et de zéro outil mécanique. Vous pourriez même commencer avec 100 ou même 10 m², alors, pourquoi vous ne vous lancez pas ?

            5. – La productivité de cette ferme est importante car ils produisent beaucoup de légumes par unité de surface avec peu d’intrant achetés. aucun je pense même.

              Ramené au m2 ça doit etre grandiose! Mais combien de tonnes produisent ils réellement? Sont ils capables d’alimenter l’usine de conserves du coin? Ou ne dégagent ils, apres leur consommation personnelle, que de petits surplus?

              il ne mettent pas d’intrants, soit… Du coup ils doivent utiliser deux fois plus de travail humain? bénéficient ils d’aide extérieure, de bénévolat, WOOFING? leur travail (temps passé / production) est il rentable?

              – hors sol si l’on veut mais surtout sur sol vivant maintenant . Le hors sol est généralement un substrat stérile sous perfusion de chimie. ce n’est donc pas du tout le cas dans cette ferme.

              Tout est chimie, arretons de la critiquer SVP sinon vous pouvez toujours aller signer la pétition contre le DMHO (http://www.dhmo.org/)

              Les sols ne sont pas stérilisés par la chimie, sinon en 100 ans de culture « chimique » la Beauce serait un désert alors qu’on bat a chaque recolte des records. Un sol ça s’entretient voila tout, si on sort 100 qtx /ha il faut compenser avec une source de matiere organique (le BRF dont vous parliez par exemple) pour maintenir la matiere organique du sol. Sans matiere organique les intrants chimiques ne sont pas retenus et vos rendements s’écroulent tout en polluant les nappes (lessivage des nitrates). Or désolé, l’état sanitaire des nappes et des rivieres s’améliore et l’usage des intrants aussi.

              Quant aux résidus de pesticides, on parle de µg, voire on est parfois en limites de détection (on ne peut pas certifier que c’est =0 puisqu’aucune machine d’analyse n’est capable d’en apporter la preuve).

        3. avez vous vraiment regardé de près la ferme du bec hellouin???

          1. lehamstersortidesaroue

            voxpop arte le 29/05/2016, le journaliste dit: « selon un rapport de l’INRA le ferme du bec Hellouin est 10 fois plus productive que l’agriculture traditionnelle »
            Rapport de journaliste certes…
            Vu ce que j’en connais je dirais très forte productivité au m², pas de mécanisation , pas d’achat d’engrais ni de pesticides.
            ce qui donne un rendement agricole et financier élevé vu que pas d’entrées et que des sorties( les légumes).
            concernant leurs revenus, je ne retrouve pas mais je me souviens avoir vu un autre reportage et ça ne m’avait pas paru ridicule mais pas génial non plus. c’était un reportage récent où il vendent leurs légumes a des chefs cuisinier, donc a bon prix.

            concernant Konrad Schreiber, voici une conférence issue de son expérience personnelle d’agriculteur.
            https://www.youtube.com/watch?v=DqbDsjVJfR0
            si cela vous passionne il y a plein d’autres vidéos.

            1. c’était un reportage récent où il vendent leurs légumes a des chefs cuisinier, donc a bon prix.

              Le problème c’est qu’avec le capitaine de turbo-rétro pédalo aux commandes, Francesco Schettino Hollando (uille), les chef cuisiniers réputés ne se multiplient comme le faisait Jésus-Christ avec les petits pains…

            2. http://www.lefigaro.fr/sciences/2016/04/14/01008-20160414ARTFIG00013–la-ferme-du-bec-hellouin-permaculture-rime-avec-rendement.php
              Pour mille mètres carrés cultivés, la valeur de la récolte s’est élevée la première année à 32 000 euros; la troisième année à 55 000 euros.

              1. blabla… pas de comptes déposés et date d’installation 1990 et non 2004

                http://www.societe.com/societe/monsieur-charles-herve-gruyer-380222836.html

                1. lehamstersortidesaroue

                  Une activité agricole est au bénéfice agricole et donc la déclaration se fait à l’impôt sur le revenu. il n’y a pas de publication de comptes pour cette activité.
                  idem pour moi qui suis en individuel. j’existe sur scociete.com mais pas de bilan.

                  Bon puisque le bec Hellouin est sujet a polémique, voyons chez nos amis autrichiens:

                  http://www.utopiesdaujourdhui.fr/index.php/layout/new-layouts/823-permaculture-la-methode-de-sepp-holzer
                  pas de bilan financier non plus mais Il vit de sa ferme, emploie 4 mi temps, 20ha de terres stériles au début comme quoi la permaculture a du potentiel. c’est propre, ça ne coûte pas cher en intrants et ça produit.

                  Pour avoir démarré ce type de culture, il y a un temps de mise au point pour s’adapter aux conditions particulière de son terrain et à l’ écosystème environnant.
                  Au démarrage, c’est moins simple que le labour+la chimie.
                  A+

                  1. Il y a des employés, donc ce n’est pas uniquement des revenus du chef d’exploitation.
                    Maintenant s’il y a 5 personnes qui vivent sur l’exploitation ça fait 10-11,000 euros de revenus par personne… c’est très bas.
                    S’il n’y a pas de comptes tout ce qui est dit c’est du blabla.

                    1. lehamstersortidesaroue

                      c’est même en dessous je pense même que les gens le payent pour venir travailler chez lui. vous avez raison.

    2. est qu’il faut un peu de temps de convertir les hommes et surtout les terres.

      Il faudrait surtout que les gens comme vous commencent au lieu de se goinfrer tout en déplorant que les autres fassent pareil.

      1. lehamstersortidesaroue

        c’est quoi des gens comme moi ? on se connait ?
        le respect n’est il pas une valeur du libéralisme ?
        je ne comprend même pas ce que vous voulez dire.

        1. vous baratinez….surtout pas de faits…

        2. « c’est quoi des gens comme moi ? on se connait ? »

          En tant que malthusien vous prônez le rationnement forcé des ressources alors que vous vous gavez jusqu’à la glotte d’énergie.
          Je dis: commencez, montrez l’exemple, vous êtes des millions !

          1. lehamstersortidesaroue

            Merci de me dire ce que je suis parce que je l’ignorais, ainsi me voilà Malthusien… 🙂 je vais y réfléchir 🙂
            Bah oui il se trouve que je suis né en France, pays accro à l’énergie, donc comme vous tous ici, je consomme.
            Par contre sans doute à l’inverse de certains je cherche des solutions pragmatiques pour réduire ma dépendance à l’énergie, motivé surtout par le porte feuille et par ma vision de l’avenir.

            Comme vous y allez, pour le rationnement, loin de moi cette idée et très loin de moi ce pouvoir vu que je suis un individu isolé, membre d’aucun groupe et ne se retrouvant dans aucun parti ou mouvement.
            chacun agit en conscience. comme je viens de dire, je limite ma consommation sans limiter ma liberté d’action.
            Vous avez votre conscience, vous faites ce que vous voulez.

            1. Par contre sans doute à l’inverse de certains je cherche des solutions pragmatiques pour réduire ma dépendance à l’énergie, motivé surtout par le porte feuille et par ma vision de l’avenir.

              Vous vous moquez vraiment du monde mon petit monsieur.
              Vous triez deux trois poubelles pour vous donner bonne conscience, mais en aucun cas vous ne faites les efforts nécessaires à votre « vision ».

              Pourquoi ?

              1. lehamstersortidesaroue

                Vous me connaissez mieux que moi-même alors je vous en prie allez jusqu’au bout et expliquez pourquoi.

                1. Toujours à votre service:
                  Ce que vous recherchez c’est une absolution morale, mais vous n’êtes pas prêt de faire les efforts que vous estimez nécessaires au prix de votre confort.

          2. llmryn te voilà averti. Tu auras des (pas de chiffre) de morts sur la conscience…

    3. Non seulement les énergies fossiles sont jusqu’ici de plus en plus abondantes (et non pas de moins en moins), mais en plus, il ne faut perdre de vue ce qu’elles ont fait pour nous.

      https://www.contrepoints.org/2014/11/14/188103-energies-fossiles-un-choix-humaniste-et-audacieux

      1. lehamstersortidesaroue

        dans cet article il n’est pas fait mention que les ressources fossiles sont de plus en plus importantes mais que leur utilisation est de plus en plus importante et a amené un grand développement. Bah ça tout le monde le sait.

        M’enfin un peu de bon sens et l’on voit que le gâteau des énergies fossiles est de taille finie, donc on ne peut décemment espérer manger ce gâteau à l’infini. Mêmes les meilleures choses ont une fin.

        Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’article, les ressources en uranium sur Terre ne permettraient pas de se passer de pétrole, de charbon, de gaz et des renouvelables.
        Il faut avoir une notion des quantités utilisée et des quantités disponible pour raisonner sur ce sujet.

        Je conçois qu’apprendre les limites est dérangeant et anxiogène.

        1. L’âge de pierre ne s’est pas achevé par manque de pierres…
          Le problème des écologistes, c’est qu’ils ont une vision statique et matérialiste des ressources.

        2. Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’article, les ressources en uranium sur Terre ne permettraient pas de se passer de pétrole, de charbon, de gaz et des renouvelables.

          Et contrairement à ce que vous pensez, les réserves en Thorium, en Uranium même stérile, les déchets style Plutonium, pourraient être utilisés pendant des dizaines de milliers d’années… De quoi laisser le charbon ou il se trouve… et de se passer de pétrole, et des crétins qui nous le vendent :mrgreen:

        3. Les malthusiens comme vous veulent figer le monde sous prétexte que la trajectoire présente mène à une impasse. Mais même en allant moins vite, on se dirige quand même dans une impasse. Et si l’évolution nous a doté de jambes, c’est que l’immobilisme est une mauvaise solution pour s’adapter et éviter les impasses. D’autre part, figer le monde est peut-être désirable pour ceux qui ont acquis une certaine aisance – la plupart du temps au dépends des autres présents ou futurs. Mais seriez vous prêt à figer le monde et à échanger vos conditions de vie avec un indien ou un africain ?

          Le développement de la majorité des pays nécessite une croissance, économique et énergétique. Vous pouvez vous donner bonne conscience en économisant l’énergie et en refusant de progresser, mais vouloir bloquer les autres est criminel. La réponse des écologistes est que la technologie va permettre aux autres d’accéder à notre richesse. (LOL la technologie dans un pays pauvre). Mais dans ce cas, le monde n’est pas figé et cette même évolution technologique va modifier la trajectoire avant le bout de l’impasse. Un peu de solidarité : on va TOUS s’en sortir ou on va TOUS au mur. Attendez qu’il y ait un semblant d’égalité géographique dans ce monde avant de vouloir le figer ! Sans croissance mondiale, ce sont les pays pauvres qui crèveront la dalle – ou viendront crever la dalle chez nous …

    4. Sauf qu il y a plus de réserve pour le fossile que pour les terres rares nécessaires pour construite du photovoltaique ou des alternateurs pour éolienne, de plus la véritable alternative reste le nucléaire mais sous d autres formes :sels fondus d abord ensuite fusion

    5. « en attendant la découverte miraculeuse d’une nouvelle source d’énergie »

      Les « énergies » sont connues et les « sources » facilement identifiables. Cela va du hamster qui tourne en rond dans sa roue (LOL) à la bombe thermonucléaire. Il faudrait vous renseigner sur la différence entre une découverte et une invention … Et changer un peu vos sources … d’information.

      Le mot « fossile » lui même est un raccourci des écologistes pour englober le nucléaire dans la production d’énergie. C’est un non sens si on utilise par exemple du thorium ou la fusion de l’hydrogène. Le problème n’est pas la « découverte » et la « source », mais la technologie : comment obtenir des rendements importants, une production de masse, un approvisionnement garanti en continu et à long terme et des couts bas avec n’importe quel source et procédé. Et les EnR ne répondent en aucun cas sur les rendements, la production de masse, la production en continu et le cout.

      Ce qui est formidable avec les écologistes, c’est de faire l’impasse sur ces nécessité en mettant en avant uniquement le long terme – alors que tout indique qu’il n’y a aucune urgence et que le long terme ne peut être garanti que par des progrès technologiques, quelle que soit la solution.

      1. « le long terme ne peut être garanti que par des progrès technologiques »

        Nota Bene : l’idée que les EnR sont une énergie à long terme repose sur le fait que la source est le soleil. Cependant, l’idée de produire toute notre énergie avec le soleil suppose de la technologie pour synthétiser des carburants (avions, bateaux …). Sur le papier on sait faire. Dans la pratique, c’est à peu près autant à notre portée que la fusion contrôlée …

        1. Synthétiser des carburants à partir du soleil c’est techniquement banal. C’est juste du même niveau que préférer faire pousser du blé dans son jardin alors que le grenier est plein. Beaucoup plus cher, beaucoup plus consommateur d’énergie. Un vrai gaspillage, complétement stupide hormis dans quelques cas très particulier.

        2. lehamstersortidesaroue

          Je suis d’accord avec vous alors je ne vois pas en quoi mes sources d’information seraient plus mauvaises que les votres. 🙂
          j’ai parlé de source d’énergie pour faire court, cela incluait la technologie qui permet de rendre une source d’énergie intéressante et utilisable par nous humains.

          Je ne connaissais pas le nucléaire à base de Thorium, ça a l’air intéressant. On se demande pourquoi ce n’est pas plus développé.
          Ce n’est pas demain que l’on fera nos transports de marchandises au thorium ou dérivé (électricité, hydrogène), mais c’est une piste intéressante.

          Si on en reste aux technologies connues et éprouvés, il nous faut une source d’énergie abondante assez rapidement si l’on ne veut pas changer drastiquement de mode de vie sous la contrainte de pénurie réelles et non de rationnement décidé arbitrairement.

          1. On se demande pourquoi ce n’est pas plus développé.

            A votre avis ❓

            On finira par acheter la technologie aux Russes ou aux Chinois. Si c’est pas cool ça ❓

            1. lehamstersortidesaroue

              les écolos ? j’ai bon ? lol
              ça à l’air plus propre que l’uranium comme nucléaire, ça sortira quand le pétrole sera hors de prix.

          2. « On se demande pourquoi ce n’est pas plus développé. »

            Tous les jours, je me demande pourquoi on ne fabrique et ne vend pas ceci ou cela. La raison est pourtant évidente : soit on n’arrive pas à le mettre au point, soit il n’y a pas de marché (parce que c’est trop cher). Et puis un beau jour, on le fait !

            Tout ça est le fruit de l’économie libre et de millions de gens qui travaillent pour essayer de concevoir, fabriquer et vendre des produits. Quand c’est faisable, cela finit généralement par se faire, et celui qui a réussi le premier – s’il se débrouille bien – engrange les bénéfices. Mais ça ne peut pas être planifié : c’est le résultat d’une recherche de profits et de liberté de conception et de marché concurrentiel. La seule chose qui n’a aucune chance d’aboutir à une technologie utile est la bêtise planifiée et imposée. Pourquoi les pays collectivistes n’ont-ils jamais réussi à égaler les US en matière de technologie militaire de pointe malgré l’effort consenti ?

    6. « En fait les énergies fossiles sont à terme vouée a disparaître.
      Les énergies renouvelables actuelles sont tout ce que nous connaissons actuellement pour se substituer aux énergies fossiles »

      Illustration parfaite du sujet de l’article. Des votre première phrase, vous posez une « vérité » qu’il est d’ores et déjà exclu, dans votre esprit, de mettre en question. (Or ces affirmations sont grotesques)

      Aucune place pour le doute, vous nous forcez déjà à vivre dans votre monde fantasmé. Je ne vous y suivrai pas.

      Se baser sur la réalité, et non sur des affirmations simplistes issus de raisonnements a la Nicolas Hulot, c’est ce qui fait defaut aux ecolos. Ils sont tellement habitués a raconter n’importe quoi qu’ils ne prennent même plus la peine de faire coller un minimum leur discours avec le monde observable…

      1. lehamstersortidesaroue

        ce n’est pas grotesque que de dire que le gâteau des énergies fossiles va en s’amenuisant.
        et ce n’est pas grotesque que de dire que nous n’avons au catalogue des énergies de substitution et opérationnelles des aujourd’hui, que les énergies renouvelables.
        ce qui est amusant c’est que lorsque je dis cela je ne dis pas que c’est bien, je décris juste ce qui est à l’instant t.
        personnellement je n’aime pas trop les renouvelables car se sont des énergie flux difficilement stockable.

        je modérerais mon propos vu que je ne connaissais pas le nucléaire au Thorium qui semble abondant mais peu mis en pratique.

        En admettant que se soit développé en masse lorsque les fossiles viendront à être « tendues », restera le problème de l’énergie pour les transports.
        il est toujours mieux d’être prévoyant que devoir gérer des problèmes de pénurie dans l’urgence, voilà ce qu’est mon discours.
        Ne me prêtez des intentions qui ne sont pas les miennes.

        1. « ce n’est pas grotesque que de dire que le gâteau des énergies fossiles va en s’amenuisant. »

          http://www.energyinsights.net/cgi-script/csArticles/uploads/139/Oil%20Reserves%20Global%20World%20Total.gi

          1. lehamstersortidesaroue

            Pour le graph, ajouter un f a la fin du lien… il s’arrête en 2007

            est ce que la mauvaise foi systématique fait partie du libéralisme ou c’est juste des négligences involontaires, c’est usant à la fin ces contradictions qui n’en sont pas. On dirait que c’est pour le plaisir de contredire, ou d’avoir raison.

            pour la suite c’est ici:
            https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fe/GlobalPeakOil.png/440px-GlobalPeakOil.png
            et puis quand bien même la courbe serait croissante jusqu’à aujourd’hui, ou même 2020, le stock ne peut que diminuer au fur et a mesure qu’on le consomme. il a diminué dès le premier jour.

            Je ne dis rien d’autre.

            les banalités ne le sont pas pour tout le monde visiblement. on me reproche que c’est banal ce que je dis…:)

    7. « En fait les énergies fossiles sont à terme vouée a disparaître. »

      Oui, vous aussi, faut-il pour autant vous remplacer dès maintenant ?

      La découverte d’une nouvelle source d’énergie ne sera pas « miraculeuse », mais uniquement le fait de coûts de recherche et de développement.
      On ne fait pas de recherche si on n’en attend pas un bénéfice à moyen terme (maxi 20 ans) car ça serait un gâchis d’argent qui aurait pu être utilisé à autre chose avec un retour plus immédiat pour justement financer d’autres recherches. C’est comme cela que ça fonctionne depuis des lustres.
      Pour les miracles allez à Lourdes.

    8. Je vous trouve bien du courage le hamster. Personnellement, je m’intéresse au deux point de vue, et tente de trouver un « équilibre ». Mais de ce que je lis ici, malgré vos nombreuses tentatives, vous ne récoltez que mépris, indifférence, et dédain. C’est moche. pas un ne semble vraiment essayer de s’intéresser à votre expérience. « des chiffres » voila il faut tout leur servir sur un plateau, et quand bien même, je parie qu’il y’en aurait pour dire que l’étude n’est pas sérieuse. Vraiment, du courage… peut être du masochisme :p

  3. En effet, la démocratie suppose un peuple éduqué et informé, et que les débats ne soient pas étouffés avac les voix discordantes.
    La gauche savait parfaitement qu’en investissant les médias, l’éducation et la culture, elle tiendrait le pouvoir politique (même à travers des fantoches de droite). On en est là, mais internet fait progresser le débat… cependant, on est encore loin du compte. L’information passe beaucoup par les grandes radios ou chaînes de tv.
    Quand on discute de sujets ayant trait à l’écologie, beaucoup de personnes ont des réflexes plus que de la réflexion: rejet systématique de certains produits ou technologies, quasi-adoration pour d’autres. On observe un peu le même phénomène que pour les personnes appartenant à une secte: la raison ne peut pas ébranler leurs certitudes (ou leurs croyances plutôt).
    « Parmi ce maelstrom de visions manichéennes et simplistes comment faire des choix essentiels en votant sans être informé correctement des conséquences ? » En lisant Contrepoints par exemple, pardi!

    1. On a pu penser que l’internet ferait progresser le débat, mais maintenant que nous voyons Google, Facebook et Wikipedia juste abonder dans le sens dénoncé par l’article, on peut se le demander.

      1. C’est vrai, mais internet reste le seul lieu avec des points de vue différents. Du moins pour nous Français.
        Je pense que ceux qui nous gouvernent (au niveau mondial) ont parfaitement compris l’intérêt de s’adjoindre les services de Google, Facebook et Wikipedia.

  4. Si l’auteur a un lien pour le débat télévisé entre Aron et Sartre au sujet de l’art abstrait, auquel il est fait référence dans l’article, je suis preneur!

  5. Eh oui, même Hulot, pourtant grand croisé de cette religion, a fini par baisser le pavillon.
    Il a du faire une indigestion de pastèques … ça finit par encombrer l’estomac.

  6. lehamstersortidesaroue

    Bon je constate que mes réponses sont bloquées alors vous aller pouvoir ronronner tranquillement.

    1. Ah bah ça y est y a un complot contre les forces de progrès !
      Vous avez 7 commentaires en ligne sous ce pseudo…

    2. Vos réponses n’ont pas l’air d’être bloquées, puisque vous avez pu poster… Serait-vous qui bloquez ❓

      1. lehamstersortidesaroue

        j’ai plusieurs réponses qui ne sont pas affichée, on va dire pb technique quelque part….
        la dernière était un test justement et qui me fait mentir 🙂
        nous allons voir pour la suite, donc…

        1. Vos post sont bloqués, c’est normal. Vous êtes pour la décroissance, chaque fois que vous postez vous tuez des petits chatons noyés par la montée des eaux due à votre empreinte carbone (les serveurs ultralibéraux).
          Postez moins, postez mieux, postez utile. Votre activité sur le net est un crime contre la biodiversité

          1. lehamstersortidesaroue

            voilà qui est intéressant et drôle.
            vous savez mieux que moi pour quoi je suis. Ça va vite les raccourcis dans votre tête.
            pas la décroissance mais quelque chose de soutenable et durable dans un monde fini, donc quelque chose assez proche d’une stabilité avec un niveau de vie de plus élevé possible, respectueux de la vie et de l’environnement.
            vous y voyez à redire ?

            c’est amusant de coller des opinions sur les autres comme ça, moi je ne me permet pas de spéculer sur vos opinions ou convictions.
            seuls les faits objectifs sont intéressants.

            1. Je m’amuse. comme vous…
              Au fond vous nous méprisez, comme tous les collectivistes plein de sadisme, contraindre les gens, c’est votre jouissance.

              1. Certains seront les monsieur Jourdain de la contrainte : ils finiront par se la voir appliquer sans le savoir :mrgreen:

              2. vous êtes sérieux Gillib? les écolos ont pris le pouvoir, ils vous forcent? vous êtes sous la contrainte là? Cette personne apporte son point de vue, contraire au texte, afin d’amener un débat ». Vous vous sentez menacé? je vois un gars qui se prend réponse méprisante sur réponse méprisante et c’est lui qui vous méprise? ben je me marre tiens.
                Si je dois faire un raccourci sur votre réponse, comme vous le faites si bien, donc les collectiviste machin, allez hop au goulag, seule votre pensée unique est la bonne. espèce de fachos?

                1. Bonjour almerick

                  Oui les collectivistes méprisent les gens, ils les considèrent comme incapables de gérer leur vie, comme des immatures permanents, contrairement aux libéraux qui sont profondément humaniste.
                  Ils le disent haut et fort, ils sont anti-libéraux et veulent la population contrainte par le pouvoir qu’ils désirent ardemment obtenir.

                  Je ne spéculent pas sur les opinions d’haster, ils le dit et le redit, ‘je suis pour la contrainte’. Mais les français sont tellement formatés pour être des bons petits soldats qu’ils ne se rendent même pas compte.

                2. Oui les écolos nous forcent Regardez votre facture EDF.

              3. lehamstersortidesaroue

                Oui voilà vous avez tout compris. LOL
                La vie est plus simple comme ça, un peu de contradiction et me voilà collectiviste, sadique. lol

  7. http://www.barricade.be/sites/default/files/publications/pdf/2015_-_permaculture_et_maraichage_biologique_1-2.pdf

    La ferme du Bec Hellouin semble vivre sur le même modèle économique que le Mas de Beaulieu. Des naïfs paient fort cher des « stages de formation à la permaculture » et accessoirement fournissent une main d’œuvre gratuite pour les tâches fatigantes…

    Sans aucun intrant croit savoir le hamster sorti de route… Sauf la tonne hebdomadaire de fumier de cheval venant du centre hippique voisin.

    Conclusion de l’analyse consultable via le lien ci-dessus:

     » On est tenté de répondre qu’on peut vivre de la vente du concept de
    permaculture, mais pas de son application concrète à l’agriculture. Ce
    qui fait vivre la Ferme du Bec Hellouin est l’hybridation de différentes
    activités, toutes liées à la permaculture. Et cela semble généralisable à
    d’autres expériences de permaculture.
    «On est quelques-uns à avoir la vague sensation que la permacul-
    ture paie son homme non pas à travers la vente des produits de
    la ferme, mais plutôt à travers la commercialisation de livres, de
    stages, de prestations de conception, de gîtes écolos, ou alors à
    fonds perdus pour ceux qui ont une autre activité par ailleurs.»
    Ainsi, toute personne souhaitant s’inspirer de la méthode permacole
    du Bec Hellouin devrait interpréter les chiffres de l’étude avec précau-
    tion et beaucoup de recul. »

    1. lehamstersortidesaroue

      Merci pour le pdf, très intéressant.
      Même si les annonces des propriétaires semblent exagérées, ils doivent au moins être aussi bon que des maraîcher classique.
      ils pourraient faire un CA de 50 000 euros ce qui n’est pas ridicule.
      peu importe qu’ils respectent les canons de la permaculture.

      Ce qui est important à mes yeux est de ne pas polluer environnement et ne pas nécessiter de pesticides et d’engrais chimiques néfastes a la vie du sol et de produire quand même de manière durable.
      ça reste du maraîchage.Pour la culture de plein champ, voir Konrad Schreiber.

      Bref il existe des pratiques agronomiques durables et vertueuses.
      pourquoi s’y opposer, sous prétexte que cela satisfait les écologistes ?

      1. « pourquoi s’y opposer, sous prétexte que cela satisfait les écologistes ? »

        Vous n’avez réellement pas compris les 20 lignes de texte plus haut ?

      2. Bref il existe des pratiques agronomiques durables et vertueuses.

        Elles n’ont pas attendu les partis « écologistes ». De tout temps, le crottin a été demandé. Jamais je n’avais vu mon grand-père courir si vite 🙂
        Le problème c’est qu’avec le capitaine de turbo-rétro pédalo aux commandes du « Moi Président, je », Francesco Schettino Hollando (uille), et sa taxe de 20% sur les centres équestres, vous réduisez d’autant la quantité de bon crottin produite. A remplacer par … du chimique 🙁

      3. Donc produire une tonne de fumier de cheval serait une méthode vertueuse?

        1. lehamstersortidesaroue

          vous coupez les cheveux en 4 ici… 🙂
          de mon avis personnel, non, le crottin de cheval n’est vertueux pour la vie du sol vu que les vres de terre n’apprécient pas spécialement.
          Par contre le couvert végétal oui (BRF, paillage, engrais vert etc..)
          Pas sur le Bec hellouin soit un parfait modèle a suivre mais plutôt une source d’inspiration et un modèle encourageant.
          je reviendrais vers vous lorsque j’aurais mis au point la méthode parfaite ! lol

          La méthode Soltner à l’air de bien fonctionner, selon l’auteur encore une fois.
          A ma connaissance, il existe des méthodes vertueuses: Soltner et Schreiber. le bec Hellouin étant encore expérimental.
          Mais bon tout ce petit monde initie un changement, il faut être un peu indulgent avec ceux qui cherchent.

          1. Pas étonnant qu’ils aient de bons résultats avec du fumier de cheval… C’est un mélange de végétaux partiellement décomposés (matiere organique) avec des matieres totalement décomposées (matieres minerales, les memes que les matieres chimiques, mais pas beurk beurk cra-cra celles la). Bref le meilleur engrais possible.
            Malheureusement ce n’est pas transposable. memes les nons-spécialistes l’on fait remarquer, ils gagnent plus d’argent avec la vente de livres et de stages, et la main d’oeuvre gratuite de « volontaires ». Ils ont la chance d’avoir un centre équestre a proximité : ils ont trouvé une source d’engrais locale, tres bien! les agriculteurs épendent eux les boues de station d’épuration, les lisiers, bref eux aussi recyclent les déchets et ne font pas du tout chimique comme vous le pensez. Et puis, mettre trop de fumier de cheval sur une terre, ça pollue aussi bien les nappes phréatiques que d’épendre du NPK en granulés.
            enfin ils vendent a des chefs étoilés qui eux memes vendent leur soupe de légume a 50 euros! Tout mis bout a bout ce n’est pas un exemple, ça ressemblerais plutot a une arnaque pyramidale : plus on en parle, plus de gens y croient et achetent les produits, plus ceux en haut de la pyramide y gagnent, plus on en parle…

            Au fait, que disait l’article a propos des écologistes et des faits? CQFD.

          2. Pour ce qui est de K. Schreiber, il préconise d’arreter les labours et de mieux respecter la matiere organique du sol… Rien de révolutionnaire et ça ne casse pas 3 pattes a un canard!
            Le labour est pratiqué depuis l’époque des Gaulois, c’est a dire au bas mot 2000 ans en France. Donc ça a largement passé l’épreuve des faits concernant la durabilité!!

  8. Protéger l’environnement est une bonne chose en soi, mais l’écologie politique est souvent dogmatique et intégriste. Elle joue trop sur les peurs pour écarter les connaissances et forcer les décisions. L’analyse de Michel Gay est lucide. Pour ceux que cela n’effraie pas écoutez Stanislas de Larminat sur http://www.tvlibertes.com/zoom-stanislas-de-larminat-la-verite-sur-le-rechauffement-climatique/
    ou sur

    1. lehamstersortidesaroue

      complètement d’accord avec vous et Stanislas Larminat sur le fait de jouer sur les peurs pour forcer les décisions.
      ce n’est pas une raison pour balayer toute bonne idée des gens qui jouent ou sont le jeu des peurs.
      C’est juste cette nuance que je voulais apporter avec mes points sur l’agriculture et l’énergie.
      et ne pas tomber, par réaction, dans l’excès inverse de confiance qui confine alors à la naïveté.
      Tout est question de mesure.
      Bien a vous, merci pour cette intervention.

  9. lehamstersortidesaroue

    Je fais une dernière réponse groupée.

    Je présente ici qu’il existe des modes de culture qui respectent l’environnement et qui sont durables.
    C’est pratiqué en Allemagne dans le bio. Konrad Schreiber en France promeut cette technique.
    Le bec Hellouin pourrait faire 50000 Euros de chiffre d’affaire uniquement avec la production de légumes. Certes ils ont d’autres revenus et ils expérimentent. Ce n’est pas encore la panacée et oui ce n’est pas extensible à de grandes surfaces. Toutefois bien plus que 1000m²…-> sepp Holzer en Autriche et bien d’autres…
    M’enfin vu qu’il est question d’esclaves énergétique dont je suis justement parfaitement conscient, où seront-ils lorsqu’il n’y aura plus d’énergie. Il faudra des bras. Ce mode de culture à haut rendement s’y prête parfaitement.

    Ce n’est pas nouveau, ça ne casse pas 3 pattes à un canard, ce n’est pas un argument pour rejeter la chose.
    Prétendre que la labour date de 2000 ans ou plus, est vrai , certes mais celui pratiqué aujourd’hui est sans commune mesure avec ce qui était fait avec un cheval.
    Le fumier répandu idem.
    Le fumier plait à la plante mais pas à la vie du sol. Cette dernière peut faire tout le travail de labour si on lui donne à manger du végétal et pas de la m….
    Bref rien de changé depuis mon post initial :
    1) Il existe des solutions agricoles durables et propres.
    Il n’y a qu’a les développer plutôt que de continuer des pratiques qui dégradent la vie du sol et ne sont pas durables du fait des stocks de phosphate en premier et Nitrate ensuite sans parler du pétrole pour la mécanisation supérieure nécessaire à l’ agriculture classique actuelle du fait du labour.

    2) Il n’y a actuellement aucune source d’énergie alternative aux fossile à part les énergie renouvelables.
    Le nucléaire au thorium n’est pas sur le marché pour le moment, encore moins la fusion nucléaire.
    On peut laisser faire la loi du marché, certes, pour dicter les choix d’énergie de substitution aux fossiles.
    Lorsque le temps de mise au point et de mise en place de nouvelles technologie coïncide avec la pénurie (de pétrole) ce n’est pas une position confortable que d’ opérer les changements nécessaires dans l’urgence avec moins de moyen, c’est à dire avec moins d’esclaves énergétiques.

    Voilà si l’on s’en tient au faits actuels.

    Donc la prudence des écolos (je n’adhère pas à certains dogmatisme par ailleurs) et leur position sur les 2 points ci-dessus ma parait tout à fait raisonnable.

    Ça ne fait pas avancer que de cracher par cynisme sur les gens qui tentent des solutions alternatives durables.
    Rira bien qui rira le dernier.
    Je ne fais ici que présenter un éclairage différent.
    Je suis d’autant plus à l’aise pour dire qu’il n’y a pas de solution miracle car je mets en pratique et cherche à tous ces niveaux (énergie et agriculture).
    Quand il y a des solutions intéressantes ou a développer, je ne les rejette pas.

    Laisser la loi du marché décider ou planifier les transitions, je pense deviner votre choix et vous le mien.
    juste que si c’est la marché qui décide ça risque de se passer comme en bourse ,avec des heurts dans la population.
    chacun est libre.

    la cigale et le hamster vous connaissez ? lol

    Bien a vous,

    1. Je présente ici qu’il existe des modes de culture

      Des solutions magiques et miraculeuses absolument pas extensibles.
      Si elles marchaient aussi bien et étaient aussi avantageuses, les paysans qui sont mille fois plus compétents et aiment probablement la terre bien plus que toi se lanceraient dedans en masse.

      M’enfin vu qu’il est question d’esclaves énergétiques dont je suis justement parfaitement conscient, où seront-ils lorsqu’il n’y aura plus d’énergie.

      Tu as démontré n’avoir aucun intérêt pour la réalité ou la science, mais la tu pousses un peu loin l’ignorance.

      Le soleil fourni 145.600.000.000.000.000.000.000.000 Watts par seconde, il alimente des accumulations de potentiel qui se retrouvent partout : cycle de l’eau, de l’atmosphère, biosphère, etc., etc.

      Tant que le soleil durera, on ne manquera jamais d’énergie !.

      1. lehamstersortidesaroue

        Désolé obligé de compléter …

        Le pic ou peak d’une matière première n’a rien à voir avec la durée d’exploitation encore possible. On peut avoir un pic aujourd’hui et exploiter la ressource encore 200 ans.
        Tout dépend le rythme auquel on la consomme.
        Le problème advient lorsque la demande excède la capacité de production.
        Après le pic la capacité de production ou le temps d’exploitation ne peuvent que diminuer.
        Sinon bien venu dans un monde fini, pas au sens terminé bien sur mais aux dimensions et ressources limitées….après on peut ergoter sur les dates de ceci ou cela, je vous l’accorde.

        Le woolfing du bec hellouin qui ne sont que des stages en fait, apportent un surplus de main d’oeuvre ponctuelle de payante en plus ! Sauf que ça fait perdre du temps de former les stagiaires et c’est globalement peu productif.
        Par ailleurs, ce revenu n’est pas comptabilisé dans la production agricole.
        Prêts à tout pour casser juste pour le plaisir de casser.
        De là à dire que ce type de ferme repose sur le dos des stagiaires il y a un grand pas !

        Spéciale dédicace à llmryn….
        Bravo pour le soleil. Pas besoin de pousser loin l’ignorance, je la trouve ici.
        Puisque tu es si malin, prend toute l’énergie consommée en France.
        Calcule ensuite ce qu’il faut comme surface de captation en fonction du rendement du capteur(libre choix) et du rendement du stockage(libre choix) et tu auras une idée des infrastructures à mettre en place.
        Sachant que le soleil on en a quand on en a pas besoin, c’est-à-dire l’été pour faire simple.

        Pour les cultures, la culture sur couvert végétal avec semis direct est déjà pratiquée et tout a fait extensible.

        Nivellement par haut mais on part de loin. Je sais que vous en avez autant à mon encontre alors c’est de bonne guerre.
        En politique mais pas que « En politique, il vaut mieux avoir tort avec ses amis que raison avec ses adversaires. » Voltaire, dictionnaire philosophique (1764).
        Vous allez pouvoir reprendre une activité normale et ronronner entre gens qui ont raisons ensemble.

        Fin de la partie pour moi, bien a vous.

        1. @lehamstersortidesaroue

          Concernant l’anticipation, concrètement les entreprises des secteurs dont vous parlez savent très bien le faire et n’ont besoin de personnes pour anticiper.Elles ont toutes des plans de transitions (et celles qui n’en ont pas se feront bouffer si elle ne s’adaptent pas assez vite ) et de nombreuses innovations mais pour l’instant elles ne sont pas rentables donc impossible à vendre mais faites confiance à leur soif de business en temps voulu. Concernant les ressources naturelles, elles sont limitées( Mais nous ne connaissons pas les vrais quantités, on connait mieux l’espace que l’intérieur de notre terre) cela est vrai personne ne peut revenir la dessus par contre la façon de consommer et la quantité consommée, elle,peut s’ajuster, quand une ressource se fait plus cher, les entreprises investissent pour trouver une maniéré de consommer différemment ou autre chose pour ne pas se ruiner et de la même manière elles n’ont besoin de personne pour anticiper.Vous pouvez donner vos recommandations et heureusement mais libre à elle de prendre les décisions en temps voulu.

          Par contre la ou j’ai philosophiquement un probleme, est la façon dont nous sommes responsables de nos actes, nous prônons la responsabilité individuelle mais nous considérons que même si on fait plein de bêtises ( Fait-on des bêtises actuellement ?, impossible de se mettre d’accord la dessus déjà), les générations futures sauront s’adapter donc pourquoi se priver.Pour moi ce n’est pas très libérale comme manière de voir les choses, je vous fait chier mais vous êtes capables de vous adapter , suis-je en tord finalement ? XDD , je suis volontairement caricaturale mais j’ai l’impression que l’on utilise la responsabilité individuelle uniquement quand ça nous arrange, est ce libéral de forcer les générations futures à faire des choses qu’elles n’auraient pas voulues faire. Nos actes ne sont ils pas liberticides pour les générations d’après, impossible à savoir vu qu’elles ne sont pas là pour nous le dire XDDD.Donc dans le doute, l’intérêt à court-terme passe avant, concrètement ça se défend vu qu’il n’y a pas de solution ( pas encore ) non liberticide pour les générations actuelles.

          1. lehamstersortidesaroue

            @Zac ben J’avais dis stop mais je trouve intéressant ce que vous dites alors je répond…

            Votre problème est que vous avez une conscience et ce n’est pas prévu par le libéralisme ! lol
            Vu qu’à la base il n’est question que de droits.

            En fait, ces droits primordiaux bâtissent un système à priori ouvert et naturel.
            Chacun à le désir d’être libre de ses actes. Même moi qui passe pour un collectiviste ! lol
            J’attribue votre cas de conscience, que j’ai également, au fait que nous nous rapprochons des limites de l’aquarium Terre.
            Chaque seconde qui passe nous rapproche des limites physiques.(pollution, ressources, démographie…)
            Je ne cherche pas à faire peur, nous avons encore du temps mais combien ?

            De toute façon nous en sommes déjà à subir de notre vivant les conséquences de nos actes individuels sommés qui construisent nos actes collectifs.
            Pour parler crûment tant qu’un individu fait caca dans une foret de 100ha, ce n’est pas grave, la nature recycle.
            Mais à 7, bientôt 9 Milliards de cacas journaliers ça ne se traite pas comme à la préhistoire.
            Il faut s’en occuper de notre vivant déjà rien que pour nous, sans même parler des générations futures.
            L’égoïsme déjà nous commande d’avoir une conscience écologique.
            J’ai pris cet exemple de caca j’aurais pu prendre la pollution automobile ou une autre pollution.
            L’instinct de survie, votre fameux droit à la vie, réclame déjà de s’occuper des problèmes environnementaux crées de notre vivant , par nous même.
            Qu’on le veuille ou non, ça nous donne une sensibilité écologique.(et pas écologiste lol)
            Les jusqu’auboutistes qui n’en n’ont cure sont juste de grands enfants irresponsables mais pour l’instant ils ont raison, alors je les laisse tranquilles.

            Je pense que vous touchez une des limites du système libéral : la liberté comme droit inaliénable qui est infléchie par une conscience accrue en chacun de nous et qui autolimite nos libertés. Si c’est accepté en conscience par chacun, pas de problème.
            dit autrement nous en sommes a ne fait pas à ton voisin ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse. Je ne veux pas être enfumé alors je n’enfume pas mon voisin vu que nous avons l’air en commun.
            Si les limites réelles sont refusés sous prétexte que cela contredit le droit à la liberté d’action individuelle, je vous laisse juge de ce qui se passera si ces gens là sont les plus nombreux : les limites on se les prendra de plein fouet mais on aura été libre de faire des co…ies en inconscience.
            La conscience viendra après avec ceux qui restent.
            Ça ne concerne pas que les libéraux avec leur droit à la liberté, ça concerne tout ceux qui sont inconscients des limites. Pour faire bonne mesure, ça me concerne sans doute moi aussi car je suis sûrement inconscient de certaines limites.

            Pour ne pas froisser mes amis libéraux, les limites sont pour tous les autres systèmes politiques ou économiques .
            Le libéralisme n’est pas un système économique mais il le devient a partir du moment où cette philosophie agit sur l’économie et c’est la cas.
            les idées libérales dominent le monde économique, de mon point de vue extérieur en tout cas.
            Dans le cas des libéraux les limites physiques heurtent un droit participant à la définition même du libéralisme.
            Donc toute anticipation ou prudence ayant la volonté de retarder les limites est vécue comme une attaque personnelle du système et par extension des gens qui adhèrent.
            Je m’en excuse par avance mais les faits sont têtus : Il y a des limites.
            et il y a des solutions… qui seront plus facile à mettre en oeuvre tant que les limites de seront pas atteintes.

            Bien à vous.

            1. Vous avez l’air de croire que la question des limites est nouvelle : elle ne l’est pas, elle est banale. Et vous avez l’air de croire qu’elle est un argument contre le libéralisme : c’est absurde, au contraire les limites sont la raison d’être du libéralisme, elles le rendent à la fois nécessaire et possible.
              Dans un monde sans rareté, sans limites, il n’est pas nécessaire de faire respecter le droit, rien ne vaut rien et si vous prenez un truc, il reste quand même disponible pour les autres.
              C’est parce qu’il y des limites qu’il est nécessaire de faire des choix, et on en revient toujours aux deux approches possible :
              * collectiviste : pas de partage, gros bordel avec plein de contraintes pesant sur tout le monde ou (non exclusif !) irresponsabilité généralisée (exemple tout récent : le lendemain de la COP21 à Paris, annonce de plein de nouvelle centrales à charbon … heureusement que c’est un faux problème, parce que si c’était un vrai …). « tragédie des communs » : surexploitation par la course à celui qui en profitera le plus temps que c’est possible.
              * libérale : partage, gestion individuelle, chacun chez soi et les vaches sont bien gardées. Les fautes de gestion des uns ou des autres (il y en a toujours) ne mettent pas en péril l’ensemble, elles retombent sur les responsables et seulement marginalement sur leur voisins directs.

              1. lehamstersortidesaroue

                Tout ce que je dis est malheureusement très banal mais ne semble pas intégré par certains qui brandissent la bannière libérale pour rejeter des banalités pourtant réelles.
                il y aurait le bon libéral et le mauvais libéral, aller, je conçois.

                J’ai un peu de mal à vous suivre avec: « collectiviste : pas de partage » et « libérale : partage », j’aurais inversé l’ordre justement.
                Pouvez vous vous expliquer sur ce point ?

                Pour moi le collectivisme rime avec partage des richesses même si dans la pratique ça n’a jamais été réalisé.
                qu’est ce qu’i inciterait un homme libéral à partager ? le fait de vouloir vivre en paix avec son voisin ?
                n’y voyez aucune provocation (je me méfie maintenant..) c’est une question naïve.

                vous remarquerez que nous ne démarrons pas tous dans la vie avec les mêmes chances(Education, milieu, patrimoine)
                comment le libéralisme gère t il cela par rapport au partage que vous mettez en avant comme une valeur du libéralisme ?

              2. lehamstersortidesaroue

                Pour éclaircir ma dernière question.
                Nous partons dans la vie avec une éducation en partie liée à notre milieu et un patrimoine donné. Dans les faits, nous n’avons pas tous les mêmes chances au départ.
                Grâce aux intérêts composés ou grâce à l’habileté de la personne à faire du profit sur le dos des autres, les inégalités se creusent.
                Plus on est riche et plus on le devient, c’est mathématique, sauf erreur de gestion ou de stratégie évidemment…
                Le pauvre peut voir croître son niveau de vie certes mais les inégalités se creusent à devenir difficilement soutenables, de mon point de vue.
                Lorsque les niveaux de richesses sont très inégaux, il est d’une évidence que le plus riche possède plus de ressources que le plus pauvre.
                Comment le libéralisme gère t- il ce partage de ressources dont vous parlez ?
                Si ce n’est pas de ressources ou argent dont vous parlez, alors de quel partage parlez vous ?
                Et de quel libéralisme parle-t-on ? Vu qu’il y a plusieurs « sensibilités »

                Sur la ligne pure et dure, chacun se débrouille comme il peut, vu qu’il est libre…

                A+

            2. Où avez vous vu que dans un système libéral vous pouvez enfumer votre voisin ?
              Pendant que vous y êtes, dites aussi que votre voisin peut stocker des matières nucléaires chez lui !
              Commencez par être honnête svp.

              1. lehamstersortidesaroue

                Ce n’est pas ce que je voulais dire, sans doute que je m’exprime mal…
                je voulais simplement dire que nous avons tous beaucoup en commun , la terre, le soleil, l’air, les ressources, l’environnement.
                Plus nous sommes sur cette Terre et plus notre présence individuelle se confronte à la présence individuelle d’un autre et plus les limites apparaissent.
                je ne voulais pas dire qu’un libéral enfume son voisin parce qu’il se fiche de son voisin.
                un libéral a une conscience aussi, vu que c’est avant tout un être humain.
                A+

        2. Spéciale dédicace à llmryn….
          Bravo pour le soleil. Pas besoin de pousser loin l’ignorance, je la trouve ici.
          Puisque tu es si malin, prend toute l’énergie consommée en France.
          Calcule ensuite ce qu’il faut comme surface de captation en fonction du rendement du capteur

          Tu touches le fond là. Ton œil voit « soleil » et la colonne vertébrale qui tes sert de cerveau saute sur l’énergie solaire.

          Avant de relire soigneusement mon commentaire pour essayer de voir ou tu t’es encore crashé, commence par lire (et comprendre) ceci:
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Dunning-Kruger

          Ensuite je te suggères un petit lexique à réviser : « accumulation », « potentiel », « cycle de l’eau », « atmosphère », « biosphère ».
          Si ce n’est toujours pas clair, je peux te faire le cours de base sur l’énergie et son extraction qui me servait pour mes enfants voici 10 ans mais il faut promettre d’essayer de lire tous les mots pour une fois parce que c’est pénible.

          1. lehamstersortidesaroue

            Ah mais pas de souci, prend la biomasse (rendement de conversion de l’énergie solaire de 4%), prend tout le reste aussi (marée, vent, etc..) et conçois un système parfait qui utilise le solaire et ses dérivés comme unique source d’énergie, avec les technologies actuelles et calcule ce qu’il faut pour nous alimenter comme nous consommons aujourd’hui. en tenant compte du cycle saisonnier évidemment.
            Surtout le transport routier, tu vas t’amuser…

            Après on peut être intelligent et s’entendre avec des pays qui possèdent le Sahara, ou autre pour l’éolien, etc…

            Je ne dis pas que c’est impossible, je dis juste qu’il y a du boulot et que ça va prendre de la place, beaucoup de place.
            Rien que pour une maison bien isolée autonome en énergie on s’amuse…
            Excès de confiance car j’ai la force de l’expérience du concepteur, j’ai étudié tout ça il y a plus de 20 ans…et rien n’a changé depuis.
            Tu peux remballer ton lien. lol

            Quand je ne sais pas je ferme ma g… ou je pose des questions, ce qui ne semble pas être ton cas.
            parfois je provoque un peu aussi pour avoir des réactions mais là ce n’est pas le cas.
            A+

            1. et conçois un système parfait qui utilise le solaire et ses dérivés comme unique source

              Même quand on te le met explicitement sous le nez tu ne comprends toujours pas. Relis encore une fois et demande de l’aide. Vraiment !

              Quand je ne sais pas je ferme ma g…

              Il n’y a qu’à lire les perles hilarantes que tu enfile les unes après les autres plus haut.
              Mes préférées sont ton « monde sans argent » digne du CM1, tes prêts « sans intérêts » parce que tu dois être un nostalgique de l’esclavage, tes fermes avec des rendements délirants obtenus quasi gratuitement mais qu’aucun paysan n’adopte bizarrement.

              Et >b>une mention spéciale pour ton dédain des chiffres et des faits dont « tu n’as pas besoin » pour forger tes opinions (LOL), je cite;

              hamster-le-génie-incompris: « les chiffres, ce n’est pas ma partie. N’hésitez pas à les chercher si cela vous est nécessaire pour forger votre conviction, moi je n’en ai pas besoin. j’expérimente et je constate. »

              Ce type est collector 🙂

              1. lehamstersortidesaroue

                au lieu de dire des âneries sur ce ton, pourquoi ne précisez vous pas ce que vous vouliez dire initialement et que je n’ai pas compris selon vous ?
                on gagnera du temps et vous de l’énergie.

  10. Oui, banal au sens ou vous etes certainement le 20e cette semaine a nous recracher le meme discours premaché a coup de reportages « sciences » sur France5. Ca lasse.

    Donc, pour la 20e fois cette semaine, NON, le monde n’est pas pret de manquer de petrole. L’exploitation des huiles de roche mere en Alberta, plus des decouvertes de gisements enormes ces dernières années nous donne de quoi voir venir pendant des decennies. Le cours du brut remonte tranquillement après un vertigineux plongeon qui n’aura pas échappé a votre attention si vous etes automobiliste .

    Les predictions vaseuses des ecolos au debut des années 2010, quand ils affirmaient qu’il ne descendrait plus sous les 100 $ , tombent a l’eau. On a l’habitude, ils nous font le coup depuis 1924. La theorie du « Oil peak » est une grosse blague basee sur une mauvaise interpretation simpliste et ideologique des travaux de certains economistes sur la repartition des ressources.

    Ce n’est pas parce que vous fantasmez sur un monde post petrole que la réalité se plie à vos delires :

    http://m.financialsense.com/sites/default/files/users/u3089/images/2015/world-oil-supply-2012-2015.png

    1. lehamstersortidesaroue

      Très bien France 5 et Arte aussi , c’est comme tout il faut vérifier.

      Le sujet étant qu’au premier coup de pioche pour extraire du pétrole, le stock venait de diminuer.
      Peu importe ce qu’on découvre ensuite, le stock global sur Terre (connu+inconnu) diminue à chaque seconde que l’on pompe.
      Après vous pouvez ergoter sur les quantités, le temps qu’il reste.
      Plus on pompe, plus le stock naturel diminue. Banalité qu’il faut peut être souligner, le pétrole n’est pas renouvelable à notre échelle de temps humaine.

      le stock naturel diminue,je ne dis rien d’autre et je dis qu’il serait prudent d’utiliser le pétrole avec discernement.
      Il serait prudent de profiter de son abondance actuelle pour opérer des changements de technologie qui se passent de pétrole.
      Technologie que nous n’avons pas pour les transports d’ailleurs, en plus il faut inventer des technologies…

      Ce n’est pas lorsque le pétrole sera une denrée rare voire inexistante qu’il faudra se poser la question : euh on fait quoi maintenant ?
      Mais c’est tout a fait possible d’en arriver a ce point et de survivre. Le niveau de vie va en prendre un sacré coup, c’est tout. Je ne suis pas inquiet, il y aura des survivants , combien et dans quel état ?

      J’ai l’impression que vous ne voyez pas les enjeux qui se profilent vu les quantités consommées chaque jour de part le monde et vu notre dépendance à ce précieux liquide.
      Pour remplacer ça il y a du pain sur la planche.
      Excusez moi d’être un peu inquiet à ce sujet. Trop tot ? Trop tard ? l’avenir nous le dira.

      Après je vous laisse à vos délires qui ne sont pas les miens et vous comprendrez tout seul pourquoi le pétrole baisse bien que la ressource mondiale diminue aussi.

      1. Une petite bio de votre heros : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Thomas_Malthus

        Vous allez adorer le passage ou il veut faire interdire toute forme d’aide aux necessiteux.

        …heureusement qu’on a ces decroissants. humanistes pour contrer les derives de l’ultralibéralisme sauvage débridé et apatride hein….

      2. Regardez l’historique de la bougie.
        Ce n’est pas la peur du manque de matières premières même non renouvelables qui a fait évoluer le produit.

        Vous vous rendez compte qu’un litre de pétrole transformé en carburant et livré à la pompe prêt à l’utilisation coûte moins cher hors taxes qu’un litre d’eau minérale ?
        C’est pour l’eau qu’il faudrait s’inquiéter si on suit votre logique !

  11. « Ce n’est pas lorsque le pétrole sera une denrée rare voire inexistante qu’il faudra se poser la question : euh on fait quoi maintenant ?
    Mais c’est tout a fait possible d’en arriver a ce point et de survivre. Le niveau de vie va en prendre un sacré coup, c’est tout. Je ne suis pas inquiet, il y aura des survivants , combien et dans quel état ? »

    Ok. Rien que cette phrase denotent votre ignorance totale du fonctionnement de l’économie.

    1. lehamstersortidesaroue

      Vous pratiquez exactement ce que vous reprochez que l’on fait subir aux libéraux.
      Vous collez une fausse étiquette. Partant de là ça mouline.
      Ne vous fatiguez pas, je ne suis rien…juste un être humain qui observe.

      « Ok. Rien que cette phrase dénote votre ignorance totale du fonctionnement de l’économie. »

      Bien au contraire, je vois très bien les tendances qui se dégagent dans le monde qui nous entoure.
      Votre remarque montre juste votre crédulité aveugle en l’économie qui marche si bien, si ça vous rassure… vivez en paix. Ne me lisez plus.

      Bref, aucun argument (j’attend toujours sur les OGM), de l’attaque personnelle calomnieuse (aucun intérêt), du vide (il y a au moins matière a progrès pour vous, c’est tout ce qui ressort de positif de vos propos).

      Heureusement que tous les libéraux ne sont pas tous comme vous.
      Sans vouloir vous offenser, vous desservez la cause du libéralisme.
      Ne seriez vous pas un ennemi du libéralisme en fait ? pas mal comme stratégie, bravo !
      mais comme je ne suis rien, je n’ai pas de chapelle, alors que le libéralisme soit sali par vous m’importe peu mais pensez à vos copains pour qui c’est important.
      la vérité ne se laisse pas enfermer dans des idéologies.
      A vous de choisir, vérité ou idéologie ?

      Bien a vous.

      1. 1 litre de carburant hors taxe : 35 centimes rendu à la pompe (sur la base d’un baril à $50 et 1€= 1.10$)
        1 litre d’évian hors taxe : 40 centimes rendu en magasin

        Bon je sais les chiffres ce n’est pas votre fort

        1. lehamstersortidesaroue

          « Bon je sais les chiffres ce n’est pas votre fort »
          LOL,
          Il y a des évidences pour moi qui sont le fruit de l’expérience personnelle, de ma confrontation avec le réel et qui n’avaient pas besoin d’être chiffrés mais je constate que pour être crédible avec certaines personnes les chiffres sont obligatoires. Je ferais un effort, promis. Ça me fait progresser en communication, ce n’est pas un mal. Donc vous pouvez oublier cette réponse de ma part. 🙂

          « Regardez l’historique de la bougie.
          Ce n’est pas la peur du manque de matières premières même non renouvelables qui a fait évoluer le produit. »
          Entièrement d’accord avec vous, saut technologique imprévisible en extrapolant l’avenir à partir de la bougie.
          Maintenant être confiant à 100% pour dire que l’on va trouver une nouvelle technologie pile poil au moment où le pétrole commencera à avoir un vrai problème de rareté. Personne ne peut l’affirmer.
          Je vous trouve très joueur, je veux dire avec l’esprit du joueur sur le tapis vert qui pense qu’il va se refaire.
          Possible que oui mais possible que non.
          Je suggère de s’inquiéter de trouver des solutions avant que les problèmes n’arrivent.
          Ce type de démarche prudente n’est pas le fort de l’économie court termiste.
          Vous croyez en l’économie et pensez les problèmes linéairement mais ce que démontre les études genre rapport Meadows, est qu’il se passe des ruptures arrivé à certaines conditions limites et pas de gentils ajustements.
          Ce sont des simulations informatiques certes, mais c’est justement c’est un peu plus étayé que la confiance en la capacité de l’homme à trouver la bonne technologie au bon moment.
          J’ai confiance en l’homme mais je connais aussi la bêtise humaine (animale et primaire).
          J’admire votre confiance en l’avenir.
          Je ne peux prouver que vous avez tort et vous par contre pouvez prouver que j’ai tort puisque le passé vous donne raison, on s’en ai toujours bien sorti jusque là, et vers le haut en plus.
          Vous extrapolez l’avenir à partir passé, ce que vous me reprochez de faire à partir du présent…
          J’ai envie de dire, prouvez moi que bien qu’on s’en soit toujours bien sorti jusque là, ça se passera bien demain avec la rareté du pétrole ?
          Chiffres à l’appui ! (je plaisante, pour les chiffres 🙂 )

          Pour résumer, je dis que le pétrole aujourd’hui n’est pas un problème, il le sera bientôt.
          Justement profitons en pour chercher activement des solutions de remplacement.
          Aujourd’hui nous n’avons pas la technologie énergétique de remplacement.
          Ce n’est pas le pauvre renouvelable qui va nous sauver ou alors il faudra baisser drastiquement notre conso énergétique et donc changer notre mode de vie.
          Tout est possible, je ne suis si négatif que vous pouvez le penser.
          Pas dis que nous trouvions la technologie au bon moment et même pas dis que nous en trouvions une nouvelle un jour, si on part des faits actuels et connus du grand public.

          PS : l’eau est renouvelable à notre échelle de temps humaine, pas de soucis d’approvisionnement physique.

          Le prix extrêmement bas du pétrole est la conséquence du ralentissement de l’économie en Asie , du fait que nous nous sommes enrhumés avant et essentiellement à cause, ou grâce, à l’Arabie saoudite qui n’a pas voulu jouer le jeu cette fois ci, en ne baissant pas sa production pour garder faussement un prix marché élevé, vu que tous les autres n’ont pas voulu baisser leur production non plus, pour conserver leurs revenus…
          L’Arabie Saoudite ne voulais pas être le dindon de la farce cette fois ci, comme ça tous les producteurs de pétrole le sont et nous en sommes les gagnant momentanés.

          A force de crises financières qui rejaillissent sur l’économie réelle, possible que le prix du pétrole reste bas longtemps et que la ressource soit préservée un peu plus longtemps vu que la planète consomme moins… qui peut prédire ? lol
          Sauf que le stock continue d’être consommé lui, à chaque seconde.
          Ça ce n’est pas une prédiction mais un fait intangible.

          A mon avis pas besoin de chiffre dans ce que je viens de dire mais vous me direz ? 🙂

        2. lehamstersortidesaroue

Les commentaires sont fermés.