Wikileaks publie plus de 30 000 emails d’Hillary Clinton

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a récemment annoncé à la presse que les informations contenues dans ces emails seraient suffisantes pour inculper Clinton si le gouvernement y était enclin.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Wikileaks publie plus de 30 000 emails d’Hillary Clinton

Publié le 8 juillet 2016
- A +

Par Keith Farrell.

Wikileaks publie plus de 30 000 emails d’Hillary Clinton
By: VeniCC BY 2.0

Wikileaks a respecté sa promesse de livrer ses documents sur Hillary Clinton en publiant plus de 30 000 des emails provenant de son fameux serveur privé.

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a récemment annoncé à la presse que les informations contenues dans ces emails seraient suffisantes pour inculper Clinton si le gouvernement y était enclin.

Wikileaks écrit :

« Le 16 mars 2016 Wikileaks a mis en ligne une archive consultable de 30 322 emails et pièces jointes envoyées au et par le serveur privé de messagerie d’Hillary Clinton lorsqu’elle était Secrétaire d’État. Les 50 547 pages de documents couvrent la période du 30 juin 2010 au 12 août 2014. 7 570 de ces documents ont été envoyés par Hillary Clinton. Les emails ont été rendus disponibles sous forme de milliers de PDF par le département d’État des États-Unis à la suite d’une requête au titre de la loi sur la liberté de l’information. Les derniers PDF ont été rendus publics le 29 février 2016. »

Évidemment, cela prendra du temps, à nous et à d’autres équipes, de passer au peigne fin ces emails. Bien sûr, comme nous le savons déjà, les emails couvrant l’intervalle de temps relatif à l’attaque sur l’ambassade américaine de Benghazi, Libye, sont manquants.

Voici le lien vers les emails à disposition.


Sur le web. Traduction Contrepoints.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Faudra vérifier si nos « milieux bien-pensants » (socialement conformes?) s’y investissent avec autant d’ardeur que ce qu’ils déployèrent « en consortium » visant l’exploitation des « Panama papers » ! Non peut-être, aun nom de quelle morale ?

  • « les emails couvrant l’intervalle de temps relatif à l’attaque sur l’ambassade américaine de Benghazi, Libye, sont manquants »

    Le scandale Hillary Clinton me semble pire que celui de Nixon. Tout cela tient parce que tout le système est mouillé.

  • Information ou déballage ?
    Y a t’il une même volonté d’information selon de degré de sympathie ou d’antipathie qu’on a pour les personnes mises en cause ?
    Beau sujet pour le bac philo : la raison d’état ou toute vérité est elle bonne à dire ?

    • Il n’y aucun sujet philosophique là dessous. Ces gens aiment à rappeler que la Loi est la Loi aux honnêtes citoyens qu’on harcèle pour un oui ou pour non. Et quand l’honnête citoyen est pris par mégarde à commettre une faute dont il ignorait tout, eut égard au fatras législatif qu’on lui impose, on lui rétorque que nul n’est censé ignorer la Loi.
      Elle a brisé le secret défense, communiqué sur un serveur interdit et accessoirement, détruit de potentielles preuves, ce qui vaut au moins une inculpation pour entrave à la justice.

      D’autre part, on ne peut pas nous accuser de vouloir discréditer Clinton parce qu’on préfère Trump: ce dernier a suffisamment fait l’objet d’articles pour le moins…. « péjoratifs », pour qu’on ne puisse affirmer que cet imbécile soit d’avantage apprécié. La position des libéraux est claire: les deux candidats étaient les pires possibles. A partir de là….

      La loi est la Loi, pour tout le monde.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

D’abord, rappelons-nous. Onze ans après les révélations WikiLeaks, Julian Assange finit par être interpellé à l’ambassade d’Équateur à Londres. Il est immédiatement livré à la justice britannique et placé en détention provisoire. Les États-Unis réclament alors son extradition.

Le lanceur d’alerte avait de sérieux espoirs d’y échapper pour trois raisons :

Un état de santé préoccupant, La liberté d’expression et le droit à l’information dont son alerte est le symbole, Et la jurisprudence Snowden.

 

Ce n’est en effet ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Dans un État de droit, la justice est lente. Cela exaspère les impatients et les amateurs de lynchage mais permet d’aboutir à des résultats plus robustes, car mieux étayés en faits.

En avril 2019, John Durham fut chargé de mettre en lumière les origines de l'enquête du FBI sur l'ingérence russe dans les élections américaines de 2016. En octobre 2020, Durham était nommé conseiller spécial du ministère de la Justice sur ces questions, poste qu'il occupe actuellement.

Durant les derniers mois précédant l’élection présidentielle de ... Poursuivre la lecture

Par Philippe Silberzahn. 

Dix-huit mois après le début de la pandémie, le monde politique n’a toujours pas pris la mesure de l’incertitude dans laquelle nous vivons désormais et de ce qu’elle implique.

Le politologue Dominique Reynié le soulignait récemment :

Il n’est pas rassurant que dans ce climat d’incertitude et de grand chamboulement, on ait l’air d’aller à l’élection présidentielle comme si rien ne se passait […] nous allons déchanter.

La difficulté d’admettre que le monde a changé définitivement est fréquen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles